Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


En Hollandie, c'est le délire

Publié par medisma sur 27 Janvier 2014, 19:18pm

  François Hollande a réussi à fédérer les Français… contre lui, un grand mouvement d’exaspération radicale est né, les suisses et l’humoriste contesté, la meute aux trousses de Frédéric Taddeï et le tribalisme primaire.

 

 

I- Le Journal hebdomadaire du 27 janvier 2014

Au sommaire de cette édition :

- Jour de colère : François Hollande a réussi à fédérer les Français… contre lui, certes, mais quand même !
- La théorie du « gender » sera imposée à tous… quitte à interdire l’école à la maison.
- Valls se verrait bien capitaine de pédalo, mais n’est-il déjà pas dans la tourmente ?
- L’Union européenne et la Fondation Soros veulent la guerre civile en Ukraine.
- L’Union européenne épinglée par la Fédération de Russie sur la question des droits de l’homme…
- Genève II : les espoirs de paix en Syrie portés par la diplomatie russe.
- La Françafrique cède le pas à l’Atlantafrique, mais le jeu reste le même et les Africains perdent toujours…

 

II- Le "Jour de colère" vu par Pierre Jovanovic

 

 

Dans ce dimanche gris et triste, composé d’un ciel bas et pluvieux, il ne manquait que les corbeaux et les chauve-souris pour achever le tableau de la météo la plus lugubre qu’il m’ait été donnée de voir pour un jour de manifestation.

 

Nul doute que la pluie glacée a découragé beaucoup de Parisiens et de banlieusards qui, autrement, seraient venus encore plus nombreux rejoindre les divers cortèges de ce rassemblement, unique en son genre, dont le but est de pousser à la démission le Président de la République... Et cela, comme à Quimper, sans l’appel d’aucun parti politique, ni syndicat, et encore moins de médias TV.

Du jamais vu de mémoire de journaliste, et ça fait 30 ans que j’exerce, sachant que ces personnes (145 000 selon les organisateurs, 17 000 selon la police, entre 50 000 et 80 000 selon moi) n’ont été fédérées que par l’appel de leur association sur les réseaux sociaux. À souligner : les manifestants venus par eux-mêmes de tout le reste de la France constituaient au moins 40 % de l’ensemble !

À nouveau, je le répète, pour une manifestation non-soutenue ni par les politiques, ni par les relais télé, elle est unique en son genre et constitue clairement le début d’un grand mouvement d’exaspération radicale, envoyant un signal plus qu’inquiétant pour le gouvernement et les députés. Manifestation notable ensuite parce que je n’ai jamais vu un spectre aussi large de Français rassemblés (des gamins de 17 ans aux retraités, des riches aux pauvres) par une seule cause commune, le départ de François Hollande !

Il aurait été difficile autrement d’imaginer les catholiques (très dignes) côtoyant les identitaires (très énervés), suivis par les royalistes (très fiers), puis par les commerçants (très inquiets) dont les chants « Hollande démission » étaient repris (entre bien d’autres) par un cortège complet des fans « quenneliers » de Dieudonné (très drôles et vraiment bon enfants) ainsi que tous les Bonnets rouges (très calmes). Les entendre hurler tous ensemble La Marseillaise, outre le caractère touchant et là aussi unique, montre bien que la France est dans un état « pré-révolutionnaire » global, de caractère « sursaut nationaliste », puisque des citoyens ordinaires de tous âges et toutes classes ont fait fi de leurs divergences pour crier ensemble leur ras-le-bol.

Ce 26 janvier 2014 a été à Paris ce que le 3 novembre 2013 a été à Quimper, un mouvement de révolte populaire qui échappe totalement aux corps protestataires organisés.

La manifestation a été prise très au sérieux, puisque une équipe des Femen, seins à l’air, à débarqué par surprise quand le cortège a démarré, et a tenté de se faire de la pub sur son dos, sauf qu’elles n’ont pas compris comment les CRS les ont attrapées immédiatement et dégagées de la scène. Et fort heureusement car là, en l’absence de la police, je crois qu’elle se seraient fait physiquement massacrer, tant la haine des Femen était palpable. Que l’état-major de cette organisation criminelle ait été envoyé « au contact » montre que « ailleurs », Jour de Colère a été suivi et disséqué, et qu’il leur importe de le discréditer par tous les moyens...

À ce sujet, j’ai été étonné par la dépêche des journalistes de l’agence Reuters (Marion Douet, Sunaina Karkarey et Clotaire Achi) car elle ne correspond en rien à ce que j’ai vu. Pire, leur article est très orienté. Exemple : « (ils) ont manifesté (...) pour s’opposer pêle-mêle au mariage homosexuel, à l’écotaxe ou encore pour soutenir l’humoriste Dieudonné ». Faux, d’abord ces derniers étaient peu, et ensuite ils n’étaient pas là pour soutenir Dieudonné mais bien pour protester contre la censure et le parti-pris de Manuel Valls. Ce qui a rassemblé tout ce monde sous la bannière « Jour de colère » qui aurait tout aussi bien pu s’appeler « Cause commune », est le ras le bol de ce gouvernement autiste, sectaire, et, via les taxes folles, voleur. Les fans de Dieudonné scandaient ce que les cathos et royalistes, trop bien élevés, n’osaient même pas entendre, « François on t’en**** ! », etc., ce qui a été le moment le plus drôle (à vrai dire le seul) de cette grande manifestation, principalement marquée par le sérieux et l’inquiétude, amplifiés par la pluie glaçante et le ciel gris.

Manuel Valls a, quand même, pris le soin de leur donner un parcours particulièrement curieux, avec comme point de chute final, la place Vauban, juste devant l’entrée du tombeau de Napoléon aux Invalides... Surtout pas sur l’esplanade des Invalides, qui aurait pu montrer aux médias tous les manifestants dans leur globalité. Très malin. Et permet de monter une très belle souricière.

Le sérieux de l’organisation, en particulier les moyens de sonorisation et d’écrans géants, a permis d’établir une cohésion entre tous les groupes, qui d’habitude ne se seraient même pas adressé la parole, et d’entendre les griefs de chacun contre Hollande, dont les oreilles ont vraiment dû siffler tout ce dimanche après-midi.

Cette première manifestation a donc été une réussite, un message d’une dignité rare, envoyé par les organisateurs dont la nouveauté a été de demander, à la fin, l’application de l’article 68 de la Constitution française, qui permet de transformer l’Assemblée Nationale en haute cour de justice (et de destituer Hollande). Euh, là, vu les députés qu’on a, ce n’est hélas pas pour tout de suite... Le chômage devra encore faire beaucoup de dégâts.

Dans tous les cas, tout porte à croire que le prochain Jour de colère rassemblera deux fois plus de monde, puisque la crise détruit encore plus de monde à chaque jour qui passe. Et là, les médias ne pourront pas ne pas en parler sérieusement (si tant est que cela puisse être encore possible aujourd’hui...).

Pierre Jovanovic

PS : lire ici la conclusion par Jour de colère sur leur site.

PS : Espérons que Mme Bourges (porte-parole du Printemps français), qui vient de commencer une grève de la faim, sera encore de ce monde. Ou qu’elle arrêtera son jeûne d’ici là.

 

III- Les Suisses adorent Dieudo

 

 
En Suisse aussi, Dieudonné connaît un véritable engouement. Alors qu’il se produira à Nyon du 3 au 5 février, son producteur en Suisse analyse ce succès. En raison des « problèmes » rencontrés, celui-ci a souhaité rester anonyme.

 

Dieudonné fait salle comble en Suisse, comment expliquez-vous ce phénomène ?

Il y a plusieurs raisons pour expliquer son succès ici. Tout d’abord le talent. Dieudonné est doué et est extrêmement drôle en abordant des sujets aussi divers que : l’école, la laïcité, l’environnement, le cancer… Ses textes sont en général bien écrits et il a une présence scénique exceptionnelle.

D’autres raisons ?

L’humoriste dénonce certaines formes de discriminations. Par exemple, comment expliquer que l’on puisse défendre les caricatures de Mahomet au nom de la liberté d’expression et priver le comique de cette liberté d’expression lorsqu’il tourne en dérision d’autres religions ? Beaucoup de ses fans se disent écœurés par ce deux poids, deux mesures. Ceci dit, certains propos tenus par l’humoriste sont choquants mais dans une démocratie, c’est à la justice de dire le droit en condamnant les propos contraires à la loi. Une censure préalable d’un spectacle ne peut être qu’arbitraire et illégale.

Comment expliquez-vous ce type d’attitudes ?

Les gens sont très mal informés sur les « affaires Dieudonné ». L’humoriste se moque de tout le monde et de toutes les religions ! Dans ses spectacles se côtoient musulmans, juifs, chrétiens, noirs, blancs, pauvres, riches, jeunes, vieux, etc. Il est beau de voir tout ce monde uni par le rire. Je constate que depuis 2003, on l’empêche de travailler malgré le fait qu’il ait systématiquement gagné ses procès au début. C’est probablement à cause de cette censure qu’il a radicalisé son discours.

En Suisse, on lui refuse encore l’accès à certaines grandes salles. Mais cette censure se limite pour le moment à Genève, car il serait accepté dans beaucoup de villes romandes.

Quelles salles lui ont été refusées ?

Les autorités municipales de la commune de Thônex lui ont récemment refusé la location de la salle de spectacle avec les mêmes arguments que ceux qui ont été balayés par le Tribunal fédéral. En outre, malgré plusieurs tentatives, il n’a pas pu jouer au Théâtre du Léman.

Vous avez évoqué la justice. En France, celle-ci ne l’a-t-elle pas condamné à plusieurs reprises pour antisémitisme ?

En France, il a fait l’objet de neuf condamnations, dont sept définitives, contre près d’une trentaine de procès gagnés, mais en général, la presse ne fait état que de ses défaites.

Source : ghi.ch

 

IV- La meute aux trousses de Frédéric Taddeï : L’animateur est-il en danger ?Frederic taddeï Frederic taddeï Frederic taddeï

Frédéric Taddeï au tribunal de Canal+

 

V- Tribalisme primaire : Netanyahu critiqué parce que son fils a une petite amie non juive

 

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était sous le feu des critiques de parlementaires religieux dimanche, après des informations de presse affirmant que son fils entretient une relation avec une Norvégienne non juive.

 

Le journal norvégien Dagen a rapporté que Yair Netanyahu (photo ci-dessus), 23 ans, fréquentait une Norvégienne de 25 ans, Sandra Leikanger, qui étudie actuellement en Israël. Dagen affirme que lors d’une rencontre à Davos, M. Netanyahu a déclaré à son homologue norvégien que les deux jeunes gens avaient récemment passé des vacances en Norvège.

Nissim Zeev, membre du parti religieux Shass, a indiqué au Jerusalem Post dimanche que M. Netanyahu devait "faire preuve d’une responsabilité nationale" en tant que Premier ministre. "C’est un gros problème. Je parie que cela le peine", a-t-il dit.

Moshe Feiglin, un député de l’aile la plus radicale du Likoud, le parti de M. Netanyahu, a jugé de son côté "très regrettable" cette relation, dans un entretien au même journal.

Le Jerusalem Post cite une source proche du fils de M. Netanyahu confirmant que Sandra Leikanger n’est pas juive.

L’organisation d’extrême droite nationaliste et religieuse Lehava a appelé pour sa part M. Netanyahu à agir pour "empêcher cette relation". "Vos petits-enfants comme vous le savez, ne seront pas juifs", a mis en garde le directeur de Lehava, Bentzi Gopshtain, sur son compte Facebook.

Le judaïsme se transmet par la mère. Le bureau de M. Netanyahu - qui lui-même était marié avec une non-juive, Fleur Cates, entre 1981 et 1984 - s’est refusé à tout commentaire sur cette affaire.

Source : 7sur7.be

En Hollandie, c'est le délire
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents