Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Touchez pas aux enfants ! Ils sont prioritairement sacrés

Publié par medisma sur 13 Février 2014, 21:05pm

 

Touchez pas aux enfants ! Ils sont prioritairement sacrés

 

I- "Fille ou bien garçon" : la chanson fait polémique à l’école

 

En pleine polémique sur la théorie du genre, une instit a dû justifier son choix de faire chanter Fille ou bien garçon à ses élèves.

 

« Y a pas d’zizi à mes outils » : la ritournelle du groupe français Zut Fille ou bien garçon, enseignée à une classe de CE2-CM1 de l’école Jean-Baptiste-Corot, à Lisses (Essonne) crée la polémique. En pleine polémique sur la « théorie du genre », elle a généré un mouvement de colère de certains parents. La maîtresse a aussitôt tenté de calmer les esprits en écrivant une lettre à l’ensemble des parents.

 

II- Théorie du genre : entretien avec Yann Carrière, docteur en psychologie

 

 

 

 

III- Le choc des parents d’élèves après l’intervention d’un travesti dans une école

 

 

Après avoir évoqué sa vie sexuelle très dense dans une récente interview, le poète David Dumortier est intervenu en classe de CM1.

 

Il était venu «faire des tours de magie» avec les mots. Mais «a-t-il joué avec l'innocence de nos enfants?», se demandent aujourd'hui les parents. Depuis l'intervention, le 3 février, du poète David Dumortier devant une classe de CM1 de l'école Marcel-Lafitan de Versailles, l'établissement est «sens dessus dessous», confie une maman.

Au début de l'année, rapporte-t-elle, «la maîtresse nous a prévenus qu'elle ferait travailler ses élèves sur la poésie». Un intervenant a été envoyé par la Maison de la poésie, sans que son nom soit dévoilé aux parents. «Je suis auteur jeunesse depuis quinze ans, précise David Dumortier. J'interviens régulièrement dans les écoles. Mes textes ont été sélectionnés par le ministère de l'Éducation nationale depuis des années.» Ce lundi-là, le poète lit aux enfants son ouvrage Mehdi met du rouge à lèvres. «Si Mehdi met du rouge à lèvres, c'est “pour que les bises restent plus longtemps sur toi”, explique l'auteur, reprenant des passages de son livre. Est-ce du prosélytisme homosexuel? Les enfants ont adoré. Ensuite j'ai demandé aux garçons s'ils s'étaient déjà déguisés en filles. Plusieurs m'ont lancé: “C'est arrivé à mon papa aussi!”»

Sauf que le soir même, un petit garçon raconte chez lui l'histoire de Mehdi… En quelques clics, les parents découvrent la bibliographie du poète. «David Dumortier va bien au-delà du thème de l'homosexualité, commente ainsi le SNUipp, le principal syndicat d'enseignants du primaire, sur son site Internet. Il rend sensibles, avec tendresse, pudeur, justesse de ton, ces heureux moments de l'enfance où les identités sexuelles ne sont pas encore figées, où se mêlent encore masculin et féminin, où l'ambivalence est une richesse.»

 

«Le travesti on le commande sur internet»

Son dernier livre est intitulé Travesti. «David Dumortier est poète, mystique et travesti, peut-on lire dans la présentation de l'ouvrage, édité par Le Dilettante. Lyrique en diable et salope au lit.» Une interview de l'auteur, accordée en octobre 2013 à France Inter, sidère les parents. «Il y déclare : “Je m'habille en femme chez moi pour recevoir des hommes, et des hommes, j'en ai accueilli des wagons”, s'étrangle un papa. Le travesti on le commande sur internet: 14 garçons en 36 heures… Il précise aussi que sa “double vie n'est pas si nettement scindée”, qu'il “aime le mensonge”…» David Dumortier, lui, ne voit pas le problème: «Je n'ai pas lu Travesti en classe, se récrie-t-il. C'est comme Apollinaire ; il a écrit à la fois des poèmes pour enfants et Les Onze Mille Verges…»

Alors que trois parents, très choqués, ont été «convoqués» mercredi par l'inspectrice d'académie, les autres hésitent à se plaindre. «On ne veut pas être traités d'homophobes», confie une maman. Mais du côté du collectif VigiGender, on monte au front: «Qui a donné l'accréditation Éducation nationale à cette personne? interroge Marie Pierson, référente VigiGender dans les Yvelines. On ne veut pas juger sa vie privée. Mais est-il normal qu'une personne qui parle aussi ouvertement de sa perversion puisse côtoyer des enfants?» À l'inspection d'académie, on attend d'avoir «tous les éléments pour communiquer». Quant à David Dumortier, il affirme avoir reçu l'assurance que «le projet va continuer».

 

 
IV- Une clé USB ludo-éducative envoie des écoliers sur des sites pornos

 

Le projet « Besançon Clic » visait à fournir aux écoliers de Besançon des PC et une clé USB offrant un contenu éducatif. Problème, des liens renvoyaient sur des sites pour adultes.

 

 

À l’heure de la polémique sur la théorie du genre et du livre « Tous à Poil » dont les ventes ont explosé sur Amazon, ce fait divers dévoilé par L’Est Républicain, risque à nouveau d'inquiéter les parents d'élèves bisontins.

Au départ, il s’agit d’une initiative numérique destinée aux élèves de CE2 d’une école de Besançon. Dans le cadre de l'opération "Besançon Clic/Ordi Classe", la municipalité a offert aux écoliers des ordinateurs avec des clés USB contenant des contenus ludo-éducatifs et des liens vers des sites Internet complémentaires. Cette opération, fruit d'un partenariat entre la ville et le ministère de l'Education nationale, vise à réduire la fracture numérique.

Sur le support, au moins deux liens conduisaient les enfants sur des sites pour le moins « explicites ». Le premier sur un site porno, l’autre sur des jeux ultraviolents. Ce n’est pas le personnel enseignant qui a découvert le problème, mais des parents qui ont aussitôt alerté l’établissement de leur enfant. La ville a réagi en envoyant une lettre par courrier postal et scannée pour la diffuser sur Facebook.

Interrogé par L’Est Républicain, le directeur général des services, Patrick Ayache plaide non coupable. Selon lui, les liens renvoyaient bien, à l’origine, sur les bons sites. Mais, entre temps, « les noms de domaine ont manifestement été rachetés, de façon légale, par des sociétés peu scrupuleuses qui les utilisent pour la promotion de sites pour adultes », explique-t-il. Il ne donne pas plus de précisions.

Pour ce responsable, les conséquences restent très limitées. Il a en effet indiqué que « le cartable électronique que nous distribuons comprend également un ordinateur sur lequel la sécurité parentale est activée ». L’incident sera résolu par la récupération des clés et leur remplacement "dans un délai qui sera prochainement communiqué". Le responsable réclame, non seulement la clé récemment livrée, mais aussi celles des années précédentes, sans en expliquer la raison. Contiendraient-elles aussi des éléments douteux ?

Pascal Samama

Touchez pas aux enfants ! Ils sont prioritairement sacrés
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents