Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Le vrai risque c'est la Chine et la guerre en Asie !

Publié par medisma sur 22 Mars 2014, 19:20pm

Le vrai risque n’est pas l’Ukraine et la guerre en Europe mais la Chine et la guerre en Asie !

 

 

Comme s’ils n’avaient pas suffisamment perdu depuis près de quatre ans sur les métaux précieux, tous ceux qui achètent de l’or et de l’argent-métal n’ont toujours pas compris qu’il faut les vendre (short) sur toute reprise significative et non pas les acheter (long) sur toute faiblesse, tant qu’ils n’auront pas atteint leurs coûts de production, parce que les banques centrales occidentales et leurs bras armés les bullion banks, encore maîtres du jeu, ne les laisseront pas monter. En raison du potentiel de destruction du Système monétaire international actuel que provoquerait leur hausse comme des profits énormes que génèrent pour elles leurs manipulations à la baisse. Sans compter que faire baisser leurs prix est l’un des moyens utilisés par les “pouvoirs publics” occidentaux pour contrer les BRICS.

Il ne faut en ce moment acheter que les obligations d’Etat US, parce que lesdites banques centrales veulent qu’elles montent, que l’économie mondiale est en déflation, que les actions sont massivement sur-achetées donc destinées tôt ou tard à corriger fortement à la baisse au fur et à mesure de la suppression du Quantitative Easing et que le dollar US est vraisemblablement à la veille d’une forte reprise contre les monnaies européennes, qui a déjà commencé contre les monnaies des BRICS et autres pays émergents.

Nous avons vendu nos positions longues sur le palladium dès le 17 mars et repris des positions shorts sur l’or ce même jour vers 1.380 USD l’once (lorsqu’il était devenu évident que les sanctions occidentales contre la Russie pour la punir d’avoir récupéré la Crimée resteraient pour le moment plutôt cosmétiques),  tout en conservant nos positions shorts existantes sur l’argent-métal. Nous restons aussi shorts sur le cuivre, par suite de l’éclatement de la bulle du crédit et du “shadow banking” en Chine qui pourrait prendre des proportions dramatiques. La Chine vit son “Minsky Moment”, dont elle pourrait sortir financièrement lessivée tant au plan de la chute de sa monnaie, que de celles de ses marchés boursier et immobilier, donc de l’ensemble de son économie basée sur le “malinvestissement”. Ce qui n’est pas seulement baissier pour la plupart des matières premières, en particulier industrielles, mais aussi pour l’or, tous produits -dont la Chine étant la première consommatrice mondiale- qui ont un fort potentiel de baisse au fur à mesure qu’elle devra cesser de les acheter puis les liquider pour faire du cash.

Les États-membres de l’UE se faisant une fois de plus manipuler par les USA, qui sont les vrais auteurs du coup d’Etat de Kiev (dans lequel la Russie n’a pas de responsabilité) visant à faire entrer l’Ukraine dans l’OTAN et dans l’UE (via un accord d’association dans un premier temps), en particulier le sénateur John McCain et  la sous-secrétaire d’Etat US  Victoria Nuland agitant la foule place Maidan, pour installer la flotte US à Sébastopol et encercler un peu plus la Russie, sont tombés sur l’obstacle Poutine.

—————

Au sujet de V. Nuland, Wikipédia écrit: “Elle supervise les manifestations pro-européennes en Ukraine (à partir de novembre 2013). Elle admet devant l’US Ukraine Foundation que les USA ont utilisé plus de 5 milliards de dollars pour « développer la démocratie » en Ukraine. Le 6 février 2014, une conversation téléphonique qu’elle avait eue avec l’ambassadeur des États-Unis à Kiev apparaît sur YouTube. Elle y insulte l’UE et donne des instructions pour composer le nouveau gouvernement ukrainien. Après avoir d’abord nié, elle présente des excuses à l’Union européenne, mais pas aux Ukrainiens”...

—————

Lequel Poutine est finalement parvenu sans effusion de sang à renverser la situation en récupérant la Crimée historiquement russe avec l’accord ultra majoritaire de sa population donc démocratiquement. Les Hollande et autres Merkel, au lieu de jeter de l’huile sur le feu, devraient maintenant s’entendre avec Poutine pour faire baisser la tension avec la Russie, qui ne pourra qu’être défavorable à l’UE, mais aussi explorer les voies d’un large accord de coopération entre les deux ensembles, dont ils ont besoin compte tenu de leur complémentarité et de leur appartenance à la même civilisation. Pour cela, les États-membres de l’UE doivent sortir de l’OTAN et renvoyer les troupes US encore sur leur sol, comme l’avait fait de Gaulle en son temps pour la France, mais aussi cesser la négociation du Traité de libre-échange transatlantique avec les USA et en ouvrir une avec la Russie pour la faire basculer dans une entente avec l’UE plutôt que de la pousser à s’accorder avec la Chine.

A propos du bradage de l’indépendance et de la souveraineté de la France par “Sarkozy l’Américain”, poursuivie par Hollande devenu encore plus atlantiste que son prédécesseur, on lira les objections de ce dernier alors député socialiste à propos de l’alignement sur les positions US lors du débat sur la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN qu’il a oubliées depuis…

Les USA continueront à entretenir l’hostilité de l’UE à l’égard de la Russie selon leur méthode consistant à “diviser pour régner”, mais engagés dans le soutien actif de la dangereuse “politique de puissance” conduite par le Japon de Shinzo Abe contre la Chine, qu’il s’agit pour l’Amérique de déstabiliser aussi (comme cela vient d’échouer contre la Russie), vont maintenant être occupés par la situation asiatique qui est beaucoup plus dangereuse qu’en Europe. S’il y a un conflit armé sérieux prochainement, ce sera en Asie.

Avec des répercussions bien plus dommageables pour les économies et les marchés d’actions que l’escarmouche ukrainienne, d’autant que serait alors aussi relancée la guerre entre Chiites et Sunnites au Proche et au Moyen Orient que les USA, l’Arabie saoudite et le Qatar -ne parvenant plus à contrôler l’Irak et l’Afghanistan- s’emploient à envenimer alors que la Russie et l’Iran tentent d’en sortir par la négociation (qu’il s’agisse de la Syrie, du Liban ou de l’Égypte).

(FMG)

 

Le vrai risque c'est la Chine et la guerre en Asie !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents