Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Une sévère déconvenue attend le PS au second tour

Publié par medisma sur 26 Mars 2014, 21:29pm

Municipales 2014 : Une sévère déconvenue attend le PS  au second tour

 

 

 

I- Réactions à chaud de Marine Le Pen sur les résultats électoraux

 

Et échanges avec Najat Vallaud-Belkacem

 

 

 

 

 

II- Manuel Valls, gardez donc vos leçons de morale !

 

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a décidé de reprendre vertement un pompier qui refusait de lui serrer la main.

 

 

 

http://cheznectarine.c.h.pic.centerblog.net/15ba6d78.gif

Anticipant probablement la sévère déconvenue électorale du premier tour des élections municipales, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a décidé de reprendre vertement un pompier qui refusait de lui serrer la main à Grenoble. Le ton de l’échange fut houleux et caractéristique de la nature rigide du pouvoir socialiste depuis deux ans. Sourds aux cris du peuple, enfermés dans une tour d’ivoire, les gouvernants répondent de plus en plus abruptement aux critiques qui leur sont formulées.

Quand le jeune pompier a refusé de saluer le ministre, celui-ci lui a répliqué à sa façon toujours autoritaire : « Quand on refuse de serrer la main à une personne, c’est qu’on a perdu ses valeurs. […] Il y a une hiérarchie chez les sapeurs-pompiers, et vous devez la respecter ! Et si je viens ici pour dialoguer avec des sapeurs-pompiers, ce n’est pas pour qu’on refuse de me tenir la main… de me serrer la main. » Cette réaction épidermique témoigne de la grande fébrilité actuelle du gouvernement ; pris au piège d’un calamiteux bilan politique, Manuel Valls se dévoile en autocrate vexé. Ce n’est pas courtois pour ce pompier, de refuser de serrer la main du ministre, mais nous sommes en démocratie et sa réaction peut être analysée comme une objection de conscience, lancée en réaction à un pouvoir qu’il juge certainement indigne. En effet, les corps constitués sont abandonnés à la violence des rues, et n’ont pas les moyens d’exercer correctement les fonctions auxquelles ils sont assignés.

Manuel Valls en appelle au respect des « valeurs », de la « hiérarchie », quand lui même et son parti n’ont pour seul programme que d’empêcher le Front national d’accéder à des mairies. C’est-à-dire de refuser au peuple de France sa libre détermination politique. Leurs fidèles serviteurs s’ajoutent dans cette lutte, qu’ils souhaiteraient symbolique d’un affrontement quasi biblique, opposant le « bien socialiste » au « mal populaire ».

On peut citer, par exemple, le cas du directeur du Festival d’Avignon, monsieur Olivier Py, qui a déclaré que si le candidat du Front national devenait maire d’Avignon, il ferait déménager son festival annuel. Du chantage et un profond dégoût du peuple. Car, en creux, se fait jour le discours qui voudrait que les électeurs du Front national et leurs représentants ne soient que des semi-débiles effrayés par la culture !

Le mépris de ce sapeur-pompier n’est qu’une réponse à ce constant mépris de classe qu’affichent ostensiblement les bobocrates socialistes. Tout infatués de leur pouvoir, de leur supposée supériorité morale, de leurs abstraites valeurs, ou de cette « culture » qu’ils pensent être leur monopole. Les tensions n’iront qu’en s’intensifiant tant que Manuel Valls et les siens répondront aux attentes légitimes des Français par des leçons de morale vides de sens. Et moi-même, si l’occasion m’en était donnée, je refuserais pareillement de serrer la main du ministre, en préférant le mot de Cambronne : « Merde » !

Source : www.bvoltaire

 

 

III- Municipales : le "front républicain" se lézarde

 

La consigne du PS de rassembler des listes pour bloquer le FN ne fait pas l’unanimité. À Béziers, le socialiste Jean-Michel Du Plaa compte se maintenir au second tour, bien que n’ayant plus l’investiture PS. Perpignan, Saint-Dié, Saint-Gilles, Marseille... autant de cas particuliers. De son côté, l’UMP ne soutiendra pas le PS pour faire barrage au FN.

Le « front républicain » n’est pas prêt de fonctionner dans ces élections municipales. Au PS, les consignes sont respectées... en ordre dispersé. Et à l’UMP, c’est « non ». À cinq jours du second tour, Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a été clair au sujet des fameuses triangulaires mardi. Il n’ aidera pas la gauche «  à sauver ses sièges  » et il a réaffirmé que la stratégie de l’UMP consistera à maintenir ses listes au second tour quelle que soit la position du Front national . «  Il est hors de question de laisser la chaise vide pendant six ans dans les collectivités. Au nom de quoi ?   », a-t-il déclaré sur France Inter.

[...] À Villeneuve-Saint-Georges, loin de constituer un front anti-FN, la droite est en passe de s’allier avec le parti de Marine Le Pen. Le candidat Divers Droite Philippe Gaudin et le FN Dominique Joly pourraient annoncer la fusion de leurs listes. Du coup, l’UMP retirerait son soutien à Philippe Gaudin.

À Fréjus (Var) où le FN est arrivé nettement en tête dimanche, le candidat UMP Philippe Mougin est sur la même ligne.

 

Lire l’intégralité de l’article sur lesechos.fr

 

Source : lesechos.fr

 

 
IV- Manifestations régionales Jour De Colère

 

 

Pour exprimer le désaveu de la classe politique : la voix de la rue !

 

Pour Jour de Colère, les résultats des élections municipales ne changeront rien s’il n’est pas tenu compte d’abord du désaveu que les citoyens ont adressé à la classe politique de droite comme de gauche, aux extrêmes comme au centre.

Avec près de 39% d’abstention, il est indécent d’entendre des politiciens corrompus s’autoriser des commentaires sur le scrutin. Le seul aveu qui leur convient est le suivant : la France a rejeté ceux qui ne la représentent plus.

Puisque ce message reste volontairement occulté, il appartient aux Français d’aller exprimer eux-mêmes leur rejet de ces politiciens incompétents.

C’est pourquoi Jour de Colère, collectif de citoyens qui refuse la politique actuelle de destruction de la France, organise les 5 et 6 avril 2014 une série de manifestations partout en France. A Bordeaux, Nantes, Lyon, Dijon, Toulouse, Caen, Lille, Tours et Montpellier, les Français en colère sont invités à descendre dans la rue.

Parce que nous avons tous au moins une raison d’être en colère contre ce gouvernement :

 qui n’écoute pas le peuple,
 qui matraque les contribuables,
 qui affame nos paysans,
 qui détruit notre économie,
 qui enterre notre armée,
 qui libère les délinquants,
 qui déboussole nos enfants,
 qui réduit nos libertés,
 qui assassine notre identité…

Jour de Colère appelle tous ceux qui ne se reconnaissent plus dans l’oligarchie au pouvoir à donner une voix à leur abstention : la voix de la rue !

 

 

Voir aussi  : Jour de colère : les images d’ERTV

 

Source : jourdecolere.com

Une sévère déconvenue attend le PS  au second tour
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents