Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Valls dans tous ses états...jusqu'aux délires sionistes !

Publié par medisma sur 21 Mars 2014, 22:25pm

Valls dans tous ses états
I- Mensonges, manipulations et intimidations

Manuel Valls : Alain Soral est "un néo-nazi"


 

Discours de Manuel Valls à Paris, esplanade du Trocadéro, le 19 mars 2014, à l’occasion du rassemblement organisé par le CRIF et intitulé « La haine des juifs ça suffit ! », au cours duquel le ministre de l’Intérieur qualifie Alain Soral de « néo-nazi » (à 5’31) :

Souce : E§R

 

Quelques extraits des autres interventions :

 

II- Privilège dangereux

 

Bertrand Delanoë : la France doit "défendre tous ses enfants et en particulier ses enfants juifs"

Extrait du discours de Bertrand Delanoë prononcé sur l’esplanade du Trocadéro à Paris lors du rassemblement « La haine des juifs, ça suffit ! » organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) le 19 mars 2014 :

Source : E§R

 

III- La Ligue de défense juive nargue les CRS devant Manuel Valls

 

 

INFO PANAMZA. Découvrez les images stupéfiantes d’un ministre de l’Intérieur qui tente de paraître impassible face aux débordements de la Ligue de défense juive.

Côté police, le sujet est si « sensible » qu’on ne donne « aucun renseignement ». Tels ont été les termes employés par Le Nouvel Observateur du 13 août 2012 : Manuel Valls n’avait alors toujours pas « pris position » sur le traitement à réserver à la LDJ, mouvement ultra-sioniste ayant commis, depuis plusieurs années, des agressions et des intimidations à l’encontre de citoyens ou d’entreprises jugés hostiles à Israël.

Les drapeaux jaunes de la LDJ étaient reconnaissables lors de l’altercation qui s’est produite mercredi soir, place du Trocadéro, entre ces extrémistes juifs et les forces de l’ordre. Un rassemblement contre l’antisémitisme – rapidement transformé en meeting communautariste en faveur du régime d’occupation et d’apartheid qu’est l’État d’Israël – se tenait en présence de Manuel Valls.

Comble de l’ironie : comme à son habitude, la LDJ a suscité des échauffourées face aux cordons de la gendarmerie. Malgré l’usage de gaz lacrymogène pour disperser les jeunes miliciens, certains d’entre eux ont continué – en dépit de la présence du ministre de l’Intérieur – à narguer les CRS comme l’illustrent les images suivantes.

Source : panamza.com

 

IV- Un pompier refuse de lui serrer la main, Manuel Valls pique une colère

Autoritarisme de pacotille

 

 

Lors de sa visite à Grenoble jeudi, le ministre de l’Intérieur est allé saluer les pompiers qui, en conflit avec leur direction depuis trois mois, manifestaient devant la Préfecture. L’un d’eux a refusé de lui serrer la main.

 

 

V- La femme de Manuel Valls prise en flagrant délit de passe-droit

 

 

Anne Gravoin a usé de ses relations pour faire sauter le P-V de stationnement d'une amie mal garée dans la rue du 11e arrondissement où vit le couple.

Les passe-droits dans la police sont une tradition... républicaine. Ce n'est pas Anne Gravoin, l'épouse violoniste du ministre de l'Intérieur, qui dira le contraire. Le 28 janvier dernier, à 10 h 30, un agent de surveillance de la voie publique (ASVP) verbalisait les véhicules démunis de ticket de stationnement ou gênant la circulation dans la rue où résident les époux Valls, située dans le 11e arrondissement de Paris. La pervenche s'en tient au règlement et aligne ses amendes dans la plus stricte égalité des conditions. Lorsqu'elle appose sa contravention sur une voiture de marque Toyota garée sur un bateau pavé, un gardien de la paix lui ordonne de ne pas la verbaliser. "Trop tard, c'est déjà fait !" lui lance-t-elle. Le policier n'était pas là par hasard. Le matin même, il avait reçu un appel d'Anne Gravoin "via le téléphone de service" pour le prévenir qu'une amie venait lui rendre "une visite strictement privée" en Toyota, comme il est écrit dans son rapport "pour verbalisation intempestive" destiné à sa hiérarchie que Le Point.fr a pu consulter. Dans ce cadre, elle réclamait l'indulgence des forces de l'ordre pour son amie éventuellement mal garée.

 
SDF déplacés

Lorsque l'épouse du ministre de l'Intérieur sort de chez elle vers 12 h 30, le gardien de la paix lui narre sa mésaventure, insistant sur le fait qu'il a "tout fait pour empêcher cela", c'est-à-dire la verbalisation de l'automobile de son amie. "J'appelle immédiatement Manuel", s'énerve la musicienne préférée de Manuel Valls. Deux heures plus tard, un commandant du groupe de sécurité du ministre de l'Intérieur (GSMI), qui dépend de l'ex-Service de protection des hautes personnalités (SPHP devenu Service de la protection), prend contact avec le gardien de la paix pour lui dire "qu'il s'occupait de faire le nécessaire".

Ce n'est pas la première fois que l'épouse de l'ex-ministre le plus populaire du gouvernement Ayrault use de ses relations pour obtenir des faveurs de la part de la police. Agacée par le nombre de SDF qui fréquentent son quartier, elle avait demandé aux îlotiers de les déplacer. Le ministre de l'Intérieur avait démenti l'intervention de sa femme.

Mais parfois, ce sont les policiers qui font preuve d'un zèle certain auprès des proches du titulaire actuel de la Place Beauvau. Ainsi, lorsque son ex-femme, mère de ses quatre enfants, s'est fait voler son sac à main en février 2013 à Évry (Essonne), la hiérarchie a mobilisé la police technique et scientifique pour retrouver les auteurs du larcin. Délesté de son argent et de ses cartes bancaires, l'objet avait été retrouvé à Corbeil-Essonnes dans le quartier sensible des Tarterêts. C'est le commissaire en personne qui était venu rapporter le sac à main au domicile de sa propriétaire. Les prélèvements ADN pour confondre les coupables ont fait moins de bruit que ceux effectués pour arrêter les voleurs du scooter du fils de Nicolas Sarkozy en janvier 2007.

 

Source : Le Point.fr

 

VI- Que cachent les délires sionistes de Manuel Valls ?

 

Manuel Valls croit à la théorie du Choc des civilisations et il a choisi son camp : Israël et ses vassaux occidentaux. Pas une semaine ne se passe sans qu’il ne manifeste avec ferveur les liens qui l’unissent à l’État hébreu.

Le 18 mars, il vient apporter son soutien à David Habib, candidat PS aux municipales de Pau et "ami personnel" du Ministre. Pour mémoire, vice-Président du Groupe d’amitié France-Israël, David Habib est aussi l’un des rares signataires du Parti Socialiste de la « Lettre ouverte au président de la République » (alors Nicolas Sarkozy) lui demandant de s’opposer à la reconnaissance d’un État palestinien… Le lendemain même, il prononce un discours à l’esplanade du Trocadéro à l’occasion du rassemblement organisé par le CRIF en hommage aux victimes de  Mohamed Mehra, dans lequel il assimile antisionisme et antisémitisme et traîne dans la boue ceux qui osent critiquer la politique de l’État hébreu. Ces prises de position font écho à ses nombreuses professions de foi en faveur d’Israël, notamment à celle prononcée sur Radio J en novembre 2012, au moment même où l’armée israélienne déployait l’opération Pilier de défense dans la bande de Gaza qui s’est soldée par des centaines de morts et des milliers de blessés, côté palestinien.

La communauté musulmane en France ne bénéficie pas des mêmes attentions, loin s’en faut : sorties sur l’Islam (au Conseil des Ministres) qu’il estime incompatible avec la démocratie, campagnes islamophobes à répétition, interdiction d’une manifestation contre un film raciste antimusulman, promotion agressive de la laïcité contre la communauté musulmane, déni de l’islamophobie (il récuse d’ailleurs le terme même en accréditant le mythe de son invention par des intégristes iraniens dans les années 1970). Lors du meeting du 27 novembre dernier à la Mutualité pour « défendre la République contre les extrémismes » il est allé jusqu’à mettre sur le même pied extrême-droite et communautarisme religieux – comprendre "musulman"  (voir ici à 2’05). Les musulmans ne se trompent pas en estimant à une très large majorité (77 %) que le PS est un parti islamophobe et raciste.

Cette inégalité de traitement ne fait que refléter la politique extérieure menée par la France. Sur les dossiers Syrien, Iranien ou Ukrainien, le gouvernement  est totalement aligné sur les intérêts d’Israël, achevant la rupture d’avec la politique gaullienne, plus équilibrée, qui a fait un temps l’honneur de la France. Et quand il s’agit de défendre ses propres intérêts impérialistes, le gouvernement ne fait que reprendre la rhétorique néoconservatrice de la "guerre contre le terrorisme" pour l’appliquer au Mali et en République Centrafricaine. La France, pays le plus sioniste du monde ? C’est en tout cas le seul où appeler au boycott de produits israéliens est passible de poursuites pénales.

Le sionisme professé par le gouvernement ne doit rien au hasard : il permet de réduire l’antiracisme à une lutte contre l’antisémitisme puis, par glissement, contre l’antisionisme pour finalement légitimer la politique d’Israël en prohibant toute critique à son encontre, alors que l’État hébreu qui pratique sans vergogne une politique d’apartheid est l’un des plus racistes au monde. L’obsession antisémite de Manuel Valls n’est que le masque d’une allégeance absolue à Israël. Victime collatérale  de cette politique, le musulman devient un bouc émissaire parfait, isolé, dominé et sans soutiens politiques, au prix d’ailleurs d’une montée en force de l’islamophobie en France bien utile au gouvernement pour masquer la faillite de sa politique en ces temps de crise.

Mais le sionisme est plus qu’une affaire de famille, quoi qu’en dise Manuel Valls : c’est le pendant idéologique des politiques économiques menées par le gouvernement socialiste en faveur du libre-échange et des intérêts de l’oligarchie. Il sert, à terme, le projet d’une gouvernance globale de la finance sur les peuples et les nations dont on voit déjà les prémices à l’échelle européenne et qui prendra demain la forme d’un gouvernement mondial ayant Jérusalem pour capitale. L’expérience de la Grèce,  laboratoire de la dictature intégrale de la finance, est appelée à se généraliser notamment à travers la mise en place d’un grand marché transatlantique UE-USA qui laminera ce qu’il reste de droit du travail et de protections sociales de part et d’autre de l’Atlantique. Le sionisme déborde de beaucoup la question palestinienne. Il est un levier idéologique pour soumettre les populations aux exigences du Nouvel Ordre Mondial. Pour cette raison, la propagande sioniste du gouvernement ne peut que s’intensifier au fur et à mesure de l’aggravation de la crise économique et financière et de la radicalisation des contradictions impérialistes, comme on l’observe depuis le virage atlantiste du quinquennat Sarkozy.

Source : bourgoinblog.wordpress.com

 

VII- Richard Falk, expert à l’ONU : la politique d’Israël relève du "nettoyage ethnique"

 

 
L’expert indépendant du Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour les territoires palestiniens occupés, l’Américain Richard Falk, a une nouvelle fois dénoncé vendredi la politique d’Israël dans ces territoires, affirmant qu’elle présente les caractéristiques de « l’apartheid » et du « nettoyage ethnique ».

 

« La réalité sur le terrain s’aggrave aussi bien du point de vue du droit international que du point de vue du peuple palestinien », a-t-il dit aux journalistes à Genève. Il a notamment accusé Israël « d’efforts systématiques et continus pour changer la composition ethnique de Jérusalem Est », de « recours excessif à la force », de « punition collective » à Gaza, de destructions d’habitations et de construire de plus en plus de colonies.

« Il y a une discrimination systématique sur la base de l’identité ethnique, avec l’objectif de changer la démographie de Jérusalem », a-t-il affirmé, appelant cela une forme « de nettoyage ethnique ».

Depuis 1996, plus de 11 000 Palestiniens ont perdu leur droit de vivre à Jérusalem, a souligné M. Falk. « Ce que nous appelons occupation est maintenant de plus en plus compris comme une forme d’annexion, une base pour un apartheid dans le sens où il y a un double système légal discriminatoire », a ajouté M. Falk.

Le mandat de M. Falk expire dans quelques jours, après une mission de six ans qui lui a valu de polémiquer vivement et régulièrement avec Israël et ses soutiens, notamment les États-Unis et le Canada. Ce professeur émérite de l’université de Princeton, âgé de 82 ans, est lui-même juif, ce qui lui permet de balayer toutes les accusations d’antisémitisme dont il a fait souvent l’objet.

Source : 7sur7.be

Valls dans tous ses états...jusqu'aux délires sionistes !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents