Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Sarkozy : Faut lui dire ses vérités !

Publié par medisma sur 3 Juillet 2014, 21:09pm

Sarkozy comme tout le monde..., ses grosses ficelles, ses insultes et vulgarités, ses intentions néfastes, ses turpitudes, ses bandes prédatrices...

 

I- Nicolas Sarkozy comme tout le monde...

 

'Les amis de Sarkozy s’émeuvent et crient à l’acharnement. Mais qui sont-ils ?' (lintegral)

 

 

Les Amis de Nicolas Sarkozy  [Et nous d’ajouter que ces amis ont profité largement de son quinquennat, matériellement et professionnellement tout en contribuant  grandement à l’appauvrissement et au déclin de la France] vont à nouveau évoquer l'acharnement judiciaire et le fait que le pouvoir se sert de la Justice pour empêcher le retour de l'ancien président. Alors que le seul crédit indiscutable de ce Gouvernement est d'avoir laissé faire, la liberté et l'indépendance des magistrats étant acquises depuis le mois de mai 2012. En dépit de ce déplorable Mur des cons qui a gangrené l'espace démocratique.

Je suis sûr qu'on va bientôt entendre le solitaire et courageux Henri Guaino hurler à l'injustice et soutenir contre toute évidence que la garde à vue est une mesure trop humiliante pour un ancien président irréprochable comme Nicolas Sarkozy !

Mais qui peut soutenir, à la suite de cette garde à vue de Nicolas Sarkozy à Nanterre dans cette affaire de violation du secret de l'instruction et de trafic d'influence, être véritablement habité par une stupéfaction civique (France Info, BFM TV, I Télé, LCI) ?

Tout ce qui a surgi de délétère du quinquennat de Nicolas Sarkozy, depuis que sa défaite a permis de le mettre au jour, tout ce qui apparaît, régulièrement, de trouble dans cette période où l'ancien président joue la discrétion ostensible en espérant être le sauveur de la France au lieu de se préoccuper d'être d'abord le sien, n'ont pas manqué d'alerter le citoyen de bonne foi.

Il ne tombe pas des nues puisque Nicolas Sarkozy est sans cesse, de son fait d'hier et d'aujourd'hui, au coeur du débat public en ce qui concerne les exigences de l'état de droit.

Cette garde à vue est une "première" pour un ancien président de la République mais celui-ci, à cette échelle et avec cette intensité, est également un "premier" pour les transgressions au moins présumées de l'éthique présidentielle et de la morale publique. On n'a jamais fait "pire" avec cette constance et cette fréquence.

Nicolas Sarkozy est comme tout le monde: on verra ce qu'il adviendra de lui après ces 24 heures ou 48 heures de garde à vue. Normalité procédurale donc qui manifeste un progrès mais dont je conçois que les ignorants ou les inconditionnels - ce sont parfois les mêmes - s'émeuvent. [Et nous d’ajouter que souvent ceux qui s’émeuvent, déconsidérés qu’ils sont, prient pour son retour aux affaires !]

Espérance démocratique enfin.

Si toutes ces casseroles aux basques de l'ancien président s'incarnent en culpabilité judiciaire, si ces soupçons si plausibles à force d'être multipliés et étayés sont confirmés par des preuves, je forme le voeu qu'enfin les transgressions ne soient plus une prime, la malhonnêteté une aubaine et l'absence de rectitude et d'exemplarité un bénéfice.

Il serait temps que la France se hissât à la hauteur des principes qu'elle proclame abstraitement pour n'avoir jamais à les rendre opératoires.

Nicolas Sarkozy est traité comme tout le monde. Au fond rien de surprenant dans cette banalisation qui prend acte d'une hauteur dévoyée.

philippebilger.com

 

II- Les grosses ficelles de Nicolas Sarkozy

 

 

Evoquons l'exercice de Nicolas Sarkozy sur TF1 et Europe 1 où il a tenté de nous démontrer qu'il est tout ce qu'il n'est pas. L'acteur a perdu de son aura parce que son texte est devenu un propos conventionnel plus qu'une expression sincère. Ses trucs et ses procédés ne convainquent plus.

Certains vont me reprocher mon manque de mesure, mon hostilité, et pour ma part, je pourrais aussi dénoncer chez quelques autres une absence totale de lucidité et une imprécision judiciaire compensée, comme souvent, par une arrogance d'autant plus affichée.

Détester la magistrature n'est pas le meilleur moyen pour la connaître et en parler. On a le droit éventuellement de faire s'accorder retenue et ignorance. Cela n'interdit pas de participer mais nécessite au moins un aplomb moins sûr de soi.

Pour avoir vilipendé le désastreux Mur des cons et avoir jugé la lettre adressée par le Syndicat de la Magistrature au président de la République outrancière et choquante, je suis d'autant plus fondé, en retour, à mettre en cause la teneur de l'entretien de Nicolas Sarkozy avec Jean-Pierre Elkabbach et Gilles Bouleau.

Ces derniers, il faut l'admettre, ont tenté de faire leur travail mais ils ont eu les miettes que la volubilité de leur invité leur laissait.

Après sa garde à vue et sa mise en examen pour corruption active, recel de violation du secret de l'instruction et trafic d'influence, Nicolas Sarkozy a eu droit à Europe 1 et TF1 durant une quinzaine de minutes au moins mais il est un citoyen ordinaire et paraît-il un justiciable comme les autres.

Il s'en est pris à ces "dames", les juges d'instruction Simon et Thépot, et cette dernière en particulier a fait l'objet de ses foudres parce qu'elle appartient au SM. Jusqu'à nouvel ordre, personne ne peut suspecter ces magistrats d'avoir inventé les faits dont elles sont saisies et le Mur des Cons ne frappe pas à vie même les juges les plus discrets d'une malédiction professionnelle.

Le juge Gentil, lui aussi, avait été traîné dans la boue politique et judiciaire par les amis de Nicolas Sarkozy jusqu'à ce que celui-ci n'hésite pas à exploiter le non-lieu dont il avait bénéficié de la part de ce magistrat pourtant tellement odieux et partial!

Il est clair que pour Nicolas Sarkozy les seuls magistrats supportables ont été ou sont ceux soumis à son emprise ou qui n'instruiront jamais à son sujet. Tous les autres, des "petits pois".

Il a vigoureusement contesté la dureté et l'humiliation de sa très longue garde à vue puis de son déferrement tardif et s'est plaint d'avoir été traité de la sorte au lieu de l'être selon des modalités moins éprouvantes. A qui la faute ? Si ces magistrats ont été obligés de mettre en oeuvre un tel dispositif, c'est à cause du comportement de Nicolas Sarkozy qui n'a pas cessé depuis sa défaite d'activer un réseau d'informateurs dans les hautes sphères de l'Etat. Pour être prévenu, alerté, pour influencer et déséquilibrer. Pour mieux se tirer d'affaire, des affaires en n'hésitant pas à solliciter ou à favoriser le dévoiement de certaines personnalités dont une au moins, Patrick Calvar, a su résister. Mais Nicolas Sarkozy ne proclame-t-il pas qu'il est un justiciable comme les autres ?

Il prétend nous apitoyer en faisant croire que ses conversations intimes ont été retranscrites alors que la seule transcription des écoutes - outil procédural efficient en l'occurrence - a concerné la préparation ou la commission d'infractions entre lui-même, Me Herzog et Gilbert Azibert. Cette circonstance a toujours permis, selon la Cour de cassation, de battre en brèche le rempart absolu du secret professionnel. Mais peu importe. Nicolas Sarkozy est avocat et a affirmé avoir le soutien des avocats !

Tout le reste à l'avenant.

Bygmalion ? Le Conseil constitutionnel a tout dit. Il n'y est pour rien.

Les sept procédures dans lesquelles il est impliqué ? Une malveillance, une instrumentalisation. La main sur le coeur et sur l'esprit, ne nous déclare-t-il pas qu'il est irréprochable ?

Je ne sais pas l'impact qu'aura sa prestation sur l'esprit public et sur l'UMP mais si la clairvoyance n'était pas une denrée intellectuelle et morale de plus en plus rare, la cause serait entendue.

Cet ancien président se vantant d'être honorable voit son honneur trop systématiquement et durablement contesté pour pouvoir encore se réfugier derrière cette belle façade.

Nicolas Sarkozy devrait être prié aimablement de demeurer auprès de son épouse et de faire des conférences pour le plus offrant. Un destin qui en vaut bien un autre.

philippebilger.com

Biographie

Président de l'Institut de la parole, conseiller spécial au cabinet d'Alverny Demont & Associés. Aujourd'hui magistrat honoraire, j'ai exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la cour d'assises de Paris. J'ai été amené à requérir dans un certain nombre d'affaires dont quelques-unes ont eu un fort retentissement médiatique : Christian Didier - l'assassin de Bousquet -, Philippe Naigeon, Bob Denard, Emile Louis, Maxime Brunerie, Michaël Freminet (victime : Brahim Bouarram), François Besse, Hélène Castel...

 

 

III- Rappelez-vous ! 

 

1- Sarkozy, entre insultes et vulgarité

 

 

2- La vérité sort aussi de la bouche des vieux !

 

 

3- NICOLAS SARKOZY DEGAINE SUR TOUT....POUR ECHAPPER A LA CASE PRISON

 

 

Après avoir miné l'UMP ( financièrement, éthiquement et idéologiquement), voilà que l'homme qui se rêve en "sauveur de la patrie" se déchaîne maintenant sur ses anciens collègues. Pour mister " Bling Bling", il ne saurait y avoir de relève à droite en dehors de sa petite personne et ses 158 cm. Et pour parvenir à ses fins, il tire sur tout ce qui bouge, à commencer sur ceux qui ambitionnent d'être en haut de l'affiche à l'UMP. Morceaux choisis.

A propos de Bruno Le Maire, qui brigue la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy a affirmé :"Quand il apparaît à la télé, les Français changent de chaîne", a t-il ironisé devant Luc Chatel. Et d'ajouter:" Il écrit des livres en allemand que personne ne comprend et il donne des leçons à tout le monde sans même avoir été Premier ministre".Sur Xavier Bertrand, qui a fait acte de candidature pour 2017 et se pose ouvertement en opposant à l'ancien chef de l'État, il a confié  "c'est un médiocre". Et de poursuivre: "Ce n'est pas la reconnaissance qui l'étouffe". Et de lâcher en parlant d'Alain Juppé: "Il a toujours été correct avec moi. Ce n'est pas un concurrent vu son âge".

Qui a dit que l'ancien locataire de l'Elysée avait gagné en sagesse ? Nicolas Sarkozy qui prend de la hauteur, faut pas rêver ! Attendre une élevation intellectuelle chez l'ancien " président", c'est un peu comme si l'on envoyait un alcoolique en cure de désintoxication dans un bar. C'est dire combien avec Nicolas Sarkozy, la France n'a pas fini d'avoir la gueule de bois. 

 

 

A- Xavier Bertrand sur l'affaire Bygmalion: "Il faut la clarté totale sur ce qui s'est passé

Xavier Bertrand, ex-ministre du Travail sous Nicolas Sarkozy, a expliqué la montée du Front national aux Européennes par la crise à l'UMP. Pour le député-maire de Saint-Quentin, le Front national aurait fait un encore meilleur score si lumière avait été faite sur l'affaire Bygmalion, la veille des élections. "Je pense qu'il y a un avant et un après les élections européennes. Il faut que la lumière soit faite intégralement pour que l'on sache clairement quelles sont les dispositions à prendre pour ne plus jamais plus voir ceci se produire ni à l'UMP, ni ailleurs", a-t-il déclaré.

 

 

B- Xavier Bertrand: pas besoin de Sarkozy pour trouver une solution à l'UMP

L'ancien ministre du travail UMP Xavier Bertrand a souligné mercredi que l'UMP n'a pas eu besoin de Nicolas Sarkozy pour trouver une première solution à sa crise.
"Hier, clairement, l'UMP n'a pas eu besoin de Nicolas Sarkozy pour trouver une solution, on sait trouver des solutions sans Nicolas Sarkozy", a dit l'ancien secrétaire général de l'UMP.
Il a également souligné l'urgence de la situation pour son parti. "Il faut absolument aujourd'hui qu'on se redresse. La survie de l'UMP est toujours aujourd'hui en question", a-t-il dit sur RTL.

 

 

C- "Impossible" que Sarkozy "n'ait pas été au courant" (Juanico)

 

Le député Régis Juanico, ex-trésorier du PS en poste lors de la campagne présidentielle de 2012, a estimé mardi qu'il est "impossible d'imaginer que Jean-François Copé (...) et Nicolas Sarkozy n'aient pas été au courant à l'époque d'un tel dépassement.

 

D- "La bande à Sarkozy" (Charlie Hebdo)

 

 

 

 

E- La bande du Fouquet’s, la voilà !

 

 

Connaissiez vous les invités de Nicolas SARKOZY le 6 mai 2007 au Fouquet’s ?

 

Voilà la liste du Fouquet’s   :

* Mathilde Agostinelli, responsable de la communication de Prada-France

* Robert Agostinelli, fondateur du fonds d’investissement Rhône Capital, membre du Council on Foreign Office

* Christine Albanel, ex-directrice du château de Versailles, future ministre

* Bernard Arnault, président de LVMH, numéro un du luxe français, première fortune de France

* Arthur, producteur et animateur de télévision

* Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret

* Isabelle Balkany, premier adjoint de son mari, vice-présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine

* Nicolas Baverez, essayiste, chroniqueur au Point

* Nicolas Bazire, secrétaire général de LVMH

* Antoine Bernheim, banquier d’affaires, président de la compagnie d’assurances Generali

* Nicolas Beytout, directeur de la rédaction du Figaro

* Basile Boli, ancien joueur de l’OM, héros de la finale de coupe d’Europe des Clubs champions 1993

* Vincent Bolloré, PDG d’Havas, sixième groupe de communication mondial

* Zofia Borucka, top model, femme de Jean Reno

* Martin Bouygues, PDG de Bouygues, premier actionnaire de TF1

* Conrada de La Brosse, dirigeante de la maison de l’Esprit de Château

* François de La Brosse, publicitaire

* Denis Charvet, ex-rugbyman du Racing, actionnaire de casinos

* Marie-Anne Chazel, comédienne

* Christian Clavier, acteur de cinéma

* Stéphane Courbit, ex-président d’Endemol France

* Agnès Cromback, présidente de Tiffany France

* Bruno Cromback, joaillier, PDG d’Augis 1880

* Jean-Claude Darmon, ex-président de Sportfive, ancien grand argentier du football français

* Serge Dassault, PDG de Dassault et du journal le Figaro

* Rachida Dati, future ministre

* Jean-Claude Decaux, PDG de JCDecaux, leader mondial de mobilier urbain

* Paul Desmarais Sr, milliardaire canadien, PDG de Power Corporation, actionnaire de plusieurs groupes français

* Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière

* François Fillon, futur Premier ministre

* Bernard Fixot, éditeur de best-sellers

* Valérie-Anne Giscard d’Estaing, éditrice, épouse de Bernard Fixot Albert Frère, première fortune de Belgique

* Hugues Gall, président de l’Institut de financement du cinéma et des industries culturelles

* Pascal Gentil, triple vainqueur de la coupe du monde de taekwondo

* Pierre Giacometti, directeur général d’Ipsos France

* Henri Guaino, conseiller spécial et « plume » du Président

* Claude Guéant, préfet, futur secrétaire général de l’Elysée

* Johnny Hallyday, première vente de disques en France

* Laeticia Hallyday, épouse de Johnny Hallyday

* Roger Karoutchi, futur secrétaire d’Etat

* Patrick Kron, PDG d’Alstom

* Bernard Laporte, sélectionneur de l’équipe de France de rugby

* David Martinon, futur porte-parole de l’Elysée

* Alain Minc, président d’AM Conseil, conseil de grands dirigeants

* Henri Proglio, PDG de Veolia, ex-Compagnie générale des eaux

* Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre

* Jean Reno, acteur de cinéma

* Andrée Sarkozy, mère du Président

* François Sarkozy, frère du Président, vice-président du conseil de surveillance du groupe Bio-Alliance Pharma

* Guillaume Sarkozy, frère du Président, ancien vice-président Medef

* Xavier et Sylvie de Sarrau, les meilleurs amis

* Eric Vu-an, maître de ballet au Ballet national de Marseille

* Richard Virenque, ancien coureur cycliste et maillot de jaune du tour de France

* Philippe Warrin, unique photographe présent au Fouquet’s, agence SIPA

Par Papyves83

Repris sur le blogue canempechepasnicolas

 

 

 Sarkozy : Faut lui dire ses vérités !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents