Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Bernard-Henri Lévy persona non grata en Tunisie (suite et fin)

Publié par medisma sur 2 Novembre 2014, 20:31pm

Bernard-Henri Lévy persona non grata en Tunisie (suite et fin)

 

VII- BHL vient de quitter Tunis à la demande du gouvernement tunisien

1 novembre 2014 à 22:09

 

Bernard Henri Lévy a été contraint d’écourter son séjour en Tunisie et de quitter Tunis pour Paris dans la soirée du samedi 1er novembre 2014

Le ministre des Affaires étrangères tunisien Mongi Hamdi a confirmé ce départ précipité du philosophe et activiste politique français, débarqué à l’aéroport de Tunis-Carthage, dans la soirée du vendredi 31 octobre 2014, pour un séjour qui a suscité des interrogations et, surtout, des manifestations organisées par la société civile.

Les manifestants rejettent toute immixtion de cet intellectuel sioniste, semeur de désordres, dans les affaires du pays et de la région. Les manifestations ont eu lieu hier soir à l’aéroport et aujourd’hui devant l’hôtel où M. Lévy a logé, à Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis. Ce qui a obligé les autorités tunisiennes, non informées de son arrivée, de lui demander de quitter le pays dans le premier vol pour la France.

Selon certaines sources, M. Lévy avait rendez-vous avec des responsables libyens et des intermédiaires tunisiens cherchant à faciliter les négociations entre les factions en conflit en Libye.

Source : http://www.kapitalis.com

 

VIII- Retour sur l'affaire de la visite de BHL en Tunisie 

2 Novembre 2014

Selon son amie, Liliane Lazar, professeure à Hofstra University à Long Island, Bernard Henri Lévy était, hier, à Tunis pour... déjeuner avec des «amis libyens».

En d'autres termes, et si on a bien compris, c'était une belle opération pour le tourisme tunisien. On aurait donc dû applaudir que M. Lévy ait choisi notre pays pour son déjeuner du samedi 1er novembre 2014 ! Et non pas en faire une affaire d'Etat!

A l'appui de son affirmation, Mme Lazar a publié sur le blog ''BHL'' la photo du fameux déjeuner, à l'hôtel The Residence à Gammarth, où l'on voit, aux côtés de M. Lévy, le Fadil Lamine, président du Conseil de Dialogue national libyen; Gilles Hertzog, compagnon de tous les combats du philosophe français; Waheed Burshan, que ce dernier avait rencontré dans le Djebel Nefousa du temps de la révolution libyenne; et Nouri Cheriou, grande figure des Amazighs libyens.

«De Tunisie, point n'est question», a tenu à souligner Mme Lazar. Traduire : de quoi les Tunisiens se mêlent-ils ?

Bien sûr, la discussion au cours de ce déjeuner – qui ne pouvait se tenir qu'à Tunis ! – était consacrée à «L'art de la philosophie», qui «ne vaut que s'il est l'art de la guerre», comme l'affirme le nom du blog de BHL.

Reste à savoir de quelle guerre il s'agissait au cours du fameux déjeuner. Celle en cours en Libye, n'en déplaise à Mme Lazar, concerne directement la Tunisie, qui fait face aux infiltrations de grandes quantités d'armes et de groupes terroristes en provenance de ce pays, avec pour mission de mener des actions de déstabilisation en Tunisie et en Algérie.

La moindre des politesses (ou des précautions), de la part de M. Lévy, aurait été d'informer les autorités tunisiennes de son arrivée à Tunis, de l'objet de sa visite et de l'identité des personnes qu'il compte rencontrer, car M. Lévy, grand Narcisse devant l'Eternel, sait que son auguste personne – ex-émissaire en Bosnie, en Afghanistan, au Kurdistan irakien, en Libye... excusez du peu! – ne saurait passer inaperçue, dans un pays en transition politique, et qui fait face à des menaces terroristes, surtout que le «philosophe de la guerre» comptait rencontrer des personnes impliquées dans une guerre qui se déroule aux frontières de la Tunisie. Ne pas informer le pays hôte d'une si importante rencontre pouvait susciter des interrogations voire des suspicions... Et c'est déjà fait.

Reste un autre point important: l'ambassadeur de France à Tunis, François Gouillette, était-il informé, lui-même, de cette visite pour le moins impromptue?

Si c'était le cas, pourquoi n'en a-t-il pas informé lui-même le ministère des Affaires étrangères tunisien, comme le recommandent les règles de la diplomatie? A moins de considérer la Tunisie, non comme un pays souverain, mais comme un protectorat...

M. Gouyette est un grand diplomate et il a une haute idée de sa mission, autant dire qu'il a aussi beaucoup d'estime pour le pays qu'il représente et pour celui où il est accrédité. Aussi son silence sur cette affaire est-il assourdissant...

Par Ridha Kéfi / kapitalis.com

 

 

Bernard-Henri Lévy persona non grata en Tunisie (suite et fin)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents