Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Le Système est nu : le Hollandisme se fiche des gens !

Publié par medisma sur 5 Novembre 2014, 21:04pm

Le Système est nu : Au royaume du Hollandisme !

 

I- Inacceptable : Les rémunérations des conseillers ministériels explosent !

Alors que le gouvernement n’a que le mot « économies » à la bouche, les rémunérations et les primes accordées aux conseillers ministériels se portent bien.

Évidemment, ça fait mauvais effet. Le gouvernement serre la vis, réduit les dépenses, augmente les impôts, taille dans les aides sociales, et voilà que René Dosière met son nez dans les documents budgétaires pour s’apercevoir que, ô stupeur, la rémunération des conseillers ministériels a augmenté en moyenne de… 7, 1 % entre 2013 et 2014. Les primes, appelées indemnités sujétions particulières, ont quant à elles subi un coup de pouce plus modeste (4, 3 % tout de même). Au total, en comptant la rémunération et les primes, chaque conseiller (1) gagne en moyenne 6, 5 % de plus cette année que l’an passé. L’inflation, pour mémoire, est passée de 0, 6 % en septembre 2013 à 0, 3 % aujourd’hui.

Entrons dans les détails. En 2014, énumère le député socialiste, la rémunération moyenne d’un membre de cabinet ministériel s’est élevée à 8 201 euros brut par mois (7655 euros en 2013). L’indemnité – la prime – est quant à elle en moyenne de 2 235 euros chaque mois (2 142 en 2013). « Ces hausses sont choquantes dans une période où ces mêmes personnes demandent aux Français des efforts de rigueur et d’économie », observe, plutôt direct, l’élu de l’Aisne. Il remarque en revanche que la hausse des rémunérations est plus modérée à Matignon (+ 3, 7 %, à 13 348 euros), parce que les primes ont été fortement réduites.

Plus curieux encore, beaucoup de conseillers gagnent plus que leur ministre… Dans 19 ministères sur 31, la rémunération brute moyenne est en effet supérieure à celle du ministre, qui s’établit selon René Dosière à 9 940 euros. Enfin, la rémunération la plus élevée se trouve au ministère de la Culture (un conseiller gagne 13 744 euros par mois !), suivie de l’Intérieur (12 987 euros), de la Décentralisation (12 680 euros), du Redressement productif (12 369 euros) et enfin à l’Enseignement supérieur (12 222 euros). Au bas de l’échelle salariale, on trouve le secrétariat d’État aux Anciens Combattants (salaire maximum de 7 555 euros). En moyenne, en revanche, c’est au ministère de l’Intérieur et à celui de la Défense qu’on gagne le plus : 12 987 euros brut par mois, primes comprises…

(1) : ces calculs intègrent les rémunérations des fonctionnaires issus d’un autre ministère ou d’une autre fonction publique que celle où ils exercent en cabinet, ainsi que les contractuels. Cela représente 333 membres de cabinet, soit 74 % des agents en poste.

Source : Le Point

 

II- Austérité pour le peuple, pas pour les ministères

Souvent rébarbatives, les annexes au projet de loi de finances, qui viennent d’être rendues publiques, recèlent parfois quelques pépites. Ainsi, celle consacrée aux « personnels affectés dans les cabinets ministériels » Ce document de près de 90 pages recense les effectifs – contractuels et fonctionnaires – et détaille les rémunérations. Tout cela, explique l’introduction, traduit « la volonté du gouvernement de transparence et de maîtrise des dépenses publiques« . Pour preuve, « les effectifs au 1er août 2014 sont en nette diminution par rapport à 2013« . Et d’avancer ce chiffre : « moins 18,4%« . Valls, qui aime l’entreprise, aimerait-il aussi dégraisser ?

Hollande dépassé

En réalité, cette baisse est un baise-couillon ! D’abord parce que les conseillers occultes et autres chargés de mission ne figurent pas dans ces statistiques. Ensuite, si les effectifs ont été réduits, c’est simplement parce que le nombre de ministres et de secrétaires d’État a diminué, passant de 28 à 32. En moyenne, le nombre de collaborateurs, ramené à celui des ministres, est resté le même, à l’unité près : 14. « C’est une baisse plus apparente que réelle » , reconnaît le député PS René Dosière, passé maître dans l’art d’éplucher les comptes des pouvoirs publics. « Des efforts ont été faits, mais il s’agit là d’une opération de communication » .

A bien éplucher les données chiffrées, on découvre que plusieurs ministères et secrétariats d’État contreviennent aux règles fixées en mai 2012. Hollande et Ayrault avaient alors demandé aux ministres de ne pas embaucher plus de 15 collaborateurs, et aux secrétaires d’État pas plus de 10. Sur les 16 ministères, neuf ont franchi la limite. Exemple : ils sont 18 collaborateurs à l’Éducation nationale, 17 aux Affaires étrangères et autant au Droit des femmes. Côté secrétariat d’État, quatre d’entre eux crèvent le plafond. Parmi eux, celui chargé des Transports qui salarie 12 personnes au lieu de 10 autorisées. Encore un peu et ce sera un transport de troupes !

Les rémunérations, elles non plus, ne baissent pas. Pour les personnels contractuels des ministères, elles ont même augmenté d’une année sur l’autre, passant en moyenne de 8 144 euros à 8 645 par mois. Soit une hausse de 6,1% . Bien plus que l’inflation et la variation de l’indice de la fonction publique réunies ! Une hausse également constatée, mais moins prononcée, côté primes. En 2013, les « indemnités de sujétion particulière » – ou « gratifications », dans le jargon de l’État – étaient, en moyenne, de 2 233 euros par individu et par mois. Elles atteignent 2 267 euros. C’est toujours ça.

C’est au secrétariat d’État à l’Enseignement supérieur qu’on est le mieux payé. Soit 10 206 euros mensuels, plus une prime de 2 016 euros. Puis viennent l’Intérieur (10 051 + 2 936) et la Défense ( 9866 + 2 421). La gratification la plus importante – 3 369 euros – est versée aux collaborateurs du ministère de la Décentralisation. Marylise Lebranchu est une bonne patronne ! Ce qui n’est pas le cas d’Annick Girardin, la secrétaire d’État chargée de la Francophonie. Avec 6 592 euros de salaire brut mensuels, ses collaborateurs sont les moins payés de tout le gouvernement. Même si, pour certains, c’est déjà beaucoup. En tout cas, pas loin de l’indemnité mensuelle d’un parlementaire (7 100 euros brut)…

Tout juste élu, Hollande avait abaissé sa rémunération, celle du Premier ministre et celle de tous les membres du gouvernement de 30%. En ce qui concerne l’Élysée et Matignon, il avait imposé qu’aucun des collaborateurs ne perçoive plus que lui-même (14 900 brut) Mais il n’avait  donné aucune consigne pour les ministres (9 940) et les secrétaires d’État (9 443). Résultat : dans la moitié des ministères, certains conseillers perçoivent plus que leurs patrons.

Enfin une mesure de gauche…

Une république exemplaire qui lutte contre le chômage de masse (ici l’hôtel Matignon)

Source : Le Canard Enchaîné /Resistance Inventerre

Via : Sott

 

III- Rappel d’un certain coup gueule… les planqués de la République…

 

IV- La haine contre les « Sans-dents » : Une Niçoise de 98 ans et sa fille retraitée expulsées de chez elles

Sa mère vient d’être conduite à l’hôpital Saint-Roch et sa fille Linda Carletti (en bleu, ci dessus et ci-contre à l’arrière-plan) vient d’être expulsée en présence des forces de l’ordre.DR

L’arrêté signé par le préfet a été exécuté ce mardi matin. La Niçoise âgée de 98 ans se retrouve à l’hôpital, dans l’attente d’une place en maison de retraite, et sa fille est, elle, à la rue.

C'est l'épilogue d'un combat mené depuis plusieurs mois : une dame grabataire, âgée de 98 ans, et sa fille, retraitée, ont été expulsées ce mardi matin. L'arrêté du préfet accordant le concours de la force publique et permettant de déloger les deux femmes était exécutable depuis le 25 août dernier.

Une ambulance, des médecins et un déploiement de policiers avaient été mobilisés dès 8 heures dans l'avenue Sainte-Claire à Cimiez. La dame âgée a été conduite à l'hôpital Saint-Roch tandis que sa fille a été expulsée et laissée dans la rue avec quelques sacs entassés dans une voiture.

« Je ne sais pas quoi faire… Je vais aller voir ma mère, je ne peux pas la laisser seule à l'hôpital ! », s'est exclamée Linda Carletti. Choquée, impuissante, elle a dénoncé le comportement des forces de l'ordre : « C'est un scandale, c'est ignoble ! Il y a eu des policiers en tenue, en civil et en nombre alors que nous ne sommes que deux femmes ».

Les deux avocates qui défendent les deux femmes, Mes Pascale David-Bodin et Houde Zgaren n'en revenaient pas non plus : « On a subi des tentatives d'intimidation à l'initiative de la police. Mais nous sommes surtout très inquiètes pour cette dame âgée de 98 ans et sa fille qui sont séparées, la seconde se retrouvant à la rue ».

Deux référés liberté engagés successivement par les deux défenseurs n'ont pas permis de suspendre la procédure d'expulsion. Me David-Bodin, scandalisée par le traitement réservé aux deux femmes, s'interrogeait sur place : « Je ne comprends pas pourquoi on n'a pas pu attribuer un logement social, il y a déjà six mois, éviter ainsi l'expulsion ».

En quête d'un logement social

Devant le tribunal administratif, la préfecture avait pointé « le manque d'engagement »de Linda Carletti dans les procédures qui auraient permis de trouver une issue différente. Linda Carletti avait expliqué que les frais médicaux indispensables à sa mère et les aliments absorbaient intégralement leurs modestes retraites.

D'ailleurs, le 10 octobre dernier, la commission de surendettement avait établi que leur dossier, le second déposé, était recevable. À l'origine, les deux femmes n'étaient pas dans le besoin, mais étaient dépendantes des intérêts perçus grâce à un prêt conséquent accordé à un unique débiteur.

C'est sa défaillance qui les a privées des ressources indispensables pour honorer leur loyer. Et depuis trois ans, les deux femmes sont dans une impasse, tout comme leurs propriétaires.

Elles ne peuvent plus compter que sur la justice, une action au civil a été entamée, afin de récupérer leur créance. Mais en attendant, ces deux Niçoises se retrouvent séparées et la plus jeune est à la rue.

Ce mardi, les amis des deux femmes ont tenté d'agir auprès des élus, dans l'espoir d'aboutir à une solution de relogement permettant de réunir à nouveau la mère et la fille.

Source : http://www.nicematin.com

 

Le Système est nu : le Hollandisme se fiche des gens !
Le Système est nu : le Hollandisme se fiche des gens !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents