Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Areva va supprimer 5 000 à 6 000 emplois et Siemens 4 500 emplois

Publié par medisma sur 7 Mai 2015, 15:17pm

Areva va supprimer 5 000 à 6 000 emplois et Siemens 4 500 emplois 

 

 

I- Areva va supprimer 5 000 à 6 000 emplois dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France

Le plan de réduction des frais de personnel annoncé jeudi par Areva se traduira par la suppression de 5 000 à 6 000 postes dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France, a déclaré le directeur des ressources humaines du groupe François Nogué.

« Les frais de personnel du spécialiste du nucléaire atteignent aujourd’hui 3,5 à 4 milliards d’euro, un niveau qui n’est plus soutenable par rapport aux 8 milliards de chiffre d’affaires du groupe », a souligné le dirigeant.

"L’effort sera plus important pour les fonctions support, corporate et siège" (c’est à dire des postes administratifs et autres fonctions centrales), afin de préserver les compétences du groupe dans les activités nucléaires, a-t-il ajouté au cours d’une réunion avec la presse.

« Au-delà des suppressions de postes, Areva fera aussi appel à des mesures de mobilité interne, de modération des rémunérations et de réorganisation du temps de travail » a souligné M. Nogué.

Le groupe a annoncé jeudi matin vouloir diminuer ses frais de personnel de 18% dans le monde et de 15% en France, dans le cadre de son plan de compétitivité, qui vise à réduire ses coûts d’un milliard d’euros d’ici à 2018.

Une réunion s’est tenue entre 8h et 10h avec les syndicats pour les informer. Une période de négociation s’ouvre désormais avec les cinq organisations représentatives des salariés du groupe, avec une première séance prévue le 12 mai.

Source : letemps.ch

 

II- Malgré le triplement de son bénéfice, Siemens supprime 4 500 emplois

12 300 suppressions de postes en 2015

Le conglomérat industriel allemand Siemens a annoncé jeudi qu’il allait supprimer 4 500 emplois supplémentaires dans le monde, dont 2 200 en Allemagne. Ce chiffre s’ajoute aux 7 800 suppressions déjà prévues dans le cadre de sa réorganisation annoncée il y a un an.

Lancé dans un programme visant à restaurer sa rentabilité, passant notamment par des réductions de coûts et une restructuration de son vaste portefeuille d’activités, Siemens a décidé de mesures additionnelles pour remettre sur les rails son activité d’énergie et gaz, où les fonctions commerciales seront regroupées, et différentes activités faiblement bénéficiaires depuis longtemps.

Les 7 800 réductions d’emplois déjà annoncées, qui vont toucher à hauteur de 2 900 l’Allemagne (et non 3 300 comme prévu initialement), concernent les fonctions administratives et les frais généraux.

"Une année après avoir présenté son plan Vision 2020, Siemens est sur la bonne voie pour mettre en oeuvre son projet de réalignement du groupe", a estimé le groupe dans un communiqué.

Le groupe de Munich, qui emploie plus de 300 000 salariés au total, a fait cette annonce en parallèle de la publication de son bilan financier pour le deuxième trimestre de son exercice décalé 2014/2015. Son bénéfice net a plus que triplé à 3,91 milliards d’euros (4,06 milliards de francs), en raison des gains engendrés par la cession notamment de ses activités dans les prothèses auditives et dans les appareils électroménagers.

En prenant en compte uniquement les activités que le groupe a poursuivies, le bénéfice net a augmenté de 77% à 1,997 milliard d’euros, comme l’anticipaient les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.

Le chiffre d’affaires trimestriel a lui augmenté de 8% à 18,05 milliards d’euros et le carnet de commandes de 16% à 20,7 milliards, grâce entre autres à de grosses commandes dans le rail.

Siemens a confirmé ses prévisions pour l’exercice 2014/2015, débuté en octobre, à savoir un chiffre d’affaires stable, une hausse d’au moins 15% du bénéfice par action et une marge pour son activité industrielle atteignant entre 10% et 11%.

 

Source : journaldujura.ch

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents