Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Etats Unis : Mensonges, Sacrés Mensonges et Statistiques

Publié par medisma sur 10 Mai 2015, 20:34pm

Etats Unis : Mensonges, Sacrés Mensonges et Statistiques

 

Il y a quelques temps, j’ai vu un reportage sur des officiers ou des soldats qui a plusieurs reprises dans leur histoire militaire avaient manifesté une grande prudence alors que tout paraissait normal, ne traversant pas une place alors que le calme régnait, se mettant en position de combat alors que rien ne justifiait une telle décision, jusqu’à ce que tout le justifie…  En fait, il s’agissait d’une sorte d’instinct qui à certains moments submergeait ces soldats, au point de prendre le pas sur une attitude raisonnable. Et, souvent, cette prudence soudaine a sauvé non seulement leur vie, mais aussi celles de leurs hommes.

Je sais bien sur qu’il n’y a aucune comparaison, mais depuis plus de quarante ans, j’arpente ces champs de mines que sont les marchés financiers, et de temps en temps j’ai un sentiment diffus que les « vibrations » que j’enregistre instinctivement ne sont pas les bonnes et je me mets à chercher fébrilement ce qui ne va pas.

Et c’est un processus intellectuel très troublant.

Mon “instinct”me dit que quelque chose ne va pas. Fort bien, mais qu’est que l’instinct ? Est-ce la somme de mes expériences accumulées depuis si longtemps ? Et dans ce cas la, je devrais y apporter la plus grande attention. Ou bien est ce le résultat du fait que je suis plus âgé et que mon esprit est incapable de supporter le stress aussi bien qu’il le faisait il y a quelques décennies ?  Et dans ce second cas, il me faut dominer ces peurs qui viennent avec l’âge, pour rester encore et toujours rationnel, envers et contre tout.

La tentation bien sur est de «rationaliser» ces peurs, en ne retenant dans les informations disponibles uniquement celles qui confortent mes peurs ou mes angoisses, ce qui n’est pas très difficile.  Il n’en reste pas moins que les USA aujourd’hui me font peur et que l’économie de ce pays m’inquiète. Ceux qui me lisent depuis quelques années noteront que cela est suffisamment rare pour être écouté.

Je vais donc faire un petit récapitulatif des choses qui me troublent outre Atlantique.

Je ne vais pas parler de choses telles que la politique de taux d’intérêts courts à zéro (zirp) , ni du « Quantitative Easing », ni de politique étrangère, ni des élections à venir et des candidats en lice mais de quelque chose de beaucoup plus diffus, de beaucoup plus « instinctif »  : L’économie Américaine ne se comporte pas « normalement .    

Voici les points qui me gênent.

§  Le revenu médian aux USA est plus bas qu’il y a 20 ans, ce qui ne s’est jamais produit dans l’Histoire du pays. Cela veut dire que la moitié ou plus des citoyens aux Etats – Unis ont un revenu plus bas (en termes réels) qu’il y a deux décennies puisque la moitie des citoyens sont en dessous de la médiane et l’autre moitie au dessus, par définition. Ce n’est pas ”NORMAL”.

Le taux de participation au travail de ceux qui sont en âge de travailler s’est littéralement effondré outre Atlantique depuis 2002, passant de 67 % à  63 %  en 12 ans, pour atteindre des niveaux extraordinairement bas que l’on n’avait plus vu depuis que les femmes ont rejoint la force travail dans les années 70. (Voir le graphique ci-dessous).  Près de 100 millions de personne, capables et en âge de travailler, ne travaillent donc pas et les statistiques du chômage masquent cette réalité en ne calculant le taux de chômage qu’en prenant en compte ceux qui y sont inscrits et en excluant du dénominateur tous ceux qui officiellement ne cherchent plus du travail. Par contre, sont collés au numérateur tous ceux qui ont travaillé ne serait ce que quelques heures dans le mois. Et c’est ainsi que la banque centrale US nous annonce fièrement que les USA sont quasiment en plein emploi.  On peut difficilement se foutre plus du monde. Si le revenu médian est en baisse et si le taux de participation est au plus bas depuis  le début du siècle, personne ne devrait dire que la situation est satisfaisante. Elle ne l’est pas.

Compte tenu des taux très bas maintenus par la banque centrale, tous les économistes s’attendaient à un boom des dépenses d’investissement. Comme  il était prévisible cependant, nous avons eu à la place  une explosion des rachats de leurs actions par les sociétés elles mêmes, mais de dépenses d’investissements fort peu, ce qui explique sans doute l’absence de croissance du revenu médian puisque sans investissements pas de hausse la productivité et sans hausse de la productivité, pas de hausse de l‘emploi et du niveau de vie.

§  Beaucoup, beaucoup d’indicateurs se sont méchamment retournés à  la baisse dans les quelques derniers mois. Citons les chiffres de l’emploi, les commandes de bien durables, l’indice des surprises économiques de Citicorp, les ventes des sociétés manufacturières … A titre d’exemple, je fournis le graphique suivant qui retrace les ventes , les commandes et les investissements durables de l’industrie manufacturière aux USA, ainsi que leurs ventes en dollars courants. Nous sommes négatifs sur les 9 derniers mois pour toutes ces variables ,ce qui a eu tendance dans le passé à  marquer le début d ‘une récession. Si une récession venait a se produire dans un futur proche, voila qui serait une grande , une très grande surprise…

La tendance baissière sur les prix reste très forte, ce qui explique sans doute les difficultés qu’ont nombre de sociétés a enregistrer des chiffres d’affaires en hausse d’une année sur l’autre .Tout cela est quand même très surprenant surtout si l’on prend en compte les mesures de soi disant stimulation  qui n’ont cessé de s’accumuler depuis plus de six ans.

Donc l’économie US ne me parait pas engagée dans une croissance particulièrement robuste, bien au contraire.  Ce qui risque de nous créer un léger problème. Certes la banque centrale n’a pas réussi à relancer l’économie Américaine, mais elle a par contre complètement  parfaitement réussi à convaincre les marchés financiers qu’elle était capable d’empêcher toute baisse des actions ,  et ce jusqu’à la fin des temps.Et du coup la hausse des actions aux USA depuis 2012 a été de loin la plus régulière que l’histoire ait jamais connu, ce qui me laisse une drôle d’impression..Résumons-nous.

La banque centrale Américaine  est peut être en train d’échouer dans sa tentative de relancer l’économie US,  mais les marchés sont convaincus que cela n’a aucune importance et que la Fed pourra empêcher toute baisse des actions, le cas échéant en imprimant à nouveau de l’argent…

J’ai comme un doute…

Et le problème est que si l’économie déçoit et si les marchés se mettent à baisser, comme ils le font toujours dans ce cas là nous nous retrouverons dans un monde où la banque centrale n’aura plus aucun moyen d’action et où elle sera de plus complètement décrédibilisée.

Voila ce que me dit mon instinct. Et du coup, je n’ai pas très envie de traverser la place…

Je réduis mes actions et lève du cash.

 Après tout, nous arrivons en Mai.

Par Charles Gave

 

Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s'est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 " Des Lions menés par des ânes "(Editions Robert Laffont) ou il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage "L'Etat est mort, vive l'état" Editions François Bourin 2009 prévoyait la chute de la Gréce et de l'Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal research (www.gavekal.com) et Gavekal securities et membre du conseil d'administration de SCOR.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents