Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Un constat accablant

Publié par medisma sur 29 Mai 2015, 21:41pm

Un constat accablant

"Moralisation de la vie publique", "Valeurs de la République", permettez-moi de rire… jaune.

« La progression de la dette de l’État ne ralentit pas »« des hypothèses de croissance économique exagérément optimistes »« les dépenses nettes augmentent », absence« d’économies structurelles significatives »« persistance de sous-budgétisations et d’irrégularités »« recettes fiscales surestimées et dotations budgétaires[c’est-à-dire dépenses] trop souvent sous-calibrée« le budget de l’État en 2014 présente un déficit en hausse de 10,69 milliards d’euros par rapport à 2013″« la réduction du déficit budgétaire de l’État a été interrompue ». Etc.

Tel est le constat accablant, affligeant, consternant qui vient d’être fait de l’action de l’actuel gouvernement sur les finances de la France. Qui a écrit cela ? Un farouche opposant politique ? Un journaliste malveillant ? Un zélateur de la critique systématique ? Pas du tout ! Cette cinglante analyse provient de la Cour des comptes, dans un rapport rendu public le 27 mai et disponible sur son site.

Imaginons une société avec des actionnaires, c’est-à-dire des gens qui y ont investi leur argent. Lors de l’assemblée générale, le directeur financier présenterait les résultats annuels avec les mêmes phrases que la Cour, se contentant de remplacer « État » par « entreprise ». Que croyez-vous qu’il arriverait ? Vous, je ne sais pas ! Mais moi, si j’étais actionnaire d’une telle société, je ferais voter une motion pour que ces gens-là, nuisibles et incompétents, soient virés illico ; je demanderais qu’on leur retire, à vie, le droit de « gérer » quoi que ce soit ; je leur ferais payer sur leurs deniers personnels la gabegie et la dilapidation dont ils se sont rendus coupables ; je demanderais au PDG de s’expliquer publiquement devant l’assemblée des actionnaires sur ce qu’il a lâché un jour de lucidité : « Ça ne coûte rien puisque c’est l’entreprise qui paye ! »

Il y a gros à parier que ce PDG, son directeur financier et tous ses guignols de directeurs quitteraient l’assemblée sous les sifflets, bombardés de tomates et d’œufs pourris, roulés dans le goudron et les plumes.

Oui, mais sous Hollande, la France n’est pas une société par action : c’est une société par inaction. On veut bien marier les homos, étatiser la médecine, flinguer l’école, mais faire des économies, ça, jamais ! Voyez l’air satisfait et béat de notre ministre des Finances : il se fait traiter de cancre absolu par la Cour des comptes et Sapin-le-bienheureux rigole, inattaquable, inamovible, invirable, même pour mauvais services rendus au pays ! Hollande peut bien discourir sur 14-18, la Résistance, l’esclavage, le terrorisme, pour la vie de tous les jours de millions de Français, il n’ordonne rien, n’impulse rien, ne dirige rien, ne fait rien. Son copain socialiste, depuis la rue Cambon, lui hurle dans l’oreille d’agir dans le bon sens, il s’en fiche, et tous ses ministres avec lui ; il laisse flotter les rubans, sa petite main potelée pointée vers 2017. François Vatel, au secours !

« Moralisation de la vie publique »« Valeurs de la République », permettez-moi de rire… jaune.

Par Yannik Chauvin / bvoltaire.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents