Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


La conjoncture actuelle: une conjoncture d’incertitude et de retournement des principaux actifs

Publié par medisma sur 6 Juin 2015, 11:33am

 

  La conjoncture actuelle: une conjoncture d’incertitude et de retournement des principaux actifs

Les retournements à la baisse du dollar US et à la hausse des taux d’intérêt à moyen et long termes un peu partout dans le monde sont confirmés

 

Les manœuvres foireuses de la BCE (QE trop massif orienté vers le financement des grandes banques seulement) et de la Federal Reserve US (annonce du relèvement prochain de son taux directeur pour permettre aux grandes banques -toujours elles- d’améliorer leurs marges de crédit) sont en train de conduire à un double retournement majeur de tendance tant du dollar US que des taux d’intérêt à moyen et long termes, donc à la chute des obligations d’Etat tant en zone euro qu’aux USA et ailleurs. Hausse des taux qui ne manquera pas d’aggraver la situation économique globale, au moment où l’endettement international et la valorisation des actifs financiers par rapport à la réalité de la croissance économique sont à des niveaux records dans les États les plus développés, reflétant leur financiarisation très excessive due à l’émission monétaire virtuelle massive que les banques centrales et commerciales ont mise en place depuis les années 1970 et la fin de l’étalon de change-or du dollar US. D’où « la valeur » faussée de tous les actifs, dont on ne voit plus qu’est ce qui pourrait encore les soutenir. Les « apprentis sorciers » que sont devenues les banques centrales, dont l’hypertrophie des bilans pourris est catastrophique, doivent être impérativement mis au pas par les gouvernements, faute de quoi le Système monétaire et bancaire risque de devenir incontrôlable puisqu’elles en sont les principaux perturbateurs.

L’endettement international actuel ne sera pas soutenable avec des taux d’intérêt qui remontent:

 

Sur la crise grecque:

Va-t-on assister au 1er défaut étatique du XXIéme siècle? Un engrenage dans lequel il vaudrait mieux ne pas entrer compte tenu des dettes étatiques abyssales un peu partout…

——————-

Difficile de dire jusqu’où l’euro/dollar US pourrait remonter (compte tenu de la très forte position short de la plupart des intervenants qui va devoir être couverte) mais nous tablons sur sa reprise au moins vers 1,20/1,25.

Quant aux taux à 10 ans US, qui restent dominants au plan mondial, on peut penser qu’ils pourraient atteindre d’ici fin 2015 les 3%, soit leur sommet de début 2014, effaçant ainsi toute la hausse des obligations d’Etat US depuis cette date…Comme l’attractivité du dollar US a été due à la hausse des obligations d’Etat US en dollar US, il est logique qu’il rebaisse en même temps que lesdites obligations rebaissent elles-aussi. Un mouvement parallèle de hausse des taux à 10 ans européens (allemands en particulier) se produisant aussi, le QE de la BCE est en train d’échouer puisqu’il était supposé maintenir les taux européens très bas et l’euro avec, soit exactement l’opposé de ce qui est en train de se produire. De telle sorte qu’il faut, à notre avis, continuer de rester sous-engagé en dollar US et sans aucune position sur les obligations d’État (high yield ou d’entreprises) quel qu’en soit le pays (ou l’entreprise) émetteur.

Krach obligataire:

Pour JP Morgan, la 1ére banque US de dépôts, le marché obligataire a été cassé par les banques centrales:

———————

Quant aux métaux précieux, le vrai test est arrivé pour eux. Si la baisse du dollar US les favorise, la hausse des taux d’intérêt à moyen et long termes les pénalise. Nous restons sans position sur cette classe d’actifs à l’exception d’une petite position longue que nous avons récemment prise sur l’argent-métal. Position que nous avons néanmoins revendue pour l’essentiel cette semaine lors de la cassure à la baisse des 16,60 USD l’once. Cette classe d’actifs, dont l’évolution depuis 2011 est pitoyable mais hélas conforme à la déflation globale qui ne faiblit pas, n’offrant plus aucun intérêt pour longtemps encore.

L’analyste Rambus Chartology reste négatif sur l’or et les autres métaux précieux comme sur les actions des sociétés minières:

Lire, important:

http://rambus1.com/?p=38244

Restent les actions, à l’évidence sur-évaluées surtout si la crise d’endettement international s’aggravait et que la crise grecque entrait dans une phase incontrôlée...

—————————

A notre avis, il importe de rester le moins engagé possible dans la conjoncture actuelle d’incertitude et de retournement des principaux actifs d’autant que la liquidité, toujours bloquée dans la trappe éponyme comme en témoigne la vitesse de circulation de la monnaie qui reste au plus bas, semble faire défaut pour les soutenir. Dans la période actuelle, il s’agit surtout d’éviter de creuser les pertes et non pas de se positionner pour une croisière par temps calme…

Important: Pas de liquidité, pertes sur les obligations et les actions abyssales possibles

http://www.zerohedge.com/news/2015-06-05/important-economic-indicator-%E2%80%93-money-velocity-%E2%80%93-crashes-far-worse-during-great-depre

—————

L’analyste Clive Maund reste très négatif sur les actions US. Mais leur chute pourrait prendre un peu plus de temps qu’il ne le pense pour se produire, tout simplement parce que, les marchés fonctionnant selon le principe des vases communicants, une partie du cash qui sort des obligations d’Etat US pourrait dans un premier temps se porter sur les actions US avant que la hausse des taux les plombent à leur tour :

(FMG)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents