Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


La lettre sanglante de Chauprade à Cazeneuve : Erdoğan humilie la France

Publié par medisma sur 9 Octobre 2015, 18:50pm

I- La lettre sanglante de Chauprade à Cazeneuve, suite au scandaleux meeting d’Erdogan à Strasbourg

Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen, vient d’adresser une lettre à Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, dans laquelle il fustige ceux qui ont permis que le président turc Recep Tayyip Erdogan puisse tenir un meeting dans la grande salle du Zénith de Strasbourg, où retentirent les pires paroles anti-françaises,…


A l’attention de Mr Bernard Cazeneuve
Ministre de l’Intérieur
Hôtel de Beauvais, Place Beauvau
75008 PARIS

 

Paris, le 5 octobre 2015

Monsieur le Ministre,

Ce dimanche 4 octobre, le Président turc Mr Recep Tayyip Erdogan, longtemps à la tête du parti islamiste turc AKP, a tenu un meeting électoral de grande ampleur, au cœur de la capitale alsacienne, dans la grande salle du Zénith de Strasbourg, en présence de 15.000 personnes, toutes rassemblées sur un motif purement ethno-religieux, celui de la turcité et de la solidarité islamique. Ces milliers de Turcs ont afflué, par cars entiers, de France mais aussi de Belgique, de Suisse, d’Allemagne…

A l’occasion de ce meeting où les femmes et les hommes ont été séparés de chaque côté de la salle, Mr Erdogan, Président d’un Etat étranger, de surcroît non européen, a appelé les « Turcs d’Europe » à ne pas s’assimiler à leur pays d’accueil.

Mr Erdogan ne leur a pas demandé de s’abstenir de profiter de la générosité des Etats-providence européens ; non, il les a encouragés à rester eux-mêmes, en attendant sans doute que la Turquie puisse rejoindre l’Union européenne pour accélérer l’islamisation de l’Europe ! Au passage, Mr Erdogan s’est offert le luxe de critiquer l’absence de citoyens de souche turque à l’Assemblée nationale et au Sénat !

Mr le Ministre, au moment où les chrétiens, les Alévis, les chiites, les Kurdes, mais aussi une grande partie des Arabes sunnites d’Irak et de Syrie sont en train de payer au prix fort la politique turque de soutien à l’islamisme, très officiellement s’agissant des Frères musulmans, et officieusement quand il s’agit de bouchers de l’Etat islamique, comment justifiez-vous l’autorisation du meeting politique de Mr Erdogan ? Faut-il vous rappeler l’objetif prioritaire de l’AKP, la réislamisation des Turcs de Turquie et d’ailleurs, ou le « néo-ottomanisme » assumé de son brillant ministre des Affaires étrangères, Mr Davutoglu ? Faut-il vous rappeler la condamnation de Mr Erdogan, par un tribunal turc, en 1998, pour appel à la haine alors qu’il reprenait à son compte le slogan célèbre de l’un des théoriciens du nationalisme turc Zia Gokalp « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats » ?

Mr le Ministre, votre geste de soumission à ce nouveau totalitarisme qu’est l’islamisme n’est, hélas, pas un geste isolé dans la classe politique française. Il s’inscrit dans la continuité de l’action de votre gouvernement et rejoint ainsi le geste incroyable de Madame Taubira, ministre de la Justice et garde des Sceaux écrivant en personne au Parlement afin de demander à celui-ci la levée de l’immunité parlementaire de l’un de nos compatriotes, Mr Philippot, vice-président du Front national, et ce dans le but que le Qatar, autre soutien de Daesh, avec la Turquie, puisse mieux le faire condamner par la Justice française.

J’espère que vous êtes bien conscient, Mr le Ministre, que vous-même et vos amis du gouvernement socialiste, vous serez un jour comptable, devant une France souveraine et libérée de l’argent corrupteur du Golfe arabe, de ces actes de collaboration avec ces régimes soutenant l’islamisation de l’Europe.

Ceux qui chérissent la liberté des peuples, la liberté des femmes, la liberté de l’esprit et de la foi, attendent ce moment avec une grande impatience.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes salutations les plus distinguées.

Aymeric Chauprade
Géopolitologue, Député français au Parlement,
Membre du Groupe « Europe des nations et des libertés »
5/10/2015

Source : Riposte laïque.com et Lucette Jeanpierre

Correspondance Polémia – 7/10/2015

Image : Entre 12.000 et 15.000 personnes ont assisté au discours du président turc ce dimanche au Zénith de Strasbourg

 

II- Le Grand Turc à Strasbourg. Erdoğan humilie la France

Est-ce normal qu’un autocrate étranger, aux amitiés très louches, puisse tenir un meeting ultra-nationaliste menaçant notre unité nationale sur notre propre sol ?

En  l’an 1669, la cour de Versailles recevait pour la première fois l’ambassadeur du Grand Turc. Le personnage n’était pas aussi éminent qu’attendu, et Louis XIV s’en sentit offusqué. Afin de ridiculiser l’émissaire ottoman, le roi commanda au compositeur Jean-Baptiste Lully, et à l’auteur de théâtre Molière, un opéra-ballet comique de nature à humilier cet invité grossier et peu au fait des usages de la cour. L’arrogance de l’ambassadeur turc permit la création du Bourgeois Gentilhomme, accompagné de la célèbre « Marche pour la cérémonie des Turcs ». En ce temps-là, la France était grande, elle ne se laissait pas marcher dessus impunément.

Aujourd’hui, les choses ont changé, notre pays est présidé par un tout petit homme inconscient de l’héritage historique qu’il doit honorer. En conséquence, il est malheureusement peu surprenant que le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, soit autorisé à tenir un meeting devant 12.000 spectateurs à Strasbourg.

François Hollande, champion du « camp du bien », a refusé d’écouter son homologue russe, Vladimir Poutine, au dernier sommet de l’Organisation des Nations unies ; il n’a pas non plus hésité à qualifier Viktor Orbán de dictateur, alors que ce dernier, élu démocratiquement, ne fait que défendre sa souveraineté territoriale en conformité avec les accord de Schengen. Avec ses amis turcs, qataris ou saoudiens, François Hollande ne fait pas montre des mêmes retenues. Tout leur est autorisé, y compris de nous ridiculiser. Erdoğan est considéré comme un autocrate par une forte opposition en Turquie, de nombreux journalistes ont révélé ses accointances occultes avec les meurtriers de l’État islamique, mais il est un « ami » de la France. Idem pour les Saoudiens qui crucifient des opposants politiques de 21 ans et sont soutenus par la France pour présider le « groupe consultatif » du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

La politique étrangère abjecte de l’Élysée se complète désormais d’un volet interne tout aussi révoltant. À Strasbourg, avec la complicité de l’État français, Recep Tayyip Erdoğan a pu jouer son rôle préféré : celui d’ersatz de sultan ottoman. Le président islamiste turc a ainsi exhorté les Turcs d’Europe à cultiver leur particularisme culturel, quand bien même ils posséderaient la nationalité française ou allemande. « Vous êtes des Turcs d’Europe », a-t-il déclaré. En somme, monsieur Erdoğan a demandé aux nombreux binationaux turco-français, et français d’origine turque, de ne surtout pas s’assimiler à la culture française. Que font-ils encore ici, en ce cas ?

Pire : il les a même enjoints à former une cinquième colonne au sein de notre nation, en regrettant l’absence de citoyens d’origine turque à l’Assemblée nationale ou au Sénat ! Recep Tayyip Eerdoğan, impérialiste turc d’obédience islamiste, souhaite que des Turcs de culture turque siègent dans nos assemblées représentatives, et puissent par là représenter leurs intérêts communautaires, au détriment du bien commun national.

Comment le gouvernement a-t-il pu laisser faire une chose pareille ? Est-ce normal qu’un autocrate étranger, aux amitiés très louches, puisse tenir un meeting ultra-nationaliste menaçant notre unité nationale sur notre propre sol quand, dans le même temps, un parti comme le Front national est traité quotidiennement de tous les noms par les plus hautes autorités de l’État ? La France a été une nouvelle fois humiliée par un potentat étranger, avec la complicité active de François Hollande. Une fois de trop.

Par Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr/

Jean Baptiste Lully (1632-1687) - Marche pour la cérémonie des Turcs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents