Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Afrique du Sud: Le secteur minier, en grande difficulté, supprime des dizaines de milliers de postes

Publié par medisma sur 17 Décembre 2015, 20:51pm

Afrique du Sud: Le secteur minier, en grande difficulté, supprime des dizaines de milliers de postes

Le géant Anglo American a annoncé qu’il allait supprimer les deux tiers de ses emplois, soit 85.000 postes, d’ici 2018. C’est l’une des conséquences sociales de la chute des cours des métaux.

La chute des cours des minerais pousse les grandes compagnies minières à réduire la voilure.

Le mardi 8 décembre, Anglo American a notamment annoncé des mesures d’économie et une réduction drastique d’effectifs.

Le secteur est victime d’une surabondance de l’offre alimentée par les géants du secteur, couplée à une baisse de la demande originaire de Chine, la deuxième économie du monde, dont la croissance industrielle ralentit.

Le minerai de fer – utilisé pour fabriquer de l’acier – est passé sous les 40 dollars la tonne, selon l’indice de référence portant sur les livraisons au port chinois de Qingdao, compilé par Metal Bulletin.

Entre le début de l’année et fin novembre, les cours du nickel ont plongé de 38%, le minerai de fer de 33%, le cuivre de 29%, le platine de 25% et le diamant de 15%, indique Anglo American, l’un des grands producteurs miniers. Et ce contexte difficile devrait durer, jugent les experts.

Pour s’adapter, les compagnies minières annoncent des mesures drastiques, à l’image d’Anglo American.

Les deux tiers des postes supprimés chez Anglo American

Anglo American, une multinationale créée à Johannesburg mais aujourd’hui basée à Londres, a annoncé une restructuration “radicale”. Celle-ci prévoit des cessions d’actifs, de nouvelles économies et une réduction des investissements. Une fois passé le cap de son centième anniversaire en 2017, la compagnie comptera moins de 50.000 employés, contre 135.000 aujourd’hui, une réduction de deux tiers de ses effectifs.
Le directeur général Mark Cutifani a même averti les investisseurs lors de la présentation de son plan :

La sévérité de la détérioration des cours des matières premières nécessite des mesures plus audacieuses.

À la fin de l’année 2014, Anglo American employait 72.000 personnes en Afrique du Sud, soit la moitié de ses effectifs dans le monde.

Le nombre d’actifs de l’entreprise sera réduit de 60%, les détails sur le futur portefeuille de l’entreprise devant être dévoilés en février.

Menaces sur l'économie sud-africaine

Deux jours après l'annonce du groupe, le gouvernement, par la voix du Département des ressources minières, a déclaré être dans "l'attente d'un rapport détaillé, qui devrait inclure l'impact sur l'emploi et les mesures pour les sauver". La crise dans le secteur minier a de quoi donner des sueurs froides au gouvernement : la filière représentait 5,5% des emplois du pays et sa part dans les exportations du pays atteint près de 60%.

La croissance de la deuxième économie du continent africain a été décevante ces derniers mois. Au troisième trimestre, celle-ci n'a progressé que de 0,7%, après une chute de 1,3% au second. Signe de la fébrilité de la période, le gouvernement vient de changer de ministre des Finances pour la deuxième fois en ce mois de décembre.

L'agence Fitch a d'ailleurs dégradé la note souveraine de l'Afrique du Sud le 4 décembre, à BBB-, à un cran de la catégorie spéculative. Une semaine après, le rand atteignait un point bas historique face au dollar, à 0,0623 dollar pour un rand, soit une chute de sa valeur de 28% depuis le 1er janvier.

2014 avait également été une année noire pour le secteur. L'industrie minière avait connu la pire grève de son histoire : les salariés des mines de platine avaient cessé le travail pendant cinq mois afin d'obtenir de meilleurs salaires.

Le secteur malmené à la Bourse

Anglo American n'est pas la seule compagnie en péril. Son concurrent anglo-australien Rio Tinto a également annoncé le même jour qu'il allait réduire ses investissements de près d'un milliard de dollars l'an prochain. Il les attend désormais autour de 5 milliards de dollars contre près de 6 milliards prévus auparavant.

Les géants du secteur sont malmenés à la Bourse. A Londres, l'action Anglo American a perdu les trois quarts de sa valeur depuis le 1er janvier.

Le suisse Glencore, dans la tourmente depuis plusieurs mois, a lui dégringolé de 72% en près d'un an, tandis que BHP Billiton a perdu 46%.

 

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE

Source :   http://www.itele.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents