Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


"Genève ne se laisse intimider par aucun pays"

Publié par medisma sur 26 Avril 2016, 19:37pm

 «Genève ne se laisse intimider par aucun pays»

La Ville refuse de retirer une photo qui dérange

La Ville de Genève n'a pas accédé à la demande de la Turquie, concernant le retrait d'un cliché qui ne convenait pas au président turc.

Le photographe montre son cliché installé sur la Place des Nations, à Genève.Image: Keystone

La Ville de Genève n'a pas accédé à la demande de la Turquie. Se disant attachée à la liberté d'expression, elle refuse de retirer une photographie exposée sur la Place des Nations mettant en cause le président Recep Tayyip Erdogan.

Le Conseil administratif «maintient son autorisation pour que cette exposition se déroule en l'état» jusqu'à dimanche, a-t-il annoncé mardi. «Cette exposition de photographies participe à la défense de la liberté d'expression et à la mise en valeur de Genève en tant que capitale des droits humains», écrit-il.

«Place des nations, Place des peuples», sur la Place des Nations, compte 58 images du photographe genevois d'origine kurde et arménienne Demir Sönmez. L'une montre une banderole rendant M. Erdogan, alors Premier ministre, responsable de la mort d'un adolescent lors d'une protestation à Istanbul. «Je m'appelle Berkin Elvan, la police m'a tué sur l'ordre du Premier ministre turc», peut-on y lire.

La photographie a été prise en mars 2014, sur ce «lieu symbolique au cœur de la Genève internationale» où des «manifestations se déroulent très régulièrement et en toute légalité», précise la Ville de Genève. Pour l'exécutif municipal, le travail de Demir Sönmez rend hommage aux nombreux groupes de population qui défilent ou se rassemblent pour la défense des droits humains.

 

Plainte en Allemagne

Le cas genevois n'est pas la seule affaire dans laquelle Recep Tayyip Erdogan essaie de faire taire des voix critiques à l'étranger. Le président turc a récemment déposé une plainte en Allemagne contre un humoriste de la chaîne de télévision publique ZDF qui l'avait notamment accusé de pédophilie et de zoophilie.

Jan Böhmermann entendait ainsi railler la réaction d'Ankara après la diffusion sur une autre chaîne, la NDR, d'une chanson satirique moquant le traitement autoritaire de la presse en Turquie.

La chancelière Angela Merkel a été vivement critiquée pour avoir autoriser ces poursuites. Elle a justifié sa décision en soulignant l'étroitesse des liens unissant l'Allemagne et la Turquie. Elle a également exhorté la Turquie à respecter la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté de création.

 

Procès à la pelle

La Turquie figure en effet au 151e rang (sur 180) du classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF). Les procès pour injure envers M. Erdogan se sont multipliés depuis son élection à la tête de l'Etat en août 2014.

Au total, près de 2000 procédures judiciaires ont été lancées en Turquie, visant aussi bien artistes et journalistes que simples particuliers. 

 

Source : tdg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents