Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Chronique d'E. Zemmour RTL " Choisir un prénom étranger, c'est refuser l'intégration"

Publié par medisma sur 31 Mai 2016, 17:39pm

Chronique d'E. Zemmour RTL " Choisir un prénom étranger, c'est refuser l'intégration" 

Eric Zemmour : « Le prénom, c’est la France »

Ce matin sur RTL, Eric Zemmour a expliqué dans le détail en quoi « le prénom, c’est la France », après la polémique soulevée par l’idée d’exiger des parents de franciser les prénoms de leurs enfants – idée faussement attribuée par Yves Calvi au Rendez-Vous de Béziers de Robert Ménard, puisque la proposition de figure pas dans le manifeste final, le seul qui fasse foi.

La veille, Nicolas Domenach s’en était indigné, la jugeant « xénophobe » et clamant : « Bienvenue à Yasmina, Malik, Safia, Zora et caetera ! » (voir ci-dessous) Eric Zemmour, lui, s’appuie sur la tradition républicaine pour la défendre :

« Adjani se prénomme Isabelle, et non Djamila. Reggiani se prénomme Serge, et pas Sergio. Aznavour, c’est Charles. Valls, c’est Manuel. Platini, c’est Michel.Appeler ses enfants Sue Ellen ou Mohamed, c’est un signe manifeste d’autoségrégation qui permettra ensuite de se plaindre de la ségrégation que l’on subit. C’est refuser consciemment ou inconsciemment de faire partie du peuple français. C’est nier la République au nom des soi-disant valeurs républicaines. »

Or la législation républicaine, rappelle-t-il, a toujours imposé la francisation des prénoms, et cela dès l’an XI ! Le général de Gaulle puis Georges Pompidou, en 1972, l’ont confirmée, et « jamais ils n’auraient toléré qu’un ministre appelle sa fille Zorah ou qu’un président de la République appelle sa fille d’un prénom italien ». La législation ne fut abolie qu’en 1993, comme ultime acte de démission devant les pressions dues aux migrations.

Pourtant, martèle Eric Zemmour, « que cela plaise ou non, la France est un pays de culture catholique, façonné par l’Eglise depuis plus de mille ans. Les autres cultures, les autres nations ne s’y trompent pas : le rappeur Abd al Malik s’appelait Régis avant sa conversion à l’islam. Quand des parents juifs donnent à leurs enfants des prénoms israéliens, il y a de fortes chances que cette famille ne tarde pas à quitter la France pour Israël. »

Il conclut ainsi :

« Pour prendre hommage à ses racines et à ses ancêtres, à la mémoire de ses parents, le nom de famille suffit […] Le prénom est au contraire la marque de l’individu nouveau qui va évoluer dans la société d’accueil. Lui donner un prénom français, de culture chrétienne, c’est marquer sa volonté d’intégration dans le pays qui sera le sien. C’est marquer son respect pour la société d’accueil, son passé, son histoire, ses héros. C’est faire sien son héritage. Le prénom, c’est la France. »

"Bienvenue à Yasmina, Malik, Safia, Zora et cætera", lance Nicolas Domenach

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents