Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


François Hollande a-t-il lu Machiavel ?

Publié par medisma sur 29 Juin 2016, 21:39pm

Le bloc-notes de Michèle Cotta

François Hollande a-t-il lu Machiavel ?

Dans “le Prince”, son livre fondateur de la politique moderne, le penseur s’interroge sur la puissance réelle des hommes sur leur destin

Les Français sont décidemment un peuple très politisé, même s’ils affichent souvent leur désintérêt à l’égard des affaires publiques et de ceux qui les conduisent.

En jetant un coup d’oeil sur les sujets de philosophie proposés aux candidats du baccalauréat, toutes sections confondues, la semaine dernière, il est facile de constater qu’ils étaient sinon tous, du moins la plus grande partie d’entre eux, largement politiques. Et pas seulement le premier de la série S, “Travailler moins, est-ce vivre mieux”, carrément inspiré de la phrase de Sarkozy resté le slogan de sa campagne de 2007 : travailler plus pour gagner plus. Autrement dit, peut-on vivre mieux en gagnant moins ? Pas sur.

“Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’Histoire ?”, sujet proposé au Bac philo série ES. Une interrogation capitale, en effet, au moment où l’enseignement de l’Histoire fait problème dans les lycées et les collèges. Et aussi, soit dit en passant, à l’ENA, où l’Histoire n’occupe pas la place qu’elle devrait, dans cette pépinière de futurs leaders. Oui, répondra-t-on à la question, chacun a intérêt à étudier l’Histoire, pour mieux comprendre le présent et pour ne pas répéter les erreurs passées. Il n’est pourtant pas certain, en se référant aux décisions prises par les dirigeants politiques, de tous les pays d’ailleurs, que ce soit toujours le cas, ni que, pour eux, l’Histoire ait toujours le même sens.

““Travailler moins, est-ce vivre mieux”, carrément inspiré de la phrase de Sarkozy resté le slogan de sa campagne de 2007 : travailler plus pour gagner plus”

Autre sujet : “Savons-nous toujours ce que nous désirons ?” Cela, les hommes politiques le savent souvent dès leur plus jeune âge, soit qu’ils y aient pensé en se rasant, comme Nicolas Sarkozy. Soit qu’ils aient voulu être Pape, comme Alain Juppé, dès la maternelle. Emmanuel Macron, le petit dernier, est plus ambigu encore. A la question posée, par l’auteur de la première biographie qui lui est consacrée, il répond par ce qu’en psychanalyse, on appellerait un déni. “Je vous mentirais en vous disant que je voulais devenir Président à 13 ans, même si la politique en tant que comédie humaine m’a intéressé très tôt.”

Traduire : il sait très bien ce qu’il désire, depuis qu’il a 13 ans : l’Elysée.

C’est surtout la citation de Machiavel proposée aux commentaires des bacheliers philosophes, dont on pourrait se demander si elle n’est pas exactement liée à la période morose et destructrice que traverse la France. Et, au premier chef, François Hollande. Dans le livre fondateur de la politique moderne, “Le Prince”, Machiavel s’interroge sur la puissance réelle des hommes sur leur fortune, c’est-à-dire leur destin : quelle est exactement leur marge de manœuvre, leur liberté d’action. “Je compare, écrit-il, la fortune à l’un des ces fleuves dévastateurs qui quand  ils se mettent en colère, inondent les plaines, détruisent les arbres et les édifices..”

Quand la fortune est à ce point adverse, y a-t-il une fatalité contre lequel l’homme ne peut rien ? Y a-t-il encore un moyen, pour lui, de changer son cours ?? Oui, d’abord parce que, toujours selon Machiavel, c’est affaire de bonne gouvernance : dans des périodes plus calmes, l’homme peut préparer des abris et bâtir des digues. Oui encore, parce qu’il peut choisir la bonne occasion pour répondre aux coups du destin.

“Dans le livre fondateur de la politique moderne, “Le Prince”, Machiavel s’interroge sur la puissance réelle des hommes sur leur fortune, c’est-à-dire leur destin”

François Hollande a-t-il lu Machiavel ? En tout cas, il fait comme si. Face au déluge, aux intempéries, aux torrents boueux qui s’abattent sur lui avec une rare violence depuis quatre ans, il croit possible de ne pas être emporté, et de construire, d’ici à 2017, digues et abris. Et quelques pièges aussi à destination de ses adversaires. Bref, pour lui, dont on dit qu’il croit à sa chance, les orages passent, les fleuves débordent, les casseurs cassent, mais il est là, et bien là, décidé à vendre cher sa peau.

Source : lenouveleconomiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents