Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Ukraine : on le tient notre terroriste d’« extrêêême droâââte » !

Publié par medisma sur 7 Juin 2016, 13:38pm

Ukraine : on le tient notre terroriste d’« extrêêême droâââte » !

L’ombre d’Anders Breivik plane indubitablement sur cette affaire. 

La bonne aubaine ! Ça y est, on le tient, coco ! Un terroriste d’« extrêêême droâââte ». Pensez, on a retrouvé chez lui « un T-shirt arborant le sigle d’un groupe d’extrême droite » (Le Parisien, 6 juin). On vous l’avait bien dit, la prolongation de l’état d’urgence se justifiait amplement, d’autant que le gonze, 25 ans, taillé comme le tranchant émoussé d’un couteau, de type leucodermique, inséminateur dans une exploitation agricole de la Meuse, a été interpellé en Ukraine, le 21 mai dernier, alors qu’il transportait un incroyable arsenal de guerre (cinq fusils d’assaut Kalachnikov, deux lance-roquettes antichar, 125 kg de TNT, 100 détonateurs, etc.).

À cette heure, en attendant l’éventuelle extradition de notre artificier des bacs à sable, les supputations vont fleurir bon train dans les salles de rédaction. Au départ, l’intéressé projetait, selon les services de renseignement ukrainiens, de s’en prendre à des mosquées et à des synagogues, ainsi qu’à des centres des impôts. Aux dires des autorités policières ukrainiennes, l’apprenti terroriste avait exprimé son opposition à « la politique de son gouvernement concernant l’arrivée massive d’étrangers en France, la diffusion de l’islam et la mondialisation ».

L’ombre d’Anders Breivik plane indubitablement sur cette affaire. On voit déjà les plumitifs ignares de Libé ou des Inrocks s’en donner à cœur joie, se vautrant dans le fantasme jubilatoire, arborant la mine fielleusement réjouie du FFI à l’affût d’une tondue prochaine. On ne sait rien, mais on vous dira ce qu’il faut en penser. Ces théâtreux de l’info en carton-pâte mettront laborieusement en scène, à coup de slogans et de poncifs, la légende urbaine d’un type dont on ne manquera pas de souligner la parentèle idéologique improbable (sinon invraisemblable, mais plus c’est maousse, plus ça passe) avec un Maxime Brunerie (ce sous-Bastien-Thiry prétendant flinguer un sous-De Gaulle appelé Chirac) voire un Esteban Morillo (un skinhead d’extrême droite présumé avoir zigouillé Clément Méric, un skinhead d’extrême gauche, en marge d’une vente privée de fringues prisées des crânes rasés).

À ces polygraphes poussifs, on suggèrera d’adapter ce passage d’Utøya, le récit-fiction égotique de Laurent Obertone : « J’ai neuf années de préparation et de conditionnement, j’ai un fusil en bandoulière, un pistolet à la ceinture, un gilet tactique bourré d’accessoires de combat, assez de munitions pour tenir tête à une armée. Je suis saturé de stéroïdes et d’adrénaline. Je suis un chevalier Templier. » Le journalisme à la portée des chihuahuas.

Du côté du gouvernement, notamment de la Place Beauvau, on observera l’attitude de componction des heures-les plus-sombres-de-notre-histoire tout en avertissant que le-ventre-de-la-Bête-immonde-est-encore-fécond.
Quant à notre doux dingue, il se sera taillé son quart-d’heure de célébrité wahrolien dans le contreplaqué « conforamesque » d’un aventurisme impréparé et imprudent. N’est pas Bob Denard ou Henri de Monfreid qui veut et Bob Morane prenait rarement le frais sans son Bill Ballantine ou James Bond sans son Walther PPK.
Et puis qu’allait-il faire en Ukraine ? Visiblement, notre homme emprunte davantage ses traits au Fernandel de La Vache et le prisonnier et au Bourvil de la Grande vadrouille, qu’au SAS de Gérard de Villiers ou à l’OSS 117 de Jean Bruce.

 

Par  Aristide Leucate

Docteur en droit, journaliste et essayiste

Source : bvoltaire.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents