Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Fidel Castro, les chiens de garde et les Cubains

Publié par medisma sur 27 Novembre 2016, 22:16pm

 

Fidel Castro, les chiens de garde et les Cubains

Fidel nous a quittés.

Les chiens de garde, tous les laquais du Système, tous les Kouchner, sont là, prêts à pourfendre le « tyran », le « dictateur », et prêts aussi à dévorer la belle île, l’île libre, l’île de la joie, l’île où tous ont un toit chatoyant, où tous sont bien soignés, où la mortalité infantile est éradiquée, où les bibliothèques poussent plus que les super-marchés, où l’on fait la fête ensemble plutôt que de rester prostré, en se gavant de repas Mac Do, devant sa télévision (aux Etats-Unis, il y en a une dans chaque pièce)… Les chacals proclament que Cuba va « s’ouvrir à la liberté, va s’ouvrir au monde », en se réjouissant que bientôt ses habitants seront juste obsédés par la consommation, les mirages de la mondialisation, la soumission au dollar-roi. la prostitution consentante. Les chacals prétendent aussi que Cuba « est prête au changement ». Quel changement ? Celui que les Yankees imposent, l’Américan way of live… invivable ? Foutaises ! Fichez-le-camp, chiens de garde, on vous a assez vus, on vote contre vos favoris, vous avez voulu la Clinton et le néo-con Juppé, bah non, on les a mis dehors… Et le phénomène va s’étendre !

C’est quoi, le changement que les chacals espèrent ? Une Révolution Orange avec les exilés cubains, avec de pseudos associations pour la démocratie, pour les droits de l’homme ? Une passion soudaine des Cubains pour ce que Obama appelle « choisir son gouvernement » ? Choisir entre deux partis identiques, flanqués d’un troisième à la Macron-Rothschild pour faire encore plus illusion ? Bah oui, les Cubains vont préférer leur parti unique au service du peuple, plutôt qu’une myriade de partis les piétinant… Et ils ont gagné quoi, avec la visite d’Obama ? La levée des sanctions ? Non, une ambassade qui va observer leurs faits et gestes et ceux de la Russie envisageant d’établir une base à Cuba. Imposture, tout est imposture ! Et les Cubains ont appris à fleurer les mauvais coups…

Castro a mis en prison les opposants ? Mais qui étaient ces « opposants » ? Des agents de la CIA, des laquais du Système ne songeant qu’à déstabiliser le pays, à priver les habitants de leurs conquêtes, à provoquer une Révolution Orange au profit de la Finance vampire ? Alors, oui, on ne va pas pleurer sur leur sort ! Fidel a eu raison de mettre hors d’état de nuire les ennemis des Cubains libérés.

Castro était communiste ? Mais quand on voit la barbarie de la mondialisation broyant libertés, emplois, vie de famille, solidarités, idéaux… on devrait tous l’être ! Qu’est-ce que ça veut dire ? J’ai été en URSS avant son écroulement sous les coups entre autres, de Reagan et du pape Polonais Jean-Paul 2. Alors qu’aujourd’hui la mondialisation malfaisante génère chômage, mal logés, misère, éclatement des familles, désespoir…, le communisme soviétique avait fourni un emploi pour tous, un toit pour tous, des produits subventionnés, des transports quasiment gratuits, des vacances payées, des soins payés, une éducation gratuite de la crèche à l’université, des loisirs variés payés, bref chaque besoin des citoyens était pris en charge, de la naissance à la mort ! Et il n’y avait pas un sans-abri, pas un mendiant, pas un clochard ! Aujourd’hui, en Amérique s’érigeant en modèle pour le monde, bien des citoyens vivent dans leur voiture !

 

Castro, je t’aime, nous t’aimons, car tu as risqué ta vie pour libérer ton peuple d’une dictature effroyable, car tu as rendu leur souveraineté, leur dignité, leur fierté aux Cubains,  car tu as restitué les terres volées aux paysans et éradiqué la misère, car tu as appris à lire et à écrire à tous avec une armée de volontaires, car tu as créé le meilleur système de Santé du monde et quasiment éliminé la mortalité infantile… et ce Système de Santé, tu l’as exporté un peu partout avec des bénévoles, en redonnant espoir même aux aveugles ! Ton armée à toi, est une armée bienfaisante, qui redresse, relève, libère ; et si elle a pris les armes, c’était pour aider d’autres peuples à se libérer de l’impérialisme prédateur ! Toi, un dictateur ? Toute ta vie tu as servi ton peuple, jusqu’au bout de tes forces : ainsi, tandis que Bush a refusé un barrage protecteur à la Nouvelle-Orléans, et qu’il a livré la ville à la souffrance d’une gigantesque inondation, n’apparaissant auprès des sinistrés, au bout de huit jours, que quelques minutes devant les caméras, toi, Fidel le bien-nommé, oui toi, à 80 ans, déjà affaibli, tu es resté deux jours et une nuit, sans interruption, pour protéger ton peuple des effets de la pire tempête annoncée. Commandante ! Veillant sur tout, prévoyant tout, et finalement, grâce à toi, il n’y eut pas un seul mort, PAS UN SEUL ! Fidel, merci, merci pour tout ! Et par-dessus tout, tu as préservé ton peuple des fourches caudines de l’Amérique arrogante, dominatrice, castratrice !

Et ton dernier acte d’amour a été pour le monde entier : du haut de ta tour d’ivoire, rongé par la maladie, mué en prophète, tu as lancé un cri déchirant : pas de nouvelle guerre mondiale, NON, pas de guerre mondiale nucléaire ! Elle débouchera sur un hiver nucléaire, où plus rien ne pourra pousser !

Libérés de la dictature de l’argent, les Cubains ont tous eu accès au logement, à la santé, à l’éducation, à la culture, à la fraternité de la diversité, à la libération du patriarcat. Libérés du joug de l’ogre américain, ils ont multiplié les initiatives, donné libre cours à leur créativité, et ils ont triomphé des sanctions, des embargos, du blocus…

Merci Fidel d’avoir refusé le désordre mondial, d’avoir affronté l’Amérique mortifère, l’impérialisme oppresseur, les ploutocrates suçant le sang des peuples, les puissances de l’argent, avec toi le David Cubain a tenu tête victorieusement au Goliath yankee malgré les sanctions, l’isolement, plus de trois cents tentatives d’assassinat émanant de la « démocratie » américaine ne supportant que ceux qui lui sont soumis ! Fidel, les Cubains te sont reconnaissants. Et nous, nous avons vu. Et le monde a besoin de dirigeants comme toi pour résister aux oppressions ! Ce n’est pas sans raison que le Président Assad, confronté à la pire armada, t’a rendu hommage : tu t’es dressé, seul, face à ceux qui voulaient dévorer ton peuple !

Les voyous qui dirigent les pays et les chiens de garde du Système peuvent te traiter de tyran, dénigrer, crier, hurler, nous savons, nous tous, que tu es Fidel le libérateur, et que tu marqueras à jamais l’histoire du monde.

Merci Fidel, nous t’aimons.

 

Chantal Dupille 

source: http://chantal-dupille.eklablog.com/fidel-castro-je-t-aime-par-chantal-dupille-dite-eva-r-sistons-a127630348

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents