Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Quand Internet arrive à la croisée des chemins en matière de liberté d’expression

Publié par medisma sur 29 Novembre 2016, 23:18pm

 

Quand Internet arrive à la croisée des chemins en matière de liberté d’expression

En désignant les sites de « fausses nouvelles », les géants de la technologie sont suspectés de censure

Facebook et d'autres géants de la technologie travaillent à imposer des restrictions sur ce qu'ils qualifient de «fausses nouvelles». (Chris Jackson / Getty Images)

Les services de publicité en ligne, y compris certains au-delà de ceux appartenant à Google et Facebook, rejettent les annonces pour les points de presse qui sont considérés comme violer les règles de l’ « incitation à la haine ». Aux États-Unis, Twitter a également commencé à interdire les comptes des utilisateurs qu’il associe au groupe vaguement défini de conservateurs anti-establishment défini comme la « droite alternative ».

Juste après l’élection américaine, une grande vague de média – dont le New York Times, Buzzfeed, Fortune et d’autres – ont commencé à publier des histoires sur la façon dont les « fausses informations », principalement sur Facebook, auraient aidé Donald Trump à gagner. Ils ont commencé à parler d’une liste de sites d’actualité classés de fiable à faux, publiés par Melissa Zimdars, professeur adjoint d’études des média à l’Université Merrimack dans le Massachusetts.

La liste, qui a depuis été éditée en supprimant les noms des médias, prétendait que les sites de « fausses informations »  » incluait le Project Veritas – qui a publié des vidéos exposant les accords en arrière plan durant la campagne de Clinton pendant l’élection – ainsi que d’autres sites Web souvent de droite y compris WND, Zero Hedge, Breitbart, Daily Wire, et d’autres.

LIRE AUSSI :

Le dirigeant de Facebook, Mark Zuckerberg, a d’abord répondu aux rapports en disant au magazine Fortune : « Je pense que l’idée que de fausses nouvelles diffusées sur Facebook – dont cela représente une très petite quantité du contenu – aient influencé l’élection de quelque façon que ce soit, est une idée assez folle. »

Le 14 novembre, Facebook a ensuite banni les sites Web de « fausses nouvelles » de son réseau publicitaire, et Zuckerberg a annoncé le 19 novembre qu’il étudiait d’autres possibilités. Cela pourrait être, a-t-il dit, d’étiqueter comme fausses certaines informations, de modifier la politique publicitaire pour bloquer les revenus des sites aux contenus fallacieux et d’amener des tierces parties à vérifier des faits de ces organisations.

Google a fait une démarche similaire et a également annoncé le 14 novembre qu’il interdisait aux sites de « fausses nouvelles » d’utiliser son réseau publicitaire : « Nous allons limiter la diffusion d’annonces sur des pages qui déforment, font une erreur ou dissimulent des informations sur l’éditeur, le contenu de l’éditeur ou violent le principe de la propriété sur le Web ».

Twitter a également pris des mesures. Le média social a annoncé qu’il sévirait contre tout discours haineux, et a commencé à interdire les comptes des personnes liées à la « droite alternative » américaine, y compris de nombreux comptes de personnes célèbres.

Beaucoup de sites étiquetés comme diffusant de « fausses nouvelles » ont riposté, prétendant qu’ils étaient censurés. L’ancien député Ron Paul (R-Texas) a publié sa propre liste de 13 médias qui, selon lui, colportaient de « fausses nouvelles » en énumérant des organes de presse importants comme le New York Times, CNN et Politico, rappelant les courriels diffusés par WikiLeaks les accusant de collusion avec Clinton.

Bien qu’il ne soit pas encore clair comment les choses évolueront, de nombreux experts ont noté que les événements pourraient bientôt décider quels types de médias et quels types de nouvelles seront diffusées au public sur Google, Facebook et Twitter. Considérant que les médias sont devenus des goulots d’étrangement pour l’information que nous consommons.

Chris Mattmann, qui a co-créé certaines des technologies au cœur de l’Internet et des moteurs de recherche et qui est actuellement un scientifique en données de premier plan au Laboratoire de Propulsion Jet de la NASA, a déclaré : « D’un point de vue technique, je ne pense pas que les entreprises technologiques soient bien équipées pour prendre ce genre de décisions éditoriales. »

Le problème avec l’étiquetage des nouvelles comme vraies ou fausses, a-t-il dit, est que « pour bien situer les choses dans leur contexte, il faut toutes les lire ».

«  D’une certaine manière, comment pouvez-vous faire confiance à quelque chose pour toujours ? », a-t-il ajouté, notant que de nombreux médias sont détenus par de grands conglomérats qui ont des partis-pris connus. Il a également partagé la perspective que des entreprises de technologie comme Google et Facebook avaient probablement l’intention de devenir elles-mêmes des médias.

M.Mattmann pense que si des entreprises censurent le contenu des utilisateurs, cela doit être fait avec une grande transparence – peut-être en utilisant des informations ouvertes que tout le monde peut consulter – si elles veulent conserver la confiance des usagers.

Intervention gouvernementale

Jillian York, directrice de la liberté d’expression internationale à la fondation à but non lucratif Electronic Frontier Foundation, a rappelé que cela fait parti des droits de Google, Facebook et Twitter, qui sont des sociétés privées, de filtrer le contenu des utilisateurs comme bon leur semble.

Elle a averti, cependant, que si les entreprises censurent les utilisateurs et le contenu de sites Web spécifiques, « je pense qu’il y aura inévitablement des gens qui feront appel à la réglementation gouvernementale ».

LIRE AUSSI :

Cela pourrait entraîner une modification de la loi américaine, où le gouvernement pourrait intervenir et dire aux entreprises connectées comment gérer les appels à la censure et vérifier les contenus. Dans un contexte où les gouvernements dans de nombreuses régions du monde réglementent fortement ce que les gens peuvent ou ne peuvent pas dire sur Internet, c’est une pente glissante.

« Je pense que c’est le moment pour les entreprises de commencer à écouter leurs utilisateurs », a déclaré Mme York.

Il y a aussi la possibilité pour les usagers de tout simplement trouver un autre service à utiliser – et il semble que cela soit déjà le cas.

Une alternative ouverte

Selon Utsav Sanduja, directeur des communications de Gab (une alternative à Twitter qui est fortement opposée à la censure), leur service a vu un pic de nouveaux utilisateurs. Le site, qui est encore en version bêta, compte plus de 53 000 utilisateurs actifs et 172 000 autres sur sa liste d’attente.

Le réseau social a également été étiqueté par plusieurs médias comme étant de « droite alternative », mais M.Sanduja note qu’ils ont récemment commencé à avoir afflux d’utilisateurs de cette tendance. Sanduja lui-même est hindou, et la société est la copropriété d’un chrétien et d’un musulman. Il a dit qu’une grande partie de leurs utilisateurs sont d’autres pays, y compris l’Inde et le Brésil, où les gens ne sont pas capables de parler librement de leurs gouvernements.

Gab adopte une approche différente de la censure. Bien qu’il supprime les contenus qui violent la loi, son approche principale est de mettre le filtrage dans les mains des utilisateurs. Si quelqu’un n’aime pas le contenu de certaines personnes ou de sites Web, ou si vous voulez éviter des mots clés spécifiques, ils peuvent dire à Gab de simplement ne pas leur montrer ce contenu. Avec cette approche, Sanduja pense qu’« en fait, nous suivons les principes de non-violence. »

Sanduja a défini avec simplicité la position de Gab : « La moralité est subjective. » « La moralité de chacun est différente, d’une personne à une autre », a-t-il résumé. « Vous connaissez le dicton, vivre et laisser vivre. Si vous avez un problème, vous pouvez le censurer vous-même. Nous ne ferons pas cela pour vous. Nous ne serons pas la police morale. »

Version anglaise : Internet Reaches Crossroads on Free Speech

Joshua Philipp - Epoch Times  28/11/2016

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents