Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Pitié pour le Yémen !  L’Arabie saoudite continue d’attaquer le Yémen, au mépris du droit international

Publié par medisma sur 22 Décembre 2016, 22:48pm

 

Pitié pour le Yémen ! 

L’Arabie saoudite continue d’attaquer le Yémen, au mépris du droit international

L’Arabie saoudite se targue de ne plus utiliser de bombes à sous-munitions, qu’elle n’a peut-être plus en stock. Embarrassés, les Britanniques du ont admettre leur utilisation par les Saoudiens, pourtant interdite par les conventions internationales.

Pitié pour le Yémen ! Juste après avoir admis leur utilisation, l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle renonçait à employer des bombes à sous-munitions sur ce petit territoire de la péninsule arabique, qu’elle bombarde depuis mars 2015. Et pas n’importe quelles bombes à sous-munitions : des bombes de fabrication britannique, vendues à l’Arabie saoudite dans les années 1980. Le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, l’a même admis aux députées le lundi 19 décembre.

Mais il s’est voulu rassurant : elles n’ont été utilités qu’« en nombre limité »… Dans la foulée, Ryad a annoncé officiellement y renoncer. Coup de pression de la part des autorités britanniques ou occasion de se racheter une image à peu de frais ? Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset n’est pas dupe :

« La pression internationale ? Je ne sais pas. Le rideau de fumée sur Alep est tellement important que ce qui se passe au Yémen passe relativement inaperçu. Ce sont des stocks en voie de diminution. Donc peut-être que ça vaut le coup d’annoncer qu’on ne va plus se servir de quelque chose que l’on a plus. […] Sur plan technique, ça sert surtout à massacrer des gens au sol, civils ou militaires. Il y en a eu un certain nombre de fabriquées, un certain nombre d’exportées. Ce sont des stocks en voie de diminution. Donc peut-être que ça vaut le coup d’annoncer qu’on ne va plus se servir de quelque chose que l’on a plus. »

Le ministre de la Défense été pris entre deux feux suite aux révélations du quotidien The Guardian. Le 18 décembre, sources à l’appui, le quotidien révélait que Michael Fallon était au courant des conclusions d’une enquête gouvernementale, qui affirme que l’Arabie saoudite a utilisé au Yémen des armes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni. Embarrassant pour les Britanniques, un peu moins pour les Saoudiens : l’Arabie saoudite n’a ni signé ni ratifié la convention relative aux armes à sous-munitions : elle s’autorise « implicitement » à les utiliser, estime le Général Brisset.

L’ONU s’inquiète de son côté des cibles frappées à répétition : marchés, hôpitaux, cliniques, écoles, usines, mariages et même funérailles, une cible pouvant difficilement prêter à confusion. En octobre dernier par exemple, une « information erronée » a coûté la vie 140 personnes et blessé 525 autre, dans la Capitale Sanaa. « Il semblerait que la coalition est responsable de deux fois plus de victimes civiles que toutes les autres forces réunies », a déclaré le Haut-Commissaire de l’Onu aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. Il ajoute que la « quasi-totalité » d’entre elles sont victimes de raids aériens.

Ce sont aussi des armes qui peuvent être larguées un petit peu n'importe comment, dans un contexte où les civils et les militaires sont très largement mélangés, comme ça se passe à Mossoul, comme ça se passe à Alep, comme ça va se passer à Raqqa. Il y a tout un tas de conflits à l'heure actuelle où les civils et les militaires sont physiquement mélangés sur le terrain, où les armes employées tuent autant de civils que de militaires.
explique le Général Brisset.

Pourtant, d'autres armes occidentales jonchent le sol yéménite, et leurs cibles ne sont pas militaires. Dans un rapport de juillet 2016, Human Rights Watch dit avoir trouvé des restes de munitions guidées fabriquées en 2015 au Royaume-Uni, qui ont visé plusieurs usines. Des frappes qualifiées de « délibérées » par l'organisation. Elle estime que l'Arabie Saoudite cherche « à infliger des dégâts généralisés à la capacité de production du Yémen ». Toujours plus rassurant, Michael Fallon a déclaré que la Royal Saudi Air Force avait été aidée pour « améliorer leurs processus de ciblage » et, par conséquent, leur conformité avec le droit international. Les États-Unis ont même décidé de ne plus livrer de bombes à guidage laser à l'Arabie Saoudite.

Le ciblage à l'heure actuelle : ou bien vous utilisez des armes de précision, ou bien vous n'utilisez pas d'arme de précision. Ou bien vous avez du renseignement très précis, ou vous n'en avez pas. Si vous n'avez ni renseignement très précis, ni armes de précision, et la compétence pour les utiliser, le ciblage entre militaire et civils, dans des populations imbriquées, ça ne veut pas dire grand-chose. Selon l'ONU, la guerre a fait plus de 7 000 morts, dont la moitié sont des civils. Le chef du gouvernement rebelle, contre qui l'Arabie Saoudite mène ses frappes, accuse les Britanniques de crimes de guerre : « J'en suis convaincu. Ils participent au bombardement du peuple yéménite. Ils savent que les Saoudiens vont larguer (leurs bombes) sur le Yémen. » Lorsque l'opinion publique cessera de se focaliser sur Alep, « Les médias vont changer d'intérêt, et risque à la fois de s'intéresser au nord de l'Irak et au Yémen, et à ce moment, ceux qui seront accusés de commettre des crimes ne seront plus les mêmes », conclut Jean-Vincent Brisset.


https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201612201029273595-yemen-arabie-saoudite-bombes/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents