Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Bilan 2016 : La contagion du désordre…

Publié par medisma sur 2 Janvier 2017, 20:55pm

 

Bilan 2016 : La contagion du désordre…

 

« Jamais depuis 1945, le monde n’a paru moins ordonné, plus chaotique, et de ce fait plus inquiétant » (Hubert Védrine). Il y a un an, nous avions ainsi qualifié le bilan de l’année écoulée : « 2015 : odyssée de l’impasse »1. Aujourd’hui, pour ce qui est de l’année qui s’achève, nous choisissons : « 2016 : la contagion du désordre ». Pourquoi ? Comme l’écrivait Gramsci : « l’ancien monde meurt et le nouveau ne peut pas naître ; pendant cet interrègne, on observe les phénomènes morbides les plus variés ». Face à des défis d’une grande ampleur (extension du terrorisme ; phénomènes migratoires non maîtrisés ; questionnement de la mondialisation et du libéralisme numérique ; crise de la démocratie ; montée des nationalismes, des populismes ; éclatement de l’Union Européenne ; déstabilisation du Proche et du Moyen-Orient ; crise du multilatéralisme ; crise environnementale ; évolution vers une politique « post-vérité »…), les dirigeants du monde naviguent à vue sans cap, ni boussole tels des somnambules, des aveugles.

Ils sont désorientés par un monde dans lequel la perception compte autant que la réalité. Ils n’ont rien vu venir, ni le « Brexit » du 23 juin 2016, ni l’élection de Donald Trump le 8 novembre 2016. Devant le triomphe du court-termisme et de la démagogie, on en viendrait presque à douter de la démocratie à l’heure où les élites discréditent la voie référendaire comme mode d’expression de la souveraineté populaire. En réponse à la mondialisation des crises, nous constatons une crise du multilatéralisme et voyons partout des États en crise.

MONDIALISATION DES CRISES2 : L’ANNÉE DE LA POLYCRISE

Les crises qui secouent, parfois ébranlent le monde de ce début de XXIe siècle jusque dans ses fondements, doivent s’apprécier dans leur double dimension : géographique et transversale.

La dimension géographique des crises : la tectonique des continents

A des degrés divers, aucun des cinq continents n’est épargné par la crise planétaire, profonde et durable qui affecte directement et simultanément nombre d’États et remet en cause les fondements de l’ordre international. Jamais la violence n’a été aussi inquiétante que de nos jours.

S’agissant de l’Union Européenne, le diagnostic est désormais posé par les europhiles : « L’Europe est une promesse, mais une promesse qui n’a pas été tenue », reconnait Martin Schultz, président du parlement européen (mai 2016). « Il y a quelque chose de pourri au royaume de l’Europe »3. Un acharnement à effacer l’histoire et à croire que les peuples étaient interchangeables. « Près de soixante ans après la création du premier noyau européen, on est encore à se demander si nous allons nous contenter de n’être qu’un grand marché de libre-échange sans défense crédible »4. L’Union se fragmente en plusieurs entités aux finalités différentes avec le sommet des pays méditerranéens à Athènes (9 septembre 2016) qui irrite Berlin. On assiste à une montée des nationalismes à la faveur de chaque élection (Allemagne, Autriche, Croatie, Pologne, Italie…) et à une division entre les pays de l’est (groupe de Visegrad conduit par le hongrois Viktor Orban), de la Méditerranée et les autres.

L’Amérique ne semble pas mieux lotie que le vieux continent. Sur le plan international, le bilan de deux mandats de Barack Obama est plus que mitigé. Placées sous le signe de la critique du système, les élections présidentielles du 8 novembre 2016 portent à la tête du pays, celui que personne n’attendait, Donald Trump. Les scandales secouent l’Amérique latine et centrale. Les trois crises qui frappent le Brésil (économique, politique et institutionnelle) avec la destitution de la présidente Dilma Rousseff affaiblissent ce géant du sous-continent. Le Venezuela du président Nicolas Maduro est à bout de souffle. Le Panama sent le soufre. Haïti n’en finit pas de sortir de la crise politique, sanitaire. Au Mexique, le discrédit des dirigeants politiques est grand. La disparition de Fidel Castro laisse un pays exsangue. Seule bonne nouvelle dans le continent, après 52 ans de combats, l’accord entre le gouvernement colombien et les FARC est porteur d’espoir.

Le continent africain est secoué de toutes parts. Il ne parvient pas à se débarrasser de ses autocrates qui se maintiennent au pouvoir mais les peuples se rebiffent de plus en plus, laissant la France face à ses contradictions et aux remugles de la Françafrique. La Libye n’en finit plus de se déchirer. Au Maghreb, le Maroc voit les islamistes confirmés après les législatives d’octobre 2016 alors qu’en Tunisie on change de premier ministre. L’Algérie fait figure de pôle de stabilité. Boko Haram, destabilisé, est toujours actif en Afrique de l’Ouest en dépit de la mise sur pied d’une force multinationale africaine et de l’opération Barkhane. L’Erythrée redevient une menace. Le Sud Soudan n’en finit pas d’aller de crise en crise de plus en plus violentes. L’Éthiopie connait une vague de contestation qui commence à avoir des conséquences économiques négatives.

Le Proche et le Moyen-Orient demeurent l’épicentre de la crise. Le rapport Chilcot reconnait la faute de Tony Blair dans la décision britannique de participer à l’invasion de l’Irak en 2003. Plus le désordre se pérennise dans la région, plus l’opposition « Sunnites-chiite » apparaît comme « un conflit aux mille visages ». Bachar Al-Assad reprend des forces avec l’appui irano-russe. Le président Erdogan se lance dans une fuite en avant, dupe les Européens dans l’accord sur les migrants. Une Turquie qui s’enfonce dans l’arbitraire et la violence surtout après le coup d’état raté des militaires de juillet 2016. La nouvelle donne au Moyen-Orient (rapprochement de la Turquie avec la Russie et Israël, de l’Arabie saoudite avec Israël5 ; Égypte à nouveau aux mains des militaires ; affaiblissement de l’EIIL…) montre que la page des « printemps arabes » est définitivement close. Le problème kurde demeure entier.

En Asie, les problèmes en mer de Chine ne trouvent pas de solutions. Pékin refuse les conclusions de l’arbitrage de la CPA. En dépit du maintien d’une force résiduelle américaine, l’Afghanistan n’en finit pas avec ses attentats talibans. Les talibans s’opposent désormais à l’EIIL. En dépit des condamnations du Conseil de sécurité de l’ONU, la Corée du Nord poursuit ses incessantes provocations (essais de missiles) conduisant les États-Unis à annoncer l’installation d’un système antimissiles en Corée du Sud et à procéder à des manœuvres conjointes avec Séoul. La présidente sud-coréenne est poussée à la démission. La tendance nationaliste se renforce au Japon. Un premier ministre maoïste redevient premier ministre au Népal en août 2016. Le nouveau président philippin, Rodrigo Duterte multiplie ses saillies, traitant Barack Obama de « fils de pute » et s’impose en « trublion de l’Asie du Sud-Est ».

La dimension transversale des crises : la globalité des maux

Derrière ces mouvements de plaques tectoniques, c’est bien sûr toute la mondialisation qui est remise en cause et qui met à jour la globalité des maux dont souffre le système international. Le monde est confronté à une polycrise. La crise alimente la crise.

Crise économique, financière et sociale. Le monde ne s’est toujours pas remis de la crise des « subprimes » : croissance molle amplifiée par le « brexit » ; risque de récession profonde amplifié par les politiques d’austérité et par la baisse des cours du prix du pétrole…. Les BRICS ont explosé avec la crise des matières premières. La mondialisation fait l’objet de plus en plus de critiques, y compris aux États-Unis. Par ailleurs, on ne voit pas le début d’une solution globale à la crise financière. « Il n’existe plus de système monétaire international depuis 1971. Plus de règles partagées. Chacun n’en fait qu’à sa tête. Imaginons un mobile de Calder en équilibre subtil, comme celui immense, de Kennedy Airport à New York et que des singes s’amuse à sauter de branche en branche : tout s’écroule. C’est la représentation que nous nous faisons de la finance mondiale actuelle à la lecture de Jacques de Larosière »6. Crises économique et financière débouchent sur une crise sociale : 1% de la population détient la moitié de la richesse mondiale. On assiste à l’explosion de mouvements alternatifs anti-système.

Crise migratoire. Elle n’en finit pas. Elle vient d’Asie, du Moyen-Orient et de l’Afrique sub-saharienne. Elle conduit au retour des frontières que l’on croyait effacées et à une forte poussée du « populisme ». Face à cette double réalité, on ne saurait ignorer à ce point les émotions des peuples. Avec 63,5 millions de déracinés fin 2015 (chassés par les conflits et les persécutions selon le HCR), la planète bat un record en dépassant le cap des 60 millions. Ceci se décompose en 21,3 millions de réfugiés, 3,2 millions de demandeurs d’asile et 40,8 millions de personnes déplacées au sein de leur propre pays.

Crise sécuritaire. L’humanité ne parvient pas à éliminer le phénomène de la guerre, quelle que soit la forme revêtue, souvent moins nouvelle qu’on pourrait le croire (« grandes guerres » et « petites guerres » selon Clausewitz). C’est que depuis la fin du « camp socialiste » en 1989, il n’y a jamais eu autant de guerres, de basse ou de haute intensité. Nous assistons à la montée du terrorisme qui se nourrit de causes internes (mauvaise intégration de certaines populations dans les sociétés) et externes (les spasmes des révolutions arabes qui n’en finissent pas). Crise face à laquelle les États occidentaux semblent dépourvus. Si l’EIIL recule en Irak, en Syrie, en Libye, il progresse sur le plan médiatique avec les attentats terroristes. Avons-nous une réponse politique, morale, tactique et stratégique face à ce nouveau défini de la guerre asymétrique islamiste ?

Crise environnementale. En dépit du succès de la COP21 et de son entrée en vigueur en novembre 2016, les défis sont encore devant nous. La COP22 de Marrakech se conclut par un constat de désaccord. Nous n’en sommes qu’au début d’une révolution environnementale. Les engagements pris à Paris pour réduire les rejets carbonés rendent hors de portée l’objectif de conserver une planète tempérée… Pas plus que le réchauffement ne connait de trêve, l’urgence climatique ne peut connaitre de répit. Maigre satisfaction, 197 pays signent le 14 octobre à Kigali un accord sur les gaz à effet de serre les plus nocifs (HFC pour hydrofluorocarbures)

Confronté à un tel tableau clinique inquiétant, force est de constater que le médecin « communauté internationale » ne dispose que d’une pharmacopée réduite et aléatoire pour soigner les maux des « damnés de la terre ».

CRISE DU MULTILATÉRALISME : L’ANNÉE DE LA DÉFIANCE

Afin de mieux sérner le problème qui affecte aujourd’hui le fonctionnement du multilatéralisme, il importe de l’appréhender dans ses deux principales dimensions : institutionnelle (constat) et conceptuelle (causalité).

La dimension institutionnelle : la limite de la régulation multilatérale

La problématique générale. Le pari sur le droit comme modèle universel de régulation interétatique a fait long feu. L’ingrédient indispensable au règlement des différends, à savoir la confiance, fait cruellement défaut. Sans lui, rien n’est possible. Les deux mandats de Ban Ki-moon au poste de Secrétaire général de l’ONU ont été décevants. Il est remplacé par le portugais, Antonio Guterres. Que pourra-t-il faire sans un minimum de confiance entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité au moment où l’on évoque le retour d’une « nouvelle guerre froide » ? Cette crise de confiance se double d’une crise de la justice internationale. Après le retrait de trois Etats africains (Afrique du sud, Burundi, Gambie…), c’est au tour de la Russie de retirer sa signature du statut de la Cour pénale internationale. Les Africains lui reprochent son manque d’impartialité. L’année 2016 marque le monde des « gates » et des « leaks ». Ces scandales éclaboussent un monde sans règles ni maîtres : systèmes de pollutions équipant les véhicules allemands (« dieselgate »); FIFA ; attribution des JO et des coupes du monde qui démontrent l’étendue de la corruption dans le monde du sport « Football Leaks », des phénomènes de dopage. ; les JO de Rio resteront comme « Un idéal olympique terni »7 ; « LuxLeaks » et « Panama Papers », « Bahama Leaks »… Le monde traverse une crise morale qui affaiblit le système multilatéral. On peine à découvrir de véritables hommes d’État à la hauteur des défis auxquels le monde est confronté. On passe de la démocratie à la démocrature. En Europe, on découvre les scandales entachant des ex-membres de la commission (Barroso et Kroes). « L’ensemble révèle une régression morale des élites. La Commission ne peut pas passer son temps à exiger des peuples et des États une probité et une éthique inspirée de Montesquieu, que certains de ses membres bafouent allégrement »8.

Les problématiques spécifiques. L’ONU n’en peut mais. « Aux Nations unies, j’ai été pour la première fois confronté avec l’hypocrisie, le mensonge, la recherche des alibis et le contraste complet entre la réalité des problèmes tragiques du monde et les pseudo-solutions qu’on leur apporte »9. Rien n’a vraiment changé depuis la fin des années 1950 ou si peu. L’ONU apparait dépourvue de moyens d’action pour régler les crises. L’Union européenne est en crise : crise financière, crise grecque, crise migratoire, crise sécuritaire auxquelles s’ajoute une crise institutionnelle après le « brexit » du 23 juin 2016. « Depuis plus d’une décennie, les État membres de l’Union européenne ne parviennent pas à prendre les mesures décisives leur permettant de relever les principaux administratives auxquels les citoyens sont confrontés »10. On ne voit pas venir de projet pour éviter que le Titanic ne coule.

L’OTAN se retrouve un nouvel ennemi, la Russie, qu’elle avait durant un bref moment historique remplacée par le terrorisme. Partout, où elle passe, elle joue les pyromanes. Le sommet de Varsovie (8-9 juillet 2016) marque le retour de la nouvelle « guerre froide ». Le G7 se cherche. Face à des enjeux planétaires, il démontre son rôle limité pour relancer la croissance, lutter contre le réchauffement climatique, le terrorisme, relever le défi migratoire, mettre un terme au chaos proche et moyen-oriental… La Russie, qui avait rejoint ce groupe en 1997, en est exclue depuis 2014 en raison de son annexion de la Crimée. Est-il possible de réfléchir à la sécurité internationale sans la présence de la Russie ? L’Union africaine est affaiblie par son inaction sur la plupart des crises politiques et sécuritaires11, sur le dossier libyen et sur Ebola. L’OMS. Organisation à la fois célébrée et critiquée, elle pâtit des pesanteurs bureaucratiques, de sa mauvaise gestion de l’épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014, d’une organisation fondée sur les ressources et non sur les résultats… Les BRICS sont en crise et s’effacent de plus en plus sur la scène internationale à la faveur de la crise du pétrole. Ils ne constituent plus la locomotive de l’économie mondiale. Le Mercosur n’a plus de présidence en raison du problème vénézuélien.

La dimension conceptuelle : l’insignifiance de la réponse

Un constat préoccupant. Hélas, le monde de 2016 n’est pas le monde des bisounours. Il est le monde de la conflictualité. Force est de constater que, dans ce monde condamné à une « succession d’ordres précaires et de désordres traumatisants » (professeur Dario Battistella), nous n’avons plus d’architectes mais des pompiers, parfois pyromanes réagissant à l’évènement et le commentant plutôt que de l’anticiper et le prévoir. Ne revenons-nous pas à la vieille théorie westphalienne de l’équilibre des forces et son corollaire, le retour du vieux « concert des nations »12 ? Ne sommes-nous pas revenus, à certains égards, dans le paradigme d’un monde bipolaire ? Le nouvel ordre international est conditionné au règlement concerté d’enjeux planétaires (crises du Proche et Moyen-Orient, crises migratoires, terrorisme, mondialisation, environnement…). Or, le système multilatéral, concept pris dans son acceptation large, ne parvient plus à jouer son rôle de modérateur, de stabilisateur, de régulateur. Il est à la peine.

Au Conseil de sécurité de l’ONU, les vetos russe et chinois bloquent presque toutes les initiatives, y compris humanitaires pour parvenir à un règlement négocié de la crise syrienne. Dans le domaine de la libéralisation du commerce international (clé de voûte de la « mondialisation heureuse »), les grands chantiers (TTIP, CETA, traité transpacific…) se transforment en champs de ruines. Après les embrassades de la COP21, le chantier de la lutte contre le réchauffement climatique se fracasse sur le mur des réalités lors de la COP22 de Marrakech…

De multiples raisons. « Toutes ces fièvres sont bien les symptômes multiples d’une grande crise globale, profonde et durable qui affecte durablement et simultanément l’essentiel du monde et remet en cause les fondements de l’ordre international ».13 La crise du multilatéralisme est mondiale. Elle ébranle les bases du système de sécurité collective – marqueur essentiel de la paix par le droit – mis en place au lendemain de la guerre froide. Année après année, nous sommes entrés dans le monde de la défiance. À une démarche d’inclusion (parler à tous y compris à ses pires ennemis et dans les situations les plus conflictuelles), les Occidentaux ont substitué une démarche d’exclusion (pratique de l’anathème, de l’invective, des sanctions, voire de la guerre comme monde désormais normal de règlement des conflits). On ne saurait semer la paix et entretenir la guerre en même temps. C’est vers cette impasse que nous conduit le dévoiement de la diplomatie. L’action internationale est paralysée. Où sont passées les initiatives diplomatiques de long terme, les pensées stratégiques, les imaginations créatives ? Comme le souligne Dominique de Villepin : « nos initiatives diplomatiques s’enlisent parce que nous ne disposons plus des atouts de la vielle diplomatie d’État : le temps, le secret, la volonté de puissance… Jamais la violence n’a paru aussi diffuse, aussi insaisissable, aussi menaçante qu’aujourd’hui 14». Nous vivons dans le monde des passions, des émotions, de la corruption du langage, de la tyrannie de l’anecdotique (la « Fête de l’insignifiance », Milan Kundera), « La connivence des autruches, c’est-à-dire le consensus hégémonique de certaines élites pour ne rien entreprendre »15 l’œil rivé sur les sondages et les échéances électorales.

En dernière analyse, comme cela est traditionnel dans ces périodes de crise, de doute, de peur, les citoyens du monde se retournent vers la structure qui leur paraît la plus protectrice, l’État en dépit des critiques qu’ils formulent par ailleurs sur ses insuffisances

ÉTATS EN CRISE : L’ANNÉE DES ÉTATS

L’année 2016 marque une sorte de retour sur le passé. En dépit de multiples vissicitudes, l’État redevient le sujet incontesté du droit international, des relations internationales, une sorte de valeur refuge comme l’or pendant les périodes de crises économiques et financières. Dans le même temps, nous assistons à une renaissance du concert des nations, symbole de la vieille diplomatie.

L’incertitude sur la place de l’État : sortie et retour

Ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de la mondialisation que d’avoir enclenché une dynamique à fronts renversés : sortie de l’État du champ international, d’un côté et retour de l’État sur la scène mondiale, de l’autre.

La sortie de l’État. Les années 1990 ont sapé un peu partout les bases de l’État. Les soubresauts d’un monde sans maîtres depuis la fin de la guerre froide a fissuré le socle de l’État-nation. Nombreux sont aujourd’hui les États fragiles, fragilisés qui sont source d’instabilité interne mais également extérieure à tel point que l’on évoque une « épidémie des États faillis ». Un rapide panorama de ces « États cabossés » fournit une idée assez précise du phénomène en ce début du XXIe siècle. Depuis une décennie, le Venezuela des présidents Chavez et Maduro se trouve dans une situation d’autant plus inextricable qu’il ne semble pas exister d’alternatives crédibles. Le Yémen constitue l’archétype de l’État failli. La guerre déclenchée par son puissant voisin saoudien n’a fait qu’empirer la situation. Certains vont même jusqu’à évoquer un « arc des États faillis » allant de la Mauritanie à l’Afghanistan et au Pakistan en passant par la Somalie, le Soudan, voire le Kenya et, désormais, l’Éthiopie.

Les « révolutions arabes » n’ont épargné ni la Libye ni l’Irak et la Syrie, états durablement fracturés. On ne saurait passer sous silences les revendications identitaires latentes en Europe occidentale qui pourraient un jour déboucher sur des indépendances : Wallonie avec la Belgique, Catalogne avec l’Espagne, Écosse avec le Royaume-Uni après le « brexit ». En Afrique, la tentation existe également de repenser la structure de l’État-nation.

Le retour de l’État. Annoncés comme moribonds en même temps que l’avènement de la fin de l’Histoire, les États font leur retour remarqué sur la scène internationale. Cette montée en puissance de l’État procède de causes multiples. La mort clinique de l’ONU, dont le Conseil de sécurité est paralysé par le veto russe, est une réalité incontournable. L’incapacité de l’Union européenne à relever les défis multiples qui se posent à elle (crise économique, financière, sociale, sécuritaire, migratoire, énergétique, environnementale…) amplifie la défiance des citoyens contre la technocratie bruxelloise. Les dérives d’une mondialisée non régulée crispent les citoyens les plus fragiles à l’égard des institutions multilatérales et de ses dirigeants. Tout naturellement, les citoyens se retournent vers la seule structure qui leur paraît la plus protectrice contre les violences qui les agressent : l’État. C’est une sorte d’assurance tous risques. En dépit de tous les critiques dont ils l’accablent, ils considèrent qu’ils ne peuvent pas se passer de lui. « Ni sécurité, ni paix, ni stabilité ne s’envisagent en son absence. Voilà la principale leçon de notre époque » (Dominique de Villepin).

 

La renaissance du concert des nations : la vieille diplomatie

L’année russe. Après un long effacement, l’année 2016 marque le grand retour de la Russie sur la scène internationale à la faveur de la crise syrienne et de l’effacement américain16 d’autant que le nouveau président, Donald Trump fait part de sa volonté de renforcer son dialogue avec Moscou. Vladimir Poutine est désormais incontournable tant par son pouvoir de nuisance (droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU, Ukraine) que par son pouvoir de médiation (principalement sur la crise syrienne)17. Dans le même temps, nous assistons à un renversement des vieilles alliances. Au Moyen-Orient, la Turquie de Erdogan se rapproche de la Russie, s’éloignant de l’Union Européenne (le parlement européen demande le gel des négociations avec Ankara), se marginalisant à l’OTAN au grand dam de Washington (qui déplace ses armes nucléaires de sa base aérienne d’Incirlirk vers la Roumanie).

Les relations se dégradent entre Washington et Riyad, entre Washington et Jérusalem sous Barack Obama (résolution 2334). Le monde chiite tient tête au monde sunnite. Les Occidentaux commencent à saisir les inconvénients d’une alliance exclusive avec le second. La Chine renforce sa présence en mer de Chine, suscitant l’ire de ses voisins et de Washington, poursuit son implantation en Afrique et reste moteur de l’économie mondiale. La France s’efface sur la scène diplomatique par son approche manichéenne des relations internationales. Lors de sa tournée d’adieu en Europe, Barack Obama snobe Paris pour faire l’éloge d’Angela Merkel à Berlin. Quant au Royaume-Uni, il disparait des écrans radar depuis le vote sur le « brexit ».

La diplomatie de papa. L’Histoire des relations internationales ne serait-elle qu’un éternel recommencement ? Faute de voir les institutions multilatérales universelles (essentiellement le Conseil de sécurité de l’ONU) et régionales (Union européenne, OTAN, OSCE, Union Africaine, Ligue Arabe…), par un effet de vase communicant, nous assistons au retour des vieilles méthodes de la diplomatie classique si souvent décriées dans le passé pour leur inefficacité : médiation, conciliation, arbitrage, négociations en cercles restreints dans la plus grande discrétion. Nécessité fait loi. Alors que certains évoquent désormais une « nouvelle guerre froide » entre les États-Unis, ses plus fidèles alliés, d’une part et la Russie, de l’autre, es crises se règlent en dehors des cadres multilatéraux.

Nous nous en tiendrons à quelques exemples récents. La normalisation des relations entre Cuba et les États-Unis est le résultat d’une longue et patiente médiation du Saint-Siège. L’accord mettant fin à plus d’un demi-siècle de conflit interne entre la Colombie et les FARC doit beaucoup à une médiation de Cuba. Le seul canal de discussion entre la Russie et l’Ukraine tient à l’existence du format Normandie imaginé en son temps par François Hollande à l’occasion des cérémonies commémoratives du débarquement. La crise syrienne fait l’objet de multiples contacts entre John Kerry et Sergueï Lavrov, entre Russes et rebelles syriens à Ankara via le truchement de la Turquie et de la Jordanie (crise d’Alep). De manière discrète, Oman offre un lieu de rencontre discret pour sa médiation entre Saoudiens et rebelles houthis afin de mettre un terme à la guerre au Yémen.

« La famille humaine » selon la belle formule de René Cassin, est menacée d’éclatement. Le temps n’est pas au lâche soulagement mais aux interrogations douloureuses. Alors que nous sommes assis sur un volcan, quand va-t-on se décider à refuser le conformisme ambiant et le rejet des banalités, des truismes pour recommencer à prendre en considération l’Histoire et le réel ? Quand va-t-on en finir avec ceux qui prennent le parti de mépriser la réalité au nom d’une arrogance intellectuelle ou d’une cécité volontaire ?

A force de ne pas traiter les véritables causes des maux (« les forces profondes » selon l’École des Annales) qui nous frappent, le monde ne remplit-il pas de manière impressionnante les conditions menant à une défaite encore plus étrange que celle analysée par March Bloch ? N’avons-nous pas à faire à des dirigeants (occidentaux, plus particulièrement) pareils aux « marcheurs éveillés », pour reprendre la métaphore de Christopher Clark, aveugles à la réalité ?18 « C’est là un trait d’époque. Burke nous avait prévenus : « Ceux qui passent leur temps à découvrir les défauts de l’ordre établi et à les monter en épingle n’ont pas les qualités requises pour le réformer ». Décidément, l’année 2016 restera dans l’histoire comme l’année de la contagion du désordre.

 

Guillaume Berlat


1 Guillaume Berlat, 2015 : odyssée de l’impasse, www.prochetmoyen-orient.ch , 28 décembre 2015.
2 Dominique de Villepin, Mémoire de paix pour temps de guerre, Grasset, 2016, p. 25.
3 Eva Joly, avec Guillemette Faure, Le loup dans la bergerie, Les Arènes, 2016.
4 Gérard Chaliand, L’arrogance d’Ankara souligne nos failles, Le Figaro, 13 mai 2016, p. 16.
5 Piotr Smolar, Visite d’un général saoudien en Israël, Le Monde, 28 juillet 2016, p. 13.
6 Jean-Pierre Robin, Un demi-siècle de crises financières : pourquoi elles ressurgissent sans cesse, Le Figaro économie, 17 mai 2016, p. 23.
7 Éditorial, « Un idéal olympique terni », Le Monde, 6 août 2016, p. 19.
8 Éditorial, Affaire Kroes : un effet dévastateur sur l’opinion, Le Monde, 23 septembre 2016, p. 21.
9 Romain Gary, Le sens de ma vie, Gallimard, 2014, p. 65 (extraits de l’émission « Propos et confidences » de Radio-Canada, 1980.
10 Guy Verhofstadt, Rendre à l’Europe sa grandeur, Le Monde, 22 novembre 2016, p 28.
11 Tanguy Berthemet, Les armées africaines impuissantes face au terrorisme, Le Figaro, 8 décembre 2016, p. 10.
12 Renaud Girard, Le retour du vieux « concert des nations », Le Figaro, 6 septembre 2016, p. 15.
13 Dominique de Villepin, précité, p. 49.
14 Dominique de Villepin, précité, p. 110.
15 Alexis Lacroix, Attali contre la « connivence des autruches », Marianne, 20-26 mai 2016, pp. 48-49.
16 Caroline Galacteros, La bataille d’Alep ou la déroute de la diplomatie occidentale en Syrie, Figarovox, 8 décembre 2016.
17 Jack Dion, Pourquoi Poutine les rend tous fous, Marianne, 2-8 décembre 2016, pp. 10-13.
18 Christopher Clark, Les somnambules, Flammarion, 2013.

source: http://prochetmoyen-orient.ch/bilan-2016-la-contagion-du-desordre/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents