Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Cécile Valérian: Bulles financières – Les marchés fous, déconnectés de la réalité !

Publié par medisma sur 27 Février 2017, 22:47pm

 

Cécile Valérian: Bulles financières – Les marchés fous, déconnectés de la réalité !

Une bulle économique, bulle de prix, bulle financière, ou encore bulle spéculative, est un niveau de prix d’échanges sur un marché (marché d’actifs financiers : actions, obligations, marché des changes, marché immobilier, marché des matières premières, etc.) excessif par rapport à la valeur financière intrinsèque (ou fondamentale) des biens ou actifs échangés.

Ce genre de comportement plus ou moins irrationnel des marchés, créant des anomalies de prix, fait partie des phénomènes qu’étudie la finance comportementale.

Le mot français de bulle dans le sens de « bulle financière » vient de l’anglais « bubble », il s’agit d’une métaphore indiquant que les prix sur un marché spécifique augmentent de façon rapide et sans raison solide, et sont vulnérables, exposés à une chute instantanée, à l’image d’une bulle qui s’élève et qui éclate.

En 1720, le Parlement anglais vota le Bubble Act après le krach des titres de la South Sea Company. Quand on demanda à Isaac Newton, maître de la monnaie de Londres depuis 1697, ce qu’il pensait de cette affaire il répondit qu’il « pouvait calculer les mouvements des corps célestes, mais pas la folie des gens. »

 

Historique, évolutions

Les bulles financières sont nombreuses dans l’Histoire des bourses de valeurs et celle des crises monétaires et financières.

En voici quelques exemples :

  • La tulipomanie du xviie siècle en Hollande, l’une des premières fortement documentée ;
  • Le krach lié à la spéculation sur les actions de la Compagnie des mers du Sud en 1720 conduit le Parlement anglais à voter le « Bubble Act »
  • La grande spéculation immobilière à Paris, Berlin et Vienne du début des années 1870, qui débouche sur le grand krach de Vienne en 1873.
  • La bulle internet de la fin des années 1990
  • La bulle immobilière, à l’origine de la crise des subprimes de 2007 puis de la crise financière de 2008, développée dans la plupart des régions urbanisées occidentales. Selon des économistes, elle a touché les agglomérations à fortes contraintes urbanistes en matière de permis de construire et pas celles à faibles contraintes). Son autre moteur fut les faibles taux d’intérêt décidés pour stimuler artificiellement l’économie après l’éclatement de la bulle internet et les attentats du 11 septembre 2001.

Quand une bulle financière cesse de se développer, elle risque un effondrement brutal. L’implosion suit l’explosion. La panique suit l’euphorie. Les mécanismes de crédit fondés sur la spéculation haussière disparaissent. La solvabilité des emprunteurs, reposant sur la vente rapide, à prix élevé, en cas de défaillance, est soudain revue à la baisse. Les spéculateurs attirés par les plus-value haussières se retirent. Les prix chutent de plus en plus fortement. La bulle financière est percée par un krach boursier.

Les bulles financières et leur percement influent sur les cycles économiques étudiés par de nombreux économistes depuis le xixe siècle, au même titre que les politiques monétaires.

La bulle immobilière américaine à son paroxysme de 2006 est chiffrée par certains experts de l’urbanisme et de l’immobilier à 4 000 milliards de dollars, un montant voisin étant évoqué pour la bulle immobilière européenne. Une partie porte sur une bulle purement financière susceptible de s’effondrer en quelques mois. Une autre disparaîtra plus lentement avec les migrations, les mutations économiques ou les assouplissements réglementaires.

En outre de nombreuses valeurs boursières ou monétaires sont en partie adossées à des créances immobilières. Une fois titrisées, ces dernières figurent indirectement dans de nombreux portefeuilles, eux-mêmes titrisés, ou dans les actifs de sociétés cotées en bourse. Certains auteurs estiment le cumul des valorisations participant de la bulle financière de 2008 à cinquante fois le PIB mondial, soit plus de 2 millions de milliards de dollars (2 000 000 000 000 000 $)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents