Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Macron, plan B de Hollande

Publié par medisma sur 15 Février 2017, 21:19pm

 

Macron, plan B de Hollande

 

Benoît Hamon est donc l’heureux élu primaire, Emmanuel Macron va, court, vole et nous gonfle, Fillon est dans les enquiquinements — que le Canard ait été abreuvé par le Ministère des Finances (mais non, pas par Sapin ! Il y a de tout aux Finances, et surtout pas des gauchistes ! Il y a même des sarkozystes…) ou par une « officine » au service de — de qui ? De Rachida Dati ?
Hmm…

Il y a trois mois, alors que nous ne savions pas si le Président de la république en titre irait ou non à l’abattoir, je disais ma certitude que Macron était le plan B de Hollande, dont l’objectif final est de faire triompher le néo-libéralisme (qu’il soit de droite ou de gauche n’a aucun sens en pratique) et d’annihiler le PS, refuge des Cambadélis et autres Bartolone — tous des petites pointures, si on en croit ce que racontait complaisamment le même Hollande aux deux journalistes invités à ses levers et à ses couchers. J’ajoutais que Mélenchon était le caillou dans la chaussure de ce même Hollande — le miroir impitoyable dans lequel il se reconnaît en homme de droite.

Il fallait donc grignoter le Parti de gauche, qui est le remords personnifié, la preuve vivante que le PS est de droite. D’où l’Opération Hamon, bien parti pour devancer Mélenchon, en donnant à tous les déçus du PS un prétexte pour voter encore une fois pour ce parti de gougnafiers. Cocus de 2012, à vos bulletins ! Il y a du candaulisme chez certains électeurs de gauche… On prostitue la république à un Macron en faisant semblant de soutenir Hamon. Bien joué.

Sans compter que Hamon, l’homme qui justifie le fait qu’il n’y ait pas de femmes visibles dans certains quartiers, est islamo-compatible — ce que n’était pas Valls, dont on peut critiquer bien des points, mais pas son engagement laïc. Avec Hamon, on chasse sur les terres du NPA et du PIR. L’islamo-gauchisme n’est qu’un prétexte : l’essentiel, c’est que la France en tant que nation disparaisse, que les Français en tant que peuple disparaissent, remplacés par une mosaïque de communautés qui se regarderont peut-être en chiens de faïence, qui se tireront peut-être dans le dos, de temps en temps, mais qui consommeront. Et c’est bien l’essentiel.

Soutenir Hamon, mais pas trop. Ce n’est pas lui, l’Elu. On le reçoit à l’Elysée, mais on s’abstient de le raccompagner sur le perron. C’est à ces petits détails que l’on mesure aujourd’hui les grands hommes.

 

http://www.comite-valmy.org/IMG/png/hamon_seul_elysee.png

Sur la photo, il n’a pas l’air ravi, le ministriculus interruptus comme dit mon ami Antoine Desjardins (140 jours rue de Grenelle — il n’a même pas fait la rentrée, cette année-là !). Benoît, méfie-toi, cet escalier, il faudrait le monter au lieu de le descendre !

Hamon n’est donc qu’un écran de fumée. Le vrai candidat du PS, c’est Macron. L’homme de la loi Travail, d’Uber et compagnie. Un libéral, un vrai.

 

http://www.comite-valmy.org/IMG/jpg/aux_origines_phenomene_macron.jpg

Je ne dois pas fréquenter les bons cercles, mais depuis un mois, je n’ai absolument rencontré personne qui se dise prêt à voter Macron. Les sondages qui lui donnent aujourd’hui plus de 20% des intentions de vote seraient-ils manipulés par des médias complices ? Hypothèse absurde, bien entendu. Qu’importe que L’Express ou Libé, ou BFMTV et RMC, ce soit Patrick Drahi, à qui Macron a rendu un signalé service en lui permettant d’acquérir SFR. Que le Monde, ce soit Pierre Bergé qui vient de signaler son ralliement… Et j’en passe… Comme dit Polony dans le Figaro de ce matin 4 février : « L’élite financière a décidé de s’affranchir de ces politiques devenus inutiles et de faire le boulot directement. »

Tiens, Causeur n’est pas dans le coup ? Faudra que je me renseigne…
En fait, l’Institut Montaigne avait deux fers au feu — Fillon et Macron. Fillon est dans les embarras ? On tire Macron du sac à malices. Si demain Fillon se remet en selle, ce sera coucouche panier.

Dans les deux cas, il s’agit de se débarrasser de Marine Le Pen, le cauchemar de la droite raisonnable et de la gauche de droite, toutes deux libérales jusqu’au bout des ongles. Marine Le Pen qui, si elle osait, finirait par annoncer que non, la France ne remboursera jamais sa kolossale dette, et que oui, les banques se sont assez gavées comme ça sur notre dos. Ce que chacun sait.

Le plus drôle, c’est que l’un des adversaires les plus convaincus de Macron, c’est Bayrou. Je l’ai rencontré cette semaine : il n’avait pas de mots assez durs pour le candidat du mondialisme et de l’Europe décomplexée. L’homme qui parle anglais aux allemands. L’homme qui ignore tout de la France, hors le trajet fluvial Bercy / Elysée. Qui ignore tout de l’école, sauf le lycée La Providence, noble institution jésuite d’Amiens, et la prépa d’Henri-IV, derrière le Panthéon. Un énarque assez malin pour avoir plu à Jacques Attali, qui depuis la mort de Mitterrand se cherche un roi à couronner. Pour avoir plu à Rothschild. À Alain Minc. Pour avoir plu à tout le monde…

 

http://www.comite-valmy.org/IMG/jpg/attali_macron.jpg

Sauf au reste de la France — la France qui n’est passée ni par la rue Saint-Guillaume ni par l’ENA, qui ne connaît de Bercy que les feuilles d’impôt du percepteur, qui ne « lève » pas des millions d’euros en se mettant « en marche », qui n’envoie pas ses enfants dans de grands lycées privés ou publics, qui se lève tôt en espérant avoir encore du boulot, et qui préférerait un CDI aux angoisses des CDD à répétition. La France qui en a jusque là des politichiens de garde du système bancaire — parce que cette France-là, ma France comme chantait Jean Ferrat, a peut-être un compte en banque, mais rien dessus. Ma France qui a le pain quotidien de plus en plus hebdomadaire. Ma France qui ne connaît que deux mots d’arabe — Allah akhbar, claironnés par tous les apprentis-terroristes, et encore aujourd’hui au Louvre. Ma France qui se prépare à l’émeute, demain — parce qu’elle ne voit plus d’autre issue.

 

Jean-Paul Brighelli

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8228

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents