Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Ras le bol du harcèlement médiatique contre les candidats de droite

Publié par medisma sur 14 Février 2017, 21:33pm

 

Ras le bol du harcèlement médiatique contre les candidats de droite

Jamais la propagande ne fut aussi destructrice envers des candidats qui ne cadrent pas avec l’enseignement officiel.

 

Nul ne peut désormais nier que les journalistes officiels – ceux de nos chaînes de télévision, radios et magazines – soient vraiment partis en chasse contre les deux candidats de droite, et qu’ils sont bien décidés, par leur propagande effrénée, à mettre leur jeune et sémillant poulain Emmanuel Macron sur le trône de François Hollande.

Jamais la propagande ne fut aussi destructrice envers des candidats qui ne cadrent pas avec l’enseignement officiel.

Tous les jours, nos malheureuses cervelles sont martelées d’attaques contre François Fillon et ses indélicatesses, et contre Marine Le Pen, dont les 144 propositions sont rejetées une à une. Ce qui serait normal si celles-ci étaient détaillées, épluchées et contredites. Mais non : qu’il s’agisse de Fillon ou de Marine, le système médiatique les a condamnés à l’avance.

Que Macron ait été un ministre régalien dont les seules réussites (et encore) furent quelques gadgets comme FlixBus – dont on vient d’apprendre que la société appartient à la banque Rothschild, celle où Macron a fait des merveilles -, qu’il ait fait une fausse déclaration d’impôts, qu’il ait pillé dans les caisses de son ministère pour organiser sa future campagne, que ses discours (pardon, ses homélies) soient vides de sens et de propositions salvatrices, rien n’y fait : Macron est incritiquable et Marine constamment décrédibilisée.

Car, contre Marine, la doxa joue à fond. Jeudi, c’était, sur le plateau de Pujadas, les déchaînement des hyènes, dont une certaine Nathalie Gal, qui a une petite entreprise de tannerie dans la Haute-Vienne. Cette jeune femme toute de rose vêtue, féministe de cœur, n’avait pas été invitée à débattre face à Marine Le Pen sans une arrière-pensée des producteurs de « L’Émission Politique ».

Eux savaient, contrairement aux téléspectateurs à qui cette information avait été cachée, que Nathalie Gal avait été une comédienne professionnelle avant de reprendre la tannerie de son père. Elle fut donc très à l’aise pour contredire l’invitée de l’émission. Socialiste de cœur, trouvant que François Hollande avait été un bon Président pour les PME, Nathalie Gal a bien joué son rôle, et si Gilbert Collard a beaucoup insisté sur cette comédienne-chef d’entreprise, il n’a pas eu totalement tort de révéler combien elle pouvait être à l’aise sur la scène du théâtre politique.

Dimanche matin, invitée du fils de Robert Namias sur Europe 1, Marine Le Pen a dû encore faire face à cette insolence journalistique d’une caste qui a ses têtes de Turc et ses angelots. Marine les a, d’ailleurs, remis à leur place quand elle leur a demandé de faire leur boulot d’enquêteur plutôt que de raconter des faits inexacts sur lesquels ils s’appesantissent dès lors qu’il s’agit du seul Front national.

Il faut espérer qu’à force d’en faire trop contre les candidats de la droite, nos médias vont être une fois de plus déjugés par les urnes les 23 avril et 7 mai. À trop préjuger de la faiblesse de jugement des Français, ils risquent de voir la France balayer à son tour quarante ans d’une politique laxiste et économiquement déplorable.

Les émeutes de Bobigny, qui rappellent Guérilla, le roman d’Obertone, peuvent être l’un des déclencheurs de ce ras-le-bol que peut ressentir le peuple de France face à la pensée unique diffusée à longueur de journée par les organes d’information. Car, à Bobigny, nos médias n’ont pas pris le temps d’aller chercher la réalité de ce qui s’est vraiment passé. Ils ont pris immédiatement fait et cause contre la police, présentant tous ces « jeunes » de banlieue comme étant constamment harcelés par les forces de l’ordre.

Alors, oui, nous avons ras le bol de ces psychopathes médiatiques.

Floris de BonnevilleJournaliste, Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents