Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Les médias rattrapent Macron par la culotte

Publié par medisma sur 23 Mars 2017, 22:07pm

 

Les médias rattrapent Macron par la culotte

Journal du mercredi 22 Mars 2017

Au sommaire de ce journal du mercredi 22 mars 2017

: 1) Islam / La mosquée de Fréjus toujours debout ;

2) Environnement / Les “sans papiers” du vin bio ;

3) Economie / Sortie de l’euro : pas si grave ?

4) International / Inde : gagner les élections contre l’islam ;

5) L’actualité en bref.

Sauver le soldat Macron ! Voilà le défi que se sont fixés les grands médias du système. Après une prestation médiocre lors du premier débat de la présidentielle, les journalistes viennent à la rescousse du produit médiatique.

Mettre des rustines sur la bulle Macron, c’est la nouvelle tâche sur laquelle planchent les journalistes français. Après le débat entre les 5 principaux candidats où l’ancien ministre de l’économie a plus brillé par son autodérision que par sa connaissance des dossiers et ses propositions, il faut à tout prix sauver les meubles. Porté aux cieux depuis le début de la campagne, le produit Macron a dû pour la première fois affronter d‘autres candidats… L’exercice est plus ardu que le meeting d’En Marche. Pour l’homme aux deux alliances, pas de chauffeurs de salle, pas de t-shirt, pas de texte écrit à grand coup d’algorithme… le débat n’était pas une sinécure. Après l’effort – passablement raté -, le réconfort. Retour dans le giron des alliés : la presse.

Figure de proue du sauvetage de Macron, le groupe Next Radio, c’est à dire RMC et BFM TV (renommé pour l’occasion Broadcast for Macron) a pris le dossier en main. Dès l’aube, le lendemain du débat, le fiasco rhétorique du banquier était en opération camouflage. Le meilleur outil pour cela… les sondages ! L’institut Elabe aurait interrogé les téléspectateurs pour prendre la température après la joute oratoire et là… Miracle ! (ILLUhttp://www.bfmtv.com/politique/debat-presidentiel-macron-juge-le-plus-convaincant-devant-melenchon-1126198.html) Macron est le plus convaincant ! 30 % des sondés pensent que son projet est le meilleur pour la France… Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu… Information à prendre content ! Si vous vous demandez comment les Français peuvent préférer le projet d’un candidat qui précisément, n’a pas de projet eh bien… arrêtez le mauvais esprit et faites preuve d’imagination…

Comme à l’accoutumée, les autres médias de panurge ont suivi. Ainsi, franceinfo, jamais en reste… reprend la même information et en rajoute une louche… Après tout, on ne fait jamais assez allégeance… Eh hop, un sondage Opinion Way consacre encore Macron.

http://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/presidentielle-emmanuel-macron-juge-le-plus-convaincant-apres-le-debat-selon-les-sondages_2107466.html Cette fois, un peu de retenue, le jeune loup de la finance rafle la mise, mais avec 25 %…

La presse régionale, toujours soucieuse de suivre les tendances parisiennes, ne se démarque pas. Ainsi, Ouest France (http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/sondage-apres-le-debat-macron-se-detache-melenchon-depasse-hamon-4873813) chante également la gloire de Macron. Pourtant, tout est parti du sondage Elabe… un sondage auquel ont répondu 1 157 personnes… pas grand monde quoi ! Pourtant, avec un panel aussi réduit, on arrive à une vague macronienne dans tous les medias.
Il faut alors rappeler que le sondage d’Elabe a été commandé par BFM… Cette chaîne info appartenant à Patrick Drahi… lequel, après avoir racheté SFR en 2014… a racheté le groupe NEXT Radio (BFM et RMC donc) … pour le faire fusionner avec Altice Media et ce, quand Emmanuel Macron était Ministre de l’économie, ce qui lui a permis de donner son feu vert. La transaction finale a alors été ficelée par un certain Bernard Mourad, banquier d’affaires, ancien de chez Morgan Stanley… Actuellement, Bernard Mourad est un des proches d’Emmanuel Macron… La boucle commence donc à se boucler.

Le stratagème est encore plus visible si l’on s’intéresse à la presse étrangère. En effet, au lendemain du débat, le Financial Times titrait, Macron misses his moment, Macron loupe le coche dans le débat… L’article développe que le jeune banquier de 39 ans n’est pas parvenu à s’imposer face à l’attrait de Marine Le Pen et au sérieux de François Fillon… Pour le journaliste, cet échec est surtout l’échec du mondialisme incarné par Emmanuel Macron, face au patriotisme… Pas étonnant que le système se rebelle.

Du côté du gouvernement en place, on n’a pas le vent en poupe. Alors que plane déjà une atmosphère de fin de règne, le scandale des emplois présumés fictifs des filles de Bruno Le Roux secoue le pouvoir…

Le Roux a sauté. Après les révélations sur les filles de Bruno Le Roux, embauchées comme assistantes parlementaires dès l’âge de 15 ans, celui qui occupait la place Beauvau depuis 3 mois a démissionné. Une démission sans doute soucieuse de ne pas déranger l’inaction du gouvernement…

Son passage à l’intérieur n’aura pas suffi pour rendre célèbre Bruno Le Roux, qui n’a pas eu d’attentat à affronter… toutefois, il sort par la grande porte médiatique. En effet, en plus de l’âge auquel l’ancien député de Seine-Saint-Denis a fait travailler ses filles, celles-ci auraient en plus eu une autre occupation au même moment… L’une d’elle en Belgique… L’on se demande donc comment, entre leurs compétences d’adolescentes d’abord, et leurs tâches annexes, les filles de Bruno Le Roux pouvaient être sur la brèche parlementaire. Acculé avec le Penelope Gate dont la rapidité de traitement a surpris tout le monde, le Parquet National Financier a dû ouvrir une enquête sur celui qui, à la fin des années 80, avait traîné ses guêtres à la MNEF, la mutuelle nationale des étudiants de France… une structure satellite du Parti Socialiste qui permettait de dégager des salaires…

Bruno Le Roux a donc céder sa place à plus inconnu que lui encore, Matthias Fekl. Pourtant, le député du Lot-et-Garonne avait déjà servi de rustine après les déboires de l’affaire Thévenoud. C’est ainsi qu’il avait atterri au secrétariat d’Etat chargé du commerce… Une fonction qui ne l’avait pas fait sortir de l’anonymat… En octobre, il avait pourtant voulu créer son propre parti politique, la Movida, le mouvement pour la vie des idées et des alternatives… (ha oui, même Macron n’avait pas osé)… Faute de succès du parti, Matthias Fekl est désormais devenu le plus jeune ministre de l’intérieur de la 5e République en succédant à Bruno Le Roux… Son passage sera certes furtif… 2 mois à peu près… pour autant… ce mandat bouleverse un peu ses plans. En effet, Matthias Fekl faisait partie de l’organigramme de campagne de Benoît Hamon… Le ministre de l’intérieur étant également le garant du bon déroulement des élections, Il a donc démissionné de ses fonctions aux côtés du candidat socialiste… Dommage pour Benoît Hamon qui aurait bien besoin d’un coup de pouce… Il devra donc se contenter des rares accointances qu’il a avec la presse, notamment avec Léa Salamé dont le compagnon actuel, Raphaël Glucksmann, écrit les discours du candidat socialiste… car contrairement aux apparences et aux ratés de prononciation, les discours de Benoît Hamon… ne sont pas de l’improvisation...

 

Cet article Les médias rattrapent Macron par la culotte – Journal du mercredi 22 Mars 2017 est apparu en premier sur TVLibertés - 1er media de Réinformation de France

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents