Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


"Réchauffement climatique" : Le nouveau ministre américain de l’Environnement semble prêt à remettre en cause l’accord de Paris

Publié par medisma sur 12 Mars 2017, 20:58pm

 

"Réchauffement climatique"

Le nouveau ministre américain de l’Environnement semble prêt à remettre en cause l’accord de Paris

Scott Pruitt, le nouveau ministre américain de l’Environnement, est connu pour son climatoscepticisme.   Image : AP

Les temps changent rapidement à Washington. L’administration Trump semble pressée de démanteler les règles édictées par Barack Obama pour lutter contre le réchauffement climatique. L’offensive est menée par Scott Pruitt, le nouveau ministre américain de l’Environnement. Cet homme connu pour son climatoscepticisme a contesté jeudi sur la chaîne CNBC les conclusions scientifiques selon lesquelles l’activité humaine a un impact sur le changement climatique. Il a affirmé que les émissions de CO2 n’étaient pas «un facteur déterminant» dans le réchauffement de la planète et que l’accord de Paris sur le climat était «mauvais».

Ces déclarations, qualifiées de «pathétiques» par le sénateur Bernie Sanders, laissent craindre que Donald Trump annonce prochainement le retrait des Etats-Unis d’un accord de Paris que le président n’a cessé de critiquer pendant sa campagne électorale l’année dernière. «Scott Pruitt est insensé s’il pense qu’il peut réécrire des faits scientifiques établis et bien documentés», réagit Daniel Kammen, expert en énergie et professeur à l’Université de Berkeley. «J’espère que les Etats-Unis ne se retireront pas de l’accord de Paris.»

Donald Trump devrait signer la semaine prochaine un décret annulant les règles édictées par Barack Obama pour diminuer de 32% les émissions de gaz à effet de serre des usines électriques américaines d’ici à 2030. Le président des Etats-Unis devrait aussi mettre fin au moratoire sur l’octroi de permis pour l’ouverture de nouvelles mines de charbon sur les terres appartement au gouvernement.

Ryan Lance, le patron du géant pétrolier ConocoPhillips, a souhaité cette semaine à Houston que les Etats-Unis ne se retirent pas de l’accord sur le climat conclu en 2015 à Paris. Cette prise de position intervient au moment où la compagnie pétrolière espagnole Repsol a annoncé avoir découvert en Alaska les plus importantes réserves pétrolières depuis trente ans. «Aux dernières informations, le décret de Donald Trump ne devrait pas ordonner aux Etats-Unis de se retirer de l’accord de Paris», précise Michael Burger, le directeur du Sabin Center pour la législation en matière de climat à l’Université Columbia, à New York. «Du moins pas pour l’instant.»

Face à la volonté de l’administration Trump de déréguler la politique énergétique américaine et de couper dans le budget de l’Agence pour la protection de l’environnement, les mouvements écologiques suivent de près une plainte déposée en 2015 dans l’Oregon par 21 enfants. Les plaignants affirment que le gouvernement a violé leur droit constitutionnel à un environnement sain. «C’est potentiellement historique en matière de politique climatique», réagit Michael Burger. En cas de victoire des plaignants, le gouvernement américain serait légalement obligé de lutter contre le réchauffement climatique. L’administration Trump a contre-attaqué cette semaine et demandé à la justice de classer l’affaire.

 

(TDG)

Créé : 11.03.2017

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents