Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


La boîte noire des Etats stupides d’Amérique

Publié par medisma sur 15 Avril 2017, 20:17pm

 

La boîte noire des Etats stupides d’Amérique

Les événements relevant du grand guignol subis par certains pays arabes nous montrent qu’il est irrationnel de ne pas recourir à ce sobriquet, puisque en Syrie l’ingérence des Américains tourne au carnaval. Ces affidés du Sionisme, en peine avec un passé qui ne passe pas, veulent établir la démocratie, avec l’aide de qui ? De l’Arabie Saoudite et du Qatar. Comprenne qui pourra.

Pour les avertis, il est évident que le prétendu Emirat Islamique qui a été crée en 2006 par les USA, mérite l’appellation, très légitime d’ailleurs, de l’état USlamique…Puisqu’il possède des camps d’entrainement, ou ? Au Kosovo et en Jordanie…

C’est avec une lucidité acide, que l’analyse de la réalité du terrain montre que les racines historiques de la guerre clandestine Occidentale dans le monde Arabe et de la barbarie auquel on y assiste, n’en déplaise aux tribunaux de la pensée, sont issues d’une idéologie typiquement américaine. Et se doivent d’être relevées. Pour l’histoire. La petite bien évidemment.

Ainsi d’une part, le recrutement, la formation et l’envoi des djihadistes en Irak en Syrie et en Libye ont été calqués sur l’option des « escadrons de la mort » du Salvador dans les années 80, soutenue à l’époque par les USA en Amérique Latine et d’autre part, de curieuses similitudes dans le déchainement de violence au Moyen-Orient sont retrouvées dans certaines périodes de l’histoire politique contemporaine des USA.

I- LES EMAILS D’HILLARY CLINTON :

Ces fameux emails révélés par WikiLeaks ont confirmé que les USA sont les principaux soutiens du terrorisme au Moyen-Orient afin de protéger Israël. Hillary Clinton qui était secrétaire d’état aux affaires étrangères (qui sont bien étranges d’ailleurs), a écrit « que menacer de mort la famille El Assad était la meilleure chose à faire et que la meilleure façon d’aider Israël est d’employer la force pour renverser ce régime ».

Et elle va le démontrer. Le regard droit devant avec le menton relevé vers l’avant.

Dans ses emails elle parle de l’armée de Bacchar et non de l’armée syrienne et du régime de Bacchar et non du gouvernement syrien. Le jeu de mot est cynique et machiavélique et la folie n’est pas encore à l’ordre du jour.

II- FAUX MYSTIQUES ET VRAIS TRUANDS :

Le 8 juillet 2016, alors que l’armée syrienne combattait Daesh, légion arabe de la CIA, à l’est de Homs, l’armée de l’air US est venue les couvrir durant quatre heures. Ce temps a été mis à profit par les prétendus « rebelles modérés » pour détruire le pipeline reliant la Syrie à l’Irak et à l’Iran.

Ainsi l’expression démocratie « à la sauce » Washington exercée à coups de missiles Tow, de massacres de masse, d’escadrons de la mort et de tortures fait sourire de Casa à Karachi. D’autant plus qu’il existe une bien curieuse coïncidence entre les lieux où pullulent les ressources naturelles stratégiques, l’éruption « d’islamistes » et la présence de l’éternel corps étranger du coin… Israël…

Cela fait maintenant plus de trente ans que les milieux pro-israéliens utilisent l’islamisme, concept fourre-tout pour désamorcer nos neurones, en tant qu’arme de combat pour abattre les états adverses avec en filigrane la diabolisation de l’Islam. Cependant à trop insister sur ce thème, ils ont fini par oublier que le pourcentage des Syriens parmi les « rebelles » en Syrie n’a jamais dépassé les 5% et que la lie d’assassins qu’ils livrent armes et bagages, clefs en main, n’est qu’un cocktail de voyous, de drogués, d’ex-taulards et de mercenaires, provenant du monde entier…

L’axe du « bien », parrain d’une vermine qui n’est ni mystique ni schizophrène et grand déverseur de punitions et de munitions sur le monde arabe devant l’Eternel, ne trompe plus grand monde, sauf peut-être les « dirigeants » occidentaux. Jusqu’à ce jour, on ignore pourquoi.

III- LES ESCADRONS DE LA MORT DU SALVADOR :

Les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. Ils les décapitent, ils placent leurs têtes sur des piques et en garnissent le paysage. Ils leur coupent les parties génitales et les leur fourrent dans la bouche. On ne tue pas seulement les hommes, sous contrat, mais aussi femmes et enfants. Il ne se suffit pas d’assassiner les enfants. On les accroche à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os et les parents sont forcés de regarder.

Ces escadrons sont devenus tristement célèbres, dans les années 70-80, lorsqu’ils sont apparus dans les pays d’Amérique latine pour terroriser et tuer massivement les opposants politiques. Ils ont été subventionnés de l’extérieur. Ils ont été créés, formés et financés par les agents de renseignements et des conseillers militaires américains. Ces commandos ont été aussi formés par la CIA, notamment par Steeve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA. Leur découverte a provoqué un scandale dans l’opinion publique qui s’est soldé par la réduction de l’aide américaine à ce pays.

Ces « instructeurs » qui ont bénéficié de l’expérience salvadorienne ont été retrouvés en Irak et en Afghanistan à partir de 2004, pour former la pègre locale à mieux assassiner… Yes we can

Le cirque sans chapiteau auquel a assisté « le monde dit libre » en Amérique latine au siècle dernier se répète dans nos contrées dans les mêmes conditions avec néanmoins cette fois ci une petite note religieuse…Avant de passer à l’acte les petites frappes doivent ânonner « Allah Akbar »…

Au Salvador, jusqu’en 2016 ces groupuscules sont toujours actifs. L’uniforme noir et la cagoule sont de mises, que ce soit au Salvador, en Irak, en Afghanistan, en Syrie ou en Libye avec néanmoins dans nos contrées la petite barbiche et le torchon noir pour faire « rebelle modéré »…

IV- A LA GENESE DE LA BARBARIE DAE« CHIENNE » :

Alep, berceau de la civilisation, inscrite au patrimoine de l’humanité depuis 1986, qui se dispute avec Jéricho le titre de la plus ancienne ville au monde, avec le plus ancien souk du monde (4000 ans avant J-C), et qui a eu le bonheur d’abriter 93 groupes armées qui se sont entretués, durant 4 années, a eu son petit moment de jouissance spirituel cet été…

Le 19 juillet 2016, le monde entier a assisté à la décapitation d’un palestinien, âgé de 12 ans, dans un pick-up par des « islamistes », filmée par des portables et tout de suite balancée pour le besoin de la cause sur le net pour faire hurler d’horreur les bonnes consciences, une millionième fois contre l’Islam, devrait-nous amener à nous poser la question suivante: Pourquoi autant de déchainement de violences gratuites et de haines subites pour salir une religion d’une manière aussi insistante et aussi récurrente depuis une certaine période ? D’où vient cette violence répugnante qui n’épargne même pas les enfants ?

1- LA GUERRE DE SECESSION 1861-1865 :

La réponse se trouve tout simplement en parcourant l’histoire choquante et combien révélatrice de la sauvagerie qui s’est étalée lors de la guerre de Sécession, guerre civile américaine, survenue entre 1861 et 1865 et impliquant les Etats-Unis d’Amérique « l’union » qui comprend les états abolitionnistes de l’esclavage, dirigés par Abraham Lincoln et les états confédérés d’Amérique « la confédération » dirigés par Thomas Jefferson et rassemblant 11 états du Sud qui avaient fait sécession des Etats-Unis et qui étaient contre le modèle industriel nordiste.

Ce conflit qui a occasionné 750 000 morts, sur une population de 32 millions d’habitants, a été caractérisé par les raids sanglants de bandes de voyous surnommés les « irréguliers », sur les villes et leurs habitants, qui ont fait saigner le pays. Les exactions et les combats féroces de ces guérillas atteignirent un tel degré de bestialité, qu’elles devinrent gênantes pour les autorités.

Un fond de violence a persisté même après la fin de la guerre puisque les deux belligérants ont utilisé la canaille, les assassins et mercenaires de l’époque tels que les légendaires frères Jesse et Frank James, qui refusèrent de déposer les armes et ont continué sur la voie du banditisme…Yes we can.

2- LE MASSACRE DE CENTRALIA :

Le must de la barbarie a été atteint, le 27 Septembre 1864, dans Centralia, petite ville du Nord du Missouri, lors d’un affrontement entre les sudistes et les nordistes, où ces derniers après avoir perdu 123 soldats, ont été mis en déroute. Après avoir pillé la ville, les vainqueurs s’en sont pris aux cadavres de la soldatesque. Les cadavres ont été décapités et émasculés. Les membres inférieurs et supérieurs ont été coupés à la scie. Les têtes ont été scalpées et changées de corps et les organes génitaux placés dans la bouche des macchabées. Les oreilles et les nez ont été coupés. Les viscères on été répandus à travers toute la ville, après l’éventration des corps. Certaines têtes ont même eu la chance de faire un petit tour en ville… Au bout d’une pique, dans une ambiance de terreur …Mais détail important…C’était sans le Captagon de l’Otan…

3- LE GENOCIDE AMERINDIEN :

La culture de l’épouvante et du saccage qui s’apparente à des actes génocidaires est une tradition tenace aux USA. Elle a débuté par les colonisateurs britanniques qui ont exterminé les tribus des Powhatans en 1622 et des Pequots en 1637. Les boucheries et les tueries réfléchies ont duré plus de deux siècles, où des dizaines de millions d’Amérindiens ont été assassinés et où les grandes tribus des Comanches, des Sioux, des Cheyennes, des Apaches et autres, ont été éradiqués dans une joie non déguisée…

En 1763, lors du siège du fort Pitt, un palier dans l’horreur a été franchi, lorsque la guerre d’extermination a eu recours aux agents biologiques tels que la variole…Tiens tiens…

Kit Karson (1809-1868) est une légende américaine et pionnier de la conquête de l’Ouest américain, où il a servi en tant que guide pour l’explorateur John Charles-Frémont et pour l’US Army en tant qu’agent fédéral pour finir brigadier-général. Le 12 octobre 1862, il a reçu une missive officielle du général James Carleton, à propos des Navajos, tribu qui comptait à l’époque 10 000 membres, lui ordonnant en tant que guide : « tous les indiens mâles de cette tribu, doivent être tués à quelques moments que ce soit et où que vous puisiez les trouver. Les femmes et les enfants ne sont actuellement pas concernés par cet ordre. On s’en occupera plus tard». Yes we can…

V- LES VEAUX DU KOSOVO :

Il est bien reconnu que c’est les USA qui ont crée les conditions du conflit serbe, à travers services spéciaux et mercenaires, en formant la mafia kosovare au terrorisme sur la base turque Incirlik de l’Otan et en organisant une campagne de terreur en Serbie. La suite on la connait.

Le Kosovo, pays musulman créée de toutes pièces au cœur de l’ancienne Yougoslavie par le biais de la politique de la canonnière, a déclaré sa pseudo-indépendance de la Serbie en 2008, après avoir passé plusieurs années sous administration de l’ONU. Le premier pays à l’avoir reconnu bien évidemment c’était les USA…

Récemment, on a découvert des camps d’entrainement de l’Etat USlamique prés de la frontière du Kosovo avec l’Albanie et la Macédoine. Les plus importants sont situés dans des zones proches des villes d’Urosevac et de Djakovika. Les plus petits sont situés dans les régions Prizen et de Pec.

314 Albanais du Kosovo, dont 38 femmes ont combattu l’armée syrienne. Le recrutement de ces brebis galeuses se fait comme d’habitude, par le biais de ces si innocentes ONG. Dans les camps, ils sont endoctrinés, ils apprennent le maniement des armes, le combat, la langue arabe et surtout le Coran. Pourquoi le Coran ? Jusqu’à ce jour on l’ignore…Peut être pour mieux tenir une hache.

Mais que font tous ces camps de l’état USlamique au Kosovo ? D’autant plus que « Bondsteel » la plus grande base militaire américaine en Europe, surnommée « la grande dame », se trouve par « hasard » dans ce pays, et dont le président Mr Hashim Thaci, est un chef de pègre, impliqué dans un trafic d’organes prélevés sur des prisonniers serbes et d’héroïne et de cocaïne à destination de l’Europe de l’Ouest et surtout un homme de l’Otan…Bref l’homme qu’il faut à la place qu’il faut…

VI- LES PENSEURS DE TEL-AVIV ET DE WASHINGTON :

La connivence du gouvernement américain et des entreprises privées américaines « de sécurité » avec les entités terroristes ne surprend plus personne. Elle a été révélée au grand jour par une multitude d’ouvrages qui n’auront pas les honneurs de la presse littéraire occidentale, mais qui valent largement le détour. Ils retracent l’historique, qui fait froid dans le dos, de la protection et du soutien clandestins par les USA, des « terroristes » considérés pourtant, comme « ennemis ».

Dans son livre « l’Etat Profond Américain : la finance, le pétrole et la guerre perpétuelle », Peter Dale Scott, offre une analyse inédite et répugnante du chemin vers un nouvel ordre mondial avec un état profond supranational en dehors de tout cadre légal. Cet état profond dissimulé derrière l’état public contredit les politiques officielles de Washington et constitue un système institutionnalisé dans des agences qui échappent au contrôle démocratique tel que la CIA et la NSA. Ce livre est fort instructif sur le rôle méprisable des Services de sécurité USA, dans la manipulation des conflits et des opinions publiques droguées aux idéologies identitaires.

Dans son ouvrage d’investigation « Comment le Djihad est arrivé en Europe ? » le journaliste allemand Jurgen Elsasser, prenant à contre pied la clameur générale, a mené une enquête minutieuse en Bosnie, véritable tête de pont de l’activisme islamique en Europe et en occident, où les « terroristes » ont été recrutés et formés et par les services spéciaux occidentaux qui ont jeté un voile de ténèbres et de mutisme sur « la guerre contre le terrorisme » proclamée à grand fracas par les Occidentaux. Il a mis au grand jour les souterrains de la politique mondiale de New-York à Istanbul en passant par Berlin et Londres et a transformé en faits incontestables les rumeurs sur les liens entre le terrorisme et la CIA, le MI6, le Mossad, la DGSE et autres OTAN.

VII- DES CHEFS D’ETATS VOYOUX ET AGITES :

Les USA ont été en guerre 93 % du temps de leur existence depuis leur création en 1776, c’est-à-dire 224 des 241 années de leur existence. C’est du gangstérisme à ciel ouvert à l’échelle mondiale. Chaque chef d’état américain a eu sa guerre. Tous, durant leur campagne électorale ont promis à leurs électeurs de promouvoir la paix. Tous, ils ont menti.

Le peuple américain a voté pour l’homme de la paix. A chaque fois, il a récolté la guerre. A nous de ne pas oublier.

Ça a commencé avec Lincoln et « sa » guerre de Sécession, Mac Kinley et « sa » guerre contre l’Espagne, Wilson et « sa » 1ere guerre mondiale, Roosevelt et la 2eme guerre mondiale, Truman et « sa » pathétique guerre froide avec les Russes, Johnson et Nixon avec la guerre du Vietnam. Quant à l’Amérique du Sud, durant le 19 et le 20éme siècle, pas un pays n’a été épargné. C’était presque au choix. Il y avait les coups d’états, les bombardements récurrents et les invasions avec ou sans occupation.

Il en est de même pour les télégraphistes des Israéliens, Carter, Reagan, Bush père et fils, Obama et le soit disant antisystème Trump, inaugurant la nouvelle « théorie de l’homme fou », qui ont tous eu à guerroyer contre un ou plusieurs pays arabes. Pour les libérer bien évidemment, de leurs dictateurs, tout en massacrant leur population. Qui n’a jamais rien demandé à personne.

Baudelaire chantre avec Edgar Poe de l’antiaméricanisme n’avait-il pas dit que : « les USA sont un pays enfant, anormal, presque monstrueux, convaincu qu’il finira par manger le diable ». A priori, c’est déjà fait. Puisque diabolique et illu-Sionistes.

VIII- CAMOUFLET, PETITE CUISINE ET GROSSE COMBINE :

L’état USlamique ne peut fonctionner de façon aussi durable sans le soutien financier et logistique d’entités gouvernementales. La machine de guerre illégale et le terrorisme sponsorisés par l’occident a été mis à nu et le politiquement correct a été pulvérisé.

Les Américains à la tête d’un Occident tartuffe feignent de faire diligence pour bombarder la Syrie, dans une tentative éperdue d’occulter ce qu’a été leur politique tout au long de ces dernières années. Douce illusion, parce que souillés à jamais…

A bout d’idées, ces « militants de la paix », qui cherchent à démanteler les voisins d’Israël sous les ordres d’Israël, sont aujourd’hui dépassés militairement et économiquement et le duo Sino-Russe en pleine expansion leur réserve de bien bonnes surprises.

Il ne faut plus se fier au discours anti-Islam du milieu politico-médiatique Occidental, qui se comporte comme une véritable pègre internationale, car entre la confrérie musulmane qui permet le pillage et la destruction de son propre pays et ces piètres politiques, c’est l’union sacrée.

Le 7 Avril 2017, à l’aube, Trump qui n’a pas « résisté » longtemps au « pouvoir profond » a bombardé cette fois-ci à visage découvert, dans le rif de Homs, une base militaire quasi-vide. C’est irresponsable, irréfléchi et irréel.

Le jour même le représentant de la Bolivie à l’ONU, Mr Sacha Soliz, a provoqué une réunion extraordinaire, a condamné l’attaque et a montré la fameuse photographie où l’on voit Colin Powel en 2003 à l’ONU, brandir sa ridicule petite fiole en plastique où il assurait qu’elle contenait de l’anthax irakien, pour leur signifier « Ça suffit, arrêtez de nous prendre pour des imbéciles »…

Pour ce bien courageux diplomate, comme pour ne pas changer, Washington est tout à la fois l’assassin, l’enquêteur, le procureur, le juge et le jury. La coupe est vraiment pleine. Pour tout le monde.

IX- POURQUOI STUPIDE ?

Parce que l’histoire est un éternel recommencement. Parce que l’histoire a montré que l’homme n’a pas retenu l’histoire, l’empire américano-sioniste est appelé à disparaitre comme l’empire romain au Veme siècle.

Le parallèle est saisissant. Rome unique superpuissance mondiale à l’époque, dont le modèle économique est basé sur la conquête de nouveaux territoires, a toujours cherché à étendre indéfiniment son empire par des guerres conquérantes et le pillage des terres étrangères. Tandis qu’elle s’étendait, Rome installait des garnisons militaires dans des contrées très éloignées afin d’en assurer le contrôle tout en comptant de plus en plus sur les mercenaires étrangers, à qui on promettait la citoyenneté romaine, en échange du service militaire, gaspillant ainsi des ressources inestimables pour se maintenir, tout en étant incapable de produire de la valeur.

Les racines de ce déclin, puis de l’effondrement final de Rome, qui était dominée par une intense pourriture morale interne, sont en étroite corrélation avec la décision politique qui était monopolisée par une oligarchie de l’argent qui n’a fait que renforcer sa richesse privée et non pas celle de l’état.

Aujourd’hui aux USA, la situation est incroyablement identique. A travers le monde, il y a 750 bases militaires, avec dix unités opérationnelles de porte avions soit un total de 272 navires de guerre mobilisables dotés de 3700 avions bombardiers qui sillonnent les mers et les océans. Aux frais du contribuable…bien évidemment. Puisque le rapport du 26 juillet 2016 de l’inspection générale du département américain de la défense a démontré que les pratiques du budget militaire sont hors de contrôle ! Et qu’elle ne se trouve pas en mesure de fournir la documentation adéquate pour 6500 milliards de dollars.

X- CONFITURE ET DECONFITURE D’UN ETAT STUPIDE:

La politique de la racaille poilue d’en bas au service de la racaille sionisée d’en haut, laissera des traces indélébiles dont Washington ne s’en relèvera jamais. Et ce qui devait être le triomphe des USA et d’Israël sur le reste du monde, n’est en réalité que le début d’une débâcle.

Le 9 Aout 2016 le président des Philippines, Mr Rodrigo Duterte, à Manille, en direct à la télévision, a traité l’ambassadeur des USA de fils de Pu… et d’Homos…

Dans la province de Homs, vendredi dernier, sur les 59 missiles tirés, 36 n’ont pas atteint leur objectif. Suite à cette déconfiture, dans les coulisses, les Russes, les Syriens et les Iraniens ont bien ricané. Moi, si j’étais à la place de Trump, je cesserais de jouer à l’aliéné.

Quand on commence à rire du roi, c’est qu’il est en chemise, dans la charrette.

Les états stupides d’Amérique, comme leur maitre Israël, sont deux pays qui contrairement à la Syrie, n’ont ni passé, ni histoire. Et donc pas d’avenir.

Leur destin est désormais connu. Ils ont été bâtis au fil de l’épée. Ils seront vaincus et anéantis de la même façon, au fil de l’épée.

Chers messieurs, on va s’amuser et c’est pour bientôt…

 

Dr Fethi El Mekki.

Pneumo-allergologue. Tunis.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents