Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Si tu ne viens pas à Macron, Marion viendra à toi…

Publié par medisma sur 4 Avril 2017, 20:24pm

Non à Macron ! La France a besoin de vous

Si tu ne viens pas à Macron, Marion viendra à toi…

 

Aujourd’hui en France, le seul sujet pertinent est l’élection présidentielle. On le comprend, d’autant plus que le sujet est émaillé de quelques injustices intolérables et pimenté par quelques scandales financiers (les seuls qui soient importants aux yeux des Français). A Réseau International, nous avons résisté le plus possible et avons plus ou moins réussi à éviter à entrer dans la mêlée, mais quoi que l’on fasse, l’ombre des présidentielles est là et domine toute l’actualité. Il ne se passe pas un jour sans que nous recevions des articles, des suggestions, tous d’un très grand intérêt, qui nous y ramène.

Bien sûr, les élections présidentielles françaises sont d’une importance capitale, non seulement pour la France et les Français, mais aussi pour le monde entier. De ce point de vue, le sujet nous intéresse au plus haut point. Mais, est-il possible de parler de cet évènement sans entrer dans les antagonismes partisans, les querelles de chapelle, les combats militants, ou sans s’emberlificoter dans les scandales, magouilles et malversations des uns et des autres ? Là est toute la difficulté. La difficulté devient presque insurmontable quand l’un des candidats représente à lui seul toutes les capacités de montage, de manipulation et d’arnaque que nous n’avons de cesse de dénoncer partout où elles se manifestent (et tant pis si nous nous faisons traiter de complotistes pour cela).

Ne pas parler de l’imposture Macron, que même ses partisans reconnaissent comme telle, revient à nous renier. Notre souci sera donc d’éviter de nous laisser entrainer dans des positions partisanes ou militantes. Comme nous l’avons écrit à maintes reprises, nous n’avons aucune illusion sur ce que fera (ou ne fera pas) le futur président français, ou sur ses libertés d’action, si jamais il avait la volonté d’agir, durant les cinq prochaines années. Il faut être naïf pour croire que l’élite mondialiste laissera quelqu’un mener où il veut un pays de l’importance de la France, alors même qu’elle ne laisse aucune marge de manœuvre à de petits pays dont l’émancipation ne représente que des potentiels de danger mineurs. Même De Gaulle n’a pas réussi à aller tout à fait au bout de sa tentative d’émancipation de la France, en ayant été empêché par les Français eux-mêmes par des élections bien « propres », aussi « propres » et démocratiques que celles qui auront lieu dans quelques jours.

Bien que la future victoire de Macron ne soit pas assurée, loin de là, ce Monsieur surgi de nulle part est partout. Parlez de la déforestation de l’Amazone, ou de la reproduction des doryphores, et vous trouverez toujours quelqu’un pour y glisser Macron d’une manière ou une autre. Lui-même semble avoir décidé de plonger à pieds joints dans tout sujet d’actualité et, quel que soit ce qu’il en dira, deviendra une manne céleste pour les médias. Incontournable dans les médias, Macron l’est aussi dans les conversations de salon ou ailleurs.

François Bayrou, avant de se rallier à Macron, avait dit de lui : « c’est un hologramme », et il est probable qu’il le pense toujours. Cette image reflète l’exacte vérité. Macron n’a pas de réalité, il n’est que la projection de quelque chose d’autre à travers l’interface des médias qui représentent toute la machinerie de projection et de visualisation de ce personnage virtuel. En d’autres termes, la prise de pouvoir par Macron c’est la prise de pouvoir par et à travers les médias, qui commencent déjà à poser les jalons de ce que sera leur pouvoir en définissant la manière dont on doit penser, ce que l’on peut dire ou écrire et qui est autorisé à le faire. Le ralliement de Bayrou en dépit de son jugement sur Macron apparait alors sous un tout autre éclairage. Plutôt que de se battre contre les médias comme il l’avait fait par le passé, François Bayrou aurait choisi de s’en servir pour rebondir, en s’immisçant dans leur propre dispositif. D’autres comme Valls l’auront également compris et savent que leur avenir politique pourrait être fortement compromis sans leur ralliement, et ce, quel que soit le résultat des élections.

La campagne des médias pour prendre le pouvoir en France, à travers leur poupée Macron, entre dans un processus plus vaste de guerre des médias qui éclipse presque les Guerres de Syrie, d’Ukraine et du Yémen. La restauration du contrôle de l’information par les puissances oligarchiques est devenue primordiale, comme le montrent les efforts colossaux déployés pour étouffer toutes les voix dissidentes. La même campagne, sous une forme différente se déroule en ce moment-même aux Etats-Unis contre Donald Trump, et à l’échelle mondiale contre les médias russes. On ne se bat plus seulement pour le contrôle de l’énergie et des ressources, mais aussi pour le contrôle de l’information sans lequel toutes les autres batailles sont perdues d’avance. La bataille de France pour les élections présidentielles a donc une importance mondiale et, comme souvent, la France y sert de laboratoire de test.

 

AvicRéseau International

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents