Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Les États-Unis font face à un revers historique au Moyen-Orient

Publié par medisma sur 24 Juin 2017, 21:39pm

 

Les États-Unis font face à un revers historique au Moyen-Orient

Le bloc de quatre pays arabes menés par l’Arabie Saoudite, qui a imposé un embargo contre le Qatar le 5 Juin, a finalement présenté sa liste d’exigences. Une dépêche d’AP, ici, énumère les 13 demandes. Parmi les demandes les plus frappantes il y a celles qui exigent de Doha de réduire ses liens avec l’Iran, d’interrompre les relations avec le Hezbollah et les Frères musulmans, la fermeture d’une base militaire turque dans le pays, et la fermeture de la chaîne d’état d’Al Jazeera et de plusieurs agences de presse.

Fait intéressant, le Qatar devrait également « consentir à des inspections mensuelles pour la première année après avoir accepté les demandes, puis une fois par trimestre au cours de la deuxième année. Pour les 10 années suivantes, le Qatar serait contrôlé chaque année pour vérifier qu’il reste conforme. « Tout cela signifie que la capitulation abjecte et sans conditions du Qatar ne satisfera que ses « grands frères » -. Rien de moins. Soit dit en passant, il y a aussi un calendrier à respecter – dans les 10 prochains jours – sinon les demandes s’intensifieront.

À mon avis, le Qatar n’aura aucune difficulté à voir que tout ceci n’est rien de moins qu’une poussée à peine voilée pour un « changement de régime ». La réponse du régime ne peut être que celle-ci : ces gros bonnets arabes peuvent aller se faire pendre.

Que va-t-il se passer ensuite? En termes simples, le Moyen-Orient musulman est sur le point de se diviser et le schisme historique aura des conséquences profondes pour la sécurité régionale et internationale.

Ne vous méprenez pas, ce dernier développement signifie aussi une gifle pour l’administration Trump. Déjà mardi dernier, le département d’Etat américain avait mis en garde l’Arabie Saoudite de résoudre sans délais le bras de fer de peur qu’une intervention directe des États-Unis ne devienne nécessaire, mettant ainsi en doute la position adoptée par Riyad (qui est largement considérée comme portant l’empreinte du nouveau prince héritier Mohammed bin Salman) et montrant également une large empathie pour le Qatar (où le commandement central américain a son siège.) Chose curieuse, le porte-parole américain a également fait allusion à l’implication passée de l’Arabie Saoudite dans le terrorisme « que ce soit par le financement du terrorisme ou par d’autres moyens ».

De toute évidence, la fierté saoudienne a été touchée au vif et Riyad a ignoré la censure des États-Unis. Sans aucun doute, ces exigences sont aussi un geste de défi à Washington. Selon toute vraisemblance, tout cela va maintenant devenir une crise prolongée, ce qui détériorera sérieusement les stratégies régionales des États-Unis – à moins bien sûr que le Qatar ne se traîne à genoux – et affaiblira sa guerre contre l’Etat Islamique.

Certes, la Turquie n’aura cure de la demande saoudienne de fermer immédiatement sa présumée base militaire à Doha. Le président Recep Erdogan verra cette demande comme une atteinte intolérable à l’héritage ottoman. VOA a rapporté jeudi que la Turquie avait fourni des vivres et déplacé des troupes au Qatar de manière importante.

Bien évidemment, le point crucial de la question est que le virus du printemps arabe hiberne au Qatar et il menace encore une fois de devenir un jour une épidémie, menaçant les régimes autocratiques du Moyen-Orient. Seule la Turquie, l’Iran et Israël sont immunisés contre le virus de l’émancipation démocratique. De toute évidence, Al Jazeera et les Frères musulmans dirigent les cheikhs fous en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis, au Bahreïn et menacent la dictature militaire en Egypte.

La crédibilité des Etats-Unis dans la « rue arabe » est maintenant irrémédiablement endommagée. Pour le président Donald Trump tout cela devient un grand embarras politique au niveau national. (Bloomberg) Il reste à voir jusqu’à quand les Etats-Unis pourront se permettre de soutenir leurs gesticulations belliqueuses en Syrie et en Irak sans alliés régionaux du monde arabe.

La stratégie de confinement de l’administration Trump contre l’Iran semble destinée à s’effondrer avant même son lancement et le projet des marionnettes de Trump pour l’OTAN arabe semble être une blague macabre. Les Etats-Unis pourront-ils jamais restaurer leur hégémonie au Moyen-Orient musulman? On peut en douter. Un grand pan de l’histoire moderne de l’hégémonie occidentale sur les Arabes est en train de se détacher et de partir à la dérive. Ce qui est sûr, c’est que les Russes arrivent!

 

M K Bhadrakumar

Source : http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2017/06/23/us-faces-historic-setback-in-the-middle-east/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents