Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Jimi Hendrix. Les dernières 24 heures : Retour sur une mort suspecte

Publié par medisma sur 18 Septembre 2017, 22:01pm

Jimi Hendrix. Les dernières 24 heures : Retour sur une mort suspecte

 

Déclaration de James Marshall Hendrix à propos de son interprétation de l’hymne étatsunien The Star Spangled Banner à Woodstock en 1969 en pleine guerre du Vietnam :

« On ne cherche pas à dénigrer les Etats-Unis. On reflète l’ambiance des Etats-Unis aujourd’hui. C’est un peu électrique« .

En 1969, Jimi Hendrix subit la pression politique des autorités étatsniennes en pleine guerre du Vietnam qui lui reprochent son interprétation de Star Spangled Banner lors du concert de Woodstock

Jimi Hendrix considéré comme un élément subversif, proche des (ou instrumentalisé par les) Black Panthers*, militant antiguerre et fiché par le FBI (Cointelpro*) a été retrouvé suicidé le 18 septembre 1970 à Londres. Il fut kidnappé peu avant sa mort par la mafia (puis relâché) sous la supervision d’un de ses agents, Michael Jeffrey, qui aurait été lié au MI6.

 Lors d’un concert, en présence de membres des Black Panthers, sans doute influencé par l’audience, il avait déclaré que Voodoo Chile était l’hymne des Black Panthers.
Ecoutez la bande audio ici :
http://www.itsabouttimebpp.com/Media/Audio/1-06_Voodoo_Child.mp3

Jimi Hendrix aurait été fiché par le FBI et la CIA pour sa proximité avec les Black Panther et son art subversif ainsi que son idéologie antiguerre.

Le Figaro Jimi Hendrix : la thèse de l’assassinat relancée

…Si cette nouvelle version peut surprendre, elle vient tout de même corroborer certains doutes qui planaient déjà autour de la mort du virtuose de la guitare électrique. D’abord, le témoignage de la fameuse Monika, qui, selon les enquêteurs, est toujours restée très évasive sur cette fameuse nuit du 18 septembre 1970. Et qui, de surcroît, était absente au moment où l’ambulance est arrivée. Mais aujourd’hui, impossible d’en savoir plus sur elle : l’ancienne petite-amie du chanteur s’est donnée la mort en 1996.
Plus troublant encore, le récit de John Bannister, le chirurgien qui a tenté de sauver Jimi Hendrix à son arrivée à l’hôpital. Ce dernier a toujours trouvé étrange que le taux d’alcool dans son sang ne soit pas compatible avec la quantité de vin retrouvée dans son estomac lors de l’autopsie.

Reste qu’en 2000, déjà, la journaliste Alex Constantine racontait dans un livre, «The covert war against rock», la même version que James Tappy Wright. Selon elle, le manager du chanteur aurait confié au producteur Alain Douglas être «impliqué» dans la mort de Jimi Hendrix, deux jours seulement après sa mort…

Selon Alex Constantine, Jimi Hendrix a été noyé dans l’alcool par la méthode du Waterboarding du fait de la présence en grande quantité d’alcool dans les poumons et dans l’estomac alors que le taux dans le sang était bien plus faible selon l’autopsie (6’25 »)

Cointelpro était un programme du FBI (de 1956 à 1971) visant à « discréditer, surveiller, neutraliser » les dissidents aux Etats-Unis notamment les individus ou les organisations jugées dangereuses qu’elles soient violentes ou pacifiques. Selon l’historien Ward Churchill, 27 Black Panthers furent ainsi assassinés entre 1968 et 1976 ainsi que 69 membres de l’American Indian Movement (AIM). Hendrix était fiché par le FBI, voir les documents du FBI sur la surveillance de la star du rock psychédélique.

 

 

Document du FBI sur Hendrix

Le manager de Jimi Hendrix Mike Jeffery aurait travaillé pour le MI6

Selon Tappie Write, road manager de Hendrix, Michael Jeffery lui aurait confié avoir tué Hendrix avec des collègues en ayant recours à la torture militaire du Waterboarding (à 29’15 » sur la vidéo). Le Dr Michael Hunter sur la chaîne REELZ évoque un décès suite à l’ingestion de 9 barbituriques et réfute l’assassinat

***

 

Le Dr Bannister qui était en service à l’hôpital St Mary Abbots de Kensington lorsque Hendrix a été amené à l’hôpital, a déclaré que le récit de Tappie Wright était possible en raison du grand volume de vin en cause.

« Nous avons mis un drain d’aspiration que vous avez mis dans sa trachée, l’entrée de ses poumons et tout le fond de sa gorge.

« On n’arrêtait pas d’aspirer et ça continuait à jaillir. Il avait déjà vomi des masses de vin rouge et je pensais qu’il y avait une demi-bouteille de vin dans ses cheveux. Il s’était vraiment noyé dans une énorme quantité de vin rouge.

Quand vous êtes en perte, on essaie toujours de réanimer les gens. Il y a toujours un espoir. Nous avons travaillé très dur pendant environ une demi-heure, mais il n’ y a eu aucune réponse. C’était vraiment un exercice inutile.

Quelqu’un m’ a dit: »Tu sais qui c’est ? C’estJimi Hendrix « et bien sûr, j’ai dit: » Qui est Jimi Hendrix? »

La quantité de vin qui était sur lui était tout simplement extraordinaire « , déclare Bannister chez lui à Sydney. « Non seulement était-elle abondante à travers ses cheveux et sa chemise, mais ses poumons et son estomac étaient absolument pleins de vin. Je n’ai jamais vu autant de vin. »

Le Dr Michael Hunter qui analyse le cas pour la chaîne étatsunienne grand public ReelZ (Vidéo ci-dessus datant de 2016), considère que Hendrix serait mort suite à l’absorption de 9 barbituriques (QuinoBarbital) dont un taux élevé a été retrouvé dans ses urines et invalide l’hypothèse de la noyade forcée dans l’alcool (Waterboarding) de Tappie Wright et considérée comme plausible par le Dr Bannister. Il considère que les manoeuvres effectuées  par les ambulanciers sur Hendrix ont contribué à envoyé une grande quantité de sang de l’estomac dans ses poumons.

Certificat de décès d’Hendrix, le 18.09.17

Snowden revient sur la commission d’enquête Church de 1975 sur les programmes du FBI et de la CIA : COINTELPRO et MK ULTRA

Snowden revient sur la commission d’enquête Church de 1975 sur les programmes du FBI et de la CIA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents