Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Comment les attaques contre Trump l’aident à défendre sa cause

Publié par medisma sur 6 Septembre 2020, 20:39pm

 

Comment les attaques contre Trump l’aident à défendre sa cause

En 2016, les démocrates ont perdu les élections malgré leurs attaques constantes contre la personnalité de Donald Trump. Au cours des quatre dernières années, ils ont continué ces attaques avec les absurdités du Russiagate et de la destitution. Trump a transformé chacune des attaques en une victoire pour lui-même. Malheureusement, ce schéma continue.

Au cours des deux derniers jours, la campagne de Joe Biden a tenté, plutôt sans succés de salir le président Donald Trump pour des commentaires prétendument négatifs sur les guerres précédentes et les soldats morts. L’attaque a été lancée avec un article de Jeffrey Goldberg dans The Atlantic titré : Trump – les Américains qui sont morts à la guerre sont des «perdants» et des «pigeons»

Lorsque le président Donald Trump a annulé une visite au cimetière américain de l'Aisne-Marne près de Paris en 2018, il a blâmé la pluie pour sa décision de dernière minute, affirmant que «l'hélicoptère ne pouvait pas voler» et que les services secrets ne l'y conduiraient pas. Aucune de ces affirmations n'était vraie.

Trump a rejeté l'idée de la visite parce qu'il craignait que ses cheveux ne se décoiffent sous la pluie et parce qu'il ne croyait pas qu'il était important d'honorer les Américains morts à la guerre, selon quatre personnes ayant une connaissance de première main de la discussion ce jour-là. Lors d'une conversation avec des membres du personnel senior le matin de la visite prévue, Trump a déclaré : "Pourquoi devrais-je aller dans ce cimetière ? Il est rempli de perdants."

Rien de ce que ces quatre sources anonymes ont affirmé n’est vrai, selon les citations de personnes qui étaient là :

Plusieurs responsables de la Maison Blanche à l’époque ont déclaré que la décision de ne pas aller avec Marine One au cimetière Belleau Wood avait été prise par Zachary Fuentes, un proche collaborateur de M. Kelly, sans consulter l’assistant militaire du président. D'autres ont fait valoir qu'un trajet routier aurait pris trop de temps, à peu près deux heures.

Des responsables de l'administration ont alors déclaré que M. Fuentes avait assuré à M. Trump qu'il n'y avait pas de problème à rater la visite. ...

Plus d'une demi-douzaine de collaborateurs actuels et anciens de M. Trump l'ont soutenu avec des messages Twitter et des déclarations contestant cette partie de l'article de The Atlantic. «En réalité, j'étais là, et j'ai participé à la discussion - cela ne s'est jamais produit», a écrit Sarah Huckabee Sanders, alors attachée de presse de la Maison Blanche. «C'est même loin d’être exact sur le plan factuel», a ajouté Jordan Karem, l’assistant personnel du président à l’époque.

John Bolton, qui à l’époque était conseiller à la sécurité nationale mais qui s’est maintenant brouillé avec Trump, décrit l’annulation de la visite dans son livre révélateur comme uniquement liée à la météo.

Hier, il a confirmé que :

M. Bolton a déclaré qu'il se trouvait dans la pièce de la résidence de l'ambassadeur lorsque M. Trump est arrivé et M. Kelly lui a dit que le voyage en hélicoptère devait être annulé. Un cortège de deux heures l'aurait trop éloigné d'Air Force One et du réseau de communications le plus performant dont un président a besoin en cas d'urgence, selon le protocole habituel, a déclaré M. Bolton. «C'était simplement une affaire de météo», dit-il.

Le lendemain, Trump a visité un autre cimetière militaire en France.

Les citations dans l’article de Goldberg peuvent être correctes, mais ne sont probablement pas ce que Goldberg prétend qu’elles sont :

Glenn Greenwald @ggreenwald - 12h45 UTC · 4 sept.2020

C'est évidemment crédible que Trump a dit cela, mais la dernière personne à qui je ferais confiance pour l'interpréter est Goldberg. Pourquoi ces sources courageuses ne sont-elles pas disposées à parler publiquement ? ...

Michael Tracey @mtracey - 23:29 UTC · 3 sept. 2020

Cette histoire se lit comme des bribes de Trump exprimant sa dérision à l'idée que les troupes américaines soient envoyées mourir dans des guerres inutiles, telles que la Première Guerre mondiale, qui, une fois filtrée par le prisme du néocon Jeffrey Goldberg, devient «Trump se moque des morts dans la guerre des États-Unis, pour une raison quelconque»

Personne ne devrait être surpris qu’un article de Jeffrey Goldberg se révèle être un tas de mensonges. Après que Goldberg se soit porté volontaire comme gardien du camp de concentration pour la colonie sioniste en Palestine, il a fait carrière en tant que journaliste de guerre :

La carrière de Goldberg restera dans les mémoires principalement pour un long article primé sur l'Irak qui a paru dans The New Yorker en mars 2002, au plus fort de la ferveur chauviniste post-11 septembre, qui a informé le lectorat de ce magazine que Saddam Hussein avait un programme actif d'armes de destruction massives, et des liens avec Al-Qaïda. Goldberg a approuvé la guerre catastrophique choisie par George W. Bush dans un article pour Slate plus tard cette année-là, dans lequel il a écrit : «Je crois que l’invasion imminente de l’Irak restera dans les mémoires comme un acte de moralité profonde.»

Goldberg a depuis chuté à la hausse et il est maintenant le rédacteur en chef de The Atlantic. Au cours de l’année dernière, la propriétaire majoritaire de ce magazine mensuel, Laurene Powell Jobs, a donné plus de 1,2 million de dollars pour les campagnes de Biden et d’autres démocrates.

La publication du reportage calomniateur semble avoir été bien coordonnée. Le groupe de lobbying démocrate Vote Vets diffusait une publicité avec des citations de l’article de The Atlantic le matin de sa publication. Il y avait aussi une rare conférence de presse de Biden conçue pour amplifier le sujet :

Biden, qui a répondu aux questions pour la deuxième fois cette semaine après être resté des mois sans tenir une seule conférence de presse, a passé une grande partie de son temps à critiquer le président Trump à propos d'un article du magazine The Atlantic selon lequel il dénigrait les soldats tombés au combat lors de la Première Guerre mondiale lors d'un voyage en France en 2018. ...

La première question, posée par le journaliste de The Atlantic, Edward-Isaac Dovere, portait sur le rapport explosif du magazine.

"Quand vous entendez ces remarques - 'pigeons', 'perdants', et voyez le dégoût pour les amputés, qu'est-ce que cela vous dit sur l'âme du président Trump et la vie qu'il mène ?" Demanda Dovere.

L’article de The Atlantic a été conçu pour réduire le soutien des militaires et des vétérans à Trump. Celui-ci a répondu par un geste qui lui vaudra une certaine gratitude de la part de ces groupes :

Le président américain Donald Trump a déclaré que son administration ne fermerait pas un journal militaire renommé, à la suite du tollé des législateurs.

Stars and Stripes, un journal militaire indépendant, devait cesser sa parution à la fin ce mois-ci, après que le Pentagone a décidé en février de couper son financement.

Le gouvernement américain "ne coupera PAS le financement du magazine @starsandstripes sous ma surveillance", a tweeté M. Trump.

Les deux prochains mois verront bien sûr davantage d’attaques de la part des deux côtés et sur des questions différentes. Si j’avais un vote aux élections, je ne le donnerais ni aux partis ni aux candidats. Mais il est assez décevant de constater le peu que les Démocrates ont appris sur le fonctionnement de la campagne de Donald Trump et sur la façon dont les attaques contre lui ne font que l’aider à faire valoir ses arguments. Comme l’analyse Matt Taibbi dans un article incontournable :

La mauvaise lecture de Trump par l'élite est flagrante car il est un type plutôt familier pour le reste de l'Amérique. Nous sommes une culture marchande et Trump est un vendeur. De plus, il n’est pas n'importe quel vendeur ; il pourrait être le plus grand vendeur de tous les temps, compte tenu de la qualité du produit, c'est-à-dire lui-même. ...

Depuis que Trump s'est lancé dans la politique, le schéma est le même. Il entre dans l'arène en transportant un passif de caractéristiques négatives, mais s'en sort à chaque fois, armé de solutions gagnantes qui lui sont offertes par des adversaires qui réagissent de manière excessive. ...

Son truc est de provoquer ses rivaux au point où ils laissent tomber ce qu'ils font et passent leur temps à lui crier dessus, ce qui, dès le début, valide le principe fondamental de sa vision du monde, à savoir que tout tourne autour de lui. Les opposants politiques semblent incapables de ne pas lui offrir de publicité gratuite. Ils prononcent son nom à la télévision des milliers de fois par jour, apposent son nom sur des autocollants et les font parader devant de nouvelles populations - par exemple «BERNIE BEATS TRUMP» - puis continuent à parler de lui même en dehors du service, lors de fêtes de bureau, de dîners en famille, d'événements sportifs pour enfants, partout, ce qui, tôt ou tard, amène les gens à se demander : qui est le plus ennuyeux, le fanfaron, ou les gens qui n'arrêtent pas de parler du fanfaron? ...

L'argument de Trump est : «Ils mentent sur moi.» Il attire tellement d'attention négative, et domine si complètement la culture, que la ligne entre lui et le pays qui l'a élu devient floue, lui permettant d'enchaîner un argument secondaire : "Ils mentent sur vous." Cette incantation fonctionne. ...

Le Parti Démocrate n'a aucun message - littéralement aucun - à part lui. ...

Cela ressemble à une relation co-dépendante, et le resserrement des sondages dans les États en ballottage me fait m'interroger sur l'auto-sabotage. Le Parti Démocrate perdra probablement encore, mais tout cela commence à ressembler à une rediffusion au ralenti du même accident de voiture d'il y a quatre ans, lorsque le ressentiment, l'attrait du scandale, et la fascination sinistre l'ont poussé le premier sur la ligne d'arrivée. Les gens prétendent le détester, mais ils n'arrêtent jamais à temps de regarder le spectacle, sans comprendre que Trump sait toujours comment transformer leur attention négative en vote de quelqu'un d'autre.

Quatre ans ne suffisent-ils pas ?

L’attaque actuelle contre Trump, d’autant plus qu’elle est basée sur une source anonyme faible, est exactement ce dont Trump a besoin pour gagner plus d’électeurs et un taux de participation plus élevé.

Au lieu de parler des vrais problèmes, les Démocrates se sont acharnés sur la personnalité de Trump. Cette méthode a échoué pendant plus de quatre ans de Russiagate et de pleurnicherie sur la destitution, mais elle continue.

Pourquoi pense-t-on que de telles attaques auront soudainement un résultat différent de celui d’aider Trump à remporter une autre élection ?

Moon of Alabama

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents