Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Klaus Schwab l’humaniste contre Klaus Schwab le terroriste

Publié par medisma sur 12 Octobre 2021, 18:10pm

Klaus Schwab l’humaniste contre Klaus Schwab le terroriste


La dystopie technocratique qui se profile peut sembler perpétuer l’héritage de la social-démocratie, bien que de manière perverse, et par conséquent, l’utilisation des partis verts et des partis sociaux-démocrates en Europe pour les mettre en œuvre est à la fois prévue et rationnelle.


 

Il y a deux hommes nommés Klaus Schwab, sans aucun doute.

Un homme nommé Klaus Schwab est considéré par les vrais croyants, les fachidiots, l’intelligentsia libérale, la population institutionnellement raffinée, comme un homme qui se soucie profondément de l’humanité. Ils semblent croire que ses avertissements sont sérieux, même s’ils sont étrangement et étonnamment prémonitoires. Après tout, le Forum économique mondial doit avoir été créé dans un souci d’humanité puisqu’il est soutenu principalement par l’institution la plus humaine de l’histoire de l’humanité, le Fonds monétaire international. Ce Klaus Schwab est un humaniste.

Peut-être est-ce précisément le cas des vrais croyants, ceux qui acceptent sans broncher la nouvelle « distinction » schwabienne que l’on nous demande de saisir entre un capitalisme actionnarial et un capitalisme 2.0, un capitalisme des parties prenantes.

Il y a ensuite un deuxième homme, Klaus Schwab, qui est considéré par le reste du monde et les personnes réfléchies qui le composent comme le monstre qu’il est. Un Klaus Schwab grimaçant qui apparaît sur les écrans de smartphones et de tablettes pour avertir d’une catastrophe imminente, d’un retour à la normale impossible, de nouvelles pandémies qui frapperont très bientôt, et d’une vague de cyber-attaques. Ce Klaus Schwab est un terroriste en liberté, un personnage qui, à l’instar du Dr Fauci et de Bill Gates, apparaît comme une émanation du casting principal des méchants de Bond.

Pour les personnes qui n’ont pas troqué l’intelligence sociale de base contre le crédit social, sachez que si la personne qui émet des avertissements concernant des catastrophes est le meilleur ami des personnes qui vont créer ces catastrophes, ce ne sont pas des avertissements. Tout comme pour Fauci qui a déclaré en 2017 qu’une pandémie massive frapperait pendant le mandat de Trump. Ce ne sont pas des avertissements, ce sont des menaces. Schwab est celui qui profère les menaces, Schwab est le terroriste.

Pourquoi est-il si difficile de comprendre que le FEM ne fait que ce qui est dans l’intérêt du FMI ?

Comment devons-nous distinguer le capitalisme actionnarial du capitalisme des parties prenantes ?

L’idée d’un capitalisme « socialement responsable » n’est pas nouvelle. Elle représentait l’aile centriste du fascisme il y a environ 90 ans ; elle est en quelque sorte l’incarnation de l’idéal corporatiste et technocratique du siècle dernier jusqu’aux années 1970 avec l’introduction du friedmanisme. En ce sens, nous pouvons dire que les États-Unis et l’UE ont emprunté deux trajectoires distinctes, les fondements de l’UE reposant davantage sur l’idée de responsabilité sociale au sein des conseils d’administration.

Dans nos travaux antérieurs, dans la section consacrée à l’idéologie des entreprises et de l’État dans The Great Reset Morality : Euthanization of the Inessentials , nous avons discuté de la bifurcation de l’idée corporatiste du bien social, un type de capitalisme participatif qui existait parallèlement aux idées progressistes. Ces dernières étaient présentées comme des raisons pour lesquelles le socialisme n’était pas nécessaire, puisque ce qui était bon pour les entreprises était également bon pour la société, car ces industriels avaient besoin de communautés fortes pour créer des conditions stables, de travailleurs bien payés pour acheter les produits qu’ils fabriquaient. C’était l’époque du capitalisme, avant la mondialisation. Nous avions aussi des croyants en cet idéal, comme Henry Ford.

Puis vint une nouvelle idée, de plus en plus présente dans le discours américain jusque dans les années 1980 – où seul le résultat final comptait. On peut dire que la période Friedman, qui s’était insinuée dans la culture dans les années 70, a finalement atteint le courant dominant.

Mais en fin de compte, la vieille idée du capitalisme social est revenue sous une nouvelle apparence, une nouvelle image de marque, à partir du FEM – le capitalisme des parties prenantes et le capitalisme 2.0.

Une différence essentielle, que l’on ne soulignera jamais assez, est qu’il n’y a pas de plan à long terme pour l’ISA (appareil d’État idéologique) du capitalisme des parties prenantes. Ils utilisent simplement le terme « capitalisme » pour maintenir la continuité sociale et idéologique de l’incarnation actuelle du capitalisme monopolistique. Mais l’objectif est de gérer une société strictement post-capitaliste. Ce n’est toutefois pas celle envisagée par la gauche, mais plutôt celle qui développe de nouvelles technologies coercitives et dépeuplantes le long d’une voie misanthropique vers la transition de la ploutocratie en technocratie.

Ses vrais croyants qui partent du principe que les gens sont bons lorsqu’ils disent de bonnes choses et font de bonnes promesses, et ignorent totalement des siècles d’histoire des peuples ou tout aperçu de la théorie politique et sociale : comme l’a dit Lord Acton, l’historien britannique : « Tout pouvoir tend à corrompre ; le pouvoir absolu corrompt absolument ».

Il y a une raison pour laquelle nous assistons à une résurgence de ce vieux type d’idéal corporatif. Comme les gouvernements souverains et les démocraties cessent d’exister, alors le concept friedmanien d’externalisation des coûts, qui fait indéfectiblement partie du paradigme actuel, ne peut plus être l’idéologie officielle de la classe dirigeante.

En vérité, ils doivent maintenir cette vision d’externalisation des coûts, qui est le fondement et l’explication de leur schéma misanthropique. Les paradigmes ne sont pas ébranlés de cette façon, ils ont tendance à s’écraser et à brûler en même temps que leurs adhérents. Cela donne lieu à ce que Pareto a appelé la rotation des élites. Ainsi, nous pouvons voir que la classe dirigeante actuelle n’adhère pas vraiment à un changement de méthode. Elle y voit plutôt une nouvelle démagogie.

C’est ainsi que nous voyons superficiellement la « société des actionnaires » adoptée par une nouvelle technocratie au pouvoir, en particulier à la lumière de l’automatisation et du fait que la majorité de la population humaine sera excédentaire et redondante. Naturellement, une société d’actionnaires doit céder la place aux débats sur une société de parties prenantes.

Ainsi, on nous demande d’imaginer qu’il existe une différence révolutionnaire entre le « vieux » concept friedmanien de la société dirigée par les actionnaires et la nouvelle société dirigée par les parties prenantes. Ce discours joyeux a commencé il y a quelques décennies, lorsqu’on nous a demandé d’adopter un « capitalisme 2.0 », un capitalisme au visage amical, etc. C’est l’idéologie officielle de la social-démocratie de l’après-guerre, et c’est pour ces raisons que nous voyons que la gauche modérée européenne (qui, aux États-Unis, serait qualifié à tort d’« extrême gauche ») peut se rallier au programme du Grand Reset, à condition d’ignorer les besoins réels ou les travailleurs, qu’il soit organisés ou non.

La grande hypocrisie du Grand Reset

Les deux hommes nommés Klaus Schwab sont deux voix dans son lecteur audio. Dans le livre de Schwab « Covid-19 : le Grand Reset », toute attention apparente portée à l’humanité, à l’inclusion, à l’amélioration des conditions de vie, au contrôle du pouvoir des entreprises, n’est que de la langue de bois, de la poudre aux yeux pour séduire le segment libéral-idéaliste de la population institutionnellement raffinée.

Le FEM organise des forums sur la « lutte contre la pauvreté dans le monde » et publie des rapports tels que « Poverty : the past, present and future ». En tant que principal groupe de réflexion du FMI, il n’est pas surprenant que les objectifs réels du FEM soient de fournir une couverture progressive pour la redistribution ascendante du capital aux mêmes institutions de prêt qu’il sert, tout en dissimulant cela par l’inversion et la bifurcation du langage dans le sens orwellien du « double langage ». Et c’est la concentration du capital le long des sommets de distribution vers le haut – la véritable fuite des capitaux – qui est principalement responsable de la pauvreté mondiale.

mondiale.

https://www.strategic-culture.org/wp-content/uploads/2021/07/ks19072102.jpg

Le Forum économique mondial présente un monde à l’envers, où ses notes de synthèse et ses livres blancs exprimant des inquiétudes sur la pauvreté fonctionnent en harmonie avec les schémas de distribution vers le haut du FMI. La réduction du pouvoir local des États souverains est présentée comme une « lutte contre la corruption » et une « transparence ». La réduction austère de l’accès aux services de santé et aux services humains dans les pays en développement est considérée comme un indicateur positif de la croissance économique, malgré la relation directe de cause à effet élevée entre l’austérité (via l’ajustement structurel) et la pauvreté.

Ils présentent la conformité du monde en développement à la gouvernance mondiale, c’est-à-dire la stabilité, comme directement liée à l’éradication de la pauvreté – alors qu’en réalité ces deux vecteurs sont en corrélation inverse.

En d’autres termes, plus les pays se conforment aux programmes d’ajustement structurel, plus il est difficile de vaincre la pauvreté. Jusqu’à présent, le FMI avait orienté son travail vers la monopolarité géopolitique et géoéconomique, avec son propre centre transatlantique comme lieu de pouvoir.

Aujourd’hui, il semble que le FMI et son centre transatlantique aient renoncé à leur objectif de rétablir leur moment monopolaire des années 1990.

Il est vrai que de nombreux pays ont fait des progrès dans la lutte contre la pauvreté, notamment en luttant contre le FMI et en créant des alternatives au FMI, comme les BRICS. Cela ne veut pas dire que les pays à l’origine des BRICS sont bien intentionnés. Mais l’intention compte bien peu ici quand la simple existence de cette concurrence introduit un bénéfice net pour les pays emprunteurs.

Le livre de Klaus Schwab « Covid-19 : Le Grand Reset » est écrit de la même manière : les lamentations sur la crise économique à laquelle sont confrontées les populations doivent être lues comme des exaltations. Les descriptions d’un dangereux processus de formation d’une dystopie dans ce livre, faisant ouvertement référence à « The Handmaid’s Tale », doivent être interprétées comme des pièges à « solutions » en préparation.

https://www.strategic-culture.org/wp-content/uploads/2021/07/ks19072103.jpgSimulation de l’exécution des Handmaids de la série dramatique dystopique « The Handmaid’s Tale », à laquelle Schwab fait référence dans son livre « Covid-19 : The Great Reset » .

Dans le livre de Klaus Schwab « Covid-19 : Le Grand Reset » , tous les « abus », « crimes » et « futurs dystopiques » potentiels découlant des politiques sociales du Grand Reset sont envisagés ou du moins mentionnés. Dans le chapitre « The Macro Reset », section 1.6.3, sous-titré « The Risk of Dystopia » (page 167), par exemple, des visions cauchemardesques de séries comme « The Handmaid’s Tale », « Black Mirror », et les critiques de l’extraction de données et de la surveillance dans « Surveillance Capitalism », de Shoshana Zuboff, sont discutées.

Ces dystopies sont reconnues comme analogues aux résultats réels et potentiels de la législation et des politiques d’entreprise que les populations subiront et endureront aux mains des entreprises et des gouvernements à la suite du Grand Reset.

L’ensemble de l’ISA de la technocratie et, depuis quelques décennies, le néolibéralisme lui-même – par le biais des partis de la 2e Internationale, des ONG de Soros, de U.S.-AID et de la NED, etc. est ici pleinement exposé sous une forme microcosmique, à l’infini.

Deux hommes nommés Klaus Schwab

Schwab doit être compris comme une sorte de Dr Mengele de la psychologie organisationnelle, et aussi comme l’idéologue d’un nouveau système qui utilise le traumatisme – actes et menaces terroristes – pour introduire une nouvelle acceptation de la réalité dans un parallèle horrible avec le personnage du Dr Naehring de Max von Sydow dans Shutter Island.

Le traumatisme est le point d’entrée, et les crimes antérieurs qui ont été commis contre l’humanité peuvent être déformés par ce traumatisme pour devenir des crimes que l’humanité a commis elle-même, et qu’elle doit maintenant payer très cher. Les crimes de la classe dirigeante contre le peuple sont transformés en crimes que le peuple a commis et que la classe dirigeante – les parties prenantes (gouvernements, ONG, institutions) doivent maintenant corriger. Et les mesures correctives seront de nature punitive et disciplinaire.

Parce que l’idéologie progressiste (l’ISA de la modernité) reconnaît ses défauts actuels, elle tente de se séparer du système réel qu’elle soutient. Elle peut être à la fois l’idéologie de légitimation d’un système, et la principale critique de ce système vers un système futur amélioré. Elle se légitime aujourd’hui sur la base de choses qu’elle promet de réparer dans le futur.

https://www.strategic-culture.org/wp-content/uploads/2021/07/ks19072104.jpg

Le personnage de Max von Sydow, le Dr Naehring, dans le thriller psychologique Shutter Island (2010).

Le FEM n’a pas vraiment besoin d’écouter et d’entendre les problèmes réels de la population, il peut s’appuyer sur une académie remplie de critiques professionnels que les propres académies du système ont produit, qui utilisent une concoction d’idéologie et de spéculation pour synthétiser quelque chose qui ressemble à une reconnaissance des problèmes de la population. Cela a créé l’illusion que le système était pluraliste, alors qu’il pratiquait une forme élevée de psychologie sociale et de sociologie démagogique.

La technocratie de la ploutocratie moderne, en transition vers un nouveau type d’oligarchie, est similaire au fascisme en ce qu’elle reprend de nombreux tropes et cadres discursifs de l’anticapitalisme et de la justice sociale, mais d’une manière qui les minimise comme le faisait le fascisme au pouvoir, et les arme dans l’intérêt du léviathan technocratique résolument antisocial et injuste.

La technocratie est différente du fascisme en ce qu’elle utilise la gauche actuelle, et clairement pas la droite populiste. C’est ce que montre le Trumpisme aux États-Unis ou Le Pen en France, dont la base s’oppose aux confinements, aux masques et aux vaccins obligatoires, aux fermetures d’entreprises et aux quarantaines carcérales du Grand Reset Covid-19. Ici, la dystopie technocratique montante peut même sembler porter l’héritage de la social-démocratie, bien que de manière perverse, et donc l’utilisation des partis verts et des partis sociaux-démocrates en Europe pour les établir est à la fois prévue et rationnelle.

Pire encore, les partis de centre-droit font également partie de ce plan, et lorsqu’ils se mettent au diapason de l’agenda du Grand Reset, ils peuvent même recevoir une couverture positive de la part des médias de l’establishment de centre-gauche (la gauche culturelle) qui constituent la plupart des médias européens et occidentaux à l’heure actuelle.

Et pourtant, ce sont tous des partis politiques qui, avec la montée du néolibéralisme et de la mondialisation, à la suite de la destruction de l’URSS, ont, depuis trois décennies (ou plus), endossé le manteau de la synergie privé-public – dans la tradition réelle de divers fascismes, tout en ne le reconnaissant pas.

Pour affiner ce point avec clarté : le fascisme et la social-démocratie partagent une conception presque identique de l’économie politique (synergie privé-public). Si le fascisme est la social-démocratie sans pluralisme ni conception libérale des droits de l’homme – ou plutôt – si la social-démocratie est le fascisme mais avec le pluralisme et une conception libérale des droits de l’homme – alors la technocratie se fonde sur cette économie politique commune au fascisme et à la social-démocratie comme point de départ, se contentant de faire semblant de croire au pluralisme et aux conceptions libérales des droits de l’homme tout en utilisant en fait une méthode fasciste de gouvernance antidémocratique et anti-pluraliste. C’est pourquoi nous avons deux hommes nommés Klaus Schwab.

Une coupure de presse de Newsweek du 15 juillet 2021 montre que le mouvement contre l’Agenda 2030 est présenté comme étant « de droite ».

En outre, les technocrates des entreprises de médias sociaux qui se sont engagés dans le Grand Reset utilisent la menace imaginaire de « l’extrême droite », et maintenant « l’hésitation vaccinale », pour mener une politique de censure qui ne se distingue pas du totalitarisme (d’extrême gauche ou d’extrême droite).

En regardant la perversion cynique qu’est le texte « Great Reset » de Klaus Schwab, sa critique du système qu’il développe dans le même livre qui en vante les mérites et l’inévitabilité, est telle qu’elle absorbe, bureaucratise, professionnalise, gère, englobe et dépasse les critiques réelles de la dystopie émergente, comme une forme d’« autocritique ». Les notes de fin de document sont remplies de références à des articles d’auteurs et de penseurs qui s’opposent à la technocratie montante, au service de laquelle le Forum économique mondial existe.

Cette « autocritique » sous le feu des projecteurs est une méthode de contrôle par le système des critiques potentielles du système. Il s’agit d’une critique artificielle, gérée par le système et au service du système, qui va de l’avant en conservant les mêmes caractéristiques que celles qui sont critiquées.

Parce que les gens ordinaires ne possèdent plus de pouvoir politique dans les systèmes où le pouvoir des entreprises a remplacé les républiques constitutionnelles, les coûts dévastateurs seront minimisés.

Pour ces raisons, nous pouvons voir qu’il y a deux hommes nommés Klaus Schwab.

Par Joaquin Flores –Source Strategic Culture

Joaquin Flores a étudié les relations internationales et l’économie politique internationale à l’université d’État de Californie à Los Angeles ; il a été agent d’affaires et organisateur pour le syndicat SEIU ; il a publié des articles sur la géopolitique, la guerre et la diplomatie dans le monde entier ; il est directeur du Centre d’études syncrétiques basé à Belgrade et rédacteur en chef de Fort Russ News.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents