Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


La guerre est imminente

Publié par medisma sur 22 Décembre 2021, 22:20pm

La guerre est imminente
 

Evolution des derniers événements :

I- Une semaine après la rencontre Biden-Poutine, le moment critique arrive

 

 

Mirage-2000 au-dessus de la mer Noire le 8 décembre, alors que les avions espions de l’OTAN se pressent aux frontières de la Russie. Le 13 décembre, le quotidien du ministère russe de la Défense, Krasnaya Zvezda, a déclaré que les radars avaient repéré plus de 40 avions effectuant des reconnaissances près des frontières russes au cours de la semaine écoulée.

La Russie réaffirme ses « lignes rouges » en demandant des garanties juridiques à long terme contre la poursuite de l’avancée de l’OTAN vers l’Est et le déploiement d’armes aux frontières occidentales de la Russie.

Le 10 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères a publié une déclaration dans laquelle il s’attend à ce que des garanties juridiques à long terme soient données « dans un délai précis et sur la base du principe de sécurité globale et indivisible ».

Moscou sent que Washington retourne l’argument et maintient que la question concerne la soi-disant accumulation sur le territoire russe qui pourrait présager une invasion de l’Ukraine.

Cela a été répété par Biden lui-même le 12 décembre, qui a une fois de plus soigneusement éludé la question des déploiements de l’OTAN et a préféré s’attarder sur ce qui se passerait si la Russie envahissait l’Ukraine.

Entre-temps, les États-Unis ont rallié les pays du G7 à leur cause. La déclaration du G7 du 12 décembre fait essentiellement écho à la position américaine. Le G7 a également choisi d’ignorer les « lignes rouges » de la Russie concernant l’expansion de l’OTAN, énoncées dans la déclaration du ministère des affaires étrangères du 10 décembre.

Le département d’État américain a annoncé que la secrétaire adjointe du Bureau des affaires européennes et eurasiennes, Mme Karen Donfried, se rendra à Kiev et à Moscou du 13 au 15 décembre « pour discuter du renforcement militaire de la Russie et renforcer l’engagement des États-Unis en faveur de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine ».

Mme Donfried se rendra ensuite à Bruxelles les 15 et 16 décembre pour consulter les Alliés de l’OTAN et les partenaires de l’UE « sur les efforts à déployer pour trouver une solution diplomatique ».

L’Occident fait preuve d’hypocrisie en transformant cette affaire en une question d’agression territoriale de la part de la Russie, oubliant comme par hasard que tout cela s’inscrit dans un contexte complexe qui remonte à l’époque où les dirigeants occidentaux (y compris le secrétaire d’État américain de l’époque, James Baker, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Genscher) ont promis au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev qu’en cas d’approbation soviétique de l’unification allemande, l’Occident garantirait que l’OTAN ne se déplacerait pas « d’un pouce » vers l’est, vers les frontières de la Russie.

En fait, au milieu des années 1990, l’administration occidentale de Bill Clinton a ignoré cette garantie, qui était fondamentale pour la sécurité de la Russie, et l’OTAN s’est engagée sur la voie de l’expansion de manière séquentielle, s’étendant d’abord à l’Europe centrale, puis à la région balte et aux pays des Balkans qui formaient auparavant la Yougoslavie.

Les nombreuses protestations russes contre l’expansion de l’OTAN ont tout simplement été ignorées. À l’époque, Moscou n’était pas en mesure de faire valoir ses intérêts nationaux.

Un moment décisif s’est produit lorsque l’OTAN a annoncé en 2008 que la porte était ouverte à l’adhésion de l’Ukraine (et de la Géorgie). La Russie a de nouveau protesté, car l’adhésion de ces deux pays à l’OTAN amènerait les déploiements de l’alliance jusqu’à ses frontières occidentales et méridionales. Une fois encore, les États-Unis ont refusé d’y prêter attention.

Toutefois, un changement de paradigme s’est produit en 2013-2014, lorsque l’Occident a réussi à renverser le gouvernement pro-Moscou du président Viktor Ianoukovitch en Ukraine (qui était, soit dit en passant, un dirigeant élu) et à installer à sa place un gouvernement pro-occidental à Kiev. C’est alors qu’a débuté un projet systématique visant à transformer l’Ukraine en un État anti-russe.

Aujourd’hui, le défi auquel la Russie est confrontée est que, même sans admettre l’Ukraine comme membre à part entière, l’OTAN a commencé à se déployer dans ce pays, profitant de l’impasse dans le Donbass et des mauvaises relations entre Kiev et Moscou.

Le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a révélé le 12 décembre que l’OTAN déverse des quantités massives d’armes en Ukraine et que « des militants y sont envoyés sous couvert d’instructeurs militaires ».

A priori, une épreuve de force n’est plus à exclure, même si Moscou désavoue toute intention de recourir à la force.

Le « connu inconnu » est de savoir dans quelle mesure la politique intérieure américaine détermine la ligne de conduite future de M. Biden. (Poutine a cherché à rencontrer Biden en tête-à-tête.) Après l’Afghanistan, la cote de popularité de Biden a chuté de façon spectaculaire et moins de trois Américains sur dix approuvent la façon dont Biden a géré la crise de l’inflation aux États-Unis, et la plupart lui donnent de mauvaises notes sur toutes les questions majeures autres que la pandémie du Covid-19.

Un sondage ABC News a révélé, après le sommet vidéo de Biden avec Poutine le 7 décembre, que seuls 15 % des personnes interrogées ont déclaré avoir « une grande confiance » envers le Président pour négocier avec Poutine au nom de l’Amérique. (Ce chiffre est à comparer aux 26% d’un sondage ABC de juin).

En d’autres termes, il peut être intéressant pour Biden de montrer qu’il est « dur » avec la Russie. Les dirigeants dont le bilan au pouvoir est peu reluisant ont tendance à utiliser les questions de politique étrangère pour redorer leur image. L’année 2022 est une année électorale cruciale aux États-Unis, les prévisionnistes prévoyant que les Démocrates pourraient perdre le contrôle du Congrès, ce qui affecterait en effet sérieusement la présidence de Biden et aurait des répercussions sur sa candidature à la réélection en 2024.

Biden pourrait perdre la face s’il s’asseyait à la table des négociations pour discuter des « lignes rouges » de Poutine. Plus important encore, il s’agit de l’une de ces situations où, après s’être engagé dans le courant, il est trop tard pour faire marche arrière.

Le fait est que l’Ukraine est une « affaire inachevée » et que l’ensemble du projet occidental visant à affronter la Russie risque de s’effondrer si l’OTAN est bloquée dans son processus d’expansion. La diabolisation de la Russie est déjà très présente dans la rhétorique occidentale. Pendant ce temps, l’Occident observe avec empressement que la Russie a retrouvé la parité stratégique avec les États-Unis et qu’elle les devance dans le domaine des forces conventionnelles en développant des armes hypersoniques de pointe. Poutine lui-même a abordé ce sujet dans une interview accordée aux médias ce week-end.

Tout porte à croire que la Russie préfère toujours une solution diplomatique/politique, mais qu’il est très peu probable qu’elle atténue ses exigences et accepte une fois de plus une nouvelle expansion de l’OTAN, cette fois jusqu’à ses frontières. La déclaration du Ministre des Affaires Étrangères du 10 décembre aborde les questions essentielles de la défense nationale de la Russie.

Dans une interview accordée aujourd’hui au journal Izvestia, le Vice-Ministre russe des affaires étrangères, Sergey Ryabkov, a déclaré : « Ce n’est pas comme si les problèmes avaient commencé hier. Ils sont liés, pour l’essentiel, à l’aspiration des États-Unis à nier la Russie en tant que facteur clé indépendant de la vie internationale, et à nous imposer leurs propres approches sur toute une série de questions, y compris la manière dont nous devons vivre dans notre propre pays. »

M. Ryabkov a déclaré que l’Ukraine « est avant tout un projet géopolitique de Washington, une tentative d’élargir la sphère de sa propre influence, d’étendre ses outils pour renforcer ses positions qui, selon les aspirations des États-Unis, les aideront à dominer dans cette région du monde. Il s’agit, bien sûr, d’une méthode pour nous créer des difficultés, en empiétant sur notre sécurité. Nous le disons ouvertement : nous avons certaines lignes rouges que nous ne permettrons à personne de franchir ; nous avons une exigence très claire… Moscou a besoin de garanties juridiques extrêmement fiables pour sa sécurité. »

Il a conclu par l’avertissement que Moscou continuera à mettre en évidence pour les membres de l’OTAN que la sécurité de l’alliance n’augmentera pas en cas d’expansion et que les conséquences de cette démarche seraient graves. (Lire ici la transcription complète de cette importante interview de Ryabkov avec Izvestia).

Par ailleurs, M. Ryabkov aurait également déclaré aujourd’hui à l’agence de presse gouvernementale RIA Novosti que « notre réponse sera militaire » si l’OTAN ne garantit pas à Moscou la fin de son expansion vers l’Est. « Il y aura une confrontation. Il n’y a fondamentalement aucune confiance dans l’OTAN. Par conséquent, nous ne jouons plus à ce genre de jeu et ne croyons pas aux assurances de l’OTAN. »

En clair, la Russie rejette le sophisme des États-Unis concernant une menace d’invasion de l’Ukraine par la Russie afin de détourner l’attention de ce qui est réellement en jeu ici – à savoir le refus de Moscou d’accepter toute nouvelle expansion de l’OTAN vers l’Est dans l’espace post-soviétique.

Le moment critique arrive maintenant que la Russie a appris à ses dépens que les assurances verbales des Occidentaux n’ont aucun caractère sacré. L’ironie suprême est que Gorbatchev et Baker sont toujours en vie.

M. K. Bhadrakumar

Source The Indian Punchline

 

II- Ukraine : Poutine promet une réponse « militaire et technique » face aux « menaces » occidentales

La Russie fait encore un peu plus chaque jour monter la pression à propos des tensions avec l’Ukraine. Son président Vladimir Poutine s’exprimait ce mardi matin 21 décembre devant les cadres de l’armée russe et du ministère de la Défense. Il a fait de nouvelles déclarations menaçantes.

Le ministre de la Défense avait déjà fait monter la pression en évoquant des mercenaires américains dans le Donbass présents pour préparer « des “provocations” à l’arme chimique ». Le président russe est ensuite monté de plusieurs crans supplémentaires.

« En cas de maintien de la ligne très clairement agressive de nos collègues occidentaux, nous allons répondre par des mesures adéquates, militaires et techniques, a ainsi déclaré Vladimir Poutine. Nous réagirons brutalement aux actions hostiles. Et je tiens à le souligner, nous en avons parfaitement le droit ».

Les engagements américains moqués

Goguenard devant l’assistance, le président russe, qui a pourtant demandé des garanties écrites de non-expansion de l’OTAN, a moqué la validité des engagements américains : « Quand ils sont gênés par le droit international ou la charte de l’ONU, ils déclarent tout cela « vieillot », « inutile ». Et quand quelque chose correspond à leurs intérêts, tout de suite, ils citent les normes du droit international, la charte de l’ONU, le droit humanitaire international. Ces manipulations, on en a marre ! »

Ces déclarations sonnent comme si le pouvoir préparait l’opinion à un conflit imminent. L’idée est en tout cas plus que jamais omniprésente dans les médias d’État. En Russie, l’hypothèse d’une guerre est aujourd’hui très impopulaire. 62% des Russes disent craindre une guerre mondiale, c’est un record depuis 1994.

source : https://oceanguinee.com

 

III- Que pourrait-il se passer si les États-Unis rejettent l’ultimatum russe ?

 

Il y a beaucoup de discussions en cours sur ce que la Russie pourrait faire si l’Occident ignore l’ultimatum russe. Tout ce que je me propose de faire ici, c’est de partager quelques réflexions avec vous. Il ne s’agit pas d’une analyse approfondie, mais seulement de quelques réflexions sur ce que j’entends à ce sujet.

Premièrement, Poutine est à la fois très prévisible et, en même temps, très imprévisible. Ce qui est prévisible chez Poutine, c’est qu’il n’utilise la force que lorsqu’il n’y a plus d’autre option. Ce qui est très imprévisible chez Poutine, c’est comment et où il est prêt à utiliser la force. Il n’est pas intervenu dans le Donbass, ce que tout le monde attendait, et il n’a pas permis à la LDNR de prendre ne serait-ce que Marioupol, sans parler du reste de l’Ukraine. Mais lorsqu’il a envoyé une force opérationnelle spéciale en Syrie, personne ne l’a vu venir. Idem pour la décision de protéger la Crimée d’une invasion ukrainienne. Lorsque nous évaluons les prochaines étapes possibles de Poutine, nous devons garder à l’esprit ce paradoxe selon lequel il est à la fois prévisible et imprévisible. Ainsi, déplacer des armes nucléaires vers Kaliningrad et/ou le Belarus n’est pas la seule option pour la Russie.

Deuxièmement, il est impossible que la Russie déclenche simplement une guerre, ni contre l’Ukraine, ni contre l’UE ou l’OTAN, ni contre les États-Unis. Seul un imbécile ignorant déclencherait délibérément une situation qui pourrait aboutir à un holocauste nucléaire planétaire. Mais la Russie a beaucoup d’autres options.

Troisièmement, alors que dans les années 60, l’URSS avait besoin de Cuba pour déployer ses missiles afin de forcer les États-Unis à retirer leurs missiles de Turquie, la Russie n’a plus ce besoin aujourd’hui. Les missiles russes, tant nucléaires que conventionnelles, peuvent atteindre les États-Unis depuis à peu près n’importe où, y compris depuis la Russie, bien entendu. La création de bases à Cuba, au Venezuela ou au Nicaragua n’est pas, à mon avis, faisable ni même souhaitable : Je préfère voir cet argent injecté dans l’armée russe.

Quatrièmement, tous les porte-avions et autres navires de l’US Navy ont désormais une cible hypersonique peinte sur eux, et ils le savent. Cela aura une incidence considérable sur ce que l’US Navy peut se voir ordonner de faire ou sur les endroits où elle peut se déployer. Certains observateurs ont accusé la Russie de prendre l’Ukraine en otage. C’est une absurdité. Mais oui, les Russes retiennent, à toutes fins utiles, l’ensemble de l’US Navy en otage, des petits patrouilleurs aux groupes de combat de porte-avions. La seule, mais importante, exception à cette domination concerne les sous-marins nucléaires d’attaque, où la Russie a une parité qualitative (voire une supériorité) mais où les États-Unis ont un fort avantage quantitatif sur la Russie. Cependant, les sous-marins de l’US Navy ne disposent pas de missiles modernes et ne peuvent pas gagner une guerre à eux seuls. Ils ont également fort à faire avec la Chine.

Cinquièmement, nous savons, au vu de la taille de la force terrestre russe actuellement déployée à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière russo-ukrainienne, qu’il s’agit d’une force défensive dont la tâche serait d’arrêter une attaque terrestre ukrainienne sur la LDNR (les forces ukrainiennes, de taille plus ou moins similaire, sont déployées à quelques dizaines de kilomètres de cette même frontière). Ne vous attendez donc pas à voir des chars russes dans le centre-ville de Kiev de sitôt.

D’ailleurs, pourquoi la Russie devrait-elle interférer de quelque manière que ce soit si l’Ukraine et l’UE commettent de manière proactive un suicide culturel, économique, politique, social et même spirituel ?

Sixièmement, nous ne devons pas nous concentrer uniquement sur le théâtre européen des opérations militaires. N’oublions pas que la Chine et la Russie sont désormais officiellement « plus que des alliés » et que la Russie peut vendre à la Chine exactement le type de matériel militaire qui horrifierait vraiment les États-Unis. De même, la Russie peut facilement cibler les forces américaines n’importe où dans le Pacifique, secrètement et ouvertement, d’ailleurs.

Septièmement, il y a le Moyen-Orient. Imaginez ce que la Russie pourrait livrer, rapidement, à l’Iran, par exemple (tout en fournissant des garanties verbales, mais significatives, à Israël que la Russie ne permettra pas à l’Iran d’utiliser ces systèmes contre Israël, à moins, bien sûr, qu’Israël n’attaque en premier (Remarque : il n’y a pas beaucoup d’amour entre la Russie et Israël, mais au moins les deux parties sont assez intelligentes pour se comprendre, ce qui aide beaucoup en cas de besoin).

Huitièmement, la Russie a un avantage énorme sur les États-Unis et l’OTAN en matière de guerre électronique (du niveau tactique au niveau stratégique) et elle peut facilement l’utiliser pour obtenir un effet dévastateur alors que l’OTAN n’a rien pour riposter. Cela s’applique d’ailleurs aussi au Moyen-Orient où, apparemment, la Russie a les moyens de perturber ou de brouiller les signaux GPS dans toute la région.

Neuvièmement, nous ne devons pas supposer que la Russie ne peut riposter que de manière proactive, ce serait une erreur. Par exemple, la Russie peut faire à l’Allemagne ce que le Kremlin a fait à l’Ukraine : cesser de prendre leurs appels et permettre l’arrêt complet de NordStream2. Pourquoi ? Parce que cela n’affectera que marginalement la Russie (les prix du gaz sont déjà très élevés et la Chine en absorbe une grande partie), tout en étant un arrêt de mort pour l’économie allemande, en particulier ses exportations. Donc, en fait, permettre à NordStream2 d’être suspendu « indéfiniment » (en réalité temporairement) serait la meilleure et, peut-être même, la seule façon de ramener les Allemands, actuellement en plein délire, à la réalité.

Dixièmement, la Russie pourrait cesser de vendre de l’énergie aux États-Unis. Oui, les États-Unis importent beaucoup d’énergie russe et si les Russes décident d’arrêter cela, l’état déjà clairement « pré-apocalyptique » de l’économie américaine en souffrira encore plus et ce n’est pas comme si les États-Unis pouvaient se tourner vers le Venezuela ou l’Iran pour l’énergie 🙂 Quant à « Biden », il a déjà dû libérer une partie des réserves américaines.

Onzièmement, la Russie pourrait fermer son espace aérien à tous les pays de l’OTAN, je parle ici du trafic aérien civil. La Russie possède l’espace aérien le plus cher de la planète, et si elle le ferme aux transporteurs occidentaux, le chaos qui en résultera dans les airs et au sol sera total. Quant aux coûts des vols contournant la Russie, ils seraient absolument énormes.

Douzièmement, nous savons tous que la Russie a un énorme avantage sur tous les autres pays en matière de défenses aériennes. Si l’on ajoute à cela son avantage en matière de guerre électronique et de systèmes automatisés de gestion des combats, cela signifie que la Russie peut déployer une « coupole électronique » non seulement au-dessus de la Baltique ou de la mer Noire, mais aussi au-dessus de toute l’Ukraine ou des principales régions du Moyen-Orient. Les États-Unis et l’OTAN appellent cela « anti-accès/déni de zone (A2/AD) » et ils sont très inquiets à ce sujet.

Treizièmement, il y a l’action évidente : reconnaître les LDNR comme des États souverains. Il existe un fort soutien en faveur d’une telle démarche, tant en LDNR qu’en Russie. Le Kremlin pourrait le faire sans déplacer un seul soldat ni tirer un seul coup de feu, puis observer ce que les Ukronazis de Kiev feraient à ce sujet. Je pense que les Ukronazis ne feront pas grand-chose, mais s’ils le font, les Russes déclareront simplement une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la LDNR et préviendront que toute attaque contre la LDNR entraînera la destruction de la force attaquante. Si les Ukies persistent, les forces attaquantes seront vaporisées tandis que le reste de l’armée ukie perdra sa cohésion et se disloquera sous l’effet combiné des frappes russes et des capacités A2/AD. Poutine a récemment parlé de régions « non encore reconnues » et il a parlé de « génocide ». Maintenant que nous savons qu’un Kalibr lancé par un sous-marin a une portée de « plus de 1000 km », voyons comment un sous-marin russe peut atteindre l’ensemble des cotes de l’Ukraine depuis le centre de la mer Noire (Odessa serait à moins de 500 km de ce sous-marin) et n’oubliez pas que les Ukrainiens n’ont aucune capacité ASW et ne disposent que des défenses aériennes de l’ère soviétique (qui sont d’ailleurs en très mauvais état). Pour votre information, la flotte de la mer Noire dispose de 6 à 7 SSK, tandis que les défenses côtières russes couvrent l’ensemble de la mer Noire.

https://lesakerfrancophone.fr/wp-content/uploads/2021/12/mer-noire.jpg

 

Quatorzièmement, il est rarement, voire jamais, rapporté en Occident que l’Ukraine a mené des attaques terroristes à la fois en LDNR et même en Russie proprement dite. Jusqu’à présent, la Russie n’a jamais exercé de représailles. Mais vous souvenez-vous de ce qui s’est passé après que les Takfiris ont fait exploser plusieurs bâtiments en Russie ? Sinon, ce qui s’est passé, c’est la deuxième guerre de Tchétchénie et l’anéantissement total des Takfiris en Tchétchénie (ce qui, selon tous les « analystes » occidentaux, était une tâche impossible au départ). Jusqu’à présent, le FSB a réussi à déjouer toutes les attaques ukrainiennes, mais si l’une d’elles réussit, c’en est fini du régime de Kiev.

Quinzièmement, l’Ukraine construit actuellement des bases navales pour l’OTAN à plusieurs endroits, dont une sur la mer d’Azov (c’est le plan que les deux génies Johnson et Ze ont imaginé). Ce plan est censé créer une marine ukrainienne en deux ans. Pouvez-vous imaginer à quel point il serait facile pour la Russie de laisser Johnson et Zelenskii « jouer aux Lego » pendant un petit moment, puis de désactiver tout simplement ces futures bases ?

Je suis certain qu’il existe encore de nombreuses autres options que je n’ai pas envisagées.

La puissance de l’ultimatum russe réside précisément dans le fait que les Russes ont promis de faire « quelque chose » de militaire et/ou militaro-technique, mais n’ont pas précisé ce que ce « quelque chose » pourrait être. Je vous parie qu’en réalité, nous n’avons pas affaire à un seul « quelque chose », mais à une succession de mesures graduelles qui exerceront une pression de plus en plus forte sur les États-Unis et l’OTAN/UE (même si cette dernière n’a pas la moindre importance). N’oubliez pas que si les États-Unis peuvent faire des contre-propositions, ils ne sont pas en mesure de proférer des menaces crédibles, d’où l’asymétrie fondamentale entre les deux parties : Les Russes peuvent proférer des menaces crédibles, tandis que les États-Unis ne peuvent que multiplier les mots, ce à quoi les Russes ont pratiquement cessé de prêter attention.

À partir de maintenant, le jeu est simple : La Russie va progressivement augmenter la « pression et la douleur » et voir comment l’Empire va y faire face. La Chine fera exactement la même chose, car les actions russes et chinoises sont évidemment soigneusement coordonnées.

Mon sentiment est que l’oncle Shmuel laissera les Européens couiner de douleur et ne leur apportera qu’un « soutien moral ferme à nos amis, partenaires et alliés » tout en ne se souciant que d’une seule chose : lui-même. Dès que la douleur commencera à atteindre sérieusement les États-Unis, ces derniers seront contraints de négocier avec la Russie et la Chine.

À ce moment-là, la Russie et la Chine auront gagné.

Quand la Russie va-t-elle augmenter la pression et la douleur ?

Je pense que les premières mesures seront prises rapidement, à moins que les États-Unis ne montrent des signes tangibles de leur volonté non seulement de négocier sérieusement, mais aussi de le faire rapidement. Poutine vient de répéter aujourd’hui qu’aucune tactique dilatoire américaine ne sera acceptable pour la Russie.

Jusqu’à présent, il semble que les États-Unis vont faire une contre-offre à Moscou. S’il s’agit des habituelles conneries sur l’exclusivité des États-Unis, la douleur sera très vite augmentée, au cours des deux prochaines semaines. Si l’administration « Biden » est réellement sérieuse et montre des signes tangibles, vérifiables, que Washington négociera, alors la Russie pourrait attendre un peu plus longtemps, nous parlons d’un mois, peut-être un peu plus. Mais personne en Russie ne parle d’années, ni même de plusieurs mois. L’horloge tourne maintenant et les États-Unis doivent agir très rapidement : avant mars, c’est certain.

Je terminerai sur une note semi-optimiste : « Biden » m’a déjà surpris au moins deux fois et « il » le fera peut-être à nouveau ? De nombreux analystes russes semblent penser que Sullivan est la voix de la raison dans l’administration américaine. Nous savons également que le général Milley n’était pas disposé à prendre le risque d’une attaque préventive chinoise (qui serait un pet dans un ouragan comparé à ce que les Russes pourraient déclencher contre les États-Unis s’ils décidaient de préempter une attaque américaine contre la Russie). Peut-être y a-t-il encore d’autres voix saines d’esprit dans l’État américain (profond ou autre) ? Peut-être les États-Unis feront-ils ce que la Russie a fait et tenteront-ils de donner l’impression de battre en retraite juste pour gagner du temps ? Même cela serait préférable à une guerre totale. D’ailleurs, les Russes sont bien conscients d’une éventuelle stratégie de retardement, d’où leur ultimatum assorti d’une date limite spécifique : « Montrez-nous quelque chose de tangible, pas seulement des platitudes, ou bien nous prendrons des mesures unilatérales ».

Tout président américain sain d’esprit n’essaierait pas de « mettre Poutine au pied du mur ».

Espérons et prions pour que « Biden » ait assez de bon sens pour comprendre cela. Les États-Unis viennent d’annoncer qu’une réponse officielle sera présentée à Moscou vendredi.

Je reste très, très dubitatif, mais l’espoir fait vivre, je suppose.

Andrei

PS : aujourd’hui Poutine a parlé avec Sholtz et Macron, hier avec Johnson.

PPS : Poutine a déclaré aujourd’hui qu’il en avait « marre » de l’Occident : « Et quand le droit international et la Charte de l’ONU interfèrent avec eux, ils déclarent tout cela obsolète et inutile. Et quand quelque chose correspond à leurs intérêts, ils se réfèrent immédiatement aux normes du droit international, à la Charte de l’ONU et aux règles humanitaires internationales. J’en ai marre de ces manipulations « .

PPPS : juste pour vous donner une idée de l’humeur en Russie, le talk-show « 60 minutes » d’aujourd’hui sur la TV russe a présenté non pas un mais DEUX généraux qui sont également des héros russes, dont le général Shamanov, l’homme qui a détruit les Takfiris en Tchétchénie, et qui a déclaré que la Russie « mettra en pièces » tout ennemi imaginable. Quelqu’un pense-t-il que Shamanov bluffe ? J’espère bien que non.

 

IV- la Chine et la Russie exigent des engagements écrits des USA

Alors que les États-Unis sont parvenus à convaincre chacun de leurs alliés de l’Otan de soutenir militairement l’Ukraine en cas de conflit avec la Russie, celle-ci vient de convaincre la Chine de la soutenir en cas de conflit avec l’Ukraine et l’Otan.

C’était l’objet du sommet virtuel entre les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping.

Les stratèges de Washington se sont trompés. Le seul effet de la montée des tensions n’aura pas été de faire céder la Russie, mais de sceller l’alliance militaire entre Moscou et Beijing.

La Russie et la Chine viennent de demander ensemble aux USA des engagements écrits à ne pas étendre l’Otan plus à l’Est, à ne pas stationner d’armes en Ukraine et en Géorgie et à encourager Kiev à mettre en œuvre les accords de Minsk.

 

V- Vladimir Poutine préside le Conseil de Sécurité russe le 17 décembre 2021

"Vladimir Poutine préside le Conseil de Sécurité russe en visioconférence, le 17 décembre 2021. À l’issue de cette réunion, le ministère des Affaires étrangères a publié l’offre russe d’un traité de paix russo-US.

Kremlin

La Fédération Russe a remis aux États-Unis d’Amérique, le 15 décembre, le projet d’un Traité et d’un Accord pour désamorcer la croissante tension entre les deux parties. Les deux documents ont été rendus publics, le 17 décembre, par le Ministère des Affaires étrangères russe [1]. Le projet de traité prévoit, à l’article 1, que chacune des deux parties « n’entreprenne pas d’actions qui aient une incidence sur la sécurité de l’autre partie », et, à l’article 2, qu’elle « cherchera à garantir que toutes les organisations internationales et alliances militaires auxquelles elle participe adhérent aux principes de la Charte des Nations Unies ».

À l’article 3 les deux parties s’engagent à « ne pas utiliser les territoires d’autres États dans le but de préparer ou d’effectuer une attaque armée contre l’autre partie ». L’article 4 prévoit, donc, que « les États-Unis n’établiront pas de bases militaires dans le territoire des États de l’ex-URSS qui ne sont pas membres de l’Otan », et « éviteront l’adhésion d’États de l’ex-URSS à l’Otan, en empêchant une ultérieure expansion à l’Est ». Dans l’article 5 « les parties s’abstiennent de déployer leurs forces armées et leurs armements, y compris dans le cadre d’alliances militaires, dans les aires où ce déploiement peut être perçu par l’autre partie comme une menace à sa propre sécurité nationale ». Ainsi « elles s’abstiennent de faire voler des bombardiers équipés avec des armements nucléaires ou non nucléaires et de déployer des navires de guerre dans les aires, hors de l’espace aérien et des eaux territoriales nationaux, d’où ils puissent attaquer des objectifs dans le territoire de l’autre partie ».

À l’article 6 les deux parties s’engagent à « ne pas utiliser de missiles terrestres à portée intermédiaire ou courte en dehors de leurs territoires nationaux, ni dans les zones de leurs territoires d’où de telles armes puissent attaquer des objectifs sur le territoire de l’autre partie ». L’article 7, enfin, prévoit que « les deux parties s’abstiendront de déployer des armes nucléaires hors de leurs territoires nationaux et ramèneront dans leurs territoires les armes déjà déployées en dehors » et qu’ « elles n’entraîneront pas de personnel militaire et civil de pays non nucléaires à l’utilisation d’armes nucléaires, ni ne conduiront de manœuvres qui prévoit l’usage d’armes nucléaires ».

Le projet d’Accord stipule les procédures de fonctionnement du Traité, fondées sur l’engagement que les deux parties « résoudront toutes les controverses dans leurs relations par des moyens pacifiques » et « utiliseront les mécanismes des consultations et informations bilatérales, y compris des lignes téléphoniques directes pour des contacts d’urgence ». Le ministère des Affaires étrangères russe communique que la partie états-unienne a reçu des explications détaillées sur la logique de l’approche russe et espère que, dans un avenir proche, les États-Unis entament de sérieux entretiens avec la Russie sur cette question critique.

Pour le moment la partie états-unienne se tait. Mais se fait entendre la Voix de l’Amérique, mégaphone multimédia de Washington qui parle dans plus de 40 langues à des centaines de millions de personnes dans le monde entier : elle dit que « de nombreux experts sont préoccupés par cette manœuvre de la Russie, qui veut exploiter l’échec de la négociation comme prétexte pour envahir l’Ukraine ». Pour le moment l’Otan se tait, dans l’attente des ordres de Washington."

 

VI- L’OTAN rejette le principe de toute négociation avec la Russie, le temps de la diplomatie prend donc fin

Stoltenberg, chef de l'OTAN

Alors que les États-Unis avaient un certain temps envisagé une conférence OTAN-Russie, que Peskov déclare sur tous les tons que les rapports entre Biden et Poutine sont respectueux et qu’ils envisagent une rencontre en réel, Stoltenberg rejette cette conférence et Biden oublie ses déclarations passées. Toute négociation concernant un non-élargissement de l’OTAN vers l’Est est catégoriquement exclue, l’on voit à quel point la conversation Poutine-Biden a été fructueuse. Comme le déclare Stoltenberg, « Comment voulez-vous négocier quoi que ce soit dans ce contexte ? ». Le « contexte » est celui de la fameuse « agression russe en Ukraine ». Manifestement, l’OTAN attend la reddition de la Russie pour entamer des « négociations ». L’on ne peut pas faire de la diplomatie, quand votre interlocuteur refuse le dialogue.

L’impasse des relations entre l’OTAN et la Russie n’a rien de surprenant. Le rapport des forces consécutif à la Seconde Guerre mondiale a changé, la Russie n’est pas l’URSS et elle a du mal à défendre son héritage, incompatible avec le cours décidé de l’intégration dans la globalisation économique. Les répétions successives rappelant que la Russie ne veut pas intervenir en Ukraine sont interprétées en Occident comme de la faiblesse et non pas de la sagesse ; le suivisme russe dans la furie covidienne affaiblit le pouvoir à l’intérieur du pays. Dans ce contexte, les tenailles peuvent être resserrées sur le pays, ce qui se passe actuellement, notamment en utilisant l’Ukraine.

Assez étrangement, alors que la Russie n’est objectivement pas en position de pouvoir imposer ses « lignes rouges », par ailleurs manquant de clarté, Poutine a insisté et finalement proposé un accord à Biden concernant l’OTAN, dans lequel celui-ci devait volontairement, de bonne volonté, restreindre sa puissance et accepter, sans très bien savoir pourquoi, de ne pas se développer à l’Est, vers la Géorgie et l’Ukraine. Autrement dit, alors que la tension est extrême en ce moment, la Russie proposait à l’OTAN une pause, un certain équilibre. Le temps passe et manifestement certains oublient ce qui a précédé Yalta et qui l’a rendu possible.

Comme si l’OTAN et le monde globaliste avaient intérêt à s’arrêter dans leur conquête, comme s’ils le pouvaient encore, même si certaines voix restent dubitatives, face à cette fuite en avant de l’autoritarisme globaliste.

Dans une interview donné au journal français le JDD, la France étant la fille aînée de l’Atlantisme, Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, oppose une fin de non-recevoir sans appel à la Russie : alors que la Russie amasse des forces armées aux frontières ukrainiennes, organiser une conférence OTAN – Russie, alors que les diplomates russes n’ont plus mis les pieds à l’OTAN depuis des années, serait un pas en arrière, inacceptable dans « ce contexte ».

Le contexte, très concrètement, concerne le soutien russe aux populations du Donbass et le rattachement de la Crimée. Mais cela n’empêche pas la Russie de devoir être plus transparente dans les mouvements de déplacement de ses troupes sur son territoire, dans l’organisation de manœuvres militaires … L’OTAN accepte donc toutes les concessions que la Russie est prête à prendre pour « améliorer » les relations, mais refuse de prendre le moindre engagement.

L’on peut également interpréter ces déclarations comme un appel de la Russie à accepter la reddition, puisque la restauration de relations « normalisées » avec l’OTAN, in fine, n’aura lieu qu’à cette seule condition. L’OTAN n’acceptant que la soumission, c’est sa vision de la normalité. Concrètement, en filigrane, l’on comprend qu’il s’agit d’un abandon par la Russie des populations du Donbass, d’un abandon de la Crimée. Avant que d’autres exigences ne voient le jour.

Ce jusqu’au boutisme de l’OTAN, soutenu par Biden, n’est pas du goût de tous. Par exemple, le ministre britannique de la Défense a déclaré sa très forte réticence à l’envoi de forces militaires en Ukraine, dans le cas d’une agression russe, puisque l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. Selon lui, il ne faut pas se bercer d’illusions :

« C’est un fait qu’elle n’est pas membre de l’OTAN, il est donc très improbable que quiconque envoie des troupes en Ukraine pour défier la Russie… Nous ne devrions pas faire croire aux gens que nous le ferions ».

Il est urgent pour la stabilité du continent européen, que la Russie ait un discours beaucoup plus ferme et suspende sa recherche de contact, cette course inutile aux négociations, qui ne mènent à rien pour l’instant. Si la fermeté n’est pas l’agressivité, elle doit en revanche permettre de restaurer le respect qui s’impose entre États et qui fait grandement défaut aujourd’hui.

 

Karine Bechet-Golovko

source : http://russiepolitics.blogspot.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents