Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Pour Sergueï Lavrov «Hitler avait aussi du sang juif. »

Publié par medisma sur 7 Mai 2022, 01:26am

Pour Sergueï Lavrov «Hitler avait aussi du sang juif. »

– Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. DR

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a déclenché une tempête diplomatique en déclarant, le 1er mai, sur la chaîne de télévision italienne Mediaset que « Hitler avait lui aussi du sang juif ». Il entendait ainsi récuser l’argument que fait valoir le président ukrainien Volodymyr Zelensky, selon lequel le nazisme ne pouvait être présent dans son pays étant donné qu’il est lui-même juif. Nous proposons à nos lecteurs le texte officiel intégral de cet entretien qui a va faire couler beaucoup de sang et mis en colère l’establishment sioniste en Israël et dans le monde..

 

Mediaset : Après votre déclaration sur la possibilité d’une guerre nucléaire, de la troisième guerre mondiale, le monde entier se demande : y a-t-il un risque réel que cela se produise ?

Sergueï Lavrov : Il semble que par « le monde entier » vous entendez les médias et les politiciens occidentaux. Ce n’est pas la première fois que je constate avec quelle habileté l’Occident déforme les propos des représentants de la Russie. On m’a interrogé sur les menaces qui se multiplient actuellement et sur la réalité du risque d’une troisième guerre mondiale. J’ai répondu littéralement ce qui suit : La Russie n’a jamais cessé ses efforts pour parvenir à des accords qui garantiraient la prévention d’une guerre nucléaire. Ces dernières années, c’est la Russie qui a proposé avec persistance à ses collègues américains de répéter ce que Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan ont fait en 1987 : adopter une déclaration réaffirmant qu’il ne peut y avoir de gagnants dans une guerre nucléaire, et qu’elle ne doit donc jamais être déclenchée.

Nous n’avons pas réussi à convaincre l’administration Trump, car elle avait ses propres idées sur cette question. Toutefois, l’administration Biden a accepté notre proposition. En juin 2021, lors d’une réunion entre le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joseph Biden à Genève, une déclaration a été adoptée sur l’inadmissibilité d’une guerre nucléaire. Permettez-moi d’insister : cela a été fait à notre initiative.

Question : Lors de la visite du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, la ville de Kiev a été frappée par des tirs de missiles. Que diriez-vous en réponse aux médias occidentaux et au président Vladimir Zelensky qui considèrent ces frappes comme une provocation contre l’ONU ?

Sergueï Lavrov : Nous avons donné des avertissements constants. Lorsqu’il a annoncé le lancement de l’opération militaire spéciale, le président Vladimir Poutine a déclaré qu’elle viserait l’infrastructure militaire en Ukraine utilisée pour opprimer les civils dans l’est du pays et créer une menace pour la sécurité de la Russie. Ils savent très bien que nous attaquons des cibles militaires afin de priver les radicaux ukrainiens et le régime de Kiev de la possibilité de recevoir des renforts sous forme d’armes et de munitions.

En revanche, je n’ai pas entendu le président Vladimir Zelensky dire un mot sur une situation qui n’est en rien liée à une usine militaire (quel que soit son nom) ou à toute autre installation militaire. Je veux parler des frappes de missiles Tochka-U au centre de Donetsk ces dernières semaines, ou de la gare civile de Kramatorsk et de plusieurs autres endroits, dont Kherson (avant-hier). La raison de ces frappes était clairement de terroriser les civils et d’empêcher les habitants de ces régions de décider de leur sort. La majorité des habitants de ces régions sont fatigués de l’oppression qu’ils subissent depuis toutes ces années de la part du régime de Kiev, qui devient de plus en plus un outil aux mains des néonazis, des États-Unis et de leurs alliés les plus proches.

Ceux qui sont arrivés au pouvoir après un coup d’État anticonstitutionnel sanglant ont lancé une guerre contre leur propre peuple et contre tout ce qui est russe, interdisant la langue, l’éducation et les médias russes. Ils ont adopté des lois promouvant les théories et les pratiques nazies. Nous les avons mis en garde. Tous nos avertissements ont rencontré un mur de silence. Comme nous le comprenons maintenant, à l’époque, l’Occident dirigé par les États-Unis avait déjà l’intention d’encourager par tous les moyens les dirigeants ukrainiens (Petr Porochenko et Vladimir Zelensky, qui lui a succédé) dans leur volonté de créer des menaces pour la Russie.

Nos avertissements émis en novembre et décembre 2021 sur la nécessité d’arrêter l’expansion irréfléchie de l’OTAN à l’est et de convenir de garanties de sécurité qui ne seront pas liées à l’adhésion de nouveaux pays au bloc militaro-politique ont été rejetés. Je dirais même que la réponse que nous avons reçue n’était pas très polie : « Ce ne sont pas vos affaires », « nous allons étendre l’OTAN comme nous le souhaitons » et « nous ne demanderons pas votre permission. »

Dans le même temps, le régime ukrainien a rassemblé environ 100 000 soldats le long de la ligne de conflit avec le Donbass et a intensifié les frappes violant ainsi les accords de Minsk et le cessez-le-feu. Nous n’avions pas d’autre choix que de reconnaître ces deux républiques, de signer avec elles un accord d’assistance mutuelle et, à leur demande, de les défendre contre les militaristes et les nazis qui fleurissent dans l’Ukraine d’aujourd’hui.

Question : C’est ainsi que vous voyez les choses, alors que Vladimir Zelensky les voit différemment. Il pense que la dénazification n’a aucun sens. Il est juif. Les nazis, Azov – il y en a très peu (quelques milliers). Vladimir Zelensky réfute votre vision de la situation. Pensez-vous que Vladimir Zelensky soit un obstacle à la paix ?

Sergueï Lavrov: Ce que le président Vladimir Zelensky réfute ou ne réfute pas m’importe peu. Il est aussi inconstant que le vent, comme on dit. Il peut changer de position plusieurs fois par jour.

Je l’ai entendu dire qu’ils ne discuteraient même pas de démilitarisation et de dénazification lors des pourparlers de paix. Premièrement, ils torpillent les pourparlers comme ils l’ont fait pour les accords de Minsk pendant huit ans. Deuxièmement, la nazification est là : les militants capturés ainsi que les membres des bataillons Azov et Aidar et d’autres unités portent des croix gammées ou des symboles des bataillons nazis Waffen-SS sur leurs vêtements ou se les font tatouer sur le corps ; ils lisent ouvertement Mein Kampf et en font la promotion. Son argument est le suivant : Comment peut-il y avoir du nazisme en Ukraine s’il est juif ? Je peux me tromper, mais Adolf Hitler avait aussi du sang juif. Cela ne veut absolument rien dire. Les sages juifs disent que les antisémites les plus ardents sont généralement des juifs. « Chaque famille a son mouton noir », comme on dit.

Quant à Azov, des preuves sont publiées aujourd’hui qui confirment que les Américains et surtout les Canadiens ont joué un rôle de premier plan dans la formation des unités ultra-radicales et clairement néo-nazies en Ukraine. Pendant toutes ces années, l’objectif était d’insérer des néo-nazis dans les troupes ukrainiennes régulières. Ainsi, les combattants d’Azov joueraient un rôle de premier plan dans chaque unité (bataillon ou régiment). J’ai lu de tels rapports dans les médias occidentaux. Le fait que le bataillon Azov soit clairement une unité néonazie a été reconnu par l’Occident sans aucune hésitation jusqu’à la situation du début de l’année 2022, lorsqu’ils ont commencé à changer d’avis comme de juste. Le Japon a même présenté récemment ses excuses à Azov pour l’avoir inscrit sur la liste des organisations terroristes il y a quelques années en raison de son idéologie néonazie.

Des journalistes (d’un certain média occidental) ont interviewé Vladimir Zelensky et lui ont demandé ce qu’il pensait d’Azov et des idées qu’il prêche et met en pratique. Il a répondu qu’il existait de nombreux bataillons de ce type et qu’ »ils sont ce qu’ils sont ». Je tiens à souligner que cette phrase – « ils sont ce qu’ils sont » – a été coupée par le journaliste et n’a pas été incluse dans l’interview qui a été diffusée. Cela signifie que le journaliste comprend ce que cette personne dit et pense. Il pense à la façon dont les néo-nazis peuvent être utilisés pour combattre la Russie.

Question : Il y a plusieurs milliers ou peut-être des dizaines de milliers de militants néo-nazis. Leur présence peut-elle excuser la dénazification d’un pays de 40 millions d’habitants ? Il existe des bataillons tels que le Groupe Wagner, qui s’inspirent également des idées néo-nazies, servant avec les troupes russes.

Sergueï Lavrov: Nous avons discuté du Groupe Wagner à plusieurs reprises avec ceux qui sont intéressés par ce sujet. Wagner est une société militaire privée qui n’a rien à voir avec l’État russe. Nous l’avons également expliqué à nos collègues français ; ils ont commencé à être nerveux lorsque le groupe Wagner a convenu avec le gouvernement malien de fournir des services de sécurité. En septembre 2021, mon estimé collègue Jean-Yves Le Drian, ainsi que Josep Borrell, ont déclaré directement que la Russie n’avait rien à faire en Afrique, ni en tant qu’État ni avec des sociétés militaires privées, car l’Afrique est la zone de l’UE et de la France. C’est ce qu’ils m’ont dit presque mot pour mot.

Nous avons également expliqué la situation en Libye, dont les autorités ont invité cette société militaire privée dans la ville de Tobrouk, où se trouve le parlement libyen. L’Italie connaît très bien la situation libyenne. Ils sont là pour des raisons commerciales, comme au Mali. Il n’y a rien de tel en Ukraine, qui compte un grand nombre de mercenaires des pays occidentaux. Je pense que le discours sur la présence du Groupe Wagner en Ukraine n’est qu’une astuce pour détourner l’attention de ce que font nos collègues occidentaux. La situation autour de la confrontation à l’usine Azovstal de Mariupol, ainsi que le désir obstiné, voire hystérique, de Vladimir Zelensky, de son équipe et de leurs mécènes occidentaux d’évacuer toutes ces personnes et de les envoyer en Ukraine peuvent s’expliquer par le fait que de nombreuses personnes sur place confirmeraient la présence de mercenaires et peut-être même d’officiers en exercice des armées occidentales aux côtés des radicaux ukrainiens.

Vous avez demandé si l’élimination de l’influence de quelques dizaines (voire milliers) de nazis vaut la peine de mettre en danger un pays de 40 millions d’habitants. Cette question n’est pas tout à fait correcte. Il s’agit d’une question d’intérêts fondamentaux de la Russie en matière de sécurité. Nous en parlons depuis plusieurs décennies. Bien avant le coup d’État, l’Occident est venu en Ukraine (c’était il y a 20 ans) et a commencé à leur dire qu’à la veille de chaque élection, ils doivent décider de quel côté ils sont : celui de l’Europe ou celui de la Russie. Plus tard, ils ont commencé à encourager les initiatives que les dirigeants ukrainiens ont promues pour être aussi différents que possible de la Fédération de Russie. J’ai mentionné la persécution de la langue russe et des médias russes, la fermeture des chaînes de télévision russophones, l’interdiction de la vente de tout produit imprimé en russe (tant en provenance de Russie que de ceux publiés en Ukraine), l’Église orthodoxe russe, qui est une institution sacrée dans notre État et notre société, et l’adoption de lois visant à promouvoir les théories et les pratiques nazies. Ces lois ne sont pas adoptées pour quelques dizaines de milliers de militants dans les bataillons radicaux, mais pour l’ensemble du pays.

L’Ukraine occidentale a cessé de célébrer la victoire de la Grande Guerre patriotique. C’est arrivé il y a longtemps. Les derniers développements n’ont rien à voir avec cela. Ils ont commencé à détruire les monuments à la mémoire de ceux qui ont libéré l’Ukraine des nazis lorsqu’ils ont commencé à célébrer les anniversaires de ceux qui ont collaboré avec Hitler comme des fêtes nationales (Shukhevich, Bandera et d’autres, les combattants de la Waffen-SS). Ils ont commencé à célébrer comme fête nationale le jour de la création de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, qui a été reconnue coupable de collaboration avec les nazis au tribunal de Nuremberg. Cela ne s’est pas produit au cours des deux ou trois derniers mois, mais a commencé il y a de nombreuses années. Même avant le coup d’État.

Le coup d’État a eu lieu le lendemain du jour où les ministres des affaires étrangères français et polonais ont garanti un règlement pacifique en février 2014. Le lendemain matin, lorsque l’opposition a renversé le gouvernement, déclaré une chasse au président et occupé le bâtiment administratif, nous leur avons demandé pourquoi ils ne pouvaient pas utiliser le pouvoir, l’influence et l’autorité de l’UE pour forcer l’opposition à coopérer. La réponse a été incompréhensible : Viktor Yanukovych avait quitté Kiev. De nombreuses personnes ont quitté leurs capitales. La même année, en 2014, un coup d’État a eu lieu au Yémen. Le président Abdrabbuh Mansur Hadi a également quitté la capitale. La différence était que Viktor Ianoukovitch a quitté Kiev pour une autre ville [en Ukraine], tandis qu’Abdrabbuh Mansur Hadi a fui en Arabie saoudite. Depuis lors et jusqu’à récemment, pendant huit longues années, l’ensemble de l’humanité progressiste dirigée par nos libéraux européens a exigé le retour du président Abdrabbuh Mansur Hadi en tant que dirigeant légitime du Yémen. Mais en Ukraine, lorsque le Président s’est rendu dans une autre ville, il n’y avait plus besoin de faire quoi que ce soit. Nous avons noté que la première déclaration faite par ceux qui ont organisé le coup d’État concernait l’abolition du statut régional de la langue russe. Ils ont appelé des militants armés (également des ultra-radicaux) à prendre d’assaut le Conseil suprême de Crimée. C’est ainsi que tout a commencé. Personne ne veut s’en souvenir maintenant. L’UE a été humiliée par les voyous qui ont pris le pouvoir à Kiev après le coup d’État, tout comme l’UE est aujourd’hui humiliée par son incapacité à faire appliquer sa décision de créer une communauté de municipalités serbes au Kosovo. Avec la médiation de l’UE, Pristina et Belgrade se sont mis d’accord sur ce point en 2013, mais l’UE a montré son incompétence une fois de plus.

Question : Quel est, selon vous, le rôle de l’Italie aujourd’hui ?

Sergueï Lavrov : L’Italie est à l’avant-garde de ceux qui non seulement adoptent des sanctions anti-russes, mais proposent aussi toutes sortes d’initiatives. C’était vraiment étrange pour moi de le voir, mais maintenant nous nous sommes habitués au fait que l’Italie puisse être comme ça. Je pensais que l’Italie et le peuple italien avaient une vision légèrement différente de leur histoire et de la justice dans le monde, qu’ils pouvaient faire la différence entre le noir et le blanc. Je ne veux pas être inexact, mais en tout cas, certaines déclarations d’hommes politiques, sans parler des articles dans les médias, vont au-delà de toute convenance diplomatique et politique et bien au-delà de l’éthique journalistique.

– Manifestation d’Ukrainiens d’extrême droite à Kiev en 2015, avec la bannière du nationaliste ukrainien Stepan Bandera, qui a collaboré avec les nazis et qui est aujourd’hui réhabilité comme « héros national » par le régime ukrainien. DR

 

Question : Pouvez-vous nous dire à quoi et à qui vous faites référence ?

Sergueï Lavrov : Notre ambassade nous a envoyé de tels documents et a même intenté un procès parce qu’il y avait une violation de la loi italienne. Je ne veux pas entrer dans les détails maintenant ou répéter les choses désagréables qui sont discutées. En tout cas, je ne l’associe pas au peuple italien, pour lequel j’ai les sentiments les plus chaleureux.

Question : Parlons du rôle des États-Unis. Joe Biden continue à soutenir ouvertement l’Ukraine, à lui fournir de l’argent et des armes ; il dit qu’il y a un agresseur et que l’Ukraine est attaquée.

Sergueï Lavrov : J’ai lu beaucoup de choses dans les médias américains et européens sur les liens entre la famille de Joe Biden et l’Ukraine, donc son attention à la situation actuelle n’est pas une surprise. Toutefois, outre son intérêt personnel, je ne peux exclure qu’il s’agisse également du fait que Washington est conscient de l’échec de sa stratégie à long terme visant à faire de l’Ukraine une véritable menace pour la Fédération de Russie et à faire en sorte que l’Ukraine et la Russie ne soient pas unies et que leurs relations ne soient pas amicales.

En fait, il ne s’agit pas seulement de Joe Biden. Lorsque l’Union soviétique a éclaté, l’ensemble de l’élite américaine a été guidée par « l’héritage » de Zbigniew Brzezinski, qui a déclaré que la Russie sans l’Ukraine n’était qu’une puissance régionale, rien de sérieux. C’est cette logique qui les a guidés lorsqu’ils ont approvisionné l’Ukraine en armes offensives, en encourageant sa militarisation avec une orientation clairement anti-russe par tous les moyens possibles, et en l’entraînant dans des dizaines d’exercices militaires annuels sous les auspices de l’OTAN. Nombre de ces exercices ont eu lieu en Ukraine. Dans 90 % des cas, ils étaient dirigés contre la Russie. Nous pouvons également constater aujourd’hui que les États-Unis veulent mener à bien leur projet « anti-Russie » (comme l’a dit le président Vladimir Poutine). Nous entendons de plus en plus de déclarations selon lesquelles « la Russie doit être vaincue », « nous devons vaincre la Russie », « l’Ukraine doit gagner » et « la Russie doit perdre ».

Nous avons accepté les pourparlers à la demande de Vladimir Zelensky, et ils ont commencé à prendre de l’ampleur. En mars, des accords ont été esquissés lors d’une réunion des négociateurs à Istanbul, sur la base des déclarations publiques de Vladimir Zelensky. Il a déclaré que l’Ukraine était prête à devenir un pays neutre, sans bloc et sans armes nucléaires, à condition qu’on lui fournisse des garanties de sécurité. Nous étions prêts à travailler sur cette base, étant entendu que l’accord prévoirait que les garanties de sécurité ne s’appliquent pas à la Crimée et au Donbass, comme les Ukrainiens l’avaient eux-mêmes suggéré. Immédiatement après cette proposition, qu’ils ont signée et nous ont remise, ils ont changé de position. Ils essaient maintenant de mener des pourparlers d’une manière différente. En particulier, ils veulent d’abord recevoir des garanties de sécurité de la part de l’Occident, alors qu’au départ, ces garanties auraient dû être convenues par tous ensemble, y compris la Russie.

Lorsque Vladimir Zelensky a déclaré qu’il était prêt à accorder à l’Ukraine un statut neutre de non-bloc, il a fait un sérieux pas en avant, que nous avons salué. Toutefois, par la suite, ses ministres et le président du Parlement ukrainien ont commencé à dire qu’ils devraient recevoir des garanties de sécurité, mais que l’objectif d’adhérer à l’OTAN (comme le stipule leur constitution) resterait inchangé. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et les Britanniques ont commencé à dire que si les Ukrainiens veulent préserver cet objectif, ils ont le droit de le faire. C’est de cela que je parle.

Maintenant, même l’OTAN ne convient pas aux Américains. Ils n’ont pas tenu leurs dernières réunions dans le cadre de l’OTAN (une réunion sur le soutien à l’Ukraine), mais ont simplement réuni des délégations, car les décisions de l’OTAN sont prises par consensus, et ils ont besoin de décider de toutes les questions rapidement et seuls.

Question : Peut-être que leur comportement a été affecté par ce qui s’est passé à Mariupol et à Buca. Dans les deux cas, vous avez parlé d’une mise en scène, d’une performance. Mais, par exemple, il y a quelques jours, CNN a diffusé une vidéo enregistrée par un drone le 13 mars, qui montre qu’il y avait des troupes russes dans ces rues avec les corps. Cela aurait-il pu provoquer un changement dans leur approche ? Où est la vérité concernant ces crimes de guerre ?

Sergueï Lavrov : Il n’y a qu’une seule vérité ici. Le 30 mars, les troupes russes ont quitté Buca. Le jour suivant, le 31 mars, le maire de Buca, Anatoly Fedoruk, a proclamé la victoire devant les caméras de télévision en disant que la ville avait retrouvé une vie normale. Ce n’est que trois jours plus tard qu’ils ont commencé à montrer des photographies de ces corps. Je ne veux même pas entrer dans les détails, car c’est si manifestement faux que n’importe quel observateur sérieux peut le voir au premier coup d’œil.

Je ne sais pas ce qui a affecté les États-Unis. Lorsque les États-Unis déclarent solennellement et dramatiquement qu’il est impossible de supporter « tout cela », personne ne se souvient comment ils ont décidé qu’il y avait une menace pour leur sécurité à 10 000 kilomètres de leurs frontières : en Irak, en Afghanistan, en Libye ou en Yougoslavie en 1999. Personne ne doute que les États-Unis ont le droit de neutraliser ces menaces inventées (comme en Irak, où elles se sont avérées fausses) comme bon leur semble.

Nous avons averti à de nombreuses reprises au fil des ans qu’ils représentaient une menace pour les frontières russes, qu’il s’agissait d’une ligne rouge ; nous le répétons depuis de nombreuses années. Ils ont simplement acquiescé. Mais maintenant, je crois qu’ils ont pensé que le monde ne devait écouter que les États-Unis, parce que l’OTAN et l’ensemble de l’Union européenne ont accepté que leur maître siège à Washington. Et Washington a décidé que le monde devait être unipolaire. Si vous lisez les déclarations de leur secrétaire au Trésor, par exemple, ils le disent directement.

Question : Il y a quelques jours, votre ministère a publié une photo de votre prédécesseur, Andrey Gromyko, rencontrant le pape Paul VI. S’agit-il d’un appel au pape François pour qu’il joue le rôle de médiateur ?

Sergueï Lavrov : Je pense qu’il s’agissait simplement de l’anniversaire de leur rencontre. Le ministère des Affaires étrangères publie des photos d’événements d’il y a 20, 30 ou 40 ans sur ses comptes de médias sociaux.

Question : Qui peut apporter la paix ? Existe-t-il une telle personne, un tel institut ou un tel pays ? Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président français Emmanuel Macron et le premier ministre italien Mario Draghi ont essayé. Qui peut faire démarrer un processus de paix qui aboutira à la signature d’un traité entre la Russie, l’Occident et l’Ukraine ?

Sergueï Lavrov : C’est une bonne question, mais elle aurait dû être posée depuis longtemps. Tous les problèmes auraient pu être résolus pacifiquement par Petr Porochenko qui a été élu en 2014 sous le slogan « Paix dans le Donbass. » Puis il a déclenché la guerre. Le problème aurait pu être résolu par Vladimir Zelensky. Pendant sa campagne électorale, il s’est présenté comme le « président de la paix ». En décembre 2019, il a promis de respecter les accords de Minsk et d’adopter une loi accordant un statut spécial au Donbass au sein de l’intégrité territoriale ininterrompue de l’Ukraine. Il avait toutes les chances. Toutes les cartes et même les atouts étaient entre ses mains.

Vladimir Zelensky a choisi de dire publiquement et avec arrogance qu’il ne respectera jamais les accords de Minsk, car cela signifierait la chute de la nation et de l’État ukrainiens. Tous ceux qui ont rédigé et approuvé les accords de Minsk au Conseil de sécurité de l’ONU ont gardé le silence. Ils ont dit qu’il pouvait arrêter de les appliquer s’il le voulait, mais que la Russie devait continuer à le faire. C’est lui qui aurait pu apporter la paix.

Vladimir Zelensky peut également apporter la paix maintenant s’il cesse de donner des ordres illégaux à ses bataillons néonazis et les oblige à libérer tous les civils et à cesser de résister.

Sergueï Lavrov : Nous n’exigeons pas qu’il se rende. Nous exigeons qu’il donne l’ordre de libérer tous les civils et d’arrêter de résister. Notre objectif n’inclut pas le changement de régime en Ukraine. C’est la spécialité des États-Unis. Ils le font partout dans le monde.

Nous voulons assurer la sécurité des personnes dans l’est de l’Ukraine, afin qu’elles ne soient pas menacées par la militarisation et la nazification et qu’aucune menace contre la Fédération de Russie n’émane du territoire ukrainien.

– Des militaires en costumes d’époque prennent part à une parade pour célébrer la défaite nazie de 1945, le 24 juin 2020 à Moscou. Pour le 9 mai 2022, dit Sergueï Lavrov, « Nous observerons solennellement le 9 mai, comme nous le faisons toujours. Nous nous souviendrons de tous ceux qui sont morts pour libérer la Russie et les autres anciennes républiques de l’URSS, pour libérer l’Europe du fléau nazi. »

Question : L’Italie s’inquiète de la suspension des livraisons de gaz par la Russie. Que se passe-t-il ?

Sergueï Lavrov : Une chose simple dont tous les détracteurs de nos actions et tous ceux qui nous condamnent ces jours-ci ne veulent pas parler pour une raison quelconque. De l’argent nous a été volé (plus de 300 milliards de dollars). Tout simplement volé. Une grande partie de cette somme correspondait au paiement de fournitures de gaz et de pétrole. Cela n’a été possible que parce que Gazprom devait garder l’argent sur des comptes dans des banques occidentales (selon vos règles). Ils voulaient punir la Russie, alors ils l’ont volé.

Maintenant, ils suggèrent que nous continuions à commercer comme avant, et l’argent reste sur leurs comptes. Ils le voleront à nouveau quand ils le voudront. Voilà la raison. D’une manière ou d’une autre, personne n’en parle. Qu’est-il arrivé au journalisme honnête ?

Ce que nous proposons maintenant, c’est que les fournitures soient considérées comme payées non pas lorsque Gazprombank reçoit des euros ou des dollars, mais lorsqu’elles sont converties en roubles, qui ne peuvent pas être volés. C’est toute l’histoire. Nos partenaires le savent très bien. Notez que rien ne change pour les acheteurs. Ils paient toujours les sommes prévues dans le contrat en euros et en dollars. C’est ensuite converti.

Nous n’avons pas le droit de laisser tomber notre propre peuple et de permettre à l’Occident de continuer à voler.

 

Question : Il y a beaucoup de spéculations en Occident sur la santé du président Vladimir Poutine.

Sergueï Lavrov: Demandez aux dirigeants étrangers qui se sont entretenus récemment avec le président Poutine, y compris le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Je pense que vous verrez ce que je veux dire.

 

Question : Le 9 mai approche. Vous allez célébrer la libération du nazisme en 1945. Moscou organise un défilé. Que se passera-t-il à cette date ? La fin de la « guerre » est-elle proche ?

Sergueï Lavrov : Il y avait une tradition en Union soviétique, celle de faire quelque chose de grand et de fort pour une fête quelconque. Nos actions en Ukraine sont axées uniquement sur les objectifs que j’ai mentionnés. Ils ont été énoncés par le président russe Vladimir Poutine : protéger les civils et assurer leur sécurité, et neutraliser les menaces pour eux et pour la Russie liées aux armes offensives et à la nazification, que l’Occident s’efforce de minimiser.

J’ai vu des reportages sur NBC et lu le magazine américain National Interest. Des articles sérieux commencent à y apparaître, mettant en garde et prévenant contre le fait de flirter avec les nazis comme en 1935-1938.

 

Question : Le conflit prendra-t-il fin le 9 mai ? Y a-t-il des raisons de l’espérer ?

Sergueï Lavrov : Nos militaires ne vont pas artificiellement caler leurs actions sur une date quelconque, y compris le jour de la Victoire.

Nous observerons solennellement le 9 mai, comme nous le faisons toujours. Nous nous souviendrons de tous ceux qui sont morts pour libérer la Russie et les autres anciennes républiques de l’URSS, pour libérer l’Europe du fléau nazi.

Le rythme de l’opération en Ukraine dépend avant tout de la nécessité de minimiser les risques pour les civils et le personnel militaire russe.

 

Publié par: Sergueï Lavrov et Mediasetle

Ministère des affaires étrangères

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents