Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Apprendre tout simplement à innover.......

Publié par medisma sur 25 Septembre 2007, 16:37pm

Catégories : #lintegral

    UNE SIMPLE IDEE INNOVANTE ……..

 

 Lintegral vous présente cette interview relative au parcours de deux jeunes créateurs : 

 

 

 

eau-eco.jpgWilly Rodhmann, 34 ans, et son associé Loïc Gouzien, ont eu une idée simple en regardant la pluie tomber : recycler cette eau pour la réutiliser au quotidien. Le succès de leur entreprise de fabrication de citernes, créée il y a un an et demi sous la dénomination Skywater, ne se dément pas.          

 

 

Quel est le concept de votre entreprise ?

W.R. : On fabrique des citernes qui récupèrent et traitent l’eau de pluie des toitures pour la réutiliser dans l’industrie et les collectivités, pour des usages non alimentaires et non corporels. Cette eau peut servir pour les toilettes, dans les blanchisseries, les papeteries ou toutes les industries qui ont une grosse consommation d’eau. Cela permet, d’une part, de réduire ses factures d’eau et, d’autre part, de préserver les nappes phréatiques dangereusement basses en ce moment. Comme nous avons une ambition nationale, nous montons un réseau de concessionnaires qui vendent notre produit.

Comment avez-vous eu l’idée ?

W.R. : En regardant la pluie tomber… Plus sérieusement, avec mon associé, on voyait nos factures d’eau augmenter, et, un jour, alors qu’on était sur la terrasse, il y a eu un gros orage. On a vu sous nos yeux un seau se remplir en quelques secondes. De là est née l’idée : recycler l’eau de pluie plutôt que la laisser se gaspiller. On a réalisé une étude de marché, un business plan, et c’était parti.

Quels ont été vos premiers clients ?

W.R. : Des collectivités comme des salles polyvalentes, des industriels, des transporteurs… On s’apprête à signer avec une grande chaîne nationale d’hypermarchés pour alimenter l’eau de leurs toilettes, et on a un gros projet avec des portiques de lavage.

 

Comment vous êtes-vous financé ?

W.R. : On a fait un apport personnel avec mon associé de 30 000 euros et on a emprunté 20 000 euros auprès d’une banque.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

W.R. : Pour le financement, on n’a pas eu de problème. On est allé voir la banque avec un business plan qui faisait 50 pages recto verso et une idée originale. Elle a vite compris qu’on était sérieux. Pour le fonctionnement, on avait prévu de souffrir pendant trois ans. On a commencé à travailler pour la région de Reims, alors qu’on a des ambitions nationales, mais on a dû faire naître le marché. Aujourd’hui, on signe pleins de contrats. On n’aura finalement souffert que la première année.

web-480.jpgQuels sont projets de développement ?

W.R. : Multiplier par quatre le nombre de nos concessionnaires français d’ici à la fin de l’année. On en a cinq aujourd’hui, on table sur vingt en 2005 et quarante-cinq en 2006. J’ai 180 demandes d’ouverture de concessions qui affluent de toute la France, mais on veut maîtriser notre progression et y aller petit à petit. S’attaquer au marché des particuliers viendra dans un second temps. Je prends l’exemple de Kärcher : au début, ils ont commencé à vendre leur nettoyeur haute pression aux industriels. Et puis, les utilisateurs se sont dit : « Ce serait bien si j’avais ça chez moi ». Et c’est comme ça qu’ils ont conquis le marché des particuliers.

Quel conseil donneriez-vous à un jeune créateur d’entreprise ?

W.R. : Il faut garder la tête froide lorsque son produit a du succès et ne pas tomber dans le piège de la règle du 80/20. C’est-à-dire 80 % de premiers rendez-vous pour 20 % de résultats. Un premier contact avec un client potentiel, c’est bien, mais ce n’est qu’au bout du deuxième ou du troisième rendez-vous qu’on signe un contrat. Il ne faut pas hésiter à mettre de côté certains premiers rendez-vous. Si vous signez des contrats et que vous avez du succès, les clients reviendront vous voir.
                                                                                                                                                                source : Entreprise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents