Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Ecoles et universités françaises au bas du classement mondial !

Publié par medisma sur 13 Décembre 2007, 23:19pm

Catégories : #lintegral

 

Top 500 du Classement mondial 2007 de l’université de Shanghai

 

130304.gif

 

 

Rang national

Université ou Ecole

Rang européen

Rang mondial

1

Université Paris VI

6

39

2

Université Paris XI

10

52

3

Ecole Normale Supérieure

26

83

4

Université Strasbourg I

33

99

5

Université Paris VII

35-56

102

6

Université Grenoble I

57

151

6

Université Paris V

57 ex aequo

151 ex aequo

8

Ecole Polytechnique

81

203

8 ex aequo

Université Lyon I

81 ex aequo

203 ex aequo

8 ex aequo

Université Méditerranée

81 ex aequo

203 ex aequo

8 ex aequo

Université Montpellier II

81 ex aequo

203 ex aequo

8 ex aequo

Université Toulouse III

81 ex aequo

203 ex aequo

13

Ecole nationale supérieur des Mines - Paris

124

305

13 ex aequo

Université Aix Marseille I

124 ex aequo

305 ex aequo

13 ex aequo

Université Bordeaux I

124 ex aequo

305 ex aequo

13 ex aequo

Université Nancy I

124 ex aequo

305 ex aequo

13 ex aequo

Université Paris IX

124 ex aequo

305 ex aequo

18

Ecole Normale Supérieure Lyon

172

402

18 ex aequo

Université Bordeaux II

172 ex aequo

402 ex aequo

18 ex aequo

Université Lille I

172 ex aequo

402 ex aequo

18 ex aequo

Université Nice

172 ex aequo

402 ex aequo

18 ex aequo

Université Rennes I

172 ex aequo

402 ex aequo

Source : Classement de Shanghaï / 2007


Les principaux changements par rapport au classement 2006

harvard.jpgQuelles sont les universités qui gagnent des points, en 2007, par rapport à l'année dernière ? En premier lieu, Paris V, qui passe de la tranche 201-300e rang mondial à celle des rangs 151 à 202. Ce qui lui permet notamment de dépasser Polytechnique. De même, l'Université Aix Marseille I passe de la tranche 401-500e à 205-401e.

D'autre part, les universités de Rennes I et Lille I font leur apparition dans le classement.

En revanche, l'ESPCI Paris (Ecole supérieure de Physique et de Chimie industrielle de Paris) qui, en 2006, était dans la tranche 301-400e, ne fait plus partie des 500 meilleures universités du monde cette année.
Quant aux écoles considérées comme « prestigieuses » telles que Centrale, Ponts et Chaussées ou Supelec, elles n’ont jamais pu figurer parmi les 500 meilleures écoles et universités du monde. Quel gâchis ! 
 
   

12502221.jpgLes écoles et universités françaises restent donc à la traîne du classement mondial des 500 meilleurs établissements d'enseignement supérieur publié par les chercheurs de l'université de Shanghai.

   La France, qui consacre moins de 2,5% de son PIB à la recherche, a encore du pain sur la planche si elle veut se hisser au hit parade des meilleurs mondiaux.

   Les trois premières universités de ce top 500 restent américaines : Harvard, Stanford et Berkeley. Et ces établissements se taillent la part du lion en occupant 17 des 20 premières places. L'université britannique Cambridge arrive en quatrième position et la première européenne, tandis que sa compatriote Oxford occupe le dixième rang. Ce sont les deux seuls établissements européens à faire partie du top 20. En tête des universités françaises, Paris VI, est à la trente-neuvième place seulement.  Ce rang, bien que modeste, marque une réelle amélioration, puisque l'établissement gagne six places par rapport au classement 2006.   

    Sur les cinquante premières universités, trente-sept sont américaines, cinq britanniques, deux canadiennes, deux japonaises, une suisse, une néerlandaise, une suédoise et enfin une française. 

francais.gif Les quatre critères d’évaluation retenus par l’Université de Changhai sont : la qualité de l’éducation, celle du personnel enseignant, l’impact de la recherche et, enfin, la taille de l’institution évaluée. 

L’image relativement médiocre des universités et écoles françaises au niveau international  a été par ailleurs mis en exergue dans le récent rapport de l’OCDE ‘Regards sur l’éducation’. En effet, le rapport pointe du doigt la trop faible part d’investissements dans les établissements de l’Hexagone. La réflexion sur le modèle universitaire français doit impérativement être poursuivie.

La France est également mal classée dans d'autres palmarès.  Elle est absente du top 100 de Webometric, qui mesure la puissance sur le web des universités mondiales.

                    Et  l'on continue à chanter cocorico..... !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents