Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Nanoscience 2008 : Ses avancées, ses difficultés !

Publié par medisma sur 22 Avril 2008, 22:48pm

Catégories : #lintegral

 
        La nanotechnologie consiste à tirer profit des caractéristiques de la matière à très petite échelle, que ce soit en la découpant en fragments minuscules ou en l’assemblant atome par atome.

    Théoriquement, les applications de la Nano sont multiples, allant du traitement du cancer à une foule de nouveaux médicaments, en passant par des panneaux solaires plus performants, des ordinateurs plus puissants, des matériaux solides et légers qui rendraient les transports moins énergivores, etc.
     Selon la firme américaine Global Industry Analysts, le marché pour les produits directement ou indirectement liés aux nanos atteindra 2800 milliards $ en 2015 et créera des millions d’emplois.

    Cette nouvelle discipline exige un équipement de pointe coûteux, la possibilité d’attirer de bons chercheurs en nanoscience et compétitifs au niveau mondial et la volonté des entreprises nationales de grande envergure de s’y impliquer.

   Et rares sont ces industries ou investisseurs qui voudraient investir dans la recherche. Pourtant, ils devraient se sentir directement interpellés par les nouvelles découvertes nano dans de nombreux domaines.
  Seuls les pays anglo-saxons s’y impliquent vraiment : A d’autres, une recherche balbutiante encore tatillonne et au reste, une simple configuration voire un tapage  médiatique pour faire bonne figure.

     Les propriétés extraordinaires de l'infiniment petit

« A priori, on serait tenté de croire qu’il n’y a aucune différence fondamentale entre, par exemple, un morceau de métal d’un centimètre de diamètre et un autre morceau de métal un million de fois plus petit. Peu importe la taille des fragments que l’on découpe, le fer restera toujours du fer, n’est-ce pas? Alors pourquoi les nanos seraient-ils si différents»?

 « Eh bien justement parce qu’à très petite échelle (moins de 100 nanomètres environ), la matière adopte des comportements qui peuvent sembler a priori aberrants. Personne, par exemple, ne s’attendrait à ce que la couleur d’une fourchette en métal change selon sa taille. Même si on la découpait en morceaux aussi petits que nos yeux puissent discerner. Mais à l’échelle nanométrique, un même matériau peut changer de couleur si on le fractionne en granules suffisamment petits. Cela peut paraître étrange, mais c’est pourtant la réalité.
    Dans l’infiniment minuscule, d’autres caractéristiques de la matière que l’on croirait «coulées dans le béton» peuvent changer, comme la température de fusion, la conductivité, etc. Ce sont ces propriétés étonnantes que la nanoscience étudie et que la nanotechnologie met à profit.
     On aurait tort cependant, de croire qu’une «nanorévolution» est à nos portes. Bien qu’on recense actuellement environ 300 produits liés aux nanotechnologies sur le marché mondial, notre compréhension du phénomène est encore embryonnaire. Et il faudra attendre encore quelques décennies avant que les nanos prennent leur envol.
     Il reste cependant un énorme travail à faire pour établir la réalité sur la toxicité des nouvelles particules. Il ne sert à rien de connaître le danger ou l’innocuité d’un produit si ses caractéristiques changent selon la forme et la taille qu’on lui donne.
   On sait depuis longtemps, par exemple, que l’amiante cause des maladies pulmonaires lorsqu’elle se présente en longues fibres; mais si l’on coupe ces filaments en bout plus petits, les dangers sont nettement diminués, illustrait récemment la revue Nature. »
         Bien entendu, l’inverse est aussi possible… 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents