Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Société Générale : révélations surprises, actionnaires atterrés, ambiance morose et démenti cinglant

Publié par medisma sur 25 Juillet 2008, 21:30pm

Catégories : #lintegral

                                                                                  1- coups de massue

         Un coup de massue est asséné à la Société Générale par  Financial Times, l’un des quotidiens financiers des plus prestigieux et des plus crédibles.

         Il vient de révéler en ce début d’été que la Soc Gen savait que JK réalisait des opérations fictives plusieurs mois avant le débouclage de ses positions par la banque. Exactement depuis avril 2007 !

         La banque de la Défense, qui affirmait à cor et à cri qu’elle ignorait tout de l’activité du trader, est à présent démentie sans ménagement par cette révélation et ne sait aujourd’hui sur quel pied danser.

        Comme si cela ne suffisait pas, Daniel Bouton vient de reconnaître pour la première fois les défaillances du système de contrôle de l’Institution en parlant de son exploitation par Jérôme Kerviel…. Et pourtant ce président était si fier de sa ‘plateforme Sécurité’ qu’il considérait comme l’une des plus performantes qui existent….    

2- Des actionnaires complètement atterrés

     Ils sont en effet révoltés et atterrés à la fois. Une cinquantaine d’entre eux, par la voix de leur avocat s’insurgent : « Comment la Soc Gen, si impitoyable avec leurs clients au moindre découvert de quelques euros, a-t-elle pu être aussi laxiste et défaillante dans ses contrôles. En réalité, c’est toute la gouvernance de la SG qui est mise en question dans ce dossier. »

      Et ces propriétaires d’une part du capital d’estimer que la banque est « largement responsable de cette gigantesque perte par son manque de vigilance…Et ce sont les dirigeants qui auraient dû quitter la banque ».

       Ils ont déjà fait éclater leur colère en mai dernier lors de l’assemblée générale. Plusieurs d’entre eux avaient accusé Daniel Bouton d’avoir transformé la banque française en « casino », n’admettant nullement à l’époque la chute vertigineuse de leur action de 140 Euros à moins de 60 Euros.

        « On a emprisonné JK (durant 38 jours) alors que ce sont les dirigeants qui auraient dû quitter la banque », s’était exclamé un actionnaire sous de vifs applaudissements.

 

3- Une ambiance morose au sein de l’institution

    Avec les pertes dues aux subprimes de l’ordre de 3 milliards d’Euros et celles résultant du débouclage des positions de JK s’élevant à 6,4 milliards d’Euros, avec le flot de licenciements auxquels a procédé la banque et les changements non appréciés effectués au sein de la Direction, avec la révolte d’un certain nombre d’actionnaires et les rebondissements successifs dans l’affaire, avec les deux rapports de l’Inspection générale dévoilant un certain nombre de failles et de fautes commises par la hiérarchie, avec le climat de méfiance et de suspicion résultant de la révélation de la « fraude » et de sa médiatisation, avec le blâme et l’amende de 4 millions d’Euros infligés à la SG par la Commision bancaire pour infraction à la réglementation bancaire en matière de contrôle des risques, avec l’abandon de deux chefs d’accusation à l’encontre de JK par les juges, à savoir la ‘tentative d’escroquerie et la circonstance aggravante d’abus de confiance’,

  les salariés de la banque baignent désormais dans la déprime. Ils ont d’ailleurs boudé majoritairement l’augmentation de capital en leur faveur : Plus de la moitié des employés s’est désintéressée de ce dispositif annuel qui leur offre la possibilité de souscrire des actions de la banque à un prix inférieur de 20% au cours de l’époque de la souscription (15 avril-6 mai).

  

 4- Et les experts de démentir les propos de la gouvernance

    Contrairement aux déclarations tonitruantes et infondées de la Soc Gen , JK n’est ni fou, ni terroriste, ni doté d’une « instabilité émotionnelle », ni cherchant à détruire la banque, ni pyromane dangereux comme le qualifiait Daniel Bouton.

    Les résultats officiels de l’expertise réclamée par les juges le définissent comme une personnalité adulte équilibrée, d’une intelligence supérieure à la moyenne, ayant une conscience pleine et entière de ses actes.

  Un démenti cinglant à la Soc Gen !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents