Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Dubai, l'extravagante, broie désormais du noir...

Publié par medisma sur 22 Février 2009, 01:44am

Catégories : #lintegral

Les premiers effets de la crise ont commencé à se faire sentir à Dubaï. Pourtant, il ya à peine quelques mois, cette ville de tous les excès fut le théâtre de la "party" la plus extravagante de l'année pour l'inauguration d'un nouvel hôtel sur une île artificielle en forme de palmier.

 Plus de 2.000 célébrités venues du monde entier, surtout des Etats-Unis, dont Oprah Winfrey, Charlize Theron et Quincy Jones, ont  assisté à cette soirée, décrite par un quotidien local comme "la party de la décennie". Le point d'orgue a été un feu d'artifice géant "sept fois plus grand que celui de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques" de Pékin et "visible de l'espace"! La facture ? Vingt millions de dollars, selon l'homme qui a organisé cette petite fête, Sol Kerzner, le magnat sud-africain de l'hôtellerie.

"Nous avons construit quelque chose d’extraordinaire. Il faut que nous le disions au monde", a-t-il déclaré dans une interview à l'AFP à propos de sa dernière oeuvre, "Atlantis, The Palm", un hôtel de grand luxe bâti dans le cadre d'une joint-venture avec la société de Dubaï Nakheel et qui a coûté 1,5 milliard de dollars. 

A Dubaï comme dans le reste du Golfe, la majorité des touristes venait d'Europe, notamment de la Grande-Bretagne , des pays durement frappés par la crise, ce qui risque d'avoir des répercussions directes pour l'Atlantis. 

Mais le reve commence à prendre fin et les chimères avec…L’émirat est à présent plongé dans une crise financière sans précédent.

Ce que note d'ailleurs le correspondant du Monde à Londres dans un article à paraître demain 22 février, où il annonce que  Dubai, ce pays de la démesure, est appelé à «  rembourser 15 milliards de dollars d'ici à la fin de l'année, à un consortium de banques internationales. Et ces dernières ont refusé toute ouverture de nouvelles lignes de crédit, à l'instar des établissements ayant participé au sauvetage récent de Borse Dubaï, la Bourse locale, incapable de servir sa dette.

Autre signe de défiance, la baisse, par l'agence Moody's, de la note financière de toutes les sociétés nationales de l'émirat ne manquera pas de renchérir leurs emprunts.

A l'exemple des banques, des bureaux de conseil ou des entreprises de transport, les sociétés de services, qui avaient gonflé démesurément leurs effectifs lors du boom de ces six dernières années, taillent drastiquement dans leurs effectifs. 

Quant à l'immobilier résidentiel, il a chuté de 30 % au cours des deux derniers mois. Scénario impensable il y a peu : d'ambitieux projets urbanistiques ont été arrêtés ou reportés sine die, faute de liquidités : un réseau de canaux, la tour Nakheel, prévue pour être la plus haute au monde, un immense centre commercial.

La crise de l'immobilier a entraîné dans son sillage le système bancaire local fortement exposé "à la pierre".

Fondés sur l'endettement et la prise de risque, les promoteurs immobiliers du cru, Emaar et Nakheel, sociétés parapubliques, chancellent. Autres pôles de développement, la distribution, l'hôtellerie et le secteur portuaire broient du noir. »

Dubai l’extravagante, à présent chancelante,  s’achemine à pas forcés vers des lendemains qui déchantent ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents