Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Les Master ou le diplôme sujet à débat

Publié par medisma sur 22 Septembre 2009, 21:20pm

Catégories : #lintegral

A la demande de Valérie Pecresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Jean-Michel Jolion, professeur et chef de mission à l’université de Lyon, a rédigé et remis un rapport sur l’évolution du cursus Master. Premières conclusions : le cursus de deux ans doit être réformé s’il souhaite se populariser. Et pour cela, Jean-Michel Jolion propose quelques solutions parfois difficiles à accepter pour le monde universitaire.

Qui n’a jamais critiqué la réforme lève le doigt ! Instaurée en 2002, cette réforme sur les diplômes universitaires a essayé d’harmoniser l’ensemble de l’enseignement supérieur européen. Les mêmes grades ont été attitrés à toutes les facultés européennes. La Licence (Bac+3), le Master (bac+5) et le doctorat (Bac+8) sont venus bouleverser les anciens Deug et autres Maîtrises. Et c’est le diplôme de Master qui est surtout sujet à controverses. Ces deux années d’études ont remplacé dans le texte les ex DEA et DESS. Mais pour Jean-Michel Jolion, les difficultés liées au Master se multiplient et la qualité de ces deux années d’études se détériore. Le rapport prévoit de gommer et réparer ces désagréments.

Fusion des Masters Pro et Recherche

La première mesure phare que préconise le rapport est la fin de la distinction entre Master professionnel et Master Recherche. Le but de cette décision est d’uniformiser l’ex DEA (équivalent du Master Recherche) et l’ex DESS (Master pro) pour aboutir à deux années d’études où la recherche deviendra une finalité professionnelle. « Il ne s’agit pas bien sur de militer pour une formation unique mais bien de construire des formations sur 2 ans qui permettent aux étudiants qui souhaitent poursuivre en thèse de connaître les enjeux socio-économiques de leur domaine et à ceux qui souhaitent s’intégrer en dehors du secteur de la recherche d’avoir été sensibilisé aux enjeux et questionnements de la recherche dans leur secteur d’activité » annonce le rapport.

Si l’on en croit le but avoué du Master, le cursus de deux ans doit amener l’étudiant à trouver du travail après le diplôme. Mais pour Jean-Michel Jolion, certains étudiants restent sur le carreau après leur Master 1. « La sélection qui s’effectue pour entrer en Master 2 doit débuter dès le Master 1 » martèle l’auteur du rapport. Cette volonté de sélection dès le M1 est conseillée pour éviter l’arrêt précipité des étudiants après leur M1 faute d’admission dans un M2. « Résultat d’un ancien système, maîtrise + DEA/DESS, cette sélection n’a pas de sens au milieu d’un cursus conçu comme un ensemble de 4 semestres. » rappelle Jolion. Il recommande également un accompagnement de l’étudiant pour sa recherche d’emploi après un Master 1.

Les Master ouverts aux grandes écoles

Actuellement, les grandes écoles et autres formations d’ingénieurs délivrent des diplômes de grade Master mais qui ne sont pas des Master dans le sens académique du terme. Des équivalences sont données ainsi aux ingénieurs qui souhaitent continuer dans un M2. Pour aplanir toute cette complexité administrative, le rapport souhaite donner le droit aux autres écoles privées d’ouvrir des Masters au même titre que les universités. Les syndicats universitaires crient au scandale « il est inadmissible que des établissements privés ne partageant pas les mêmes missions du service public, entrent en concurrence avec les établissements publics » souligne le SNESUP, le Syndicat national de l’enseignement Supérieur.

Le rapport Jolion a été publié et les réactions imminentes se font sentir dans les couloirs des universités parisiennes. Valérie Pecresse s’attaque désormais à un grand chantier, la réforme du Master.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
je vous remercie pour cette riche présentation.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents