Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


VERS LA FIN PROCHAINE DES VACANCES EN VOITURE !

Publié par medisma sur 7 Septembre 2006, 16:09pm

Catégories : #lintegral

 

 

 

 

 

 

 

Les chiffres sur les réserves de pétrole sont totalement faux selon     Eric Laurent! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le quartier général de l'Aramco, à Dhahran, est un immeuble de verre construit à proximité du désert. Les visiteurs ont droit à la projection d'un film, sur écran géant, dont le commentaire affirme: «Nous fournissons ce que le monde demande chaque jour.» Une déclaration désormais obsolète. En écho, un responsable de l'Aramco prédit, en exigeant l'anonymat: «Le monde a pu jusqu'ici compter sur l'Arabie Saoudite, mais je ne vois pas combien de temps encore une telle situation pourra durer.»

 

 

Les experts de l'Aramco ont estimé à 10,15 millions de barils/jour la capacité de production du pays en 2011. Or, selon le ministère américain de l'Energie, le royaume, pour répondre aux besoins mondiaux, devra extraire 13,6 millions de barils/jour en 2010 et 19,5 millions de barils en 2020.

 

 

Seul problème: l'ensemble de ces projections est dépourvu de toute fiabilité. La production saoudienne à cette époque sera nettement inférieure, tandis que la demande mondiale, elle, aura explosé et dépassé les estimations prévues.

 

 

J'ai fait un constat effarant en progressant dans mon enquête: les chiffres concernant l'ampleur réelle des ressources pétrolières mondiales sont faux, qu'ils émanent des pays producteurs ou des compagnies pétrolières. Une véritable conspiration du silence et du mensonge. Les producteurs exagèrent le niveau de leurs réserves, accroissant ainsi leur influence et leur poids financiers; les compagnies pétrolières, en faisant de même, envoient un message rassurant à leurs investisseurs quant à leur rentabilité. Les gouvernements des Etats consommateurs, en fermant les yeux, évitent l'impopularité. De plus, le prix du pétrole payé par les consommateurs constitue un véritable transfert de richesse pour les Etats, à travers les taxes. En France (et autres pays), le montant des taxes sur le pétrole, si on ajoute la TVA, dépasse 75 % ( et parler de Caisse de compensation fait évidemment sourire ).

 

 

Parler de pétrole et vouloir prendre des mesures courageuses et nécessaires est un exercice extrêmement risqué pour tout homme politique. Jimmy Carter déclara à l'opinion publique américaine que réduire la dépendance envers le pétrole étranger était «l'équivalent moral d'une guerre». Messager porteur de mauvaises nouvelles, il ne fut pas réélu.

 

 

En examinant attentivement les chiffres publiés officiellement sur les réserves prouvées, je fais une première découverte: les réserves totales des pays de l'OPEP ont connu une croissance vertigineuse de plus de 65 %, passant de 467,3 milliards de barils en 1982 à 771,9 milliards de barils en 1991. Sans qu'aucune découverte d'importance ne justifie cette hausse de plus de 300 milliards de barils. Cette augmentation coïncide avec un nouveau système de quotas mis en application en 1986 par l'OPEP. Grâce à ce nouveau système d'évaluation, les réserves prouvées de l'Arabie saoudite passent de 169 à 260 milliards de barils, tandis que celles du Koweït augmentent de près de 50 %. Pour l'Emirat d'Abu Dhabi, les 30 milliards de barils déclarés en 1985 se transforment en 92 milliards en 1988; quant à l'Irak, les 49 milliards de barils de 1985 deviennent 100 milliards en 1988.

 

 

Par un simple jeu d'écriture, un artifice comptable sans rapport avec la réalité, les pays de l'OPEP trouvent ainsi le moyen d'augmenter leurs revenus en exportant plus.

 

 

Nicolas Sarkis m'a fourni de nouvelles données qui concernant cette fois l'Iran. Téhéran a publié en 2003 une réévaluation de 35,7 % de ses réserves, les portant de 96,4 milliards de barils à la fin 1999 à 130 milliards à la fin de 2002. Pour les autorités iraniennes, cette réévaluation phénoménale serait justifiée par l'amélioration du taux de récupération de pétrole. Un argument qui suscite une profonde incrédulité chez tous les experts. Ces exagérations sont d'autant plus faciles que les réserves «prouvées» sont inventoriées par les Etats producteurs et les compagnies pétrolières, et que ces chiffres sont publiés chaque année par les deux annuaires de référence de monde pétrolier, BP Statistical Review et Oil and Gas Journal, qui ne s'interrogent jamais sur la fiabilité et la réalité de ces informations.

 

 

46 % des ressources sont fausses

 

 

Selon Colin Campbell, 46 % des ressources actuelles déclarées par les principaux pays de l'OPEP sont «douteuses», sinon «fausses». Et face à cette réalité les gouvernements sont, selon lui, pathétiquement mal informés et mal préparés.

 

 

Pendant longtemps, cet ancien géologue britannique fut une voix soigneusement marginalisée et même étouffée par les grandes compagnies pétrolières. Parce que dangereux et compétent, ou plutôt dangereux parce que compétent.

 

 

Ses analyses, solidement étayées, sur l'imminence d'un déclin pétrolier ont fait voler en éclats les discours et les vérités officiels. Il a créé l'ASPO, l'Association pour l'étude du pic pétrolier, qui regroupe d'anciens géologues et responsables de la prospection au sein des groupes pétroliers. Campbell a travaillé comme géologue pour Texaco, BP et Aramco, avant de devenir président de Nordic American Oil Company, puis consultant pour Statoil, Mobil, Amerada, Shell, Exxon. C'est donc un homme du sérail devenu un dissident. A ses côtés, le Français Jean Laherrère, qui travailla pendant trente-sept ans pour Total et fut longtemps le responsable des techniques d'exploration du groupe.

 

 

Pour ces hommes, la falsification des données officielles sur les réserves de pétrole encore disponibles est générale et systématique. Campbell affirme: «Si les chiffres réels étaient connus, ce serait la panique sur les marchés financiers.» Laherrère ajoute: «Aujourd'hui, il est impossible pour un pétro-géologue de parler ouvertement du pic pétrolier s'il n'est pas à la retraite.» Pour traiter rigoureusement la question des réserves, selon les deux hommes, il faudrait abandonner la notion de «réserves prouvées», «probables» ou «estimées» actuellement en vigueur, au profit de «réserves récupérables à terme», c'est-à-dire la quantité totale de pétrole qui pourrait être extraite d'un gisement. Sur certains puits forés, 40 % du pétrole existant ne sont pas pompés, en raison souvent de difficultés techniques.

 

 

Commentant les manipulations des montants exacts de leurs réserves par les pays producteurs, Laherrère estime: «Les chiffres officiels des réserves pétrolières sont loin d'être des données purement scientifiques. C'est le reflet d'un patrimoine financier que les Etats valorisent ou déprécient, selon leur intérêt du moment.»

 

 

 

 

 

 

 

                                           

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents