Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


LE POURQUOI ET LE COMMENT DES INTRODUCTIONS EN BOURSE

Publié par medisma sur 14 Mars 2007, 22:45pm

Catégories : #lintegral

Les introductions en Bourse : Le pourquoi et le comment 

Avant d'aborder les introductions, nous avons jugé utile de définir au préalable la Bourse.

La bourse est un marché financier, un lieu de rencontre où les acheteurs côtoient les vendeurs. D'une façon shématique, ce marché regroupe deux partenaires : d'un côté, les entreprises et l'Etat qui ont besoin d'argent sous forme de capitaux ( actions ) ou d'emprunts ( obligations ); et d'autre part, les particuliers qui veulent épargner et qui apportent leur argent aux sociétés et à l'Etat. Ce shéma se raffine dans la mesure où certaines entreprises ayant momentanément ou durablement de l'argent à placer, se mettent à épargner ou à investir de la même façon que les particuliers. Il s'agit des investisseurs institutionnels dits 'zinzins' dans le jargon boursier : ce sont les compagnies d'assurances, banques, caisses de retraites, OPCVM etc...

1-
Pourquoi une introduction en Bourse ?

Si les sociétés trouvent un avantage à venir lever des capitaux en bourse, c'est que les marchés financiers, via le jeu de l'offre et la demande, leur offrent des moyens de leurs ambitions, aussi diverses soient-elles.

Au premier chef, une introduction en bourse apparaît comme un moyen pour les entreprises de mettre du "papier" sur le marché, en échange de quoi les actionnaires s'associent au développement du groupe en lui apportant les capitaux nécessaires pour financer sa croissance. Si la situation financière de l'entreprise est déséquilibrée - du fait par exemple d'investissements trop lourds - les dirigeants peuvent venir lever des fonds pour renforcer leurs capitaux propres et assainir ainsi leur bilan.

D'autres entreprises viennent chercher en Bourse le moyen de grossir voire de s'internationaliser. Sans argent frais, il est effectivement délicat pour une entreprise dont la trésorerie est faible d'envisager étendre ses activités, et ce même si des opportunités se présentent. En levant des capitaux sur le marché, l'entreprise récolte alors un "trésor de guerre" qui pourra être mis à profit dans le cadre de rachats d'autres entreprises lui permettant peut-être ainsi d'atteindre une taille critique, voire internationale. Faire coter son entreprise en Bourse peut également être un moyen pour des dirigeants de vendre des parts de leur société ou de faire entrer des partenaires de poids.

Solliciter l'épargne peut aussi trouver d'autres justifications : ainsi, une des raisons fréquemment invoquée par les dirigeants lors de leur arrivée en Bourse est leur souci de notoriété. Avoir son groupe coté est en soi revalorisant, mais c'est surtout un formidable moyen de trouver des partenaires de qualité (les anglo-saxons y sont par exemple particulièrement attentifs) et un moyen de mobilisation interne de ressources humaines qui ne se dément pas : par exemple, par le biais des "stocks-options", ces actions cédées à des salariés à un prix défiant toute concurrence, une entreprise peut trouver le moyen de garder à bon compte les personnes essentielles à son management. C'est aussi un moyen de motiver les salariés via un intéressement indirect à la bonne marche de l'entreprise.

Enfin, la présence en Bourse et la communication qu'elle entraîne est certainement l'une des formes les plus efficaces de publicité pour une jeune société. La cotation représente aussi une véritable reconnaissance pour l'entreprise, un atout commercial indéniable.

2
- Les différentes procédures d'introductions

Les sociétés qui veulent s'introduire en Bourse ont le choix entre plusieurs procédures aux particularités techniques bien précises : l'offre à prix feme (OPF), l'offre à prix minimal (OPM), l'offre à prix ouvert OPO) ou la cotation directe (CD). Quant au placement garanti (PG), il est réservé exclusivement aux institutionnels.

2.1 - L'Offre à Prix Ferme
Connue il y a quelques temps sous le nom d'O.P.V. (Offre Publique de Vente), cette procédure est la plus utilisée par les banques introductrices. Un prix de cession des titres est fixé, et c'est uniquement à ce cours d'introduction que peuvent avoir lieu les ordres d'achat. Cette procédure a la particularité de répartir les attributions de titres proportionnellement à la demande. Les ordres sont classés en "Ordre A", ordres prioritaires qui portent généralement sur un maximum de 100 titres, et en "Ordres B", qui rassemblent eux le reste des titres demandés. Cette classification a pour but d'éviter que les ordres portant sur un faible nombre d'actions soient servis d'autant plus mal que l'introduction remporte un franc succès.

A savoir : le taux de satisfaction des "Ordres A" doit être au minimum de 0,8% afin que la procédure d'introduction soit recevable.

2.2 - L'Offre à Prix Minimal (OPM)

Ce type de procédure permet à la société qui s'introduit de proposer des actions à un prix dit "minimal". Tous les ordres d'achat à cours limité sont recevables à la condition qu'ils ne soient pas trop éloignés du prix minimal (les ordres "au mieux" étant systématiquement annulés). Une fois le carnet d'ordre rempli, le premier cours coté correspond alors à la limite inférieure de la dernière tranche d'ordres servis.

A savoir : cette procédure s'applique essentiellement lors des périodes fastes. Le premier cours coté ne peut excéder de plus de 50% le prix d'offre.

2.3 - L'Offre à Prix Ouvert (OPO)

Cette procédure d'introduction en Bourse consiste, pour l'émetteur, à proposer une fourchette de prix aux investisseurs, laquelle est ensuite susceptible d'être modifiée par les établissements introducteurs pour peu qu'ils aient notifié qu'ils s'en réservaient la faculté. Le prix définitif n'est alors fixé qu'après réception de la totalité des ordres. Comme pour les Offres à Prix Minimal, seuls les ordres supérieurs ou égaux au prix définitif fixé sont servis.

Dans le cadre de cette procédure, la souscription d'une partie des titres est réservée aux institutionnels comme les banques, les assureurs, etc...

A savoir : les titres peuvent être répartis à la suite de l'offre soit de façon uniforme soit en privilégiant les ordres portant sur les montants les plus faibles.

2.4 - La Cotation Directe

La procédure est l'équivalent de l'OPM, si ce n'est que les ordres stipulés "Au mieux" sont acceptés. Autre différence, la société qui émet des actions les cède à des intermédiaires financiers à un prix déterminé, lesquels sont alors tenus de placer ces titres sur le marché.

A savoir : la cotation directe est peu utilisée (essentiellement des sociétés qui s'introduisent au Marché Libre), l'écart entre le premier cours coté et le prix d'offre étant limité à 10%.

2.5 - Le Placement Garanti

Il s'adresse aux investisseurs institutionnels, et n'est pas tenu de garantir l'équité de la répartition des titres.

A savoir : le prix des actions lors de cette procédure est supérieur ou égal au prix d'OPF.

3 -Les bonnes questions à se poser

Jouer une introduction peut se révéler payant et doper de façon substantielle la performance d'un portefeuille. Mais avant de partir à l'aventure, mieux vaut savoir où l'on met les pieds et connaître les pièges à éviter.

Voici la liste des bonnes questions à se poser avant de participer à une introduction en Bourse :

Les introductions sont-elles en vogue ?

Si c'est le cas, il est possible que l'introduction suive l'euphorie du moment. Mais il faut se méfier de l'effet rareté : si les introductions sont en nombre trop important, les opérateurs privilégieront les dossiers les plus costauds et laisseront de coté les autres.

A savoir : lorsque les marchés vont bien, les établissements n'hésitent pas à introduire les sociétés au prix fort.

Sur quel marché la société s'introduit-elle ?

La voie royale est l'introduction au Premier Marché, le plus liquide et le plus connu. Le Second Marché est lui destiné aux entreprises qui existent depuis au moins 3 ans, alors que le Nouveau Marché est un marché "explosif" vers lequel se tournent les entreprises nouvellement crées afin de financer leur croissance.

A savoir : les entreprises qui arrivent au Second Marché doivent réaliser un chiffre d'affaires minimum déterminé.

Qui introduit la société ?

Les banques et les sociétés de bourse qui introduisent les sociétés sont responsables du placement garanti. Il en découle que ces dernières sont les premières à se servir et que leurs clients les plus importants sont souvent avantagés. Si votre intermédiaire financier fait partie des introducteurs, c'est une raison supplémentaire pour vous intéresser à l'introduction.

A savoir : certains établissements introducteurs ont leur réputation en la matière.

Quelles sont les conditions de l'offre ?

L'OPF est la forme d'introduction "la plus juste", c'est à dire celle qui garantit d'être servi proportionnellement à la demande. Participer à une OPM revient à trouver "le juste prix" dans une fourchette souvent difficile à évaluer. Le risque est alors de surpayer ses titres. Quant à la rarissime cotation directe, elle est réservée aux amateurs de sensations fortes...
A savoir : mieux vaut laisser les OPM et cotations directes se dérouler avant de "passer à l'action".

Quel est le business-plan ?

Les sociétés du Nouveau Marché doivent présenter un business-plan qui soit solide sur le plan de la croissance et de l'arrivée des bénéfices. Mais bien trop souvent, le plan est mal évalué et se révèle intenable, la faute soit à des événements extérieurs que la société avait manifestement sous-estimé, soit à une banque introductrice trop peu scrupuleuse, qui avait artificiellement gonflé les prévisions de la société pour mieux la vendre.

Les dirigeants ou les "familles fondatrices" restent-ils dans le capital ?

Parfois, les dirigeants d'une société viennent en bourse chercher le moyen de sortir à bon compte du capital, en vendant une majeure partie de leurs parts. Si tel est le cas, la méfiance doit être de rigueur, c'est peut-être que les dirigeants n'ont pas confiance et préfèrent "sortir leurs billes" immédiatement.


Quels sont les multiples de capitalisation ?

Un multiple de capitalisation trop élevé est souvent à la base d'une déception lors d'une introduction. Souvent justifié pour des opérations sur des sociétés au fort potentiel de croissance, il n'en reste pas moins que le multiple se doit d'être modéré. Sinon, les investisseurs ne s'intéresseront pas au dossier, aussi bonne la qualité de l'affaire soit elle.

A savoir : veillez à ne pas dépasser un PER de 20 fois, sauf croissance et visibilité exceptionnelle.


L'environnement de la société est-il porteur ?

Une introduction en bourse sur un secteur porteur est plus facile à vendre que sur un secteur dont le taux de croissance stagne. Cependant, des affaires moins médiatiques peuvent tout autant se révéler de bonnes affaires pour peu que la rentabilité soit au rendez-vous.

A savoir : veillez à ne pas surpayer vos titres sur des secteurs "en vogue".


La situation financière de l'entreprise est-elle saine ?

Point important à vérifier, l'endettement de l'entreprise divisé par ses fonds propres se doit d'être décent après éventuelle augmentation de capital. Dans tous les autres cas, là encore, méfiance car une situation financière explosive conduit souvent à de très mauvaises surprises.

A savoir : un endettement peut être considéré comme décent lorsque l'endettement net est égal à 50% des fonds propres, sauf situation exceptionnelle.


La liquidité du titre est-elle assurée ?

Souvent, les dirigeants, afin de ne pas être trop dilués au sein d'une entreprise, se résignent à ne mettre dans le public que le minimum légal. Problème : Si les titres affluent encore dans les jours qui suivent l'introduction, il n'en reste pas moins que, à peu de titres répartis correspond forcément un marché étroit.

A savoir : les sociétés doivent mettre au minimum 10% du capital dans les mains du public lors de leur introduction.

Comment le capital est-il contrôlé ?

Il se peut qu'un capital éparpillé soit mauvais signe : en effet, la présence dans le capital de nombreux gros actionnaires peut dans certains cas être synonyme de départ imminent d'au moins l'un d'entre eux, ce qui ne manque pas de déclencher un décrochage du cours.

A savoir : vérifiez les conditions de la dernière augmentation de capital, il se peut qu'elle ait eu lieu à des conditions avantageuses.


En conclusion, voici l'archétype de l'introduction qui a toutes les chances de réussir :
 -bons fondamentaux
 -bonne visibilité
 -bonnes perspectives
 -multiple de capitalisation décent
 ... et -bonne liquidité !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents