Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Affaire Antoine Zacharias : Un légalisme entre amoralisme et illégitimité

Publié par medisma sur 4 Avril 2010, 00:01am

Catégories : #lintegral

Affaire Zacharias : le retour des privilèges de l’« Ancien Régime »

163.jpgLes 4,2 millions d’euros perçus chaque année en salaire par Antoine Zacharias, l’ex patron de Vinci*, équivalent à 2 500 euros par heure de travail. Comment peut-on décemment prétendre que cette somme rémunère les qualités ou le travail d’un individu ? Le procès Zacharias « pose en termes très directs d’une part la question de l’écart grandissant entre légalité et morale, d’autre part celle de la répartition de la richesse dans notre société » estime l’éditorialiste de la Lettre du Lundi dont nous reproduisons ci-dessous la tribune du 29 mars (CI) :

En marge des grandes manœuvres à droite de l’échiquier politique - au sujet desquelles nous aurons probablement l’occasion de revenir dans de prochains billets - s’est déroulé cette semaine un événement d’une portée très symbolique : le procès d’Antoine Zacharias, ancien PDG de Vinci, devant le tribunal correctionnel de Nanterre.

Antoine Zacharias était poursuivi par un petit actionnaire de Vinci qui lui reprochait non d’avoir été personnellement lésé par ses manœuvres (si le cours de l’action avait anormalement baissé, par exemple) mais un montant de rémunération « manifestement excessif et disproportionné » lorsqu’il était aux commandes du leader mondial du BTP : 4,2 millions d’euros de salaire annuel, près de 13 millions d’euros d’indemnités de départ, une retraite annuelle complémentaire de 2,1 millions d’euros... sans oublier des stock options lui permettant de se constituer un petit matelas d’une centaine de millions d’euros.

Avant de poursuivre plus avant, une mise en perspective : 4,2 millions d’euros de salaire annuel, c’est un peu plus de 2 500 euros par heure. En résumé, uniquement avec son salaire, Antoine Zacharias gagnait en 30 minutes la même somme qu’un smicard en un mois...

Bien sûr, et c’est sur ce point que reposait la défense de Zacharias, tout ceci était parfaitement légal : le comité des rémunérations de l’entreprise (certes nommé par Zacharias et c’était là le « maillon faible » de sa défense) et le conseil d’administration avaient approuvé le versement de ces montants.

Le tribunal correctionnel n’avait donc pas d’autre choix que d’acquitter Zacharias car la preuve de l’intention frauduleuse n’avait pas été apportée par le ministère public, lequel a cependant décidé de faire appel.

Au-delà de ce cas d’espèce, au demeurant très significatif, au-delà de la question de la rémunération des patrons, ce procès a une valeur symbolique, de prise de conscience : il pose en termes très directs d’une part la question de l’écart grandissant entre légalité et morale, d’autre part celle de la répartition de la richesse dans notre société.

On savait depuis longtemps qu’une décision, qu’elle soit judiciaire ou politique, pouvait être légale sans être pour autant morale ni légitime. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre mais, depuis le début des années Sarkozy, ce n’est plus d’un écart entre légalité et morale qu’il faut parler, mais d’un véritable gouffre.

En effet, comment ne pas voir un parallèle troublant entre un Sarkozy dont une des premières décisions, à peine arrivé au pouvoir, a été de tripler son salaire et un Zacharias qui emploie des méthodes identiques dans la société qu’il dirige ? Légalement incontestable, moralement répugnante : c’est la formule qui résume sans doute le mieux l’attitude d’un Zacharias ou d’un Sarkozy face à l’argent. Une attente pourtant essentielle des citoyens, celle d’une rémunération « juste » pour le travail effectué, est évidemment totalement anachronique, presque « gentiment ridicule », face à des pratiques de malfrat dont l’exemple est donné au plus haut niveau.

Quid maintenant de la seconde question que soulève ce procès, celle de la répartition des richesses dans notre société ? Sur cette question essentielle, le silence des politiques est quasiment total. En fait, ils ont choisi de l’édulcorer en ne la traitant que sous des aspects parcellaires : bouclier fiscal, mesurettes visant à réglementer les « parachutes » dorés ou la réglementation des traders, réforme des donations, celle des retraites qui se prépare... mais, volontairement peut-on le supposer, aucune vue d’ensemble, aucune perspective générale. Ou alors, s’ils regrettent les inégalités croissantes, ils ne proposent pas d’objectifs chiffrés, se contentant de déclarations de portée générale, sans valeur contraignante.

La question qui leur est posée est pourtant fort simple : comment veut-on répartir la richesse en France ? Quel est l’objectif chiffré de nos politiques sur ce point, notamment de celles et ceux qui font étalage de leur « ambition présidentielle » ?

De la réponse à cette question découle sans doute une conséquence majeure pour les 30 prochaines années : soit nous continuerons à vivre dans une société républicaine digne de ce nom, soit nous assisterons à l’essor - sans doute déjà engagé - d’un « nouvel Ancien Régime » où, compte tenu de niveaux de richesse extrêmement disparates entre individus, le cloisonnement sera total entre une soi-disant « élite » richissime aux mœurs quasi-mafieuses, et un nouveau Tiers-état dont on n’osera pas prononcer le nom.

Les rédacteurs de la Lettre du Lundi se définissent comme « extrêmement préoccupés par l’évolution que prennent nos institutions, l’économie, les relations sociales » et désireux « d’offrir aux lecteurs de La Lettre un point de vue et une analyse que l’on ne retrouve pas souvent dans les médias grand public. » (CI)

Publication originale : La Lettre du lundi, 29 mars 2010

 * Vinci est un groupe industriel français qui est le premier groupe mondial de construction et de services associés. Il construit des bâtiments, des grands ouvrages, des parkings, des infrastructures de transport, comme des routes, des autoroutes et des voies ferrées et des infrastructures d'énergies. VINCI gère également des parcs de stationnement automobiles, des aéroports et des autoroutes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents