Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Dernier été avant l’orage?

Publié par medisma sur 3 Septembre 2012, 20:30pm

Catégories : #lintegral

 


 

1Pierre-Marcel_Favre_by_Erling_Mandelmann.jpg

*Pierre-Marcel Favre

Pierre-Marcel Favre*  J’étais, très brièvement, ces derniers mois en Espagne, au Portugal, en Italie et en France. J’ai eu partout une sorte d’impression de calme avant la tempête. Comme si un autre monde se prépare. D’un côté, une certaine insouciance sur les terrasses. Mais aussi des signes qui ne trompent pas. Le début de grandes difficultés.

 

1imagesCA7UB484.jpg

*Pascal  Décaillet

Pascal*  Une chose est sûre: ces quatre pays doivent, à des degrés de gravité différents, affronter la question de l’endettement. Ça passe nécessairement par la rigueur, et les opinions publiques ne veulent pas en entendre parler. De graves désordres sociaux sont en effet possibles, et la montée des extrêmes aussi. En France, si Hollande échoue, c’est Marine qui monte.


 

Pierre-Marcel Il y en aura des désordres, voire des révoltes, mais pas des révolutions. Ils ne serviront à rien, hélas ou pas. Les extrêmes monteront mais, pour moi, cela ne les amènera nulle part au pouvoir en Europe. Hollande réussit ou pas. Mais réussit quoi? Son prétendu objectif, le retour de la croissance, est absolument impossible à atteindre. Pour cela, l’échec est assuré. Et il ne peut «réussir» que quelque chose de très pénible, renier ses promesses et prendre des mesures draconiennes pour tenter de diminuer les coûts, les privilèges et les dysfonctionnements qui font que la France s’enfonce. C’est peut-être la mission la plus difficile pour un gouvernement depuis 1962.

 

Pascal C’est-à-dire depuis les Accords d’Evian! Oui, Hollande devra prendre les mesures draconiennes dont vous parlez. Et en plus, il devra le faire sans casser le corps social! La tâche, en effet, est infiniment difficile, elle l’était déjà pour Sarkozy. Mais il doit réussir quelque chose. Parce qu’en cas d’échec, ou même de simple perception d’échec, c’est Marine qui arrive. L’UMP, pour un bon moment, vous pouvez l’oublier.


 

Pierre-Marcel Pour moi, les Le Pen, père et fille, ont été et resteront un épouvantail. Pour venir au pouvoir, il faut 51% de l’électorat. Ils ne les auront jamais. Même avec les désordres qui s’annoncent.

 

Pascal Le système majoritaire, en France, s’effrite. Hollande s’est engagé à instiller une dose de proportionnelle. Concernant Marine Le Pen, il y a un scénario: non pas sa conquête directe du pouvoir, mais l’intégration de son mouvement dans une droite recomposée. En clair: une lente et progressive normalisation. Dans d’autres pays que vous citez, à commencer par l’Italie où le moins qu’on puisse dire est qu’il y a une tradition, ce scénario apparaît aussi comme envisageable.


 

Pierre-Marcel Avec la montée des périls divers, je vois une très probable paupérisation des classes moyennes. Une spoliation des épargnants par des pertes de valeur immobilière et/ou des intérêts qui finiront par grimper, amenant une inflation. De nouveaux impôts, des retraites et des prestations sociales diminuées. Mais je ne crois pas un instant que les extrêmes droites, d’une manière ou d’une autre, parviennent au pouvoir.

 

Pascal Je ne pense pas qu’il faille imaginer une «arrivée au pouvoir» au sens de la marche sur Rome d’octobre 1922. Mais une instillation de ces valeurs-là comme recours. Chez qui? Pas chez vous. Mais chez le peuple! Chez les plus défavorisés. Et auprès, aussi, de ces fameuses classes moyennes paupérisées dont vous parlez. Nous allons vers des révolutions conservatrices.


 

Pierre-Marcel Je ne pense pas. Tout a changé. Nous ne sommes plus au XXe siècle. Les plus défavorisés en France représentent deux catégories. Les «petits Blancs» et les immigrés plus ou moins récents. Ces derniers, nombreux, ne formeront jamais des bataillons d’extrême droite.

 

Pascal Allez savoir! On a souvent vu les immigrés plus durs, dans l’ordre de la conservation, que les implantés. Cela dit, c’est bien le désendettement qui sera le défi le plus dur. Dans les quatre pays que vous citez au début. Et dans bien d’autres aussi. Nous allons vers des temps très difficiles.

Sources : Bilan /  Stéphane Benoit-Godet 

 

*Pascal  Décaillet: journaliste et entrepreneur indépendant

*Pierre-Marcel Favre : éditeur, critique et journaliste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents