Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


L’abject attentat de Marrakech

Publié par medisma sur 29 Avril 2011, 20:48pm

Catégories : #lintegral

attentat-Marrakech-Maroc--2011-04-29-.jpgL'organisation terroriste Aqmi ( Al Qaïda au Maghreb islamique ) avait menacé le Maroc d'un attentat, trois jours avant l'explosion meurtrière de la place Jamâa El-Fna. Par ailleurs, l'hypothèse du kamikaze évoquée dès hier semble s'éloigner : l'explosion aurait été provoquée par une bombe déclenchée à distance. Selon un dernier bilan officiel, l'attentat perpétré hier à Marrakech sur la place la plus touristique du pays a tué quinze personnes, dont 12 étrangers, et blessé 20 autres. Six Français auraient été tués et 10 blessés.

 Vendredi 29 Avril

  19H30. Fillon s'est entretenu avec son homologue marocain
Le Premier ministre, François Fillon, s'est entretenu vendredi par téléphone avec son homologue marocain, Abbas El Fassi, à qui il a exprimé sa "totale solidarité" au lendemain de l'attentat. François Fillon "a renouvelé à son homologue marocain ses sentiments de profonde sympathie et de totale  
solidarité dans l'épreuve qui touche ce peuple et ce pays amis", a indiqué l'Hôtel Matignon dans un communiqué. Il lui a fait part "de la très forte émotion" qu'a suscité en France "cet acte insensé".

1428538 aqmi 640x280-copie-118H05. Une vidéo attribuée à Aqmi avait menacé le Maroc avant l'attentat
Une vidéo attribuée à l'organisation Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), postée sur internet, avait menacé le Maroc, trois jours avant l'attentat meurtrier de jeudi. Cette vidéo, mise en ligne le 25 avril sur YouTube, présente cinq jeunes gens armés. L'un d'eux, masqué, annonce leur détermination à défendre des prisonniers détenus au Maroc.

17H50. Des clous dans la bombe déclenchée à distance
C'est un engin explosif puissant, déclenché à distance, qui a été utilisé dans l'attentat, annonce le ministre marocain de l'Intérieur, Taeb Cherkaoui à Rabat. "Les premières enquêtes ont montré (que la bombe était composée) de nitrate d'ammonium ainsi que d'explosif TATP, ainsi que de clous", a précisé le ministre. Le TATP est un explosif chimique prisé par les extrémistes islamistes, utilisé notamment dans les attentats de Londres qui avaient fait 56 morts et 700 blessés en 2005. 

17H30. Un Néerlandais tué et deux autres grièvement blessés
Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a indiqué qu'un Néerlandais a été tué dans l'attentat. Un

autre Néerlandais et une Néerlandaise, âgés de 32 et 35 ans, ont été grièvement blessés. Les trois victimes faisaient partie d'un groupe de 19 touristes néerlandais.

photos-victime-attentat-marrakech.jpg16H30. Un témoignage capital : "je l'ai regardé dans les yeux"
Quelques minutes avant l'explosion, un touriste néerlandais et sa compagne étaient au café Argana, et ont fait face à un jeune homme qui pourrait être le poseur de bombe. "Il y avait un Arabe dans le café, portant deux énormes sacs, un sac à dos (...) qui mesurait près d'un mètre de haut, et un deuxième sac de sport, également très gros", a expliqué ce consultant en marketing de 47 ans. "Nous sommes partis entre 2 et 4 minutes avant l'explosion et nous pensons qu'il est parti juste après nous", a-t-il poursuivi. "Il était rasé de frais, ses cheveux étaient longs et noirs (...), il était assis devant moi, à 1,50 m maximum, il portait une veste de survêtement bleu marine, brillante", a décrit le touriste.
 "Il buvait du thé je crois, je le regardais dans les yeux, il écoutait un lecteur MP3, il n'était pas du tout nerveux". Le couple a été longuement interrogé par les enquêteurs marocains. "Nous sommes allés à la morgue et à l'hôpital et nous avons dû identifier les gens, et nous ne l'avons pas vu" parmi eux. "Un portrait a été fait à partir de notre description, il s'agit apparemment d'une personne connue par la police".

15H30. Guéant : "il y aurait six Français tués, et sept blessés"
"A cet instant, l'indication dont nous disposons, c'est qu'il y aurait, je le dis avec réserve, six personnes de nationalité française qui seraient décédées et sept blessées", a déclaré Claude Guéant. Le ministre de l'Intérieur a précisé que le nombre de blessés était sûr.
 

 15H00. Al-Qaïda parmi "les pistes à explorer"
"Toutes les pistes sont à explorer, y compris celle d'Al-Qaïda, et les investigations continuent", déclare Khalid Naciri, ministre marocain de la Communication et porte-parole du gouvernement. La veille, le ministre avait stigmatisé "un acte terroriste". "Le Maroc est confronté aux mêmes menaces qu'en mai 2003", avait-il ajouté. Le 16 mai 2003, des attentats menés par des islamistes à Casablanca avaient tué 33 personnes ainsi que les 12 kamikazes impliqués.
 

imagesCAHKMW59.jpg14H35. Une Française présente dans le café témoigne
"On est juste entré dans le café, on est monté à l'étage pour profiter de la vue et on s'est installé près des balustrades" se souvient Nathalie, hospitalisée à Marrakech. "On s'est assis et ça a explosé. Des grandes flammes, de la fumée, des cris. Ensuite, je crois que je me suis évanouie", poursuit cette femme d'une cinquantaine d'année, originaire du nord de la France, des tuyaux de réanimation dans le nez.
 "Je me souviens juste qu'un type est venu me prendre rapidement et m'a conduite dans une ambulance. Et encore des cris", ajoute Nathalie. Elle achevait jeudi un séjour au Maroc avec des membres de sa famille, dont une enfant, décédée dans l'attentat.

14H30. Sept morts identifiés, dont deux Français
Le bilan officiel est revu à la baisse, et les autorités font à présent état de 15 morts. Sept des personnes tuées dans l'attentat ont pour l'heure été identidfiées : deux Marocains, deux Français, deux Canadiens et un Néerlandais. 

14H00. Les tour-opérateurs français maintiennent les départs pour le Maroc
Les voyagistes français maintiennent les départs pour les séjours sur la destination Maroc où aucun de leurs clients ne fait partie des victimes de l'attentat meurtrier de Marrakech jeudi, indique une porte-parole de l'association des tours-opérateurs (Ceto). "A notre connaissance, il n'y pas de touristes partis via les tour-

opérateurs qui soient touchés", a-t-elle précisé. Le Ceto rassemble 80% des tour-opérateurs français, avec lesquels, au total, quelque 455.000 touristes se sont rendus au Maroc en 2010 dans des voyages au forfait.

13H50. Dix policiers français vont aider à l'identification des victimes
Une délégation de dix policiers français est attendue à Marrakech pour aider leurs homologues marocains à l'identification des victimes de l'attentat. Il s’agit de fonctionnaires de services antiterroristes (DCRI et SDAT) et de spécialistes de la police technique et scientifique. Ceux-ci seront notamment chargés d’aider à identifier les victimes.

Une enquête préliminaire sur cet attentat a été ouverte jeudi par le parquet de Paris et confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et à la Sous-direction antiterroriste (SDAT). Les services de police français « sont associés à l’enquête parce qu’il y a des victimes françaises », a précisé M. Guéant, saluant « la décision du gouvernement marocain de les accueillir ».

 

13H30. Interpol propose son aide
Interpol a offert son aide dans l'enquête sur l'attentat, proposant notamment l'assistance de ses spécialistes en identification des corps, compte tenu de la présence parmi les 16 tués de "victimes étrangères". Ces spécialistes étaient intervenus lors du tremblement de terre en Haïti début 2010.


Marrakech-place-attentat_scalewidth_630.jpg10H30. Au moins six Français tués
"Au moins six Français" ont été tués et dix ont été blessés jeudi dans l'attentat de Marrakech, selon une source gouvernementale.

 

10H03. Paris toujours pas en mesure de donner un bilan français
 "Nous sommes en phase de vérification", indique le Quai d'Orsay, en indiquant ne pas pouvoir confirmer les bilans avancés de sources marocaines ou par des médias en raison des difficultés d'identification.
 A Bordeaux, dont il est maire, le chef de la diplomatie, Alain Juppé : "Parce que nous voulons prendre la précaution de prévenir les familles avant de mettre cela sur la place publique." Une chaîne de télévision marocaine a affirmé que six morts étaient des Français. Certains médias disent qu'ils seraient maintenant au nombre de huit.

9H57. Le processus de réformes ne sera pas remis en cause
 Le processus de réformes politiques dans lequel le Maroc est engagé, ne sera pas remis en cause en dépit de tentatives de déstabilisation, poursuit Khalid Naciri, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement au lendemain d'un attentat meurtrier à Marrakech.

9H30. Toutes les pistes, y compris celle d'Al-Qaïda, seront explorées
Toutes les pistes sont à explorer, y compris celle d'Al-Qaïda, déclare Khalid Naciri, ministre marocain de la communication et porte-parole du gouvernement.

 

JEUDI 28 AVRIL
Très forte explosion.
Il était 11h50 hier, lorsqu'une très forte explosion a retenti dans le centre de Marrakech, sur la très touristique place Jamâa el-Fna. «J'ai entendu une très forte explosion; puis j'ai vu un panache de fumée noire au-dessus des lieux», témoignait Boris Thiolay, journaliste à L'Express et présent sur la place. «Tout le premier étage du café Argana», un lieu très fréquenté par les touristes, a été dévasté. La façade du café a été soufflée, les tables et les chaises de la terrasse ont été dispersées aux abords de l'établissement. L'explosion a, selon lui, provoqué un «mouvement de panique» sur la place, puis un afflux de plusieurs centaines de personnes devant le café touché. Très vite, la piste accidentelle est écartée. Pour les autorités marocaines, aucun doute. Il s'agit d'un attentat.

Bilan très lourd.
Le premier étage du café, qui surplombe toute la place, était bondé au moment de l'explosion. Le bilan est très lourd. Au moins seize morts, dont onze étrangers, ont été tuées. L'Élysée a confirmé qu'il y avait des Français parmi les victimes, sans pouvoir donner de chiffre. Mais selon la télévision marocaine, on dénombrait hier soir six victimes françaises et trois marocaines. L'attentat a également fait une vingtaine de blessés, dont sept Français.

Un kamikaze ou une bombe?
Les autorités ont très vite attribué cet attentat à un kamikaze. Des clous auraient été trouvés dans un corps et un témoignage accrédite cette thèse. «Un individu est rentré au café. Il a commandé un jus d'orange et quelques minutes plus tard, il s'est fait exploser», a déclaré un homme présent dans le café. Mais un autre témoin affirme avoir vu un homme déposer une valise dans le café avant de quitter immédiatement les lieux. Quoi qu'il en soit, cet attentat n'avait pas été revendiqué, hier soir, et aucune piste n'était avancée par les autorités.

Condamnation unanime.
Rabat et Paris ont dénoncé un acte terroriste. Nicolas Sarkozy qui a dénoncé un «acte odieux, cruel et lâche» s'est entretenu au téléphone avec le roi MohammedVI, hier soir. Dans une déclaration, le ministre marocain de la communication Khalid Naciri, a stigmatisé «un acte terroriste». «Le Maroc est confronté aux mêmes menaces qu'en mai2003 et il y fera face avec diligence et volontarisme», a-t-il ajouté. Le roi a exigé une enquête rapide.

Ouverture d'une enquête à Paris.
Le parquet de Paris a ouvert hier une enquête préliminaire après l'attentat de Marrakech, des Français figurant parmi les victimes. L'enquête a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et à la Sous-direction antiterroriste (SDAT).

Situation tendue.

Le Maroc, un pays de 32millions d'habitants dont l'économie est étroitement liée au tourisme, a été relativement épargné par les révoltes qui secouent le monde arabe depuis le début de l'année. Toutefois, des manifestations en faveur de changements démocratiques ont eu lieu dans le pays depuis le 20février, et le roi Mohammed VI a promis de procéder à d'importantes réformes démocratiques.

Attaque la plus meurtrière depuis 2003.

Il s'agit de l'attaque de cette nature la plus meurtrière dans cette monarchie d'Afrique du Nord depuis les attentats de Casablanca menés par des extrémistes islamistes, le 16mai 2003, qui ont fait 45 morts. En 2007, une tentative d'attentat avait été déjouée à Casablanca.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents