Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


La folie des ‘pompes à pognon’

Publié par medisma sur 3 Mars 2012, 16:09pm

Catégories : #lintegral

Danser sur un volcan non éteint avec les banques centrales

img001.jpgLa plupart des investisseurs ont tort d’écouter les illuminés qui leur vendent des niveaux stratosphériques à court terme pour les métaux précieux -et autres matières premières- exprimés en dollars US, comme pour les actions et les obligations occidentales. D’une part, parce que le dollar US est toujours à la veille d’un très fort mouvement de hausse tant contre l’euro que contre le CHF ou le yen. D’autre part, parce que l’Occident est toujours dans l’hiver du cycle de Kondratieff,  synonyme de liquidation de tous les processus de sur-endettement sur lesquels sont basées nos économies keynésiennes. Et, donc, tant que: 1/ le dollar US montera, 2/ le multiplicateur de crédit baissera, 3/ la vitesse de circulation de la monnaie chutera,4/ le commerce international se contractera (effondrement du Baltic dry Index), 5/ plusieurs économies en particulier européennes resteront en récession ou en croissance zéro plombées par les plans d’austérité des Merkel et autre Sarkozy ou Papademos, avec à la clef chômage de masse et chute globale des revenus (on croit revivre la politique de Pierre Laval, président du conseil en France de 1931 à 1935, qui se termina par le Front populaire puis la guerre),

imagesCAVYEEMYLe risque n’est pas à court terme de l’inflation mais au contraire d’une accélération de la déflation.

Le mini krach (en un jour seulement) de l’or (-5,86%) et de l’argent-métal (-10,47%) exprimés en dollars US du 29 février 2012 a constitué un renversement durable à la baisse de leur reprise temporaire -parfaitement anormale et exagérée- depuis janvier 2012. Reste maintenant au S+P5oo des actions US et/ou à l’euro/dollar US à expérimenter le même type de mouvement, qui nécessairement se produira à échéance plus ou moins rapprochée, et tous les acheteurs compulsifs seront lessivés. L’économie occidentale danse sur un volcan non éteint puisque la BCE, la Federal Reserve et la Banque d’Angleterre se sont lancées dans des courses folles à l’émission de monnaie ex nihilo, pour leur permettre de reprendre tout le papier pourri aux mains des grandes banques ou émis par des Etats, tous les deux en faillite réelle ou virtuelle, comme pour faire monter les marchés d’actions et d’obligations au maximum et détourner ainsi l’attention des investisseurs et des populations qui croient que parce qu’elles montent tout va bien. Alors que tout cela se terminera par le krach global que l’on aura seulement repoussé de quelques temps. Seul Bernanke n’envisage plus de Quantitative Easing en raison des élections présidentielles US de novembre 2012 qui se rapprochent, ce qui l’oblige à une neutralité évidente pour ne pas risquer de se faire mettre à la porte de la Federal Reserve en cas de victoire d’un Républicain en désaccord avec ses pratiques ultra laxistes. Par contre, le Quantitative Easing a franchi l’Atlantique et c’est la BCE de Draghi qui l’actionne au maximum en faveur surtout des grandes banques qui, évidemment, ne pourront jamais rembourser les plus de 1.000 milliards qu’il vient de leur prêter en les créant ex nihilo. De la folie pure…

lacase banks font peurIl existe donc un   risque d’accélération de la déflation parce que la monnaie créée par les banques centrales n’est pas encore allée dans l’économie réelle. Seulement beaucoup plus tard qu’il y aura  risque d’inflation voire même d’hyper-inflation.

Il n’y a pratiquement plus qu’une seule chose à faire au plus vite pour les investisseurs : vendre la plupart des actifs financiers et boursiers que l’on possède (sauf l’or exprimé en euro que l’on prendra tout de même soin de protéger à terme par un arbitrage de change en vendant l’euro/dollar US), mettre presque tout en cash en dollars US et attendre des prix beaucoup, beaucoup  plus bas pour racheter lesdits actifs. TOUT EST BEAUCOUP TROP CHER ET IL Y A DES BULLES SUR LA PLUPART DES MARCHES FINANCIERS ET BOURSIERS COMME SUR L’OR ET L’ARGENT EN USD QUI NE PEUVENT PAS NE PAS ÉCLATER. Il vaut toujours mieux vendre (peut-être) trop tôt que trop tard.

Qu’on en juge: depuis les années 1970, le dollar US a baissé contre le franc suisse (la monnaie sur longue période la plus forte du monde) de 305%. Mais, pendant le même temps,  l’argent-métal en USD est monté de 1.900%, l’or en USD de 1.820% et le S+P500 des actions US en USD de 1.490%. Pourquoi? Parce que le dollar US chutait et que l’inflation progressait. Mais ces hausses, spéculation et exubérance irrationnelle aidant, sont allées beaucoup trop loin. Maintenant que le dollar US est en train de se redresser, tant contre l’euro que contre le CHF et le yen (dont les banques centrales qui les émettent font à peu près tout ce qu’elles peuvent pour les DÉTRUIRE), et que c’est la déflation qui se met en place, la probabilité d’une correction significative des bulles existant sur les actifs précitées s’accroit tous les jours. PENDANT ET APRÈS QUE CETTE LIQUIDATION AURA LIEU, ON POURRA ACHETER TRÈS BON MARCHE LA PLUPART DE CES ACTIFS QU’EN ATTENDANT IL NE FAUT PLUS CONSERVER.

L’or et l’argent-métal ainsi que l’euro/dollar US  pourraient respectivement chuter vers 1.475, 26 et 1,19. Quant à l’indice S+P500 des actions US, il se trouve dans une SITUATION D’EXTRAORDINAIRE SURÉVALUATION et, quand il finira par décrocher ce qui devrait être proche (le NYSE Summation s’est déjà retourné depuis mi février), il pourrait s’effondrer vers 1.040, quelque part entre ses plus bas de 2010 et de 2011, ce qui n’aurait rien d’exceptionnel. [FMG]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents