Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


La Pologne ou l’exception inattendue

Publié par medisma sur 3 Février 2010, 11:23am

Catégories : #lintegral

carte-pologne.gifDepuis son intégration à l’Union européenne en 2004, la Pologne a connu une phase de rattrapage très active de son économie, avec un taux de croissance annuel dépassant 6% en 2006 et en 2007. En 2008, le taux de croissance de la Pologne s’élevait à 5%. La Commission européenne estime que, pour cette année, la croissance sera de l’ordre de 2%. Le gouvernement polonais, plus lucide, table sur 1,7% alors que la moyenne pour l’ensemble des pays de l’Union aura été de l’ordre de – 4%.

Réunis à Bruxelles le 1er mars 2009, les chefs de gouvernement européens se sont accordés sur une accélération de l’entrée de la Pologne dans l’Union monétaire.

L’OCDE qui regroupe les trente pays les plus riche de l’Europe, vient de publier ses perspectives économiques pour ses pays membres. Selon l’organisation, la Pologne est le seul de l’Union européenne qui connaîtra une croissance de son PIB cette année. Selon le premier ministre polonais, son pays demeurera leader en Europe et il ne s’agit guère d’un phénomène saisonnier.

Et les éloges pleuvent de toutes parts : "Varsovie sera la seule nation dans le monde développé à afficher une croissance positive en 2009" selon les Echos. Et le quotidien Le Figaro confirme  en titrant : "La Pologne, îlot de croissance dans une Europe en crise".

Quelles sont les raisons de tels éloges ?

hydraulik.jpgLa Pologne a été très peu exposée à la crise financière pour plusieurs raisons : Un capital humain d’excellent niveau, des institutions démocratiques et libérales, une lutte acharnée contre toute forme de corruption, de népotisme ou autre clientélisme , la refonte rigoureuse de la fonction publique, une politique de soutien efficient et contrôlé aux PME via l’adoption de mesures fiscales incitatives, la baisse de l’impôt sur le revenu de 40 à 32%, les hausses régulières des salaires, un faible endettement des ménages, le dynamisme de la consommation intérieure, un plan de privatisation réussi de quelque huit cents entreprises, la faible financiarisation du pays, une croissance basée sur une activité économique réelle  qui s’appuie sur un marché intérieur important de 38 millions de consommateurs, et ce loin de toute forme de spéculation ou de folle boulimie gonflée artificiellement par des crédits à grande échelle.

Et c’est pour toutes ces raisons que la contraction du commerce international n’a point affecté ce pays.

A signaler en outre que contrairement aux autres nations, le gouvernement polonais n’a pas opté pour la mise en place d’un plan de relance avec injection massive de capitaux dans les différents secteurs d’activité  et il est de même le seul à rejeter les recommandations de l’OMS pour une vaccination à grande échelle de sa population contre la grippe A (H1N1), et ce en dépit de fortes pressions exercées sur son gouvernement. Car la Pologne, qui dispose de véritables compétences médicales, a jugé inopportun la mise en œuvre d’une telle mesure coûteuse et inefficace. Pour elle, les deniers publics et la santé de sa population sont particulièrement sacrés ! Et le temps vient de lui donner amplement raison.

Economie polonaise

pologne-varsovie-chateau-royal.jpgHérité d’un passé morose, le secteur industriel représente encore aujourd’hui 22% du PIB polonais, avec une large prédominance des industries lourdes. Equipementiers automobiles, industrie agroalimentaire, construction navale et sidérurgie sont les secteurs forts de la Pologne.

Le pays est également un grand producteur de meubles : la Pologne est le deuxième fournisseur au monde de l’enseigne suédoise Ikea, juste après la Chine.

Les vastes espaces naturels que compte la Pologne font de ce pays de 312 000 km2 le premier producteur au monde de bois et de fruits rouges.

Le taux de chômage en Pologne a baissé de 50% en 5 ans. Il est actuellement de l’ordre de 8,4%% après avoir atteint 20% en 2004. La vitalité de l’économie polonaise force l’admiration.

Euro 2012

Et signe des temps nouveaux, le prochain championnat d’Europe de football en 2012 sera organisé conjointement avec l’Ukraine. De nombreux investissements en infrastructures seront déployés pour assurer la tenue de cet événement. La Pologne qui fait office de modèle au moment où certains pays pensent à se retirer de la zone euro, impactera davantage sa croissance par des investissements à venir. Croissance que l'Euro 2012 devrait confirmer grâce aux grands travaux à réaliser  d’un montant prévisionnels de 25 milliards d’euros: nouveaux stades, 2 milliers de Kms d’autoroutes, aéroports, 700 Kms de lignes de chemins de fer, nouvelles stations de métro, des centaines de bus, de tramways et de RER, 60 hôtels de luxe, centres de loisirs et de bien-être, centres culturels, modernisation des hôpitaux, nouvelles cliniques….
La patrie de Copernic, Chopin et  Marie-Curie s'achemine sereinement vers une certaine prospérité en dépit de nombreuses entraves.... 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents