Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Infos dont on parle peu !

Publié par medisma sur 18 Décembre 2012, 22:25pm

Catégories : #lintegral

Vidéo UMP : « Ce que le PS pense vraiment de François Hollande »

 

 

Autres infos :

I- Nicolas Doze : Vers une baisse des salaires?

 

 

II- Le cartel des banques centrales occidentales parviendra-t-il à supprimer le peu qui reste du libre marché ?

La planification centrale monétaire (Monetary Central Planning) mise en place par le cartel des banques centrales occidentales, avec l’accord des Etats eux-aussi occidentaux et des grandes banques privées dont la survie dépend de leur bonne volonté, visant à diriger l’épargne mondiale vers certains actifs historiquement risqués -dont les niveaux de prix sont grossièrement sur-évalués compte tenu de la réalité affligeante de la croissance économique effective négative voire voisine de zéro en Europe, au Japon et aux USA- (les actions et les obligations d’Etat principalement) et à la détourner d’autres actifs historiquement moins risqués (métaux précieux, matières premières, etc.) -dont les niveaux de prix sont artificiellement maintenus en-dessous de leur valeur réelle de marché alors qu’on n’en produit pas suffisamment pour satisfaire les besoins mais aussi compte tenu de la perte de pouvoir d’achat des monnaies fiduciaires de papier et des taux d’intérêt négatifs- est en train d’atteindre des niveaux de manipulation rarement atteints. Au point que l’on peut légitimement se demander si le peu qui reste du libre marché n’est pas en passe d’être purement et simplement supprimé par une alliance inédite des banques centrales et des grandes banques privées toutes engagées ensemble dans les manipulations précitées.

Ce qui signifie que toute prévision est en ce moment devenue aléatoire puisque des masses financières énormes créées ex nihilo (LTRO, Quantitative Easing, etc.) peuvent à tout moment être employées par les manipulateurs pour faire monter ou baisser les monnaies et/ou les actifs qu’ils ont décidé de diriger soit à la hausse soit à la baisse selon les circonstances qui leur apparaissent devoir être privilégiées.

Il est certain que la hausse de l’or à près de 2.000 dollars US l’once et de l’argent-métal à près de 50 dollars US l’once en 2011 a déclenché une véritable panique chez les banquiers centraux occidentaux empêtrés dans les crises successives -et alternatives- de l’euro et du dollar US et que, depuis, ils s’emploient à casser les baromètres de l’échec de leurs politiques monétaires laxistes et dirigistes produisant des quantités énormes de monnaie et de crédit qui ne parviennent pas à aller vers l’économie réelle puisque les préteurs ne prêtent plus et que les emprunteurs n’empruntent plus, faute précisément de confiance dans les politiques précitées et dans le Système monétaire International actuel.

Cette fois-ci les bullion banks US (financées par la Federal Reserve) mettent le paquet à la baisse pour casser les prix de l’or et de l’argent-métal et éviter que la chute du dollar US, s’accélérant en relation avec l’impasse des négociations sur le fiscal cliff, incite les investisseurs à liquider actions et obligations US, dont les prix on atteint des niveaux stratosphériques, tout en se réfugiant dans les métaux précieux.

A propos de la surévaluation extrême des actions U.S. voir plusieurs graphiques sur le site ci-dessous:

http://blog.kimblechartingsolutions.com/

La déroute sciemment organisée qui vient de se produire sur les “marchés” de l’or et de l’argent-métal alors que, le dollar ayant repris sa baisse, ils auraient dû monter d’autant que les politiciens US sont en train de jouer à pile ou face l’avenir de leur économie via leur bataille à propos du fiscal cliff, démontre que les ressorts du libre marché sont intentionnellement cassés. A notre avis, cette situation ne pourra pas durer. Nous conservons nos positions longues sur les deux principaux métaux précieux (sans toutefois les augmenter) dont le rebond est probable en janvier, étant donné que les shorts devront nécessairement racheter leurs ventes à découvert. Nous restons sans position tant sur les actions que sur les obligations, c’est-à-dire le plus possible liquide. Et sommes complètement sortis du dollar US pour revenir en franc suisse et accessoirement en euro.

On peut aussi penser que la manipulation à la baisse des métaux précieux depuis plus d’un an et demi est un moyen pour les USA de contrer les velléités de la Chine, de la Russie et d’autres pays émergents qui les accumulent dans le but de diversifier leurs actifs actuels plutôt que de conserver leurs dollars US ou leurs euros jusqu’ici investis en obligations d’Etat occidentales. Autrement dit, l’affrontement géopolitique et économique entre l’Occident et les BRIC prendrait une nouvelle tournure en se développant sur le terrain monétaire pour le contrôle des métaux précieux, dont tout le monde sait très bien qu’ils constituent la seule vraie richesse réelle puisque non imprimable à volonté comme le sont les monnaies de papier.

Sur les opérations douteuses des banques centrales et des grandes banques privées voir ci-après:

http://la-chronique-agora.com/balcerowicz-pense-fed/#anc

http://soberlook.com/2012/12/rbas-glenn-stevens-takes-on-major.html

http://online.wsj.com/article/SB10001424127887323717004578157152464486598.html?mod=WSJEurope_hpp_LEFTTopStories

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-les-banquiers-centraux-en-passe-de-perdre-leur-vertu.aspx?article=4163952232G10020&redirect=false&contributor=Paul+Jorion

http://www.moneynews.com/Economy/General-Motors-gm-shares-stock/2012/12/19/id/468331

http://fr.finance.yahoo.com/actualites/affaire-libor-ubs-admet-fraude-r%C3%A8gle-1-4-074757822.html

http://fr.finance.yahoo.com/actualites/ubs-accus%C3%A9e-manipulations-g%C3%A9n%C3%A9ralis%C3%A9es-syst%C3%A9matiques-121300703.html

http://www.batr.org/negotium/121912.html

http://fr.finance.yahoo.com/actualites/deutsche-bank-aurait-dissimul%C3%A9-12-milliards-dollars-pertes-083449784.html

Sur les marchés d’actions :

http://www.zerohedge.com/news/2012-12-19/it-really-different-again-time

http://www.businessinsider.com/stock-market-fiscal-cliff-downside-risk-2012-12

Sur la manipulation des métaux précieux :

http://www.silverseek.com/commentary/my-worst-fear-8306

http://www.zerohedge.com/news/2012-12-05/millisecond-analysis-latest-gold-smackdown

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-1993-quand-greenspan-suggerait-la-manipulation-du-prix-de-l-or.aspx?article=4019055574G10020&redirect=false&contributor=Dimitri+Speck.

http://www.reuters.com/article/2012/12/12/us-usa-gao-royalty-idUSBRE8BB1…

Le dollar US, caractérisé par une tête-épaules baissière et le croisement également à la baisse de ses moyennes mobiles à 50 et 200 jours, devrait entamer sa chute finale en direction de son niveau d’octobre-novembre 2011 voire de son plus bas d’avril-mai 2011. CE QUI NÉCESSAIREMENT FERA REMONTER L’OR ET L’ARGENT-MÉTAL (exprimés en dollars US) SUR LEURS PLUS HAUTS NIVEAUX DE 2011. Mais, entretemps, ils peuvent encore baisser du fait du processus de “panic selling” en cours sur leurs plus bas respectifs de 2012 vers 1.525 et 26 dollars US l’once.

Le Dow Jones des Industrielles est, lui aussi, dans une formation en tête-épaules baissière qui pourrait entrainer une forte chute des actions US en liaison avec une panique sur le dollar US.

Après l’or, et accessoirement l’argent-métal, qui sont des monnaies et non pas des matières premières, l’autre moins mauvaise des monnaies reste le franc suisse dont la hausse contre le dollar US devrait reprendre puissamment (tête-épaule renversée haussière) même si la Banque nationale suisse continuera, tant qu’elle le pourra, à maintenir une parité fixe entre le franc suisse et l’euro à 1,20. A noter d’ailleurs que la corrélation entre la hausse du prix de l’or et la hausse du cours du franc suisse contre dollar US est historiquement l’une des plus évidentes, ce qui signifie que les deux principales valeurs refuges que sont le métal jaune et la monnaie helvétique après avoir chuté depuis mi 2011 devraient remonter ensemble en 2013.   [FMG]

 

III- La réforme bancaire ne sera qu'une illusion !

  La tromperie et le mensonge constituent la règle d’or de cette gauche-caviar au pouvoir : Les banques évidemment rassurées...les électeurs totalement éperdus !    

 

0f3e70b6-451d-11e1-89d0-51f4dc7575e7.jpg

 

 Les opposants à la réforme bancaire donnent de la voix

Les banques qui ont activement fait valoir leurs arguments ces derniers mois sont rassurées.  La réforme bancaire ne remet pas en cause leur modèle. Certains banquiers l'ont même surnommée la réforme "Volvic", en référence à sa douceur naturelle et car elle combine la réglementation Volcker et des éléments du rapport Vickers.

Entre le texte de la réforme bancaire qui sera présenté demain en Conseil des ministres et les propositions du candidat Hollande, il y a un monde :

"Je séparerai les activités des banques qui sont utiles à l'investissement et à l'emploi de leurs opérations spéculatives", s'était engagé le candidat. Tout le monde se souvient de la tirade sur la finance "adversaire sans visage", lors de son premier grand meeting de campagne au Bourget. " Mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, et pourtant il gouverne [...], c'est le monde de la finance", avait alors déclaré François Hollande.

 

blog_-moscovici-and-hollande_hilares-copie-2.jpg

 

  

Un cantonnement des activités à risque a minima

  "L'adversaire" aura été plutôt ménagé. Plutôt que de couper les banques en deux - ce qu'elles craignaient par dessus tout - ou de cantonner strictement les activités de marché à risque comme le préconisait le rapport Liikanen, la réforme bancaire défendue par le gouvernement propose que les établissements financiers isolent dans une filiale une liste très limitée d'activités pour compte propre à haut risque.

Seules sont visées, les activités pour compte propre jugées non utiles au financement de l'économie. Autrement dit, toutes les opérations impliquant des risques de contrepartie non garantis notamment avec des hedge funds ou des sociétés de capital investissement. Dans ce schéma, l'essentiel des activités de trading (tenue de marché ou services fournis par la division banque d'investissement des grandes banques universelles aux clients par exemple) reste dans la banque universelle. Dans une banque comme BNP Paribas, le compte propre "pur", représentait seulement 0,5 % du produit net bancaire (PNB) en 2011, selon les estimations de Christophe Nijdam, analyste chez AlphaValue. Si les recommandations du rapport Liikanen avaient été suivies de façon minimaliste, 13 % du PNB global de la banque auraient été concernés.

Quelques activités seront également interdites, comme le trading à haute fréquence et les opérations sur les dérivés liés aux matières agricoles. Même là, la restriction est toute relative : le trading à haute fréquence effectué à des fins de tenue de marché et les transactions dont la rapidité serait supérieure à une demi-seconde resteraient autorisées.

Des banquiers rassurés sur la réforme "Volvic"

Les banques qui ont activement fait valoir leurs arguments ces derniers mois sont rassurées. La réforme bancaire ne remet aucunement en cause leur modèle. Entre eux, certains banquiers l'ont même surnommée la réforme "Volvic", "car elle combine des éléments de la réglementation Volcker [aux Etats-Unis, ndlr] et des éléments du rapport Vickers [qui sert de base à la réforme britannique] et aussi pour souligner sa douceur naturelle", s'amuse l'un d'eux.

Les opposants à la réforme bancaire donnent de la voix

De leur côté, les opposants à la réforme bancaire tentent de faire entendre leur voix. Dans un entretien au Monde, Thierry Philipponnat, secrétaire général de l'association internationale Finance Watch, estime que le projet de loi, a "vidé la réforme bancaire de sa substance". "C'est le soutien implicite de l'Etat qui a permis aux activités de marché de prospérer à des niveaux déraisonnables. Sur les 8 000 milliards d'euros de bilan cumulé des banques françaises, seulement 22 % sont prêtés à l'économie réelle, aux entreprises et aux ménages. Que sont les 78 % restant ? Des activités de marché, des prêts à d'autres institutions financières ou des investissements pour compte propre !", rappelle l'ex-banquier - UBS, BNP Paribas et Euronext. Selon lui, "en posant le débat en termes d'utilité économique, il n'y avait pas de réforme possible, surtout quand l'utilité est définie comme le fait d'avoir un client, ce qui est tautologique : toutes les transactions financières ont une contrepartie... donc un client !"

Sur le site scinder-les-banques.fr, Olivier Berruyer, president de l'association DiaCrisis, auteur du blog www.les-crises.fr, expose les arguments qui militent en faveur d'une véritable séparation des banques. Les déclarations de 130 personnalités soutenant une scission des banques "pour protéger les comptes bancaires des clients et les finances des contribuables" y sont notamment rassemblées.

Sources : Sophie Rolland / La Tribune

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents