Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog lintegral

actualités, économie et finance, nouvelle technologie, entrepreneuriat, histoire et colonisation...


Le brûlot qui fait scandale

Publié par medisma sur 3 Septembre 2010, 22:43pm

Catégories : #lintegral

32088.jpgUn livre pamphlet sur les musulmans sorti en plein mois de Ramadan intitulé Deutschland Schafft Sich Ab (L'Allemagne creuse sa propre tombe ou l’Allemagne s’autodétruit ou encore l’Allemagne court à sa perte), de Thilo Sarrazin, membre du conseil de la Bundesbank (banque centrale Allemande) et du parti social démocrate (SPD), créé une polémique sans précédent en Allemagne.

“Je ne veux pas que le pays de mes petits-enfants et arrière-petits-enfants devienne en grande partie musulman, je ne veux pas que l’on y parle couramment le turc et l’arabe, je ne veux ni que les femmes y portent le voile ni que la journée y soit rythmée par l’appel du  muezzin”, écrit-il dans son ouvrage qui détaille sa vision de l’Allemagne dans cent ans.

Des propos qu’il a complétés dimanche dernier par d’autres aussi racistes et antisémites dans un entretien paru dans la presse. « Tous les juifs partagent un gène particulier, les Basques ont des gènes particuliers qui les distinguent des autres. C'est un fait, a-t-il martelé, tout en citant des études et des articles de presse sur l'existence d'un tel gène. Quant « aux immigrés musulmans, a-t-il ajouté, ils ne s'intègrent pas aussi bien que les autres groupes d'immigrés en Europe et les raisons à cela ne viennent apparemment pas de leur origine ethnique mais sont enracinées dans la culture de l'islam». Et de nous asséner que « La proportion de handicapés est présente de manière supérieure à la moyenne supérieure dans les populations turques et kurdes. »

A présent, la polémique fait rage en Allemagne autour des propos de cet homme à l’allure tranquille, membre du directoire de la Bundesbank, économiste émérite et figure du Parti social-démocrate. S’il n’a pas le profil d’un sulfureux politicien populiste, dans ce pays sensible au thème de racisme et de l’antisémitisme, le livre qu’il vient de publier et ses déclarations font évidemment scandale :

L'auteur imagine ce que deviendra son pays dans cent ans : une Allemagne où les bibliothèques seront remplacées par des mosquées, la journée scandée par le muezzin, lorsque tous les vieux Allemands auront été remplacés par une population de jeunes immigrés sans éducation qui ne sauront pas parler allemand puisqu’il ne sera plus enseigné dans les écoles.

"Je n'aimerais pas que le pays de mes oncles devienne en grande partie musulman" écrit l'auteur ajoutant que ces immigrés ont bien plus profité que contribué au système sociale allemand et qu'ils « abêtissent » la société car ils sont moins éduqués et ont plus d'enfants que les Allemands "de souche".

’L’Allemagne s’autodétruit”, c’est le constat final de Thilo Sarrazin.

 Sarrazin sait faire de la pub autour de son brûlot. Ses provocations font parler de lui. Et son livre est déjà un best-seller.

 Depuis une semaine, le banquier continue à défrayer la chronique ; il persiste et signe.

Tout en  réfutant les accusations de racisme, il prétend vouloir lancer un débat nécessaire.

 Evidemment, des telles saillies ont provoqué un flot de critiques en Allemagne. Le contenu de ce livre est «particulièrement blessant et diffamant», a réagi Angela Merkel.  La chancelière allemande a ajouté, par la voie de son porte-parole, que la Bundesbank devait «évidemment s'interroger» après de tels propos.

Thilo Sarrazin se dit soutenu sur ses propos sur les musulmans. Il a fait état d'un très large soutien à sa théorie selon laquelle l'immigration musulmane saperait les fondements de la société allemande et  a déclaré que les auteurs de 95% des appels et des lettres qu'il avait reçus estimaient que son livre n'allait pas assez loin dans le traitement des problèmes du pays.

Malgré les vives critiques formulées à son encontre par la chancelière Angela Merkel, la banque centrale et son propre parti, le SPD, Thilo Sarrazin, 65 ans, est gratifié d'un soutien mesuré dans divers éditoriaux de presse.

Pourtant, il a dû annuler la première lecture publique de son ouvrage, prévue jeudi à Hidelsheim pour raisons de sécurité : Des mouvements anti-fascistes prévoyaient de manifester dans cette ville du centre du pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents